Accueil Mes livres Ajouter des livres
Découvrir
Livres Auteurs Lecteurs Critiques Citations Listes Quiz Groupes Questions Prix Babelio
EAN : 9782824619415
320 pages
City Editions (03/11/2021)
4.36/5   11 notes
Résumé :
Lorsqu'il arrive au camp de concentration de Dachau en janvier 1945, Isaac est séparé des autres prisonniers.
En tant qu'horloger, il peut en effet être utile aux nazis.
Il est installé dans la maison de l'officier supérieur Becher, où vit également Anna, qui a été recrutée pour laver le linge et faire le service.
Peu à peu, les deux déportés se rapprochent.

Un roman inspiré d'une histoire vraie.

©Electre 2021
Acheter ce livre sur

Lireka Fnac Amazon Rakuten Cultura
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
4,36

sur 11 notes
5
3 avis
4
5 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis

Beli_LivreSaVie
  09 janvier 2022
A force de lire des récits de ce genre, qui nous emmènent en plein coeur des camps de concentration, on pourrait se dire que l'on va se lasser, puisque tous traitent du même sujet. Je suis alors toujours autant étonnée de constater la diversité des récits contés, ou encore la proposition de narration proposés. Cela nous offre à chaque roman lu, une expérience supplémentaire et ces romans arrivent encore à me surprendre.
L'auteure utilise une narration à la troisième personne, une narration judicieusement choisie mais aussi bien maitrisée, qui nous permet alors de découvrir le récit sous différents angles. L'expérience vécue ici, dans le camp de concentration de Dachau cloisonne énormément le récit, on découvre ainsi les personnages dans un espace très fermé qui n'est pas sans rappeler que quoi qu'ils vivent, ils sont et resteront prisonniers. L'action se passe donc au sein du camp de concentration, et de cette maison qui est celle de celui qui gère ce camps. Si les souvenirs et les passés des personnages nous emmènent ailleurs, il y a toutefois toujours cette sensation d'enfermement, puisque même avant d'être prisonniers, ils vivaient tous dans un espace restreint et ce afin de ne pas se faire capturer.
Dans ce roman, nous suivrons donc plusieurs personnages qui nous permettront de connaitre leur histoire, avant, pendant et après les années de guerre. C'est auprès de certains déportés, comme Anna et Isaac qui seront les principaux protagonistes que nous allons cheminer parmi l'histoire de tant d'autres. La découverte d'un journal nous permettra de découvrir l'histoire bouleversante de J.A.L., un homme qui a aussi été déporté à Dachau et qui a trouvé le moyen de laisser une trace de son passage dans des écrits qu'Isaac découvrira. Plus on avance dans le récit, plus on découvre son histoire, pour finir par s'attacher à chaque moment où l'on lit son récit. Anna et Isaac ont alors l'impression de le connaitre et de partager son expérience, similaire en fin de compte à la leur, car tous ont vécu ces moments où leur vie a changé car ils sont de confession juive. Nous même sommes alors très attachés à cet homme et à ce qu'il raconte dans ses écrits, s'adressant à une personne aimée à qui il se raccroche avec passion.
Anna est une jeune femme de vingt-neuf ans, elle va travailler au service des Becher, la famille de l'officier nazi qui dirige le camps. Elle s'épargnera ainsi les travaux forcés sur le camps, jouissant d'une certaine « chance » si l'on peut utiliser ce mot dans ce cas-là. Malgré cela, sa vie n'aura de cesse d'être elle-aussi en danger car les nazis sont imprévisibles dans leurs actions et réactions et sa position de femme n'a jamais été aussi dangereuse. Anna devra donc cotoyer le commandant, sa femme et leur fils, ainsi qu'un autre homme qui travaille et est très proche de la famille. Elle passera ses journées auprès d'une femme aux cuisines de cette famille, une femme qui par bien des actions fera en sorte de protéger tous ceux qui passent dans cette maison. C'est un personnage qui sera précieux à découvrir et que l'on apprécie d'emblée pour toutes ses actions et sa présence. C'est ainsi qu'Anna fera la connaissance d'Isaac, un autre déporté juif.
Isaac est un homme plus âgé qu'Anna, il a la soixantaine. Il est fils d'horloger et c'est ainsi qu'il a vécu, autour de ce métier. C'est d'ailleurs grâce à cela qu'il sera amené à travailler pour l'officier Becher, en réparant d'abord une horloge, puis des montres et tout ce qui est mécaniquement réparable. A travers ses réparations, il rencontrera Anna, cette jeune femme qui illuminera ces instants qu'il passera dans cette petite cabane froide et austère, parmi ces gens de pouvoir dangereux. En réparant toute sorte de choses, il réparera un train, celui de l'enfant de la famille, un autre personnage très intéressant à découvrir. Friedrich vient de rejoindre ses parents après avoir vécu en internat loin d'eux, cette maison, il ne la connaissait pas, et il n'a que peu de droit et comme tout enfant, il s'ennuie vite surtout que ses parents font peu cas de lui et n'ont rien d'aimable dans leur façon d'être avec lui. Il n'hésitera donc pas à faire la connaissance de tous ces gens qui travaillent pour ses parents, et c'est à travers son regard innocent que l'on pourra mettre en lumière le contraste marquant dont les juifs sont traités, et réduits au simple rang de bétail. J'ai trouvé alors très intéressant de découvrir son point de vue, celui d'un enfant qui n'a absolument pas conscience de ce qui se joue alors et qui apportera tant de moments précieux à ces gens qui l'entourent.
En accompagnant Anna et Isaac, ainsi que Friedrich et J.A.L. nous faisons la connaissance d'autres personnages qui deviendront pour eux des amis, et qui seront ce qui est le plus proche d'une famille, tant les moments partagés sont marqués par ce qu'ils vivent. On s'attache ainsi à plus d'un personnage, nous demandant qui parmi eux s'en sortira, avec cette peur de ce qu'ils pourraient subir sous le joug de ces nazis. La haine des juifs est mise en parallèle avec la façon dont ils ont tous de se soutenir au mieux. Il y a un contraste marquant entre cette famille qui dirige, ces nazis qui ordonnent et ces déportés juifs qui vivent comme du bétail, et qui perdent de leur identité, n'étant plus traiter en humain, mais comme des animaux. L'auteure aborde alors bien des thématiques liées à la Shoa, mettant en évidence de quelles façons cette haine des juifs se manifeste, nous contant les horreurs que ce peuple a pu vivre, des horreurs qu'encore aujourd'hui, on a du mal à imaginer tellement elles sont atrocement douloureuses et incompréhensibles.
Ce qui s'impose ici, c'est le temps qui passe, l'action dans les camps ne se passe qu'en quelques mois, et c'est un fait très marquant dans tous les récits sur les camps de concentration. En effet, si l'expérience qu'ils vont vivre s'avère très souvent courte, elle est aussi tellement marquante que l'on pourrait croire qu'ils y sont restés des années. Comme quoi, chaque jour est un combat pour rester en vie et que l'on ne sait jamais alors ce qui peut arriver quand on se réveille le matin. Il suffit d'un moment pour que tout change, tant vis à vis de ce à quoi ils seront confrontés, qu'aux découvertes qu'ils feront de telle ou telle chose résultant de leurs conditions de vie, tout comme de la perte d'un proche ou du traitement d'autres par les nazis. J'ai constaté cela à force de lire des romans de ce genre, chaque déporté vit ces moments différemment et sur des durées différentes, mais chacun d'eux les vit avec cette même peur de mourir à chaque instant, ce qui rend le temps passé beaucoup plus lourd qu'il n'y parait.
J'ai trouvé très originale et intéressante la façon dont l'auteure nous présente ses personnages et les liens qui les unissent. Dans ce roman, on y découvre plusieurs destins de personnages différents mais qui pourtant sont unis par cette expérience des camps, même s'ils ne se connaissent pas et ne vivent pas ces moments de la même façon. Même en étant un peu protégés, autant que l'on peut l'être dans cette situation, le danger reste constant et les horreurs vécues marqueront à tout jamais les esprits de toutes ces personnes qui ont vécu dans un camp de concentration. J'ai été saisi par l'ignominie de ces camps, par les réactions de pure joie de ces nazis qui prenaient plaisir à faire le mal, et tout cela est contrasté par la douceur de ces personnages qui tentent au mieux de se fondre dans le paysage pour ne pas se faire remarquer et rester en vie.
