AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Vincent Raynaud (Traducteur)
ISBN : 2221113195
Éditeur : Robert Laffont (09/04/2009)

Note moyenne : 3.74/5 (sur 37 notes)
Résumé :
Ce livre réunit deux récits situés dans le sud de l’Italie, deux textes qui se dressent contre la violence des hommes en général et celle de la Mafia en particulier. « Le contraire de la mort » raconte le deuil de Maria, une jeune fille de dix-sept ans qui a vu son amoureux Gaetano partir pour l’Afghanistan, d’où il n’est pas revenu. « La bague » fait le portrait de deux jeunes hommes, Giuseppe et Vincenzo, qui, parce qu’ils ont choisi d’exercer un vrai métier et re... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
Sylviegeo
  30 juillet 2016
Deux petites nouvelles de l'auteur de la Gomorra. Deux nouvelles qui nous parlent du Sud de l'Italie, dans le pays napolitain où l'espoir d'un avenir pour les jeunes n'existe pratiquement pas. La première, sur la guerre, pas de "celles qui relèvent de la mémoire historique" (p.22), les dernières: Bosnie, Kosovo, Afghanistan, sur le deuil, sur l'amour, la fidélité, sur l'armée qui représente une issue telle un travail et un salaire pour nombre de jeunes gens. La seconde, sur l'éternelle mafia, la Camorra et sa violence, ses secrets, ses abus, son contrôle, ses crimes, ses erreurs meurtrières. En fermant ce tout petit livre ( 88 pages) magistralement écrit, j'ai ressenti une tristesse infinie, un profond accablement devant ce fatalisme. P. 19 " Tout arrive parce que ça doit arriver. On subit et on tire ce qu'on peut de ce qu'on a subi. On tire ce qu'on peut de ce qui nous est échu, mais on ne pourra jamais choisir quelle obole quémander à la malchance, et à ce qui s'abat sur nous, ni comprendre pourquoi." Roberto Saviano, celui qui vit dorénavant sous protection policière permanente donne le ton en nous disant qu' "il est des lieux où le simple fait de naître est une faute..."
Une heure de lecture qui nous fout le cafard et nous navre mais qui nous crie également que le contraire de la mort c'est l'amour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
girafe83500
  26 septembre 2016
Une jolie découverte pleine d'humanité. Ce livre est une ode de Roberto Saviano à son pays et plus particulièrement à la contrée de Naples. Malgré la dureté de la vie de cette ville qu'il aborde avec énormément de pudeur, il donne envie de découvrir la ville et ses habitants. Leur style de vie, leur mentalité et mode de fonctionnement.
Il y a le bien et le mal qui se côtoient, et même si Roberto Saviano a adopté le Bien, il ne dénigre pas et ne juge pas ses concitoyens pour lesquels le lecteur ressent une grande émotion et affection.
Le titre est bien choisi. L'amour est partout dans ce livre malgré la dureté des histoires des protagonistes.
C'est le deuxième livre que je lis de cet auteur engagé et je commence a être fan car séduite par son intelligence et la simplicité de son écriture.
Commenter  J’apprécie          130
carre
  23 janvier 2012
Roberto Saviano revient après le phénoménal succès de "Gomorra" (à quel prix !) avec ce livre de deux nouvelles qui se déroule à Naples et ses environs.
«Le Contraire de la mort», raconte l'amour de Maria pour son fiancé Gaetano mort en Afghanistan. «La Bague», nous dresse le portrait de Giuseppe et Vincenzo, assassinés sauvagement pour avoir refusé de travailler pour la Gomorra. Un homme va se révéler incapable de raconter ce drame à une femme venue enquêter. Saviano nous parle d' amour, de mort, de violence, de mémoire. Il le fait de façon très réaliste, la peur est là présente dans chacun des protagonistes, comme si le mal triomphe toujours du bien, comme si la mafia est une fatalité. Menacé de mort par la Gomorra , on ne peut que saluer ce courage d'écrire sur un sujet aussi sensible en Italie. Cela m'a donné envie de
lire Gomorra.
Commenter  J’apprécie          80
marnchoups
  18 mai 2018
Roberto Saviano. Un nom à consonance italienne qui laisse entendre un accent chantant quand il est prononcé à haute voix. Mais dans certaines contrées italienne, il vaut mieux chuchoter ce nom ou ne pas l'énoncer sous peine de représailles.
Auteur de nombreux articles et du livre Gomorra qui a fait beaucoup de bruit, Roberto Saviano est connu pour avoir dévoilé aux grands jours les dessous de la mafia italienne ce qui lui a valu des menaces de morts et des représailles avec la justice.
J'ai profité de l'immersion dans le milieu de la mafia italienne dans lequel m'a plongé la série Suburra pour sortir de ma bibliothèque, un recueil de nouvelles qui si il est petit par son épaisseur, nous ouvre grand les portes d'une culture, d'un mode de vie, de la réalité d'une certaine partie de l'Italie.
Le contraire de la mort est un recueil de deux nouvelles, deux tranches de vie en apparence opposées mais définitivement reliées par une lutte sans merci contre le poids des obligations et la mort.
Retour de Kaboul est par son titre déjà percutant. Ces trois mots laissent dans leur sillage une traînée de poussière, de douleur et de sang.
Maria est une toute jeune femme qui malgré elle est contrainte de porter le lourd masque du deuil.
C'est à un narrateur inconnu mais qui est une oreille attentive et curieuse que Maria raconte son histoire. La sienne et celle d'Enzo, son défunt fiancé.
Dans la petite ville italienne dans laquelle elle vit, les traditions sont ancrées. Les vétérans sont légions dans son entourage proche ou lointain. Enrôlés pour des raisons différentes, ils sont tous unis par leurs souvenirs. Ceux qui ne sont pas revenus du front comme Enzo laissent à leurs proches des souvenirs mais aussi une unique question : Pourquoi ?
En quelques pages, Maria laissent ses mots dérouler son histoire, sur sa vie de jeune « veuve » mais aussi d'Italienne. le narrateur comble les blancs en faisant intervenir ses connaissances et laisser s'exprimer l'environnement dans lequel évolue cette nouvelle.
Le point final de cette nouvelle laisse la place à une histoire bien différente mais tout aussi saisissante. Celle de Giuseppe et Vincenzo.
Deux noms posés sur le papier mais qui marqueront l'esprit des non initiés. Ceux comme moi, qui ne savent pas qu'à l'heure où j'écris ces mots, dans le Sud de l'Italie certains se battent contre l'emprise de la Camorra, la mafia. La liberté n'est qu'une illusion dans cette partie de l'Italie. Deux solutions sont offertes : jouer le jeu imposé par la mafia de près ou de loin, peu importe, l'important est de l'intégrer. Ou la mort.
En choisissant l'émancipation, en voulant exercer un métier Giuseppe et Vincenzo ont été les victimes de leur soif de liberté.
Là encore, le narrateur a une place importante. Comme dans un vidéo-reportage, il pose un regard lointain et une voix calme sur ce qui se déroule sous ses yeux et dans ses pensées. Il assiste à l'exécution des deux émancipés, aux regards détournés des témoins et à l'emprise toujours plus forte de la Camorra.
Le contraire de la mort est un recueil qui recèle beaucoup de vérités cachées à ceux qui ne s'y intéressent pas. Tel un coup de poing, les mots de Roberto Saviano m'ont percuté.
Lien : https://lepuydeslivres.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
cecileo
  05 juin 2010
Avec pour sous-titre : « Scènes de la vie napolitaine. »
C'est la première de deux nouvelles qui donne le titre à ce recueil, le sous-titre indiquant bien que l'auteur écrit sur sa région natale, le Sud de l'Italie.
Le contraire de la mort, ce n'est pas la vie, mais l'amour. Dans le premier de ces récits, il s'agit de l'amour que porte Maria, jeune fiancée veuve avant même d'avoir rejoint l'autel au bras de Gaetano. Gaetano, comme beaucoup d'autres jeunes gens de sa région, s'est enrôlé dans l'armée, non pas par patriotisme, mais tout simplement parce que c'est la seule chose à faire pour échapper au chômage. Il est parti pour l'Afghanistan, mais n'en reviendra pas.
La deuxième nouvelle, « La bague » nous retrace aussi une guerre : celle qui hante Naples , celle de la Camorra. Dans ce climat de violence qui semble incompréhensible pour qui n'est pas de cette terre, Roberto Saviano nous relate la mort de Giuseppe et Vincenzo, jeunes ouvriers à la peine pour un salaire de misère, assassinés dans un conflit qui n'était pas le leur.
Extrait de la nouvelle « le contraire de la mort » :
Autour de Maria, personne ne se demande comment cela est arrivé ni pourquoi. Tout arrive parce que çà doit arriver. On subit et on tire ce qu'on peut de ce qu'on a subi. On tire ce qu'on peut de ce qui nous est échu, mais on ne pourra jamais choisir quelle obole quémander à la malchance, et ce qui s'abat sur nous, ni comprendre pourquoi. Et la colère, la douleur, semblent avoir leur source précisément là, quand on découvre qu'on n'en retirera aucun bénéfice.
Une écriture minimaliste, deux nouvelles façon « coup de poing ».
Deux récits poignants, d'autant plus crédibles que l'on sait l'auteur condamné à mort par la Camorra suite à la parution de son précédent livre « Gomorra »
Je suis souvent perplexe face aux recueils de nouvelles dans lesquels je cherche frénétiquement le lien qui unissent ces récits dans l'esprit de leur auteur au point de vouloir en faire un seul ouvrage. Nul doute de ma part ici : résistance et amour face à la guerre, quelle qu'elle soit.
Et moi qui ne porte souvent aucune attention aux citations en tête de livres, je me suis véritablement arrêtée sur celles qu'a choisies l'auteur, car elles portent l'intensité de ce recueil :
Tu pleures seulement si personne ne te voit
Et tu cries si personne ne t'entend,
Car le sang qui coule dans tes veines
N'est pas de l'eau,
Carmela, Carmè,
Et l'amour est le contraire de la mort.
Sergio Bruni
S'il faut donner son sang,
Allez donner le vôtre,
Vous êtes bon apôtre…
Boris Vian.
Et cette dédicace :
A Vincenzo et Pietro,
Que la terre vous soit légère.

Ce recueil était au pied de mon sapin à Noël . Mais pourquoi l'ai-je laissé dormir sous ma PAL pendant plus de cinq mois ? ! ! !
Pas de billets trouvés sur le Net …
Je me propose d'en faire un livre voyageur, car il est à découvrir.
Editions Robert Laffont - 88 pages intenses !
Lien : http://lectureamoi.blogspot...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
blandine5674blandine5674   09 août 2017
Je sais d'après les photos qu'il envoyait de Kaboul qu'il aimait les marchés, que pour lui les gens là-bas étaient tout sauf agressifs, il m'écrivait qu'il aimerait m'y emmener un jour, en Afghanistan et qu'à Kaboul personne n'en pouvait plus, de la guerre, que tout le monde voulait la paix, comme eux. Il écrivait qu'il n'aurait jamais imaginé découvrir un pays si beau qu'on avait presque envie d'aller y vivre et de maudire ceux qui l'avaient mis dans cet état.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
SylviegeoSylviegeo   30 juillet 2016
Tout arrive parce que ça doit arriver. On subit et on tire ce qu'on peut de ce qu'on a subi. On tire ce qu'on peut de ce qui nous est échu, mais on ne pourra jamais choisir quelle obole quémander àl a malchance, et ce qui s'abat sur nous, ni comprendre pourquoi .
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Roberto Saviano (23) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Roberto Saviano
A l'occasion de la sortie en salles de "Piranhas", le nouveau film de Claudio Giovannesi, tiré du roman de Roberto Saviano, l'auteur et le réalisateur ont confié à Télérama les conditions de tournage d'un film sous pression.
autres livres classés : mafiaVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Grandes oeuvres littéraires italiennes

Ce roman de Dino Buzzati traite de façon suggestive et poignante de la fuite vaine du temps, de l'attente et de l'échec, sur fond d'un vieux fort militaire isolé à la frontière du « Royaume » et de « l'État du Nord ».

Si c'est un homme
Le mépris
Le désert des Tartares
Six personnages en quête d'auteur
La peau
Le prince
Gomorra
La divine comédie
Décaméron
Le Nom de la rose

10 questions
533 lecteurs ont répondu
Thèmes : italie , littérature italienneCréer un quiz sur ce livre
.. ..