AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791031204017
Éditeur : Editions Ateliers Henry Dougier (03/05/2018)

Note moyenne : 4/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Près de la porte Saint-Martin, à Strasbourg-Saint-Denis, il y a la rue Blondel. Or, dans la rue Blondel, y avait une demoiselle. Elle avait l’uniforme que porte la profession : une jupette ultra-courte et puis un boléro ayant peine à cacher un soutif en dentelle deux tailles trop étroit. Elle se postait toujours en haut de ses trois marches, dans le creux d'une porte. On aurait dit un peu comme une pauvre madone dessus son piédestal.
Elle s’appelait Lucienne,... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
cardabelle
  30 septembre 2018

Une petite escapade qui fleure bon le pavé parisien des années 50 et 60 .
Une fiction qui fait revivre tout un petit monde de la débrouille .
J'vous donne l'atmosphaaaère : on a Lulu , Momo , Dédé , des putes, de macs , des petits voyous , ni futés ni féroces avec des bleus à l'âme ou des coeurs gros comme ça sans oublier l'érudit ...
Tout ce maelstrom qui colorait aussi le Paris de cette époque !
Et , quand j' aperçois , ne serait-ce que l'ombre d' Audiard , de Jouvet , de Gabin et des autres , je craque ...
Alors, ce petit récit , je l'ai lu d'une traite .
Mais , je lui ai trouvé un goût de trop peu : il a plus l'apparence d'une ébauche . le rythme est rapide , on survole les parcours des uns et des autres plus qu'on ne les vit .
Je passe aussi sur quelques anachronismes et sur la qualité des dialogues qui m'ont souvent semblé convenus ou simplistes : la gouaille , on oublie !

Belle trame pourtant qui demandait à mon sens plus de profondeur .
Ce roman , je lui trouve un air " Veillée des Chaumières " : la morale est sauve , je vous rassure !
Malgré tout , cette lecture m'a offert un divertissement sympa et je remercie l'équipe de Masse Critique et les Editions Ateliers Henry Dougier .