C'est un roman avec lequel plus on avance, plus on s'attache à ses personnages. Notre intérêt pour eux monte crescendo, et on finit par tant nous sentir proche d'eux que l'on ne peut absolument pas rester de marbre face à ce qu'ils vivent. J'ai été émotionnellement marquée par ces histoires, qui sont le rappel de la réalité des faits qui se sont produits durant cette guerre. Il est important de ne pas oublier tout ce qu'il s'est passé alors et ce roman nous permet d'évoquer bien des destins.
Lien : http://www.livresavie.com/lh..
+ Lire la suite
Commenter   J’apprécie          0 0
leBoudoirdulivre
  18 décembre 2021
Passionnée des romans sur la Seconde Guerre mondiale, je suis avec avidité les parutions de City Editions. La couverture de ce livre si envoutante et énigmatique captive le regard du premier coup d'oeil. Je suis ravie de voir que la couverture d'origine a été gardé car elle est somptueuse. Malgré les coquilles dès le début de l'histoire, j'ai apprécié ce roman d'après une histoire vraie. On est plongé dans la vie ou plutôt la survie de trois personnes, deux déportés et un le fils du commandant du camp, tous prisonniers que ce soit par le régime concentrationnaire nazi ou par l'idéologie du IIIème Reich.
Cornouailles, 1980.
C'est un jour important pour une ancienne déportée qui savoure sa liberté.
Janvier 1945.
Isaac Schüller, horloger est lui aussi raflé tout comme l'a été tous ses proches avant lui. Il se réveille dans un wagon à bestiaux, direction le camp de Dachau. Ses talents d'horloger lui permettent de travailler pour le commandant Becher qui contrôle le camp. C'est là qu'il rencontre Anna, domestique des Becher.
Tout comme Friedrich, le fils des Becher pour qui Anna a de la tendresse, aucun n'a demandé à se retrouver là, arrachés à leurs foyers. Anna a de la peine pour Friedrich dont les parents le voient comme une corvée lui reprochant et lui interdisant tout, prisonnier dans une cage dorée. le petit garçon ne sait rien de ce qui se passe derrière les murs de son jardin, il ne sait pas que ses parents sont responsables, il est juste un enfant perdu en quête de l'amour de ses parents.
Février 1945.
Isaac répare les biens spoliés des juifs pour Becher qui les utilisent pour ses propres intérêts. Chaque personnage livre ses souvenirs comme un déporté qui a consigné sa survie dans le camp dans un journal intime. Isolés du quotidien du camp, Anna et Isaac ne sont pas les témoins directs des tueries de masse qui s'accélèrent. le vent est enfin en train de tourner pour les nazis qui s'affolent face à l'avancée des Américains. le père de Friedrich et son subalterne brûlent des documents compromettants tandis que Becher parle d'exil en Argentine.
Mars 1945.
Les SS deviennent fous et laissent les déportés mourir de faim, de froid et de maladie. Tout le monde est sur le qui-vive, entre crainte et espoir.
Friedrich est le lien qui uni Anna et Isaac. Bien des années après, Friedrich n'oubliera pas la promesse faite à Isaac. Les souvenirs de cette période, avant son départ précipité en Argentine vont refaire surface et lui permettre de trouver sa place au sein d'une famille chère à son coeur. La fin du IIIème Reich les a séparés, l'histoire d'Isaac et Anna, le sort de leurs familles et une histoire d'amour interdite leur a permis de se trouver.
Avec pour point de vue, le regard d'un enfant allemand sur la guerre, où comment l'amitié avec des déportés va lui faire entrevoir l'horreur du nazisme et des actes de son père.
L'auteur met en avant l'aspect psychologique des personnages et c'est un aspect très intéressant à découvrir.
Le parallèle entre les déportés et la famille du commandant du camp de Dachau est parfaitement retranscrit.
Contrairement à certains, j'ai apprécié la fin de l'histoire qui révèle beaucoup de choses. On pensait savoir qui était derrière l'auteur du journal intime trouvé par Isaac et on s'aperçoit qu'on a tout faux, les révélations sont surprenantes et apportent une fin idéale pour une histoire qui ne laisse pas indifférent.
Un beau roman choral qui apporte un point de vue original et intéressant même si les trop nombreuses coquilles flagrantes tout au long de l'histoire ont terni ma lecture, une révision aurait été la bienvenue.
« L'horloger de Dachau » apporte un regard inédit sur le nazisme et la Seconde Guerre mondiale !
Lien : https://leboudoirdulivre.wor..
+ Lire la suite
Commenter   J’apprécie          1 0
Lesbouquinsdemma
  12 janvier 2022

Un roman bouleversant, j'ai versé ma larme, je ne m'attendais pas à cela…
Un roman inspiré d'une histoire vraie. Après avoir lu, quelques livres du même thème, je m'attendais encore une fois (ce qui ne me déplaît pas) à ce que l'on sois immergé directement dans le camp de Dachau.
Alors bien évidemment, le roman nous plonge dans l'horreur qu'est cette période de la seconde Guerre Mondiale mais nous suivons aussi les différentes péripéties d'Issac, un homme d'une soixantaine d'année.
L'histoire aurait pu nous faire croire qu'il serait resté au camp et pourtant !
Il va être récupéré par une famille de nazis ou il pratiquera son métier d'Horloger dans un établi insalubre au fond du jardin et en plein hiver.
De temps en temps, il aura la visite de Friedrich le petit garçon de la famille, un garçon qui m'a beaucoup touché de part son insouciance.
L'amitié entre Anna et Isaac m'a marqué pour toujours. Je n'arrive pas à me retirer cette histoire de la tête.
A lire absolument si vous aimez les romans historiques de ce genre.
+ Lire la suite
Commenter   J’apprécie          0 0
jardinlitteraire
  22 décembre 2021
Vous connaissez maintenant mon intérêt pour les romans sur la Seconde Guerre Mondiale. J'en lis beaucoup et ne m'en lasse pas. Ils sont tous différents, et instructifs et parfois surprenant. Comme celui ci que j'ai trouvé très original. J'ai été étonnée par la tournure qu'a pris l'intrigue. le camp de Dachau n'est pas le théâtre central de l'action. Certes plusieurs de nos protagonistes y sont prisonniers mais la journée ils travaillent chez le commandant du camp, dans sa luxueuse maison. C'est dans cette demeure que nous les suivons le plus et que nous les voyons évoluer au côté de la femme et du fils de ce commandant nazi.
C'est donc un roman choral où pas moins de 4 personnes vont se succéder pour nous raconter leur histoire, leur vision des choses : Isaac l'horloger, Anna l'aide cuisinière, Friedrich l'enfant et un narrateur mystère par le biais d'un journal. Ce sont ces deux derniers qui ont donné cette saveur particulière à ce roman. le narrateur mystère pour des raisons évidentes, j'ai été intriguée et je menais l'enquête comme j'aime le faire. Pour Friedrich c'est plus subtil, c'est un garçon de 11 ans qui ignore tout de ce qui se passe à 1km de chez lui. Il vit dans une bulle loin des horreurs de la guerre, loin d'imaginer ce que son père fait. Il est naïf et innocent comme n'importe quel enfant de son âge. Étant délaissé par ses parents, ignoré voire rabroué en permanence, il erre dans la maison, écoute aux portes et parle à Isaac et Anna même si on le lui a interdit formellement. Et que fait un garçon de 11 ans ? Il répète ce que disent ses parents ! Friedrich n'est pas en âge de se forger sa propre opinion, il est sans filtre et il va sans le vouloir insulter Isaac qu'il considère pourtant comme un ami. Son personnage est complexe, ambivalent mais terriblement attachant. Au fur et à mesure qu'il prend conscience de son environnement, ce petit garçon va évoluer, s'affirmer, grandir. C'est un peu le maillon central du roman, le seul parmi les narrateurs à pouvoir se balader à peu près librement. Il fait le lien entre tous les protagonistes, il est le seul à pouvoir entendre ou voir certaines choses.
Isaac et Anna sont eux aussi très attachants. Ils travaillent dans la grande maison le jour et retrouvent le camp le soir. Leur situation considérée comme privilégiée fait d'ailleurs des envieux. Leurs camarades se tuent littéralement à la tâche et deviennent suspicieux pour la plupart. du coup Isaac et Anna sont assez isolés et vont trouver du réconfort ensemble. Des sentiments vont même naître entre eux, comme le laisse d'ailleurs supposer la 4ème de couverture. J'avais peur de ne pas adhérer car 30 ans les sépare. Mais c'est amené tout en finesse et délicatesse. C'est de l'amour mais pas forcément charnel, je parlerai plus de profond attachement, de sentiments forts, d'espoir.
J'ai adoré évoluer entre ces différents personnages. L'intrigue est entraînante, prenante et addictive. Quelques passages sont plus durs que d'autres mais globalement c'est une lecture qui se lit vite. le seul petit bémol pour moi est le dénouement, certes surprenant et imprévisible mais un brin trop facile. L'autrice a voulu créer un retournement de situation mais il n'y avait aucun signe avant coureur, du coup j'ai eu un peu l'impression que cela sortait de nulle part et que cela sonnait faux. Pour être surprenant ça l'est mais du coup on perd en cohérence. C'est visiblement un roman inspiré de faits réels, mais cette fin semble plus se rapprocher de la fiction. C'est dommage de finir sur cette petite note négative car sinon c'était une très belle lecture.
Une vision inédite et originale de la seconde guerre mondiale que j'ai beaucoup aimé !
Lien : https://monjardinlitteraire...
+ Lire la suite
Commenter   J’apprécie          0 0
Djustinee
  29 décembre 2021

