AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782815927529
160 pages
Éditeur : L'Aube (01/02/2018)
4.6/5   5 notes
Résumé :
"Ceci n'est pas un essai sur le viol, mais sur la culture du viol. Il ne s'agira pas ici de résilience, de guérir ou de se remettre, de stratégies d'évitement du viol ou de récits de viols. Il s'agit de traiter ce qui constitue une culture du viol : la façon dont le story telling, le récit et l'analyse des agressions sexuelles et des viols contribuent à les banaliser, à les justifier, à les excuser, à les moquer, voire à les érotiser et même à les encourager."
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Prudence
  29 mai 2018
Pour la partie livre c'est plutôt pas mal mais sans plus. Je m'interroge quand aux choix des sous catégories abordées: il faut comprendre que la culture du viol est un sujet extrêmement vaste, à la fois longitudinal à travers le temps et transversal à travers les zones géographiques.
Dans un livre court, comme c'est le cas ici, on peut soit tenter d'être exhaustif et survoler, soit aborder à fond certains thèmes, que généralement on choisis comme étant représentatifs.
Pourquoi 16 pages sur 130 dédié à l'affaire de Cologne, et notamment en attaquant les militant.es qui ont parfois mis du temps à réagir ou on réagit maladroitement.
Ce qui m'amène au problème majeur de la préface.
Cette préface est une honte et elle est terriblement problématique:
Un homme parle de la culture du viol (ça c'est pas encore en soi le problème) mais en crachant essentiellement sur des femmes et des féministes! Il a attaqué nommément 5 personnes... dont 4 femmes! Et cet incompétent a notamment traité Carole de Haas de fausse féministe en se moquant des problématiques de l'aménagement urbain... dont parle d'ailleurs Schiappa dans le livre!
Cette préface est une oeuvre produite par une personne parfaitement insérée dans une société patriarcale: un homme qui attaque des femmes sur leur féminisme, et visiblement n'a pas lu le livre qu'il préface, se moquant ouvertement d'un point également abordé par l'autrice, le tout en étant parfaitement incompétent pour traiter de ces sujets.
A impérativement virer si le livre est réédité.
PS: Je viens d'apprendre qu'en 2017 il a déclaré que l'écriture inclusive était un "négationnisme vertueux", "L'écriture inclusive est une agression de la syntaxe par l'égalitarisme, un peu comme une lacération de la Joconde mais avec un couteau issu du commerce équitable." Il voulait également qu'on parle d'"humanspreading" plutôt que de "manspreading". En gros pourquoi avoir pris un homme qui n'y connait rien, n'est pas légitime et en plus n'est pas féministe pour préfacer un livre sur la culture du viol?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
PrudencePrudence   29 mai 2018
Toutes les récentes recherches autour du gender budgeting et du gender urbanism démontrent comment les politiques d'urbanisme contribuent à renforcer le sentiment que la rue est aux hommes et pas aux femmes, qui doivent rester sous leur propre toit (où elles ne sont pas toujours plus en sécurité).
Commenter  J’apprécie          50
PrudencePrudence   29 mai 2018
J'ai toujours été frappée par une statistique: si je prends un échantillon au hasard de dix de mes copines, la majorité a déjà vécu une agression sexuelle. Si en revanche je prends un échantillon au hasard de dix de mes copains, aucun n'a jamais agressé une femme -ou un homme.
Commenter  J’apprécie          40
PrudencePrudence   29 mai 2018
D'après une enquête d'Amnesty International, plus de 90% des violeurs n'ont aucune pathologie mentale. Exit le serial killer psychopathe, on peut violer une femme et être "en bonne santé mentale". 71% des viols seraient même prémédités. Exit aussi la "pulsion irrépressible" à la vue d'une mini-jupe (qui, rappelons-le, n'a jamais violé personne).
Commenter  J’apprécie          10
PrudencePrudence   29 mai 2018
l'absence de femme présidente de la République, présidente de l'Assemblée nationale ou du Sénat, le fait que 86% des maires de grandes villes soient des hommes, que plus de 75% des parlementaires soient des hommes et que 98% des congés parentaux soient pris par des femmes.
Commenter  J’apprécie          00
PrudencePrudence   29 mai 2018
Une femme qui est violée devient une victime. Une victime globalement, point. Tout le reste de son identité est nié. Un homme qui viole ne devient pas un violeur globalement, point. Il garde son identité
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Marlène Schiappa (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marlène Schiappa
La société française et ses valeurs ont-elles été détruites par la modernité ? C'est la thèse de « La fin du monde », livre publié chez Albin Michel, dans lequel Patrick Buisson assure que la France catholique et paysanne s'est désagrégée au profit du libéralisme social et économique.
Du concile Vatican II en 1965 aux événements de Mai 68, Patrick Buisson fait l'éloge d'une France forte de valeurs chrétiennes, patriarcales et communautaires, et se désole de les voir progressivement mises à mal pêle-mêle par la modernité, le féminisme ou la technologie.
Une condamnation du progrès social qui a parcouru la deuxième moitié du XXe siècle, de l'élévation du niveau de vie des Français, aux avancées du droit des femmes, à laquelle Marlène Schiappa répond en deuxième partie d'émission.
L'invité des Matins de France Culture. Comprendre le monde c'est déjà le transformer(07h40 - 08h00 - 20 Mai 2021) Retrouvez tous les invités de Guillaume Erner sur www.franceculture.fr
+ Lire la suite
autres livres classés : culture du violVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
583 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre