AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2707321893
Éditeur : Editions de Minuit (15/09/2011)

Note moyenne : 4.11/5 (sur 18 notes)
Résumé :
Toutes les dents de Louise n'ont pas été comptées, ni ses cheveux et sa courbe de croissance n'a pas été analysée. Une petite fille grandit sur l'écorce de la terre qui projette une partie de son cercle sur le disque lunaire reflétant le soleil dans la grande nuit des astres, des gaz et des poussières.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Christw
  23 mars 2014
Bien des hommes de tous les domaines artistiques, attendris, émerveillés, ont sollicité leur savoir-faire pour célébrer leur enfant, leur petite fille. Parce que ce qu'ils font de mieux est ce qu'ils peuvent offrir de plus beau à ce qui leur est arrivé de mieux. Pour les marquer d'une pierre blanche, Eugène Savitzkaya a écrit ces belles pages pour sa fille comme il fit pour son fils dans Marin mon coeur.
Chaque page est celle d'un émerveillement. Non celui du papa mièvre devant le berceau mais celui qui, presque intimidé, regarde grandir ce bout de fille, témoin privilégié de l'épopée d'une princesse aigre-douce dont vient un jour le temps de la conter. "Cela se passe toujours de la même manière : je prends des notes, presque quotidiennement. Et puis, au bout d'un moment qui peut être plus ou moins long, je relis ces carnets, ces feuilles éparses, et des directions se dessinent, qui me suggèrent une suite, un prolongement. Je me remets alors à écrire et cela donne un livre", confie l'auteur dans un entretien en librairie. Une poésie teintée d'histoires slaves venues de son ascendance mi-russe mi-polonaise.
Ah mais cette petite-là n'est pas comme les autres ! Tous les parents le savent, la leur est exclusive dont les composants du destin sont l'antimoine et la salsepareille...
Le charme vient de ce que Savitzkaya ne considère pas sa fille comme « son » enfant : "on les fait naître, on tente ensuite, maladroitement sans doute, de les aider, mais ils n'appartiennent qu'à eux-mêmes. Car Louise est la mer et la forêt et la nuit entière. Car personne ne peut l'attraper et rien ne peut entraver sa marche. (...). C'est toute Louise qui veut, et pas seulement le petit je au bout de la langue."
D'ailleurs elle ne découvre pas les choses, ce sont elles qui la rencontrent. le jour de son premier bain dans l'Ourthe, "la rivière a rencontré Louise dans les courbes de son lit de galets". Puis la forêt rencontrera Louise au détour d'un chemin et la mer viendra à elle en plein vent.
Je ne veux pas rompre le charme et n'en dis pas plus, emplissez-vous de ces septante jolies pages et reportez-vous à l'entretien avec le poète mentionné plus haut.
Notons enfin que la critique sur "Promotion des lettres belges" se montre plus nuancée et regrette qu' Exquise Louise ne fait que charmer alors que Marin mon coeur avait ébloui.

Lien : http://www.christianwery.be/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          132
Lali
  26 octobre 2012
Une petite fille grandit sous le regard de ceux qui l'aiment. Elle s'appelle Louise et elle est un poème à elle seule avec ses questions, son amour pour la nature, sa passion pour la vie, ses rires et se grands yeux qui ne cessent de s'étonner. Une petite fille bouge avec ses grands pieds et nous surprend au détour de chaque geste. Une petite fille nous redonne le goût de l'essentiel que les grandes personnes ont enfermé dans une armoire parce qu'il faut bien un jour laisser l'enfance derrière soi. Et pourquoi donc?
Une petite fille nous pose la question sans la poser. Et nous ne pouvons qu'y répondre en contemplant les étoiles, en comptant les taches des coccinelles et en se dessinant une moustache en buvant un verre de lait.
Une petite fille nous apprend à vivre à nouveau. le temps d'un livre. D'un très beau livre signé Eugène Savitzkaya.
Lien : http://lalitoutsimplement.co..
Commenter  J’apprécie          70
eowin
  24 avril 2012
Un père écrits des textes sur sa fille. Ses qualités, ses petits défauts .... tout est dit de manière souvent amusante.
Et même si elle s'appelle pas Louise, beaucoup de parents y retrouveront leur petite fille.
Commenter  J’apprécie          50
SeriallectriceSV
  11 février 2016
Eugène, père émerveillé, trace le portrait de son exquise Louise, et c'est délicieux.
Des pages empreintes de bonheur et de tendresse, d'une grande douceur, de poésie.
Je découvre cet auteur belge. Il mérite d'être lu...d'être davantage connu en France.
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
EphemeralEphemeral   29 novembre 2015
"Louise est la mer et la forêt et la nuit entière. Elle est la lumière, c’est-à-dire qu’elle est l’étoile la plus lumineuse et la plus proche dans la nuit des temps, le feu qui se consume et se transforme. Elle est la rivière sortie de terre et creusant dans la terre son ravin et son lit.Elle est la mer dont l’amertume provoque des hoquets et du fou rire. Elle est la nuit qui englobe toutes choses. Elle est la musique, c’est-à-dire qu’elle est l’air et le vide, la pluie et le vent. L’air la traverse, la pluie la lave et la fait danser, le vent porte ses mots et son chant, et les déforme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
19chantal19chantal   21 avril 2018
Si un tyran domestique vous surprend la cisaille à la main autour des rosiers infâmes où s'accrochent toujours foulard, jupe et gilet, faites mine d'attraper les mouches qui pondent dans les fleurs.
Pour les tyrans domestiques, Louise tient prêtes des réponses bien fignolées. Surprise les cisailles à la main à proximité des rosiers épineux où elle accroche toujours son foulard, sa jupe ou son gilet, elle s'empresse de cisailler en l'air, à grand bruit de lames, comme pour attraper les mouches qui pondent dans les fleurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
SeriallectriceSVSeriallectriceSV   11 février 2016
Toutes les pierres sont filles et les garçons ne sont que de petits cailloux, des rochers détachés de la montagne de pierre.
Commenter  J’apprécie          00
SeriallectriceSVSeriallectriceSV   11 février 2016
Chaque doigt de Louise se conduit comme s'il était l'élément principal d'un bouquet, tige exceptionnelle parmi les autres.
Commenter  J’apprécie          00
SeriallectriceSVSeriallectriceSV   11 février 2016
Louise n'est pas disparate. Elle s'encorde à sa mère et sa mère est à elle encordée. Ce qui manque à l'une est en l'autre.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Eugène Savitzkaya (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Eugène Savitzkaya
Rencontre avec Eugène Savitzkaya dans le cadre de sa résidence à la librairie des Traversées.
autres livres classés : enfanceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Français ou Belge ?

Georges Simenon

Francais
Belge

10 questions
315 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature française , littérature belgeCréer un quiz sur ce livre