C'est un roman inspiré d'une histoire vraie que nous propose l'auteure.
Lorsqu'il arrive à Dachau, Isaac est de suite écarté des autres prisonniers. Son savoir-faire d'horloger est précieux pour Her Becher, l'officier supérieur qui habite la maison près du camp.
Là-bas, il rencontrera Anna, une autre détenue qui travaille à la maison comme femme de ménage.
Une belle amitié va naître entre eux ainsi qu'avec Friedrich, le fils de Her Becher.
Encore quelque chose que je ne connaissais pas et que la littérature m'apprend. L'histoire d'Isaac est touchante et bouleversante. Cet homme est attachant au possible. Anna l'est également bien entendu, mais Isaac me touche particulièrement.
J'aime beaucoup l'alternance des chapitres entre Isaac, Anna et Friedrich. C'est fluide et la lecture se fait aisément.
Évidemment, ce roman nous plonge dans l'horreur des camps et de la seconde guerre que nous connaissons grâce aux témoignages et à la littérature, mais l'amitié entre Anna et Isaac est si pure et naturelle. Une véritable bouée dans cette mer de noirceur... Et c'est sans compter sur le petit Friedrich qui, même s'il a eu du mal à le comprendre, ne considérera plus le juif comme l'ennemi. Il y aurait donc bien de l'humanité dans ce petit coeur.
J'aime beaucoup le récit même si je dois avouer le titre ne colle pas tout à fait... Selon moi, l'amitié d'Anna et Isaac prend le dessus par rapport à l'histoire de l'horloger.
Je vous conseille cette lecture.

+ Lire la suite
Commenter   J’apprécie          2 0

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
strawberriiz strawberriiz   18 décembre 2021
Elle était le positif de mes négatifs, et depuis, elle m'a donné trois autres positifs qui ont tellement illumine ma viequ'aucune expérience negative ne pourra jamais en diminuer la valeur.
Commenter   J’apprécie          0 0

Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

Lireka Fnac Amazon Rakuten Cultura




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2480 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoire Créer un quiz sur ce livre

.. ..