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          460
FelicieAussi
  06 juin 2018
Je vous présente aujourd'hui une lecture qui ne m'a pas laissée indifférente et m'a beaucoup émue.
Une plongée dans le vieux Paris des années 50… à la rencontre de 3 personnages atypiques et aux âmes très différentes..
Avant de le commencer, j'avoue que j'ai eu un peu d'appréhension quand au contexte général de l'histoire : la noirceur du thème de la prostitution, les conditions, les bas quartiers.. Comment allais-je gérer les émotions ? La très belle mais sombre couverture, nous plonge directement dans cette rue pavée éponyme, ne manquait plus que les « trois petites marches » si célèbres dans le roman, pour basculer complètement dans cette ambiance. Mais une fois le livre ouvert, les mots ont simplement défilés sous mes yeux, et je n'ai refermé le livre qu'une fois terminé. Les destins si fragiles et bruts, ces personnages authentiques ont fait de ces petites heures une réelle immersion. Bienvenue dans la rue Blondel.
Dans cette rue que l'on imagine très bien morne, sombre, humide et où chacun est un peu seul, vous y trouverez des destins qui croisent et se perdent, se retrouvent, s'aiment, se quittent.. 3 êtres écorchés qui ont cherché l'amour qu'on ne leur donnait pas.
Lulu la prostituée, très jeune et déjà sur le trottoir. Une vie toute tracée depuis l'enfance qu'elle n'a pas eu facile. Les douleurs et déceptions feront d'elle une femme forte mais très fragile à la fois. Momo, le petit caïd du quartier, entouré de mauvaises fréquentations et dont les actes n'ont pas toujours récoltés que des bons « poings ».. Et Edmond, pourtant né de bonne famille, mais mal aimé aussi, qui va et vient de partout et nul part, à la recherche de reconnaissance.
Les chapitres sont courts et racontent tout à tour, sur une trentaine d'années, les tranches de vies de ces 3 protagonistes, nés sous de mauvaises étoiles.. Malgré un cadre plutôt sombre et un milieu quelque peu sinistre, l'auteur ne tombe jamais dans le mélodrame ni le glauque, ni le voyeurisme. Tout est raconté avec tellement de pudeur et de justesse que Lulu, Momo et Edmond en deviennent tous les trois très touchants. Leurs destins vont se croiser et Lulu deviendra un réconfort important pour ces deux hommes. Elle sera ce dont ils ont besoin tour à tour, l'amante, l'amie, la femme..
La plume de l'auteur se veut simple et très bien écrite, un peu brute parfois mais sans vulgarité et pleine de respect. Elle est parfaitement dans le ton des années 50 et ses titis parisiens. On entendrait presque Edith chanter Milor. Elle nous emporte dans leurs tristes pensées, leurs désespoirs, leurs vies si ternes et dures, leurs doutes et parfois leurs abandons face à cette étincelle de vie qui ne vient pas.
On ne peut que s'attacher à Lulu, Momo et Edmond. Je suis triste de les quitter, bien que le soleil tend à poindre sur leurs coeurs. Ils sont devenus comme des amis et je les aime sincèrement.
Une chose se dégage encore de ce livre une fois fermé, c'est ce sentiment universel qu'est l'Amour et toutes ses formes, il ne s'achète pas mais se partage et permet d'apporter de la lumière et de l'espoir aux plus méritants.
Ce petit roman est finalement très compliqué à décrire, il ne s'explique pas, il se lit et se ressent. Tout se passe à l'intérieur, on vit l'histoire et on y entre avec une facilité déconcertante malgré le milieu qu'on aimerait éviter. On n'a pas envie de le lâcher… Ce livre est un gros gros coup de coeur ♥♥, une lecture merveilleuse.
Lien : https://felicielitaussi.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
MadameTapioca
  11 septembre 2018
Je suis très heureuse d'avoir enfin découvert les Ateliers Henry Dougier, une maison d'édition qui a pour ambition de « raconter avec lucidité, simplicité et empathie, les cultures du monde. Tout ce qui est susceptible de nous réveiller, de briser la glace en nous. ».
« Rue Blondel » c'est un peu comme un film en noir et blanc avec Gabin, Ventura et Simone Signoret.
L'histoire de 3 destins qui se croisent sur 25 ans dans une petite rue parisienne, connue pour ses prostituées, et dans le café « le Sélect » pour boire un petit blanc.
Il y a d'abord Lucienne, la prostituée au destin brisée, ballottée entre sa mère et la violence des macs. Il y a Momo, petit voyou, serrurier devenu cambrioleur, boxeur puis taulard. Il y a Edmond le fonctionnaire, timide, poète qui a perdu son coeur en Crète dans une lointaine histoire d'amour. de 1947 à 1972, leurs parcours vont se croiser sans cesse dans cette rue, dans ce café.
Un roman court (120 pages) qui raconte les petites gens d'un Paris disparu et peut-être un peu idéalisé. On entend l'accent des titis parigots, on sent l'odeur du tabac roulé et on entend le bruit des verres sur le zinc.
Une écriture sans fioritures, sans effet de style mais une plume empreinte d'honnêteté et j'y ai ressenti toute la sincérité de l'auteur.
Une histoire simple, très tendre, qui embarque rapidement le lecteur dans une ambiance délicieusement rétro.
Un roman modeste mais fort agréable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
LesMissChocolatinebouquinent
  11 mai 2018
Mais quel délicieux roman ! Un roman peignant trois portraits, d'une femme et de deux hommes, qui en toute honnêteté et sans tomber dans le graveleux, te fait voyager dans cette quête et cette reconnaissance que la vie n'offre pas forcément. le point commun de ces deux hommes est Lulu. Lulu, sa vie a basculé en enfer lorsqu'en défendant sa mère, commet un acte irréparable. Mineure, elle est jugée coupable et sera enfermée de nombreuses années. Lulu est l'incarnation même de la force puisée dans l'abnégation de cette vie vouée à ce « perchoir de la Madone », pas plus haut que trois marches. Elle trône telle une déesse de la chair, sur son piédestal, regardant et attirant les passants dont elle leur procure le plaisir éphémère. Lulu a toujours été condamnée à cette vie, une situation qui se passe de mère en fille telle une malédiction. Lulu a le regard éteint sur cette vie médiocre, son courage et d'autant plus saisissant qu'il ne semble n'y avoir aucun échappatoire. Lulu est là, sans être là, un mirage qui trouvera réalité dans les bras de Momo et d'Edmond.

Momo est le petit voyou des bas quartiers. Momo n'a rien d'un gangster mas malheureusement se trouve souvent au mauvais endroit au mauvais moment. Forte de ses expériences ratées, il passe la plupart de sa vie dans une cellule. Son passage dans l'armée n'a pas mis du plomb dans sa tête mais a eu le mérite de révéler son aptitude pour la boxe. Momo est à l'image même de l'insouciance. Son attirance pour les mauvais postures est inéluctable, mais celle qui l'éprouve pour Lulu est profonde et sincère. Celle qui détruit toute logique et fait rêver. Il ne l'a jamais oubliée, elle a toujours eu sa place dans son coeur malgré les nombreuses années qui les ont éloignés. Momo est un gars bien sympathique et aucunement présomptueux.
Edmond est le fils unique d'une famille catholique, bon genre, bon chic. Edmond en a eu marre et s'est enfui pour parcourir les routes du monde. Les routes, synonyme de quête, rite initiatique. Une évasion pour se trouver, donner un sens à sa vie. Pour être tout simplement. Edmond ayant peu confiance en lui, accablé comme si il portait toutes les peines du monde sur ses épaules. Edmond n'est l'ombre que de lui même. Lulu lui a amené tout le confort et l'écoute dont il avait besoin.
La présence de Lulu dans les vies de ces deux hommes ont été une bénédiction. Elle apparaît comme étant la maitresse, la femme, l'amante, la mère, l'amie, la soeur. Elle tient se rôle essentiel et indestructible. Elle a cette place chérie dans le coeur de ses deux hommes et les guide dans les méandres de leurs vies chaotiques. Elle est cette madone de chair et au coeur sensible. Malgré les séparations inexpliquées et les éloignements, elle leur donne à tout jamais un rôle à ses côtés.

La plume de Valéry Sauvage est sans aucun doute une très belle découverte. Une plume empreinte d'une honnêteté et d'une verbe à la fois poétique et dure. Elle fait voyager le lecteur tout au long de cette rue Blondel, au grès des souvenirs de Lulu, intégrant les points de vue de Momo et Edmond. Un panorama touchant et prenant. Une peinture parfaite alternant la morosité, la peur, l'inquiétude, le désoeuvrement, l'espoir et l'amour régnant du haut de ces trois marches.
Une lecture captivante, envoutante et sincère ! Je suis juste conquise !
Lien : https://lesmisschocolatinebo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
myriampele
  27 septembre 2018
Merci aux éditions HD et à Babelio pour cette lecture!
Rue Blondel: le titre annonce bien le contenu du livre, de même que la couverture, photo noir et blanc : pavés juste éclairés par un réverbère. Les personnages sont parisiens et se retrouvent dans la rue, au bistrot et plus tard en province .... et même en Corse. Deux prostituées( mère et fille!) sont au centre de ce récit écrit très simplement , naïvement. On retrouve l'ambiance des films populaires des années cinquante. C'est plaisant à lire et vite lu. Je crains seulement que ce ne soit vite oublié.
Commenter  J’apprécie          90
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
LuthvalLuthval   24 mai 2018
Avril 1972, Paris.
« Changement de propriétaire » indiquait l’affichette apposée sur la vitrine du bar-tabac Le Select. Lucienne jeta un coup d’œil, intriguée et ressentit comme une légère crainte. Le Select, c’était son havre de paix, il ne faudrait pas qu’on aille lui changer ses petites habitudes. Depuis plus de vingt ans, elle arpentait la rue Blondel et venait boire son petit blanc limé, assise à sa place favorite, une petite table ronde, au fond, près de la vitrine. De là elle observait les passants d’un œil distrait, le temps d’une pause, avant de retourner au turbin. La clochette tinta quand elle ouvrit la porte. L’épais nuage de fumée lui piqua les yeux. Les éternels habitués, accoudés au zinc, buvaient leur petit noir, la clope au bec.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Valéry Sauvage (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Valéry Sauvage
Boléro - Ravel - Ukulele
autres livres classés : années 50Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox




Quiz Voir plus

Coupe du monde de rugby : une bd à gagner !

Quel célèbre écrivain a écrit un livre intitulé Rugby Blues ?

Patrick Modiano
Denis Tillinac
Mathias Enard
Philippe Djian

10 questions
836 lecteurs ont répondu
Thèmes : rugby , sport , Coupe du mondeCréer un quiz sur ce livre