AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2367932395
Éditeur : L'Atalante (12/05/2014)

Note moyenne : 3.63/5 (sur 95 notes)
Résumé :
Années 2460. L'enseigne Andrew Dahl vient d'être affecté à bord de l'Intrépide, le prestigieux vaisseau amiral de l'Union universelle. Génial ! Pas tout à fait. Les jeunes recrues de l'équipage ne tardent pas à s'en apercevoir, les sans-grade comme eux ont une fâcheuse propension à trouver une mort spectaculaire au cours des missions d'explorations alors que leurs supérieurs le commandant, le premier officier scientifique et l'héroïque lieutenant Kerensky s'en tiren... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (31) Voir plus Ajouter une critique
fnitter
  25 février 2013
Une petite tranche de rigolade science-fictionnesque
L'auteur est avant tout connu pour sa série le vieil homme et la guerre. Une fois connu et reconnu, il a pu enfin se consacrer à sa passion : la sf humoristique dont ce titre est le dernier opus.
D'entrée de jeu, la structure est posée. Les jeunes recrues et enseignes sont intrépides et ils meurent, dans des conditions les plus variées, et c'est drôle.
Pour l'histoire, dans un univers ultralight question description et crédibilité, quelques jeunes enseignes sont affectés à L'intrépide, un vaisseau dont la mission est d'explorer le vaste espace, missions et explorations produisant un fort taux de perte parmi l'équipage. (Oui, c'est un hommage non déguisé à Star Treck et la dédicace de la scénariste en chef de Star Treck : Next generation sur le quatrième de couv en est une preuve flagrante).
Toute l'histoire repose sur le principe suivant : S'ils veulent survivre, il va leur falloir découvrir le secret du vaisseau et y remédier.
Ce roman est une farce. Un style très vivant et accessible, on le lit d'une traite, le sourire aux lèvres avec même quelques francs éclats de rire. le background n'a aucune espèce d'importance, la sf n'est qu'un prétexte à un livre que j'ai trouvé très original, même si l'idée de base a déjà été évoquée dans plusieurs films et livres que vous découvrirez au passage (je ne spoilerai pas l'intrigue. :-))
L'histoire en elle-même ne fait que 252 pages et se lit en une après-midi (pour moi) et j'ai passé un très bon après-midi. (Les 70 pages restantes sont trois coda écrit par l'auteur, où ce dernier développe son "délire" d'une autre façon, mais que j'ai trouvé sans intérêt).
Un peu cher pour une histoire courte mais résolument une bonne lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          7913
Foxfire
  08 septembre 2016
L'année dernière, j'avais lu "Prime time" de Jay Martel, roman de SF humoristique dont le concept était que nous, terriens, étions à notre insu les héros d'un programme de téléréalité pour les extra-terrestres. "Redshirts" de John Scalzi a une thématique assez proche du roman de Jay Martel. A l'époque de ma lecture de "Prime time" j'avais écrit une critique dithyrambique, pleine de superlatifs. Maintenant que j'ai lu "Redshirts", si je devais aujourd'hui réécrire la critique de "Prime time", je reverrais mon enthousiasme à la baisse. Mais c'est le jeu de la critique "à chaud" et je l'assume. Si "Prime time" reste un roman bien sympathique, il ne se hisse pas au niveau de "Reshirts".
L'humour de Scalzi, jouant sur tous les registres, de l'absurde au subtil en passant par le grossier, fonctionne très bien sur moi. Les dialogues sont savoureux, les situations loufoques à souhait. le récit est rythmé et enchaîne les péripéties tout en ménageant quelques moments d'émotion.
Au-delà de la comédie "Redshirts", grâce à une mise en abyme assez vertigineuse, parfois même très alambiquée (les noeuds au cerveau ne sont pas loin), est aussi une vraie réflexion sur l'acte de création.
Jusqu'ici je n'avais lu qu'un seul roman de Scalzi, "le vieil homme et la guerre", excellent récit de SF militaire. Avec "Redshirts" j'ai donc découvert Scalzi dans le registre de la comédie et j'ai beaucoup apprécié.
Challenge Atout Prix 2016-2017 - 7 (prix Hugo et prix Locus 2013)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4712
jamiK
  13 février 2018
Grosse déception.
On commence avec de la SF bourin militaire, un peu caricaturale, je me dis pas mal, ça va bouger. Et cette histoire de mortalité trop importante sur ce vaisseau apporte une seconde intrigue qui va nous amener dans des chemins de traverse. le sujet est plutôt sympa, et lorqu'on commence à parler de vieilles série télé de la fin du XXe siècle, je me suis dit que ça prenait des directions croustillantes. Mais une chose m'a gêné tout du long du récit. le style de l'écriture ne prend jamais vraiment le parti du sujet. Les discours entre les membres d'équipage ne volent pas haut, il y a ce moment où ils parlent de faveurs sexuelles par exemple, juste ébauché, qui tombe là, incongru dans l'intrigue, et vite oublié. Pour moi, il fallait s'abstenir ou enfoncer le clou et jouer à fond dans le lourdingue. le style est télégraphique et plat, mais sans emphase, quitte à jouer sur la caricature, autant y aller à fond, comme Norman Spinrad dans Rêve de Fer. Et les personnages restent sans profondeur, le Coda III sauve un peu la mise, mais c'est trop tard. À aucun moment je n'ai souri, très loin de me tenir le côtes. Et le chapitre final du Coda I, rédigé à la manière de ce qu'on écrit sur les blogs d'internet, genre “l'accro au shopping écrit un scénario de science-fiction”, pour moi, ce style d'écriture, c'était de la souffrance, j'ai même failli m'arrêter là, si près de la fin. L'idée de la mise en abyme en rapport avec les séries télés SF bon marché est une idée assez chouette, mais n'a pas suffit à m'emballer.
PS. Un roman avec mise en abyme pour ceux que ça intéresse : “La caverne des idées” de Jose Carlos Somoza, je l'ai lu il y a longtemps, mais je me souviens que j'avais adoré.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          293
ludi33
  16 avril 2018
Redshirts est une lecture très sympathique. A travers son roman, John Scalzi décortique les travers de la science fiction et déforme ses codes pour nous offrir une parodie du genre.
Ses personnages vivent des aventures incroyables, trop incroyables... Tellement qu'ils commencent à avoir des doutes sur le but de leur existence. L'auteur à travers son histoire s'interroge aussi sur la création artistique et ses implications. J'ai bien aimé les 3 coda à la fin du roman, qui offrent une mise en abime intéressante;
Au final (et sans vouloir dévoiler l'intrigue) le roman est un pastiche amusant, avec des personnages sympathiques à suivre, nous offrant un très bon moment de lecture.
Commenter  J’apprécie          241
Maks
  28 mai 2017
Redshirts est une parodie de séries télévisés de Space Opera tel que Star Trek mais construit et raconté de manière si intelligente qu'il en devient un véritable hommage au genre, attention "parodie" ne veut en rien dire "humour lourd" ou "à se tordre de rire", non, c'est un roman sérieux dont le scénario est vraiment original et ne peut que promouvoir le Space Opera de la meilleure des manières.

