AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2362792811
Éditeur : Alma Nuvis (20/09/2018)
Résumé :
« Au commencement il y a le silence, et la musique naît du silence. Le silence constitue la condition préalable à toute musique. »

András Schiff est sans conteste l’un des plus grands pianistes vivants. Il joue avec une égale maîtrise un répertoire immense allant de Bach à Bartok, en passant par Mozart et Beethoven. Il fait aussi partie de ces interprètes qui parlent avec un bonheur de leur art et de ces intellectuels engagés qui savent se faire ente... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
uzunuzun   17 mai 2019
La règle à laquelle je me tiens, c’est : pas de concert le jour du voyage. Cela peut tout mettre en péril. D’autant que mes oreilles, mon âme ne sont pas encore totalement « présentes » dans le nouveau lieu. Le corps doit être également en éveil, la précision est très importante, de fait : pas d’alcool avant le concert (mais après), plutôt un bon repas de midi et une sieste - ce qui pose de plus en plus problème aujourd’hui car même les meilleurs hôtels ne sont pas à l’abri du bruit. Je vais tôt à la salle de concert, je me prépare intérieurement. La première note est d’une importance capitale.
La musique doit naître du calme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
uzunuzun   29 avril 2019
Je reconnais que la 25e variation des Variations Goldberg est merveilleuse, mais peut-on se permettre de la sortir de son contexte ? L’endroit où elle est placée est décisif – en concert, il faut bien une heure de jeu en amont pour l’amener. En d’autres termes : cette apogée n’est rien sans les conditions de son émergence ; elle se construit pas à pas, on ne peut pas, on ne doit pas la « convoquer » d’une seconde à l’autre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
uzunuzun   17 mai 2019
Les septièmes diminuées au début du premier mouvement de l’Appassionata de Beethoven : on peut les jouer cent fois correctement dans son salon, et s’y casser les dents en concert. Pourquoi ? À cause de la peur. La peur, c’est un état psychique. Certains jeunes interprètes se lancent dans tout ce qu’ils rencontrent d’œuvres, même les plus ardues, sans avoir aucune idée de leur contenu. Pour moi c’est faire preuve d’impertinence et d’irrévérence. La jeunesse ne craint plus rien, il lui manque une forme de déférence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
uzunuzun   29 avril 2019
La musique classique occidentale a pour vocation d’être sans cesse réécoutée. La littérature, elle ne nous exhorte pas autant à la répétition, même si pour ma part, avec l’âge, et malgré une curiosité persistante pour la nouveauté littéraire, je reviens de plus en plus fréquemment à mes « vieux amis ».
Commenter  J’apprécie          205
uzunuzun   29 avril 2019
Il s’agit pour l’essentiel de suivre très attentivement les sons auxquels je donne corps, de les suivre avec une troisième oreille.
La musique est presque toujours polyphonique. C’est pourquoi la musique exige un tel degré de concentration.
Commenter  J’apprécie          180
autres livres classés : musiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

Pentaquiz : on recherche le cinquième terme

Afrique, Amérique, Asie, Europe, ...

Basson
le chien Dagobert
Le Deutéronome
Jean Valjean
New York
Océanie
Rimski-Korsakov
Russie

16 questions
365 lecteurs ont répondu
Thèmes : anatomie , bande dessinée , géographie , géopolitique , littérature , musique , société , sport , zoologieCréer un quiz sur ce livre