AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782266337779
600 pages
Pocket (12/10/2023)
4.24/5   426 notes
Résumé :
Une île de rêve
Un tragique accident
Le thriller de tous les dangers

La Réunion, 2020. Un sorcier vaudou tisse sa toile autour de l'obscure Eglise qu'il a fondée loin de son Togo natal. Un homme meurt dans une terrible attaque de requin. Une petite fille se replie sur sa détresse de jour en jour. L’île, malgré ses paysages entre lagons turquoise et montagnes luxuriantes, n’a rien du paradis auquel Paul Kessler s’attendait. Pourtant, cet ... >Voir plus
Que lire après L'Aigle noirVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (140) Voir plus Ajouter une critique
4,24

sur 426 notes
5
90 avis
4
37 avis
3
10 avis
2
1 avis
1
0 avis
Quelle histoire !!
J'ai été complètement happée par le scénario, par l'écriture et par ce personnage principal qu'est Paul kessler.

L'histoire est vraiment prenante, même si une fois encore elle aborde un sujet que je déteste ( mes prochaines lectures vont être beaucoup plus légères).
Mais ma lecture était supportable a ce niveau là. Même si Jacques Saussey est sans concession dans son écriture, que j'aime beaucoup au demeurant.

Mais j'ai encore été plus bluffée de savoir que l'auteur n'a jamais mis un pied a la Réunion et qu'il a réussi à écrire ce roman qui est quasi parfait.
J'ai vécu, il y a bien longtemps, pendant un an sur cette île paradisiaque.
Jacques Saussey a su m'y transporter a nouveau ( en m'évitant un vol de 10/11 heures).
Il a été précis dans ses descriptions, dans la psychologie des habitants,dans l'opposition des richesses et de la misère sur cette île. Sur les croyances locales également... Enfin je ne vais pas tout énumérer.
Mais surtout sur le fait qu'il n'y a qu'un seul prédateur sur cette île.... L'homme!!

Je souhaite que l'auteur puisse un jour mettre les pieds sur cette île ( et pas que St Gilles ) pour qu'il puisse se rendre compte du travail remarquable qu'il a pu faire.
Commenter  J’apprécie          1100
Jacques Saussey était sur ma liste des auteurs à découvrir. Voilà qui est chose faite grâce à "L'aigle noir" qui m'a emmenée, pour la seconde fois en peu de temps, sur l'île de la Réunion où, sous ses airs d'île paradisiaque, il s'y passe des choses terribles et/ou étranges.

Il y est question d'un crash d'hélicoptère, d'un sorcier vaudou, d'un instituteur dévoré par les requins, de pédophilie et de trafic de drogue, pour lesquels nous suivrons parallèlement différents personnages.

- Paul Kessler pour commencer, flic toulonnais à la retraite, engagé par Hubert, qui ne croit pas à la thèse de l'accident d'hélicoptère qui a tué son fils.
- le commandant Santos Rodriguez et son équipe qui enquêtent sur la mort de Jean-Denis d'un côté, jeune instituteur ayant servi d'appât aux squales, et qui réouvrent le dossier du crash de l'autre côté, Kessler ayant réussi à leur mettre le doute.
- le lieutenant Candice Nativel, de la brigade criminelle des mineurs, qui vient d'arrêter Zakary Hoareau, pour suspicion de viol sur sa fille de 8 ans.

Chacune de ces enquêtes emmèneront nos enquêteurs, officiels comme officieux, bien plus loin que ce qu'ils imaginaient. Ils côtoieront de plus ou moins près la Pègre réunionnaise. Ils mettront au jour une secte dirigée par un homme abject, ainsi qu'un réseau de pédophiles. le chemin vers la vérité est long et semé d'embûches...

Et bien, quelle aventure trépidante ! Avec des chapitres nombreux et très courts (143 au total, en comptant l'épilogue, pour 528 pages) mais très efficaces, Jacques Saussey nous embarque dans une intrigue très dynamique qu'on a du mal à lâcher. Si le suspense s'essouffle parce qu'on en comprend quasiment tous les tenants dès la dernière moitié, la tension, elle, est à son comble et monte crescendo jusqu'à la toute fin. le rythme, déjà pas peu lent, s'accélère davantage au fil de la lecture. Les pages se tournent de plus en vite. Les chapitres se dévorent en un rien de temps. le dénouement arrive sans crier gare. Totalement happée par ma lecture, je n'ai pas vu le temps passer.

Les personnages, relativement nombreux, nous invitent à suivre plusieurs enquêtes parallèlement d'abord mais qui, on le devine assez tôt, finissent par s'emmêler. On les voit petit à petit se croiser, se gêner, se rejoindre, collaborer. Malgré leur nombre, l'auteur a su les camper juste ce qu'il faut, sans jamais rentrer dans les détails de leur vie privée (ou si peu), se concentrant sur leurs états d'âme, leurs raisonnements et déductions, leurs réactions du moment.

Jacques Saussey use d'une plume concise, efficace, très entraînante, se concentrant sur les faits, un peu avare peut-être en détails en ce qui concerne les décors et le mode de vie des Réunionnais. Je n'ai donc pas ressenti d'atmosphère particulière, typiquement créole comme dans "Ne lâche pas ma main" de Bussi, lu récemment. Qu'à cela ne tienne, Jacques Saussey se rattrape grâce à son ambiance sous haute-tension, tantôt suffocante, tantôt angoissante, parfois ragoûtante par moments, mais toujours très intense.

Assez vite, on comprend qu'il ne vaut mieux pas s'attacher aux personnages. Assez vite, on comprend également qu'il nous faut nous préparer au pire. Certains passages sont presque insoutenables, notamment ceux concernant les actes de pédophilie. Moi qui ai du mal en temps normal quand on s'en prend aux enfants et aux animaux, j'ai été servie. Entre les gestes incestueux et les viols de petites filles de 6-8 ans, ainsi que les poules noires sacrifiées, j'ai parfois rencontré quelques difficultés. Je tiens tout de même à préciser qu'il n'y a pas de détails salaces, ni sanglants, pas de violence gratuite non plus. Les événements les plus abjects sont métaphoriquement relatés la plupart du temps, laissant notre imagination et notre sensibilité faire le reste.

Globalement, cette première expérience avec Jacques Saussey est un franc succès. Moi qui pensais avoir un thriller policier bien plus soft entre les mains, je n'étais donc pas préparée à ce que ce soit aussi noir et violent. Je ne peux pas dire que ce fut une "belle" surprise, vu la teneur des événements. En revanche, l'intrigue appétente et intense a clairement réussi à me harponner.
Commenter  J’apprécie          6914
S'il y a bien un auteur de polars / romans noirs / thrillers qui n'a pas la notoriété méritée c'est bien Jacques Saussey. En effet, ce dernier, largement au niveau des Minier, Thilliez, Bussi est principalement connu d'un noyau de fidèles, souvent arpenteurs de salons littéraires. Ce manque de notoriété étant certainement dû à des maisons d'édition assez confidentielles et au malheureux destins, le passage du tout jeune retraité chez Fleuve lui offrira une distribution digne de son talent.
Ce roman, L'aigle noir devrait en tout cas, fortement contribué à sa réussite. L'auteur nous emmène en terres Réunionnaises pour un roman où se mêleront polar, aventure, découverte, vanille, drogue ainsi que grosses cylindrées sur route et dans les airs. Paul Kessler, jeune retraité de la police est envoyé par un riche propriétaire de vanilleraie, revenu en métropole, à la Réunion où son fils unique a perdu la vie aux commandes de son hélicoptère, simple accident pour la gendarmerie locale. Mais le riche homme d'affaires ne s'en contente pas et aimerait un avis extérieur. Une fois sur place, l'ex-commandant Kessler se rendra compte que d'autres accidents et des moeurs les plus horribles seront liés au jeune héritier décédé. Un roman à cent à l'heure où la noirceur vient teinter ce bout de France de l'océan indien.
Commenter  J’apprécie          521
Un titre aux sens multiples que vous découvrirez au fil de la trame. Les références peuvent être nombreuses et c'est franchement savoureux de voir à quel point un titre colle à l'intrigue.

J'ai savouré cette lecture du début à la fin, sans aucune pause tellement j'étais immergée dans l'intrigue, par les descriptions très visuelles, mais surtout, j'ai complètement été entraînée par le rythme fou que nous impose l'auteur. Il y a une sensation d'urgence à comprendre, résoudre et trouver le fin mot de ces histoires…

La construction narrative, même si elle est assez classique, avec toutes ces enquêtes qui sont menées en parallèle pour au final n'en former qu'une, pourtant, ce type de construction a fait ses preuves, du moins chez certains auteurs, et lorsque c'est bien fait, c'est franchement un régal !

C'est un peu une construction en entonnoir, où nous avons plusieurs crimes, dont je vous laisse découvrir l'étendue, plusieurs enquêtes très différentes, mais qui vont peu à peu faire émerger les coupables. Ici, l'auteur va plus loin, en explorant la manipulation construite comme une toile d'araignée autour des plus vils instincts humains. Et c'est peu dire…

Fan de thrillers et romans policiers, cela faisait un moment que je n'avais pas lu un livre de cette qualité. Tout y est ! L'intrigue, la plume vive et incisive, avec ce qu'il faut d'empathie pour rendre les personnages attachants, les descriptions très visuelles que ce soit des paysages ou des personnages, et surtout cette urgence palpable où tout s'accélère jusqu'au final. Il n'y a pas de temps morts, on est happé, on souffre, on souffle et on essaie de sortir la tête des pages pour espérer ne pas y perdre son âme. On nage et surnage dans l'horreur absolue et on essaie de ne pas se noyer dans la crasse, on aspire quelques bribes d'air pour ne pas être asphyxié tellement, c'est nauséabond.

Un page-turner à la construction implacable, qu'il est difficile de poser, dont j'ai savouré chaque mot, chaque ligne au risque de me perdre entre les pages et être asphyxiée par l'aigle noir

Je ne sais pas si c'est intentionnel de la part de l'auteur, ou c'est moi qui fais une projection pourtant, la référence à « L'aigle noir » de Barbara s'est peu à peu imposée à partir des deux tiers de ma lecture. Pour ceux qui ne connaissent pas, et j'imagine qu'il y en aura beaucoup, c'est une chanson lourde de sens, que je vous invite à écouter. Pour ceux qui connaissent, dites moi si je suis complètement à côté de la plaque…

Je me suis régalée, n'hésitez pas si vous voulez plonger dans ce que l'être humain a de plus sombre en lui.

C'est un roman où les genres littéraires se croisent, notamment avec le thriller et tout ce qu'il amène comme suspense, construction psychologique des personnages, le polar et ces enquêtes dont la résolution est indispensable, mais aussi un roman noir, sociétal avec l'envers du décor des îles paradisiaques françaises.
Commenter  J’apprécie          379
Je découvre Jacques Saussey avec ce titre L'Aigle Noir. Et pour une première, disons que je suis servie. le prétexte pour nous raconter l'horrible ? Un crash d'hélicoptère qui tue l'héritier d'un riche propriétaire de vanilleraies. Celui-ci ne croit pas réellement à la thèse de l'accident et demande à un policier retraité, Paul Kessler, d'aller vérifier, sur place à La Réunion, les résultats de l'enquête de police concluant à l'accident.
Kessler quitte donc la métropole pour se retrouver dans un univers inconnu, une flore exubérante, un climat excessif, une géographie stupéfiante, qui le heurtera, le contraindra mais ne l'arrêtera pas dans sa recherche de vérité. Et cette vérité affichera l'inexprimable, l'incompréhensible, le pire des hommes. Oui le propos de cette lecture m'a choquée, m'a découragée, m'a abattue. Il reste que L'aigle noir est captivant grâce aux mots de l'auteur, à ses descriptions très, parfois trop visuelles et parce que malgré ce qu'il raconte, on se soumet au rythme de l'auteur car on veut tout découvrir.
Tout y est : assassinats, trafic de drogue, cupidité et la pire des concupiscences. Un roman noir, un polar qui mène enquête de police pour meurtres(s) et moeurs dans un lieu paradisiaque n'occultant en rien la part d'ombre la plus sombre de l'âme.
Commenter  J’apprécie          386

Citations et extraits (44) Voir plus Ajouter une citation
- Toute cette zone est très difficile d'accès. il n'y a pas de route qui permette d'y pénétrer. Uniquement des chemins de randonneurs ou d'anciennes pistes de marronnage.
- De marronnage ?
- Pardon... Le mot "marron", autrefois, désignait les esclaves africains évadés des plantations. Il vient de l'espagnol "cimarròn"qui signifie littéralement "vivre sur les cimes". Ça n'a aucun rapport avec la couleur de peau de ces fuyards qui se cachaient dans les hauteurs de l'île, là où très peu s'aventuraient à les retrouver. Ce terme est toujours employé aujourd'hui pour exprimer le retour d'animaux domestiques à la vie sauvage. N'y voyez rien de raciste.
Commenter  J’apprécie          110
2016, Togo : Sogbe, élevé pour devenir chaman, doit fuir son pays après avoir assassiné une femme. Après un long périple, il trouve refuge à la Réunion.
2020 : Paul Kessler, jeune retraité de la police, est sollicité par Hubert Bourdonnais, propriétaire d'une vanilleraie à la Réunion, pour enquêter sur la mort de son fils. Ce dernier est décédé dans un crash d'hélicoptère mais son père est persuadé qu'il ne s'agit pas d'un accident. Paul embarque donc pour l'île et très vite, son enquête officieuse va prendre une tournure bien plus complexe que prévu.
Jacques Saussey m'a embarquée dans son récit dès les premières pages et je ne l'ai plus lâché. Ce page turner est d'une efficacité redoutable. Les différentes enquêtes se rejoignent pour ne plus en former qu'une seule et la construction narrative est irréprochable.
L'auteur explore les bas instincts de l'homme et le lecteur ne peut que s'émouvoir et s'horrifier devant l'indicible. L'empathie avec les personnages clés est totale.
Bien qu'il ne soit jamais allé à la Réunion, Jacques Saussey décrit magnifiquement bien les décors, les bruits et les reliefs de l'île et arrive à nous faire ressentir la touffeur ambiante. On s'y croirait.
Le rythme est soutenu du début à la fin, appuyé par de très courts chapitres, et ne faiblit pas un instant. L'écriture est fluide et très immersive.
Un des meilleurs Saussey que j'aie lus. Avis personnel.
Commenter  J’apprécie          40
Contrairement à ce que la plupart des gens imaginait, le crime d’inceste s’insinuait dans toutes les couches sociales, des plus pauvres aux plus fortunées. La différence, c’était que dans les secteurs les plus défavorisés de l’île, la mère sans emploi gardait ses rejetons en priant le destin que les choses s’arrangent d’elles-mêmes. Voire en fermant les yeux sur ce qui se déroulait sous son toit, parce que si le mari était condamné et emprisonné, elle se retrouverait à la rue sans aucun revenu. Au bout du chemin, il ne lui resterait plus que l’alcool ou le suicide. Les mineurs seraient alors confiés à l’Aide sociale à l’enfance. Il n’y avait pas d’autre issue que cet insupportable éclatement de la famille.
Commenter  J’apprécie          60
Deux couteaux de cuisine plantés dans les orbites jusqu’à la garde lui clouaient le crâne sur le bois. On lui avait découpé les lèvres, cassé toutes les dents et sa langue avait été arrachée avec des tenailles. Le tueur avait même pris le temps de lui enfoncer un long tournevis d’une oreille à l’autre. Une autre version des trois singes de la sagesse.
Le message était clair. Ne rien voir.
Ne rien entendre.
Et surtout, ne rien dire.
Commenter  J’apprécie          100
Le lieutenant Turpin se gara près de l'entrée, à proximité de deux carcasses d'avion à moitié désossées. Un mécanicien émergea du local, son crâne rasé à zéro luisant au soleil. Un chiffon crasseux dans les mains, il leur lança un regard peu amène.
- C'est pour quoi ?
Le major Benedetti songea avec une note de regrets que, ici comme ailleurs, le mot "police" sur la carrosserie d'un véhicule ne faisait plus le même effet qu'autrefois auprès des civils qu'on venait interroger.
Commenter  J’apprécie          70

