AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782841004935
237 pages
Éditeur : Bartillat (06/10/2011)
3.86/5   7 notes
Résumé :
"Dans mon Anthologie du vers unique, j'ai sorti des vers de leur contexte. Ils retrouvent ainsi une violence qu'ils perdent à être lus avec le flot des syllabes"

- Georges Schehadé.

Paru en 2011. Editeur: Bartillat
ISBN/EAN: 978-2-84100-493-5 - 9782841004935
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
VACHARDTUAPIED
  15 avril 2013
C'est un livre singulier, inclassable, mais qui devient vite irrésistible au lecteur qui ose s'aventurer au coeur de ses pages presque vides de caractères, mais pas un instant vides de sens. Telle se présente en effet L'Anthologie du vers unique (Bartillat, 238 pages, 18 €), de Georges Schehadé, publiée pour la première fois en 1977, depuis longtemps épuisée et qui vient d'être rééditée pour le plus grand bonheur des amateurs.
Georges Schehadé (1905-1989), écrivain, poète et dramaturge libanais, vivait paisiblement (pour autant qu'un poète puisse vivre paisiblement, bien sûr) à Beyrouth avant que la ville et le pays entier ne sombrent dans la guerre civile de 1975. Contraint de s'exiler à Paris, il laissa sur place toute sa bibliothèque. Pour être plus exact, il faudrait plutôt préciser qu'il emporta avec lui une partie de ses livres, gravée dans sa mémoire. C'est dans ces rayonnages virtuels qu'il puisa pour composer cette étrange anthologie suivant un cahier des charges spécifique : ne retenir de chaque poème qu'un vers, l'isoler de son contexte, s'abstenir d'en indiquer l'auteur (la liste figure volontairement en fin de volume, qui fait la plus belle part au domaine français), ne respecter aucune chronologie ni thématique ; enfin prendre soin d'écarter les auteurs encore vivant.
Le résultat se révèle étonnant. Dans ce panthéon poétique, se côtoient donc, entre autres, Mallarmé, Lamartine, Radiguet, Eluard, Valéry, Rutebeuf, Breton, Louise Labé, Théophile Gautier, Jules Laforgue, Nerval, Saint-John Perse, Clément Marot et Oscar de Milosz. Certains poètes font l'objet de nombreuses citations (Rimbaud, Baudelaire, Agrippa d'Aubigné), les noms de quelques autres sont aujourd'hui assez oubliés (Louis Bouilhet, l'ami de Flaubert, Léon Dierx, Isaac de Benserade). Et, comme l'anthologie repose sur un choix, il y a, bien entendu, quelques grands absents (Antonin Artaud, Pierre Louÿs, Desnos, René Crevel, Boris Vian), mais telle est la loi du genre.
Ce sont ainsi deux cents dix neuf vers – un par page – qui, soudain mis en lumière, délivrent leur message. Autant, naturellement, de sujets de réflexion pour le lecteur. Libre à lui, d'ailleurs, d'utiliser le livre comme il l'entend. On peut ainsi l'ouvrir au hasard, composer un poème en assemblant plusieurs vers, un peu à la manière des Mille milliards de poèmes de Raymond Queneau ou à celle des cadavres exquis des surréalistes. On peut aussi, faisant appel à sa mémoire, reconstituer le poème dont le vers unique est extrait, ou tenter, à sa seule lecture, d'identifier l'auteur. Cette anthologie ouvre toutes les perspectives, qui s'étendent de la méditation à l'approche la plus ludique, mais toujours littéraire.
On y découvre nombre de perles dont voici quelques exemples : « Peu s'en fallut que le soleil ne rebroussât d'horreur vers le manoir liquide », « Merd' ! V'là l'Hiver et ses dur'tés », « L'exquise charité de sa chevelure », « le soleil se couche en des confitures de crime », « C'est parce que leurs racines paissent le gaz que l'ombre des marronniers est bleue », « Des vols de perroquets traversent ma tête quand je te vois de profil », « Elles ont du rouge aux lèvres et des dentelles au cul »…
Lien : http://savatier.blog.lemonde..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (1)
LeFigaro   18 novembre 2011
Plus en hommage que par jeu, [Georges Schehadé] sélectionne plus de 200 extraits de la poésie française, avec pour seule béquille sa mémoire. Il en tire un livre inclassable où chaque page est consacrée à un vers, isolé de son contexte [...]. Un véritable tour de force où renaît la quintessence du poème [...].
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
gaillard1gaillard1   21 mars 2014
Qui habite les songes ne meurt jamais
(...) Je n'ai plus de bruits
Mais les fers vieillis d'une image.
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Georges Schehadé (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Georges Schehadé
L'étoile reviendra sur le jardin détruit..., Georges Shehadé lu par Céline Samie
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
975 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre