AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Citations sur Les Syyrs, tome 2 : La naissance de Caliera (4)

La jeune femme s’arrêta brusquement, et lutta pour maîtriser sa respiration haletante. Autour d’elle, la forêt semblait résonner de son souffle inégal. Elle se força à prendre de lentes inspirations. Elle devait être silencieuse. Ses jambes la brûlaient furieusement alors qu’elle mobilisait son Don pour se fondre dans le décor. S’il la surprenait encore, elle ne pourrait pas s’échapper cette fois-ci.
Soudain, elle entrevit l’éclat métallique de l’acier entre les arbres. Il approchait. Le soldat avait ralenti à présent et sondait les bois à sa recherche. Alors qu’il passait près d’elle, Lianne contrôla encore sa respiration et sortit sa dague. Dans un éclair, elle se jeta sur le Syyr, mais il fit un bond de côté et évita sa lame. Le cœur de Lianne rata un battement et son corps, épuisé, manqua de lui désobéir. Par un effort de volonté, elle se retourna vers son adversaire, sabres levés. Le combat fut court et laissa la jeune femme à terre, couverte de bleus.
Commenter  J’apprécie          20
En l'absence de son maître, Lianne errait sans but. Ses amis semblaient constamment occupés à droite ou à gauche. Quant à la jeune femme, elle ne pouvait reprendre les cours communs avec les plus jeunes apprentis, et aucun maître ne semblait disponible pour la prendre en charge.
Commenter  J’apprécie          10
Les proies couinaient. Elles couraient dans tous les sens. Ce n’était pas des proies très appétissantes, elles ne brillaient pas beaucoup. Mais, à chaque fois qu’elle mordait, elle pouvait le sentir couler en elle. Pendant un instant, la faim de la mère s’atténuait. La sensation était grisante. Puis il s’échappait, et la faim revenait, dévorante.
Alors elle mordait, griffait. Ses ailes déchiquetées pendaient dans son dos. Elle finirait de les manger plus tard. Pour l’instant, la jalousie l’enveloppait. Elle se laissa porter par les sentiments de la mère sans chercher à comprendre. Elle hurla aussi, et ses mâles rugirent en réponse.
Commenter  J’apprécie          10
— Comment s’appelle la tienne ? demanda-t-elle enfin.
— Nihima.
— Tornade ailée…
Cela correspondait tout à fait à son maître.
— J’aime beaucoup, dit-elle.
La jeune femme étudia la question. Fari, l’espoir, lui semblait trop facile. C’est en contemplant une petite fleur qui avait réussi à pousser dans les décombres qui les entouraient qu’elle trouva : Caliera, la première fleur. C’était un symbole que tous pouvaient comprendre ...
Commenter  J’apprécie          10




    Lecteurs (69) Voir plus



    Quiz Voir plus

    Les plus grands classiques de la science-fiction

    Qui a écrit 1984

    George Orwell
    Aldous Huxley
    H.G. Wells
    Pierre Boulle

    10 questions
    4856 lecteurs ont répondu
    Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre

    {* *}