Du côté de l'histoire, l'auteur a vraiment une imagination foisonnante et réussi à nous offrir quelque chose d'authentique et que personne n'a exploité (tout du moins de cette façon).
De plus on ne décroche jamais du livre tellement il nous happe dans ses pages.
La cerise sur le gâteau : la fin est géniale !

Les personnages sont superbement construits en s'inspirant de récits de SF tout en ayant de vrais personnalités sans en faire des héros increvable.

En conclusion je dirais merci Monsieur Scalzi pour cette bouffée d'originalité, et vous lecteurs, vous pouvez foncer acheter ce roman qui est à consommer sans modération.
Voir la chronique sur mon blog :
Lien : https://unbouquinsinonrien.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          242
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
fnitterfnitter   26 février 2013
Au cours des trente-six derniers mois, Kerensky s'est fait tirer dessus à trois reprises, il a attrapé quatre maladies mortelles, il s'est fait ensevelir sous un éboulis, blesser dans un crash de navette, brûler au visage dans l'explosion de son panneau de commandes sur la passerelle, il a subi un accident de décompression, un accès d'instabilité mentale, la morsure de deux animaux venimeux et il s'est vu arracher le contrôle de son organisme par un parasite extraterrestre. Tout cela avant ses récents déboires avec bactéries et robots.
Il a aussi contracté trois MST, ajouta Duvall en parcourant son dossier.
Ca va être sympa, ce verre que tu va partager avec lui lâcha Finn.
Je commanderai une pénicilinne-glace.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
fnitterfnitter   07 mars 2013
Mais oui, je vais m'occuper de lui jusqu'à ce qu'il soit dans les vapes.
Pour ça, je te devrai une pipe, dit Duvall.
Hein ? S'écria Dahl.
Dans les forces terrestres, quand quelqu'un te rend service, tu lui dois une faveur sexuelle. Pour un petit service, c'est une branlette. Moyen service : une pipe. Grand service : la totale. J'ai dit ça par habitude. Ce n'est qu'une expression.
Pas de fellation en vue, précisa Duvall. Que ce soit bien clair.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
fnitterfnitter   26 février 2013
Ignorer les raisons d'un problème revient à ne rien en savoir du tout. Toute les astuces et les superstitions du monde ne servent à rien si on ne sait pas pourquoi on s'en entoure. Les conditions risquent toujours de changer, et alors on est foutu.
Commenter  J’apprécie          450
fnitterfnitter   07 mars 2013
Je n'aurais jamais dû manger ce dernier burrito, gémit Hester en entrant dans la cabine, une grimace de douleur sur le visage.
Je t'avais prévenu, rétorqua Hanson.
Tu avais aussi prétendu que l'hygiène alimentaire était réglementée au XXIe siècle.
Aucune loi ne te protégera jamais d'un troisième burrito à la viande. Ce n'est pas une question de sécurité alimentaire. C'est une question d'excédent de gras de porc.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          245
fnitterfnitter   07 mars 2013
Avec le recul, mon plan n'était pas sans faille, je le reconnais. D'un autre côté, il a fonctionné. Devant la réussite, on s'incline.
Pas du tout, si la réussite est fondée sur la stupidité.
Commenter  J’apprécie          220
Videos de John Scalzi (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de John Scalzi
A l'occasion des Utopiales de Nantes 2018, John Scalzi vous présente son ouvrage "Prise de tête" aux éditions Atalante.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2259856/john-scalzi-prise-de-tete Notes de Musique : Audio Library YouTube.
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2684 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre