AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782707328311
166 pages
Editions de Minuit (05/02/2015)
3.54/5   12 notes
Résumé :
Pourquoi frauder est la question primordiale de ce récit qui ne parle que d'enfants que l'été retarde dans les champs et les taillis. Fous qu'ils étaient, ils chérissaient leur mère et menaient contre leur père un combat acharné, véritable guérilla, ayant choisi, à la manière des partisans, le repli dans les hautes herbes et l'alliance avec les bêtes A tous les modes, à tous les temps, voici l'histoire romancée d'un garçon fraudant la vie comme on fraude l'Etat, la ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
claudeparis
  31 juillet 2015
"A six ans, dans un pré voisin de la maison que louaient ses parents, il vit des truies faire le liquide et le solide, de si près qu'il put observer tout le curieux ajutage par lequel le fluide et l'épais sortaient en abondance. Et chaque fois qu'il défèque, c'est toute une porcelaine rose qui danse devant ses yeux. Et la dégustation d'un thé fin dans une délicate céramique lui cause la même vision dont il ne peut se défaire. de porc à porcelaine, un énorme con danse devant ses yeux".
"N'accumulons pas trop les matières" nous dit l'auteur au début de son livre. D'accord, mais de quelles matières s'agit-il ? Fèces, urine (que les femmes déversent debout, sans relever leurs robes ! Ce n'est pas moi qui le dit !), embaumant les foins, animaux crevés sur les tas d'ordures, purin.... j'en passe et pas des moindres....
"Un livre qui bruisse d'une langue poétique tellement magnétique" a écrit un critique. Je veux bien. Mais pour moi c'est un livre nauséabond, qui ne m'a, personnellement rien apporté et qui n'a même pas eu le mérite de me divertir pendant la période de canicule ; par contre il m'a grandement, disons, ... ennuyée (pour être gentille) ... même si le jars n'a pas cessé de jargonner et que nous étions en pleine saison des reines-claudes : "comme c'est beau les reines-claudes ! "
Soyons charitables, il y a de très belles pages, mais ... dommage qu'elles soient émaillées d'histoires de con (le terme n'est pas de moi !).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Francedewepion
  02 mars 2017
Disons que c'est un livre assez spécial. Il m' a fallut parfois relire deux fois la même phrase pour comprendre ou encore revenir en arrière. Par contre, son écriture poétique m'a tout à fait séduite même si j'ai regretté ça et là quelques vulgarités. La condition humaine des familles modestes est sublimée grâce à ce ton poétique jamais plaintif.
Notons que ce livre a reçu le prix Rossel en 2015
Commenter  J’apprécie          20
ruffinironzaniluca
  28 octobre 2015
Livre qu'il faut prendre le temps de savourer, ce dernier nous entraine dans une forme de nostalgie heureuse. Via les tableaux que ce livre nous présente, nous nous retrouvons aux portes de la poésie. Il nous invite à redécouvrir et à vivre des moments hors du temps. Un très bon livre qu'il faut savoir savourer.
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (2)
Telerama   15 avril 2015
Un livre qui bruisse d'une langue poétique tellement magnétique qu'on est tenté de le lire à voix haute, comme sous emprise.
Lire la critique sur le site : Telerama
Lexpress   17 février 2015
La prose sensuelle de Savitzkaya s'attarde sur la "suavité des reines-claudes", la recette du bortsch ou la composition du bon foin. Pourtant, la mort, cette faucheuse, rôde, dans ce faux conte enfantin à la narration éclatée, où les personnages trichent avec le monde qui les entoure.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
claudeparisclaudeparis   31 juillet 2015
Et ses fils lui répétaient la même chose, ne pense pas, ne pense plus. Est-ce que les pensées sont parfois comme des poux ? Est-ce que les pensées sont comme des vers dans les intestins du temps, les suceurs du mouvement des astres ? Est-ce que les pensées sont des termites dans la charpente des toits ou des tarets dans les poutres des pontons ? Et la mère de l'enfant cessa de penser, résolument.
Commenter  J’apprécie          60
coco4649coco4649   08 juillet 2017
 
 
Avant de descendre l’escalier de la si maigre maison, le garçon franchit le palier du premier étage et pousse la porte de la chambre de ses parents. Sa mère semble profondément endormie, la tête blottie dans l’oreiller en duvet d’oie, un bras nu étendu sur la couverture légère du lit matrimonial. Elle dort dans la lumière et les mouches vrombissent. Quel âge peut avoir cette femme qui semble dormir ? Quel chemin a-t-elle parcouru avant d’arriver ici dans ce lit en bois ? Le livre commence ici et je n’ai pas la moindre idée du trajet qu’il prendra. Dans mon métier, il est nécessaire de se munir d’échelles mais inutile de posséder un mètre ruban, une
montre. Un métronome est admis : le cœur, ses secousses, ses arythmies et ses arrêts à mesurer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
claudeparisclaudeparis   31 juillet 2015
L'espoir prolonge et aggrave la misère humaine, seul est heureux celui qui a perdu tout espoir.
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Eugène Savitzkaya (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Eugène Savitzkaya
Avec Arthur H, Rim Battal, Seyhmus Dagtekin, Maud Joiret, Sophie Loizeau, Guillaume Marie, Emmanuel Moses, Anne Mulpas, Suzanne Rault-Balet, Milène Tournier, Pierre Vinclair & les musiciens Mathias Bourre (piano) et Gaël Ascal (contrebasse) Soirée présentée par Jean-Yves Reuzeau & Alexandre Bord
Cette anthologie reflète la vitalité impressionnante de la poésie francophone contemporaine. Quatre générations partagent des textes pour la plupart inédits. La plus jeune a 17 ans, les plus âgés sont nonagénaires. Ils sont ainsi 94 à croiser leurs poèmes sur la thématique du désir, un mot aussi simple que subversif.

ADONIS – ARTHURH – Olivier Barbarant – Linda MARIA BAROS Joël BASTARD – Rim BATTAL – Claude BEAUSOLEIL – Tahar BEN JELLOUN – Zoé BESMOND DESENNEVILLE – Zéno BIANU – Carole BIJOU – Alexandre BONNET-TERRILE – Alain BORER – Katia BOUCHOUEVA – Julien BOUTREUX – Nicole BROSSARD – Tom BURON – Tristan Cabral – CALI – Rémi Checchetto – William CLIFF – François de CORNIÈRE – Cécile COULON – Charlélie COUTURE – Laetitia CUVELIER – Seyhmus DAGTEKIN – Jacques DARRAS – Michel DEGUY – Chloé DELAUME – René Depestre – Thomas DESLOGIS – Ariane DREYFUS – Renaud EGO – Michèle FINCK – Brigitte FONTAINE – Albane GELLÉ – Guy GOFFETTE – Cécile GUIVARCH – Cécile A. HOLDBAN – Philippe JAFFEUX – Maud JOIRET – Charles JULIET – Vénus KHOURY-GHATA – Anise KOLTZ – Petr KrÁL – Abdellatif LAÂBI – Hélène LANSCOTTE – Jean LEBOËL – Yvon LE MEN – Perrine LEQUERREC – Jérôme LEROY – Hervé LETELLIER – Sophie LOIZEAU – Lisette LOMBé – Mathias MALZIEU – Guillaume MARIE – Sophie MARTIN – Jean-Yves MASSON – Edouard J.MAUNICK –
+ Lire la suite
autres livres classés : poésie en proseVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
1015 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre