AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782818038291
93 pages
P.O.L. (07/01/2016)
3.22/5   9 notes
Résumé :
Bertrand Schefer, qui est aussi cinéaste, a longtemps travaillé sur le scénario d’un film dans lequel il voulait raconter l’histoire d’un cher ami d’enfance qui s’était peu à peu coupé du monde et vivait en marge de la société, errant sans domicile fixe et sans travail. Son destin hantait Bertrand Schefer et sa figure grandissait en lui avec les années, absorbant ses forces. Il vivait avec ce qui était devenu comme un double obscur, une part d’ombre qui le dévorait ... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique

Il y a plein de beaux et bons livres qui paraissent sans cesse, mais s'il fallait en retenir un tout particulièrement (ou pour l'instant) alors cela serait probablement Martin, de Bertrand Schefer. J'y ai retrouvé cette fausse simplicité que j'avais apprécié dans l'un de ses précédents livres, Cérémonie. Une écriture dite "plate", qui ne l'est pas, évidement, mais dont la forme - sobre -, sert en définitive le fond. Il ne lui faut pas plus de quatre-vingt pages pour dresser le magnifique et tragique portrait d'une amitié de jeunesse que le temps a usé jusqu'à la moelle et que les trajectoires différentes font qu'elle se perd de vue jusqu'à devenir même un produit de pure fiction. Mais cela serait trop bête ici de divulgacher l'histoire et l'enjeu de ce livre qui est profondément émouvant ; qui n'a pas, un jour, voyant au loin une très ancienne connaissance - ou même ce qu'on dénommait "ami" par le passé -, changé de trottoir ou simulé ne pas reconnaître la personne, par peur d'un silence embarrassant, à cause de cet inévitable éloignement, du temps qui a passé et que l'on ne compte plus en année mais en décennie. Et c'est justement ce dont traite Martin, où le narrateur du livre ne veut pas ternir un passé idéalisé, voir fonctionnalisé (par l'écrit et le cinéma), par un présent et un réel par trop décevant. Il n'y aura pas de rencontres ni de retrouvailles, mais que des non-évènements, des non-rencontres et autant de non-retrouvailles... Ce livre sonne juste, c'est chose rare, et l'effet est proche de celui que m'avait procuré par exemple la lecture de Suicide d'Édouard Levé, ou celle de Ce que j'appelle oubli de Laurent Mauvignier, c'est dire (trop, peut-être... mais aussi pas assez tant ce livre est fort).

Commenter  J’apprécie          20

Martin est une petite pastille d'émotion mélancolique où le fantôme d'un vivant hante la vie du narrateur,.

Martin a accompagné l'enfance puis l'adolescence de, on peut le supposer, Bertrand Schefer. Voisins, amis, camarades de classe, ils ne se sont guère quitter durant une quinzaine d'années, partageant loisirs et découvertes. Cette amitié, aucunement sexuelle, s'est arrêtée avec l'âge adulte. Les routes ont divergé avec le passage aux études supérieures.

Martin va pourtant hanter la vie de Bertrand.

Martin a quelque chose d'Arthur Rimbaud mais sans sa production littéraire. Il semble zoner, poursuivant un idéal un peu anarcho révolutionnaire. Les deux hommes se croisent parfois au fil des années.

Martin survit, sdf illuminé, sombrant dans une solitude à rendre fou. Les lieux déserts mais aussi les asiles psychiatriques marquent autant l'homme que son physique. A chaque nouvelle rencontre, le délabrement s'accentue. Pour Bertrand, et quelques autres connaissances, l'impuissance à aider Martin commencent à les hanter, mélange de culpabilité et de pitié.

Martin devient donc au fil des années la figure fantomatique d'une chute inéluctable, l'innocence déchue d'un passé de plus en plus morcelé, le héros de productions cinématographiques où la sincérité n'a pourtant aucun effet pour apaiser le remord.

Martin devient de pages en pages le témoin d'un passé qui s'estompe.

Un peu plus sur le blog


Lien : http://sansconnivence.blogsp..
Commenter  J’apprécie          30

Très beau roman. Martin est l'ami que l'on a tous, faut-il le sauver malgré lui ? le suivre dans ses délires, ses projets de poète fou ? L'oublier pour se construire une vie "normale", dans les clous ? Bertrand Schefer tente de répondre à ces questions en rendant aussi hommage à cette amitié perdue, entre Martin et lui, cette amitié de l'enfance ou les différences ne se dessinent pas encore, où on est égaux. On marche avec l'auteur dans Paris en proie aux doutes, à la recherche nostalgique des moments perdus, partagés avec son ami, sa famille.

Commenter  J’apprécie          20

Vite lu, vite oublié…

Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (1)
Liberation
11 janvier 2016
Dans un texte court et dense, Bertrand Schefer évoque le destin brisé d’un ami d’enfance dont le souvenir le hante.
Lire la critique sur le site : Liberation
Citations et extraits (3) Ajouter une citation

"Je n'ai pas voulu voir qu'il fallait passer à autre chose, je me suis accroché à la jeunesse qui s'enfuyait, que Martin avant figée dans son refus et son déni de tout, et tout est parti en miettes en m'explosant à la figure, parce que celui qui refusait de s'engager et de bouger se détruisait finalement plus vite que nous. Et maintenant j'avais pris sa place, un jour comme celui-ci : j'avais dans les yeux de sa mère dit adieu pour lui à son père. Lui pas revu depuis dix ans ou quinze peut-être, mais avant cela pas revu ce qu'on appelle vraiment depuis vingt ans, lui dont j'avais parlé aux uns et aux autres, des semaines, des mois, des années, dans le secret et en public, dont j'avais ravivé le souvenir chez nos anciens camarades acteurs, dans le contexte brutal et indifférent du cinéma, où tout devient un jour ou l'autre instrument de promotion et de réussite, lui errant sans rien peut-être mort ou fou sans retour, Rimbaud blasé sans œuvre, sur les routes, ailleurs, aura servi de ressort à cette comédie dont je dois maintenant supporter l'échec."

Commenter  J’apprécie          10

C'est en 1975 ou 1976, j'ai trois ans. Je rentre à l'école. Mes parents, qui vivent séparés depuis plusieurs années, ont officiellement divorcé. Mon fère doit avoir onze ans. Les souvenirs de ce temps sont vagues. Déjà, j'ai l'impression de vivre seul avec ma mère.

Commenter  J’apprécie          20

 

 

   Quand je compte sur mes doigts, ce

ne sont plus les années qui défilent, mais

les décennies. Bientôt la quarantaine.

p.37

Commenter  J’apprécie          10

Videos de Bertrand Schefer (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bertrand Schefer
Le 4.02.2020, à la librairie Ombres blanches, Bertrand Schefer présentait le “Zibaldone” de Giacomo Leopardi. Rencontre organisée avec le soutien de l' Association Machiavelli Toulouse et de L'Italie à Toulouse.
https://podcasts.ombres-blanches.fr/?name=2020-05-15_20_02_04_ob_-_bertrand_schefer.mp3
autres livres classés : sdfVoir plus





Quiz Voir plus

Auteurs Jeunesse : Quel livre n'a pas été écrit par...?

Quel livre n'a pas été écrit par Meg Cabot?

La saga 'Journal d'une princesse'
Insatiable
Miss la Gaffe
Samantha, bonne à rien faire

15 questions
152 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeunesse , chick lit , adolescenceCréer un quiz sur ce livre