AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782742797233
256 pages
Actes Sud (04/05/2012)
3.83/5   6 notes
Résumé :
Le phénomène est mondial : les femmes sont de plus en plus nombreuses au sein des armées, des polices, des guérillas et des gangs, jusque sur les rings de boxe. L’agressivité, le port d’arme et le droit de tuer ne sont plus réservés aux hommes. Quelles sont les raisons et les conséquences de ce changement profond de nos sociétés ?

Après avoir travaillé longtemps sur les femmes victimes de violences, Moïra Sauvage change de perspective. Ce passionnant ... >Voir plus
Que lire après Guerrières ! : A la rencontre du sexe fortVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Disponible en librairie depuis le 9 mai, "Guerrières !" est un essai de la journaliste française Moïra Sauvage, également auteure des "Aventures de ce fabuleux vagin".

Bien qu'encore largement occultée voire méprisée, la violence féminine fait partie intégrante de notre société à différents niveaux : armée, police, sport, guérilla, terrorisme, gangs.
Dans la première partie de son ouvrage, l'auteure évoque les tabous entourant la perception de cette violence par les hommes mais aussi par certaines femmes qui voient en elle un ennemi de la féminité et de la douce figure maternelle.
Que dire de ces femmes coupables d'infanticides ou de mauvais traitements ? Comment peut-on concevoir que des êtres capables de donner la vie puissent s'octroyer le pouvoir de la reprendre ?

Le chapitre consacré aux "guerrières oubliées par l'histoire" rend compte d'un phénomène ancien de plusieurs siècles, rencontré au détour de légendes (Amazones, Jeanne d'Arc), de figures emblématiques (Cléopâtre, Zénobie, Kahina, Bouddica, les soeurs Trung) comme de larges mouvements ayant participé activement aux luttes du 20ème siècle.
Moïra Sauvage lève ainsi le voile sur une Histoire laconique qui restreint les actions guerrières des femmes à quelques cas et initiatives isolés là où les faits montrent que de la guerre d'Algérie ou du Vietnam en passant par les luttes en faveur de l'avortement, de l'égalité professionnelle ou de la parité politique, les femmes se sont illustrées sur tous les fronts à travers de nombreuses actions collectives.

Plus que jamais, exister en tant que femme reste un combat de tous les jours. Militantes ou soldates, avec ou sans armes, nombreuses sont celles qui ont choisi de frapper du poing, de s'engager à combattre les injustices, de revendiquer leurs droits, de se rebeller contre un système existant avec l'espoir de faire évoluer la société et ses mentalités.
L'auteure s'essaie à une typologie de ces guerrières et de leurs parcours dont se dégagent certaines constantes : soutien du père et des proches, enfance marquée par un événement douloureux et déclencheur, importance des role models, même curiosité et remise en question du monde qui les entoure, personnalité anticonformiste,...
S'agissant des motivations de ces femmes, j'ai trouvé la généralisation maladroite. Contrairement à l'auteure, je ne pense pas que toutes ces femmes guerrières "ont le désir de montrer qu'elles peuvent faire aussi bien qu'un homme".
En choisissant de s'enrôler dans l'armée ou de pratiquer un sport "viril", chaque femme a-t-elle forcément à l'esprit un positionnement par rapport à l'homme ? Ne peut-elle pas simplement envisager les choses pour elle-même, défendre une cause par simple conviction, envie sans vouloir se faire en même temps le relais de la cause féminine ?

Aux 4 coins du globe, de nouvelles initiatives voient sans cesse le jour, facilitées par la mondialisation, le développement des ONG, le progrès d'internet et des réseaux sociaux qui permettent le regroupement des idées et la création de mouvements solidaires.
La liste des actions amorcées est impressionnante et plutôt méconnue en ce qui me concerne, ce qui rejoint le constat déploré par l'auteure : trop rarement portées aux nues, les actions entreprises par les femmes se voient sans cesse minimisées, jugées par un "désintérêt bienveillant" quand elles ne sont pas condamnées par le poids des traditions qui sévit toujours à des échelles différentes dans nos sociétés.

A travers son essai, Moïra Sauvage ambitionne de restituer le rôle des femmes guerrières au fil de l'histoire et au sein de nos sociétés actuelles.
Alors qu'elle reconnaît volontiers que son ouvrage ne tend pas à l'exhaustivité, j'ai quant à moi trouvé le corpus déjà très vaste et même un peu trop tassé par endroits.
Je voyais parfois défiler des suites de portraits et d'exemples pour me rendre ensuite compte que je n'avais rien retenu des lignes lues. Je comprends que l'auteure ait voulu fournir un maximum de noms et de références mais j'avoue qu'à force de voir se croiser époques et cultures, je me suis sentie perdue, noyée même, à plusieurs reprises. Peut-être qu'agencé différemment, mieux structuré, le contenu m'aurait semblé plus fluide.

Durant ma lecture, j'ai été interpellée par le début d'une phrase que je n'aurais sans doute pas spécialement remarquée si je n'avais pas lu "Lettre à Zohra D." de Danielle Michel-Chich : " Zohra Drif-Bitat, Fatouma Ouzegane, Fadila Attia, aujourd'hui des femmes âgées et respectables...".
Respectées par certains mais respectables ? Je ne vois pas en quoi verser dans le terrorisme, et ce peu importe la cause invoquée, poser des bombes et tuer des innocents peut inspirer le respect !
J'ai trouvé cette phrase inopportune voire même insultante envers les victimes des attentats perpétrés par ces femmes.

Troisième bémol qui peut sembler futile de prime abord, le sous-titre : "A la rencontre du sexe fort".
Les termes de "sexe faible" et "sexe fort" m'ont toujours horripilée tant ils supposent une hiérarchisation des genres.
Utilisé de la sorte, le terme de "sexe fort" est selon moi très maladroit car en totale contradiction avec le contenu du livre et l'ambition de l'auteure de restituer la place de la femme guerrière dans L Histoire et l'actualité, et non de la substituer à celle de l'homme.
Pourquoi ne pas avoir opté pour "A la rencontre d'un sexe fort" (qui n'induit pas cette idée de supériorité car il ne sous-entend pas que l'autre sexe soit faible) ou pour "A la rencontre d'un sexe oublié" puisque c'est bien du manque de reconnaissance des femmes guerrières dont il est question ici ?

Malgré mes réserves, je ne regrette toutefois pas cette lecture dont les aspects sociologiques et historiques ont réellement piqué mon intérêt et sont selon moi bien mis en balance en dépit d'un problème de structure au sein de l'ouvrage.
Il serait injuste de ma part de ne pas reconnaître que "Guerrières !" peut se targuer d'un véritable travail de recherche appuyé par une bibliographie très dense.
Aussi je crois que si vous cherchez un essai sérieux sur le sujet, l'ouvrage de Moïra Sauvage vous offrira de nombreuses pistes.
S'agissant du féminisme actuel, j'avoue ne pas adhérer aux initiatives radicales et je crains souvent que le féminisme ne devienne aussi écrasant que ce qu'il combat.

Mais "Guerrières !" nous rappelle que beaucoup de combats restent à mener et que la parité reste une utopie dans de nombreux pays.
J'ai ainsi été peinée d'apprendre il y a deux semaines le décès de la jeune chanteuse pakistanaise Ghazala Javed, assassinée de 6 balles tandis que son père décédait à ses côtés d'une balle dans la tête.
Son crime ? Avoir osé demander le divorce à son mari pour adultère et double mariage, du jamais vu dans un pays qui accepte jusqu'à 4 épouses légitimes.
Défendre la liberté des femmes dans ses chansons, une noble cause qu'elle aura payé de sa vie.
Lien : http://contesdefaits.blogspo..
Commenter  J’apprécie          60
Deuxième essai publié par la journaliste Moïra Sauvage, qui a été pendant six ans responsable de la commission Femmes d'Amnesty International France, Guerrières ! a un titre qui résume de manière assez explicite son contenu. Dans un premier temps, l'essayiste s'interroge en effet sur le tabou de la force féminine : pourquoi trouve-t-on actuellement encore si peu de femmes dans les clubs de sport de combat ou dans l'armée ? Pourquoi l'histoire est-elle si prompte à oublier les gladiatrices, soldates, émeutières ? Puis l'auteure part à la rencontre des guerrières d'aujourd'hui, qu'elles s'engagent dans la police, les guérillas, ou qu'elles pratiquent des sports "virils". Enfin, Moïra Sauvage s'intéresse aux femmes qui utilisent leur force pour s'engager, dans la défense de leurs droits par exemple, mais aussi dans la conquête de leur indépendance économiques, ou qui s'impliquent en politique.

La journaliste réalise ainsi une synthèse très intéressante et assez complète sur la violence féminine, montrant les constructions sociales qui font que l'agressivité et l'expression de la colère des femmes sont beaucoup moins bien acceptées que celles des hommes. En conclusion, elle nous propose une importante bibliographie pour creuser davantage le sujet. Son texte n'a pas une ligne superflue. Il ne se contente jamais des clichés et aurait pu faire le double de pages sans lasser tant il y a à dire.

Un essai passionnant qui montre de façon convaincante que violence et force ne sont pas l'apanage des seuls hommes, mais bien de l'ensemble des humains. A découvrir.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Quelle est la part de l ' enfance et de la culture, de l ' inné et de l ' acquis dans son expression? De nombreuses théories s ' opposent, qui mettent en jeu l ' observation de l ' agressivité animale et la conception d ' une nature supposée bonne de l ' être humain. Publiées récemment dans le magazine Books, les recherches de Sarah Blaffer Hardy, primatologue et professeure à l ' université de Californie, démontrent l ' existence, chez les humains comme chez les primates, d ' une tendance innée à la coopération et à l ' acceptation des normes de l ' espèce. Les valeurs morales s ' enracinent chez les petits par l ' exemple, et, dès l ' enfance, chacun cherche bien plus à se conformer au souhait des autres qu'à s ' en différencier. Une nature humaine plutôt bonne au départ, à la Jean - Jacques Rousseau, marquée par la propension à l ' empathie et à une morale altruiste.
Commenter  J’apprécie          20
Mais, dans une tribune publiée dans Libération, l ' avocate Gisèle Halimi fait semblant de s ' interroger : "Les femmes compassionelles, passives, non violentes, douces par "instinct", une fable, donc? Tout ce que la culture (manipulatrice) et les traditions (patriarcales) ont inculqué à la société vole en éclats. Dans leur cruauté, ces révélations illustrent l ' absurdité de la thèse essentialiste de la "nature féminine", maternelle et accueillante. [...] Sauf que l ' existence de femmes tortionnaires dérange l ' entendement moyen, indigne. Davantage que les hommes. Toujours par référence à l '"idéal" féminin fabriqué de toutes pièces [...] la muse de Verlaine, qui "seule sait rafraîchir [son] front blême, en pleurant [...]", manie la kalachnikov et la gégène.
Commenter  J’apprécie          20

autres livres classés : militantVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus

Autres livres de Moïra Sauvage (1) Voir plus

Lecteurs (16) Voir plus



Quiz Voir plus

Philosophes au cinéma

Ce film réalisé par Derek Jarman en 1993 retrace la vie d'un philosophe autrichien né à Vienne en 1889 et mort à Cambridge en 1951. Quel est son nom?

Ludwig Wittgenstein
Stephen Zweig
Martin Heidegger

8 questions
134 lecteurs ont répondu
Thèmes : philosophie , philosophes , sociologie , culture générale , cinema , adapté au cinéma , adaptation , littératureCréer un quiz sur ce livre

{* *}