Videos de Jacques Saussey (49) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jacques Saussey
Attention !!! Nouvel horaire pour l'émission "Le coup de coeur des libraires" sur les Ondes de Sud Radio. Valérie Expert et Gérard Collard vous donne rendez-vous chaque samedi à 13h30 pour vous faire découvrir leurs passions du moment ! • Retrouvez leurs dernières sélections de livres ici ! • • • Harry Potter - La Magie de MinaLima: Tout l'univers graphique des films Harry Potter de Minalima et Jean Bernard Gouillier aux éditions Gallimard Jeunesse https://www.lagriffenoire.com/harry-potter-la-magie-de-minalima-tout-l-univers-graphique-des-films-harry-potter.html • Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban de J.K. Rowling, Minalima aux éditions Gallimard Jeunesse https://www.lagriffenoire.com/harry-potter-et-le-prisonnier-d-azkaban-illustre-par-minalima.html • L'Aigle noir de Jacques Saussey aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/l-aigle-noir-1.html • Ce qu'il faut de haine de Jacques Saussey aux éditions Fleuve Noir https://www.lagriffenoire.com/ce-qu-il-faut-de-haine.html • Les anges gardiens du 36 de Jean-Charles Sanchez, J. Milgram aux éditions Mareuil https://www.lagriffenoire.com/les-anges-gardiens-du-36.html • Oeuvres complètes: Edition définitive de Raymond Radiguet aux éditions Grasset https://www.lagriffenoire.com/oeuvres-completes-edition-definitive.html • L'Ombre d'un traître de Nathalie Saint-Cricq aux éditions L'Observatoire https://www.lagriffenoire.com/l-ombre-d-un-traitre.html • Je vous aiderai à vivre, vous m'aiderez à mourir de Nathalie Saint-Cricq aux éditions J'ai Lu https://www.lagriffenoire.com/je-vous-aiderai-a-vivre-vous-m-aiderez-a-mourir-1.html • Simone Veil de Laurène Vernet aux éditions Perrin https://www.lagriffenoire.com/simone-veil-les-combats-d-une-immortelle.html • le Festin de Margaret Kennedy et Denise van Moppès aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/le-festin-1.html • Passion Corée de Collectif aux éditions Hachette Tourisme https://www.lagriffenoire.com/passion-coree.html • le destin d'Anjali de Hema Macherla et Laure Manceau aux éditions Mercure de France https://www.lagriffenoire.com/le-destin-d-anjali.html • Mauvais sang de Élisabeth Schemla et Mohamad Mohty aux éditions Robert Laffont https://www.lagriffenoire.com/mauvais-sang-1.html • Cherche et trouve le Slip Magique de Noël de Julien Artigue, Loïc Méhée aux éditions Gulf Stream https://www.lagriffenoire.com/cherche-et-trouve-le-slip-magique-de-noel.html • Sous les toits de Paris de Dao Nguyen aux éditions Père Castor https://www.lagriffenoire.com/sous-les-toits-de-paris.html • Les Armes de la lumière de Ken Follett , Odile Demange aux éditions Robert Laffont https://www.lagriffenoire.com/les-armes-de-la-lumiere.html •
+ Lire la suite
autres livres classés : île de la réunionVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (1044) Voir plus



Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Colère noire" de Jacques Saussey.

Quel est le prénom du nom de Heslin qui aide Magne dans son enquête ?

Lise
Lisa
Lisy

10 questions
5 lecteurs ont répondu
Thème : Colère noire de Jacques SausseyCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..