AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070140490
Éditeur : Gallimard (16/10/2014)

Note moyenne : 3.43/5 (sur 75 notes)
Résumé :
«Se plonger dans les histoires de drogue est l’unique point de vue qui m’ait permis de comprendre vraiment les choses. Observer les faiblesses humaines, la physiologie du pouvoir, la fragilité des relations, l’inconsistance des liens, la force colossale de l’argent et de la férocité. L’impuissance absolue de tous les enseignements mettant en valeur la beauté et la justice, ceux dont je me suis nourri. La coke était l’axe autour duquel tout tournait. La carte du mond... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (22) Voir plus Ajouter une critique
carre
  24 avril 2015
Une fois refermé « Extra Pure », des questions viennent tout de suite à l'esprit, d'où vient cet envie de croisade ? Les risques pris par Saviano en valent t'ils vraiment la chandelle tant le combat semble perdu d'avance ?
Car le livre égrène jusqu'à plus soif, tout une liste de noms, de familles, tout un lot de meurtres, de tortures, d'exactions abominables et terrifiantes. Des pages et des pages de guerre de clans, de pressions, d'horreurs insoutenables. Saviano patiemment, méthodiquement remonte aux origines du mal, Il y a certainement plus de morts que de mots dans cette terrifiante plongée. Il m'a fallut sortir plusieurs fois du livre, pas par écoeurement mais plus par un certain ennui car tout ce flot d'informations finit par lasser et demeurer assez vain pour le lecteur candide.
Avec au final une ultime question, les ramifications du mal semblent d'une telle ampleur, y a t'il un remède à tant de maux ? le travail de Saviano est salutaire mais j'en ai peur vain.
Commenter  J’apprécie          572
Killing79
  20 mars 2016
Roberto Saviano est un journaliste et écrivain qui est condamné à mort par la mafia italienne depuis son ouvrage « Gomorra ». Il a une réputation d'obstiné. Quand cet auteur se lance dans un projet, il y consacre tout son temps, tout son esprit et se retrouve comme habité par le thème. Et le moins que l'on puisse dire c'est que pour s'attaquer à la cocaïne, il a une nouvelle fois déployé une énergie folle. Il a voyagé dans le monde entier, a rencontré un grand nombre de protagonistes, a recensé tous les chiffres, dans le but de nous faire entrer dans l'univers des stupéfiants.
Lorsque j'imaginais le trafic de cocaïne, je résumais ça au dealer colombien vendant sa marchandise à des pauvres drogués dans des rues sombres. Mais à la fermeture de ce livre, ma vision s'est vraiment élargie et le plan d'ensemble que j'ai découvert, est plutôt effrayant. En effet, pour parvenir à ses fins, Roberto Saviano m'a entraîné dans les différentes strates de ce commerce.
On débute par un voyage en Amérique du Sud dans les champs de coca. On y côtoie les producteurs, les narcotrafiquants célèbres et leurs cartels meurtriers. En Afrique et en Europe, on fait aussi connaissance avec les brokers, pourvoyeurs du virus sur toute la planète. En Russie, on rencontre la Mafija, nouvel acteur important. On termine notre périple avec les consommateurs finals et les organisations policières chargées de mener la chasse. Aux détours des paragraphes, on découvre aussi des détails un peu plus techniques : comment se fabrique la substance, comment elle est transportée incognito, comment l'argent est blanchi, comment les banques et les femmes jouent des rôles prépondérants, comment les chiens renifleurs sont entraînés…et j'en oublie, le thème est tellement vaste.
Sur la forme, le style choisi par l'auteur est un peu déstabilisant. Les chapitres ne sont pas datés, ils n'ont pas de liens entre eux et font intervenir une multitude de personnages. Certains textes sont parfois un peu répétitifs mais ils constituent un tableau qui décrit un pan particulièrement important de la criminalité internationale et surtout de l'économie mondiale.
Grâce à une enquête exigeante et des portraits souvent dramatiques, Roberto Saviano remplit à merveille son rôle de dénonciateur du système, même s'il sait très bien que la cause paraît vaine tant la machine semble intarissable et inarrêtable.
En conclusion, cet essai est essentiel pour se faire une véritable idée du pouvoir de l'or blanc !
Lien : https://leslivresdek79.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          171
Fandol
  23 mars 2017
Roberto Saviano, l'auteur de Gomorra, vit sous protection policière depuis plus de huit ans. À la fin d' Extra pure, il note : « Merci à Salman Rushdie qui m'a appris à être libre même entouré de sept hommes armés. » Enfin, ces pages très émouvantes de remerciements se terminent ainsi : « Merci à ma famille qui paie par ma faute un prix exorbitant. Malgré tous les remerciements du monde, je ne pourrai jamais me faire pardonner et je le sais. »
Ces remerciements de l'auteur sont le reflet des risques pris et des souffrances endurées : « J'ai observé l'abîme et je suis devenu un monstre… Fouiller. Déchirer. S'enfoncer… Les parrains, les massacres, les procès. Les tueries, les tortures, les cartels. Les dividendes, les actions, les banques. Les trahisons, les soupçons, les délations. La cocaïne… La vie qui m'est échue est une vie de fuyard, de coureur d'histoires, de multiplicateur de récits. Une vie sous protection, une existence de saint et d'hérétique… »
Fruit d'un énorme travail de recherche et d'enquête très poussées, "Extra pure" commence par un constat d'une lucidité effroyable : « La coke, quelqu'un autour de toi en prend… » Suit une énumération qui n'oublie personne et balaie toutes les professions, jusqu'aux plus prestigieuses.
Après, il faut suivre l'auteur dans ses recherches, ses récits foisonnant de noms, de lieux, d'histoires terribles, sanglantes où un seul dieu règne en maître : l'argent. Il n'élude aucune responsabilité comme celle des USA ordonnant aux gomeros, paysans d'Amérique centrale, de cultiver à nouveau le pavot parce que ce pays avait besoin de morphine pour la guerre. le Mexique a dû fournir plus d'opium et, peu à peu, se sont mis en place les cartels, groupes gérant la production de cocaïne, encaissant les profits, contrôlant prix et distribution. Les saisies policières donnent une idée bien faible par rapport à la réalité. le Mexique est à l'origine de tout mais, comme une gangrène, la coke a contaminé le monde entier et Roberto Saviano en décortique les filières, « cette folie meurtrière sans limites vers laquelle le trafic de drogue a poussé le Mexique aujourd'hui. »
La cocaïne rapporte cent fois plus que les meilleures actions en bourse avec « un océan d'esclaves interchangeables qui perpétuent un système d'exploitation dont seuls quelques-uns profitent… L'économie de la coke croît sans limites et se glisse partout. » L'auteur n'oublie pas le blanchiment de l'argent : « Aujourd'hui, New York (Wall street) et Londres (la City) sont les deux plus grandes blanchisseries d'argent du monde. »
Enfin, il y a le continent africain : « L'Afrique est au Mexique ce qu'un hypermarché est à un grossiste de denrées alimentaires. La cocaïne est comme l'une des épidémies qui se sont répandues sur tout le continent africain à une vitesse effrayante. »
Roberto Saviano rappelle le souvenir de Christian Poveda, abattu par les maras, gangs de rue les plus dangereux du monde, après avoir tourné son fameux documentaire La vida loca. « Raconter, c'est mourir » mais devant l'ampleur du désastre, il débat du problème de la légalisation et se dit favorable à cela afin de casser la spéculation, la loi de l'offre et de la demande.
"Extra pure" est une livre dont on ne sort pas indemne mais Roberto Saviano note : « du respect pour ceux qui lisent… Connaître, c'est commencer à changer. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
girafe83500
  24 septembre 2015
Un livre très ardu à livre. Pour ma part une deuxième lecture s'imposera car je n'ai retenu que les grandes lignes tant les détails sont pointus. le titre du livre donne le ton, il n'y a pas de surprise en cours de lecture. D'ailleurs, comme le titre, tous les mots sont choisis pour être le plus exact et retranscrire cette enquête de titan.
Les personnages sont si nombreux qu'ils est impossible de retenir tous leurs noms et leur "profession". Aux patronymes sont ajoutés leurs surnoms ce qui demande un effort de concentration très élevé. A ces noms, il faut ajouter les noms des cartels et des pays correspondants ou des sections des polices et de leur pays d'origine. Une bonne mémoire s'impose.
Le mécanisme du blanchiment demande aussi de la concentration car de nombreuses banques sont cités. Toutefois, je trouve qu'il manque un peu de précision quant au processus lui-même. Je ne comprends pas pour l'auteur ne lui a pas réservé un peu plus d'approfondissement.
Les différents trajets de transit de la cocaïne sont également nombreux et il n'est pas évident de se rappeler quel moyen de transport et quel parcours privilégient les différents cartels.
Une enquête (ou quête) sur des années pour éclairer et sensibiliser la population mondiale au fléau de la cocaïne, drogue "à la mode" qui amène effectivement le lecteur à voir certaines choses différemment à propos de l'instabilité financière que nous subissons. Un travail colossal mené par Roverto Saviano qui aboutit sur un livre accessible à tous. La tournure des phrases et la complexité des noms appellent une attention de la part du lecteur qui le fait adhérer à la démarche de l'auteur. Ceci est réussite littéraire au-delà du travail d'investigation effectué.


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Guz
  09 août 2018
EXTRA PURE – VOYAGE DANS L'ECONOMIE DE LA COCAÏNE – Roberto SALVIANO – Gallimard

Roberto SALVIANO sait qu'il risque gros. Parfois il se demande même s'il a eu raison de mettre ainsi sa vie en jeu. Mais en même temps, on ressent la fierté qui est la sienne. Celle-ci transparaît à travers son écriture.
Il est fier, car des années d'études et d'attention lui ont appris les choses qu'il veut partager avec nous. Il sait aussi que s'exposer au danger comme il le fait ne sera pas vain, si seulement nous savons l'écouter.
Oui, il nous parle de l'économie de la cocaïne. Oui, ce mot fait peur à beaucoup d'entre nous. Mais comment lutter contre quelque chose si on n'en connait pas les rouages, si on ne sait pas ‘comment ça marche' ? Car « ça »marche justement, et « ça » fait mal. « Ça » fait mal partout. « Ça » met les vies et « Notre Chère Démocratie » en danger.
Roberto SALVIANO déroule sous nos yeux les organigrammes, les portraits, les rouages de ce monde obscur et de plus en plus violent des mafias (colombienne, mexicaine, italienne, russe et africaine essentiellement).
La demande est importante, les chiffres d'affaires sont vertigineux et le blanchiment est le plus grand coupable. Et que dire quand on sait que certaines banques américaines (entre autres) le font ? Wall Street et la City sont coupables. Il le démontre.
Les pauvres gens « interchangeables » (tiens le même mot a été utilisé par Yannick HAENEL quand il parlait des pauvres de ce monde – voir notre article, Je Cherche l'Italie) sont utilisés pour la production, la purification et l'acheminement de l'or blanc qui apporte beaucoup et détruit énormément.
Allons-nous répondre à sa demande et lire son livre ? A mon avis, l'avenir de nos enfants en dépend. Et surtout serons-nous d'accord avec sa proposition ?
PS On ne peut pas non plus bouder notre plaisir quand on lit quelques anecdotes succulentes : En Colombie, le montant, par mois, des dépenses rien qu'en élastiques pour attacher les liasses de billets montait à 2 500 dollars …. C'est vrai, cela devient tout de suite plus parlant.

le 4 mars 2015
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51

critiques presse (3)
Telerama   03 décembre 2014
On n'aimerait pas être dans la tête de Roberto Saviano. Un crâne rempli de corps découpés et de cadavres suspendus sous des ponts, de martyrs torturés, de populations terrifiées. A côté, les tableaux de Jérôme Bosch ressemblent à une sympathique kermesse. D'autant qu'il n'y a pas de place pour l'imaginaire dans Extra pure, la nouvelle plongée de l'auteur de Gomorra dans le monde de la drogue.
Lire la critique sur le site : Telerama
LaLibreBelgique   18 novembre 2014
Roberto Saviano [...] publie aujourd’hui "Extra pure", un "voyage dans l’économie de la cocaïne" qui le voit dépasser le cadre italien pour mettre ses pas dans le crime organisé à travers le monde.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Lexpress   07 novembre 2014
Avec ce livre sur l'économie de la drogue, l'enquêteur-romancier italien Roberto Saviano se surpasse. Il raconte l'histoire des parrains, histoires d'ascension et de chute, de vengeances et de crimes, de chiffres faramineux et de complicités incroyables.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (42) Voir plus Ajouter une citation
carrecarre   25 janvier 2015
La peur et le respect avancent main dans la main, ce sont les deux faces d'une même médaille: celle du pouvoir.
Commenter  J’apprécie          510
FranckBFranckB   19 avril 2015
Et si j'avais fait autrement ? Si j'avais choisi une route plus droite, celle de l'art ? La vie d'un écrivain, par exemple, que certains définiraient pur, avec ses névroses, ses angoisses, sa normalité. Raconter des histoires inspirées. Se passionner pour l'écriture, la narration. Je n'en ai pas été capable. La vie qui m'est échue est une vie de fuyard, de coureur d'histoires, de multiplicateur de récits. Une vie sous protection, une existence de saint et d'hérétique, de coupable quand je mange, de tricheur quand je jeune, d'hypocrite quand je ne tranche pas. Je suis un monstre, comme l'est toute personne qui s'est sacrifiée pour une cause qu'elle croyait supérieure.
Mais j'ai encore du respect. Du respect pour ceux qui lisent. Ceux qui arrachent un peu de temps à leur vie pour se bâtir une nouvelle vie. Rien n'est plus fort que la lecture, ceux qui prétendent que lire un livre est un geste inutile sont des menteurs. Lire, sentir, étudier, comprendre : c'est la seule façon de se construire une vie par-delà la vie, une vie à côté de la vie. Lire est un acte périlleux, qui confère une dimension et une forme aux mots, qui leur donne chair et les sème aux quatre vents. Lire bouleverse tout, faisant tomber des pièces, des billets, de la poussière dans les poches du monde. Connaître le trafic de drogue, connaître le lien entre la rationalité du mal et celle de l'argent, déchirer le voile qui recouvre la prétendue conscience du monde. Connaître c'est commencer à changer. Mon respect va aux personnes qui ne jettent pas ces histoires, qui ne les négligent pas, mais se les approprient. Celles qui sentent ces paroles à fleur de peau, qui les gravent dans leur chair, et se forgent un nouveau lexique. Celles-là modifient la trajectoire du monde, car elles ont compris comment y vivre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
carrecarre   10 février 2015
L'amour est un trophée de la vie, il ne faut jamais hésiter à le brandir.
Commenter  J’apprécie          530
gamingamin   31 décembre 2014
Suite à "La Grande Librairie", où Mr Saviano était présent, j'ai voulu absolument acheter "Extra pure" tant le sujet m'intéressait et l'auteur était captivant et s'exprimait bien. Je suis en cours de lecture, mais je suis fort déçu. Le fond est bien, mais beaucoup moins qu'espéré. La forme est pénible à lire. Il y a trop d'énumérations (noms compliqués, listes ennuyeuses, ...). J'aurais préféré une étude du sujet plus en profondeur. Je suis à la moitié du livre et j'ai hésité à abandonné. Mais, cela semble devenir mieux! Je résiste...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
carrecarre   08 février 2015
Ce sont de bons vivants, les Colombiens, ils ont en eux cette joie irrépressible qui est l'antidote au fatalisme.
Commenter  J’apprécie          260
Videos de Roberto Saviano (20) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Roberto Saviano
Roberto Saviano est né à Naples en 1979. Écrivain, essayiste et journaliste, il est notamment l?auteur de "Gomorra : Dans l?empire de la camorra" et d'"Extra pure : Voyage dans l?économie de la cocaïne", tous deux publiés aux éditions Gallimard. Il a remporté le Grand Prix de Cannes en tant que scénographe du film Gomorra et est le créateur de la série télévisée éponyme.
L'écrivain, sous surveillance depuis 2006 en raison des menaces reçues des organisations criminelles mentionnées dans ses écrits, était à Nancy à l'occasion de la parution de son nouveau roman, "Piranhas" (Gallimard). Un entretien exceptionnel conduit par Marie-Madeleine Rigopoulos, chargée de mission du Livre sur la Place, le 6 octobre 2018 à la préfecture de Meurthe-et-Moselle.
+ Lire la suite
autres livres classés : cocaïneVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Histoire et généralités sur la Normandie

TOUS CONNAISSENT LA TAPISSERIE DE BAYEUX, QUI EN EST LE HÉROS ?

RICHARD COEUR DE LION
ROLLON
MATHILDE
GUILLAUME LE CONQUERANT
GUILLAUME LE ROUX

20 questions
27 lecteurs ont répondu
Thèmes : histoire , célébrité , économieCréer un quiz sur ce livre