AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Françoise Charpentier (Éditeur scientifique)
EAN : 9782070322527
368 pages
Éditeur : Gallimard (04/05/1984)

Note moyenne : 3.91/5 (sur 38 notes)
Résumé :
Objet de plus haute vertu

Paru en 1544, Délie est l'oeuvre capitale de Maurice Scève. A trois siècles et demi d'oubli ont succédé une avalanche de publications et une fascination pour l'obscurité même de ce poème composé de quatre cent quarante-neuf dizains. Cette édition dresse un bilan critique et donne des pistes d'interprétation, afi n d'éclairer un texte qui n'en fi nit pas de livrer sa richesse.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
vincentf
  27 janvier 2012
Malgré l'ombre tenace d'Yves Giraud et de cours interminables, le retour à l'obscure poésie de jadis est semé d'autant de doutes que de plaisirs. Certes la langue est perdue, le sens fuyant et les références oubliées, mais il reste une joie de retrouver les figures familières et éternelles de la poésie amoureuses, les yeux-flambeaux, astres plus luisants que le soleil, les oxymores délicieuses de la froidure qui réchauffe, de la vie qui est plus morte que la mort, de l'absence qui renforce la présence, bref tous les lieux communs de l'expression d'un sentiment qui, bien que rabaché depuis toujours, ne cesse pas d'étonner, d'échapper, d'exalter et de décevoir, cette folie amoureuse qui sommeille en nous pour se réveiller, mystérieusement, au moment le plus inattendu.
Commenter  J’apprécie          110
shmoe72
  15 mai 2013
Une très belle poésie de Renaissance,mélancolique,accompagnée d'une préface très explicative de Françoise Charpentier.Une oeuvre à découvrir pour tous les adeptes de poésie et de littérature du 16e siècle.Cette poésie se lit très bien,et il ne faut pas rester sur l'image souvent rebutante que la poésie du 16e siècle donne au lecteur non confirmé.Soit au programme de l'agrégation 2013,mais n'en soyez pas impressionnés!!Délectez-vous de ces mots à votre rhytme.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
OrpheaOrphea   09 octobre 2010
Tant je l’aimai, qu’en elle encor je vis :
Et tant la vis, que, malgré moi, je l’aime.
Le sens, et l’âme y furent tant ravis,
Que par l’Œil faut que le cœur la désaime.
Est-il possible en ce degré suprême
Que fermeté son outrepas révoque ?
Tant fut la flamme en nous deux réciproque,
Que mon feu luit, quand le sien clair m’appert.
Mourant le sien, le mien tôt se suffoque.
Et ainsi elle, en se perdant, me perd.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
OumGOumG   03 mars 2017
Bien que raison soit nourrice de l'âme,
Alimenté est le sens du doux songe
De vain plaisir, qui en tous lieux m'entame,
Me pénétrant comme l'eau en l'éponge,
Dedans lequel il m'abîme et me plonge,
Me suffoquant toute vigueur intime.
Dont pour excuse et cause légitime,
Je ne me dois grandement ébahir,
Si ma très-sainte et sage Diotime
Toujours m'enseigne à aimer et haïr.
(439)
Commenter  J’apprécie          60
coco4649coco4649   06 mars 2015
Tu es, Miroir, au clou toujours pendant,
Pour son image en ton jour recevoir :
Et mon cœur est auprès d’elle attendant,
Qu’elle le veuille au moins, apercevoir.
Elle souvent — ô heureux ! — te vient voir,
Te découvrant secrète, et digne chose,
Où regarder ne le daigne, et si ose
Ouïr ses pleurs, ses plaints, et leur séquelle.
Mais toute dame en toi peut être enclose,
Où dedans lui autre entrer n’y peut, qu’elle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
OrpheaOrphea   09 octobre 2010
Le jour passé de ta douce présence
Fut un serein en hiver ténébreux,
Qui fait prouver la nuit de ton absence
À l’œil de l’âme être un temps plus ombreux,
Que n’est au Corps ce mien vivre encombreux,
Qui maintenant me fait de soi refus.
Car dès le point, que partie tu fus,
Comme le Lièvre accroupi en son gîte,
Je tends l’oreille, oyant un bruit confus,
Tout éperdu aux ténèbres d’Égypte.
Commenter  J’apprécie          40
OrpheaOrphea   10 mars 2011
Tout le repos, ô nuit, que tu me dois,
Avec le temps mon penser le dévore :
Et l'horloge est compter sur mes doigts
Depuis le soir jusqu'à la blanche Aurore.
Et sans du jour m'apercevoir encore,
Je me perds tout en si douce pensée,
Que du veiller l'âme non offensée
Ne souffre au corps sentir cette douleur
De vain espoir toujours récompensée
Tant que ce monde aura forme et couleur.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Maurice Scève (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Maurice Scève
Maurice SCÈVE – Une Vie, une Œuvre : Prince des Poètes au cœur impénétrable (France Culture, 2006) Émission "Une Vie, une Œuvre", sous-titrée « Prince des Poètes au cœur impénétrable », diffusée sur France Culture le 10 septembre 2006. Réalisée par Annie Douel. Avec la participation de : Jacqueline Risset, Thomas Hunkeler, Gisèle Mathieu Castellani, Antoine Raybault.
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
887 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre