AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782081333024
235 pages
Éditeur : Flammarion (06/01/2016)
4/5   7 notes
Résumé :
"Le début de ma vie au Sénégal, jusqu'à mes sept ans environ, s'est passé dans une relative insouciance. La réalité autour de laquelle, toi, mon père, tu régnais, constituait ce que l'on appelle un monde. Chaque moment du jour et chaque période de l'année obéissait à un emploi du temps cosmique : l'école, les repas, les déplacements, les devoirs, les heures de jeu avec les voisins de mon âge, les week-ends à la plage de N'Gor ou de Popenguine, les grandes vacances e... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Franz
  28 août 2018
Les larmes de l'âme ou l'alarme des lames.
A l'orée de la soixantaine, le philosophe biarrot a couché sur le papier sa confession autobiographique. Marqué définitivement à l'âge de dix ans par le décès de son père, Frédéric Dubois, de son véritable patronyme, va tutoyer l'absent ontologique et tenter de recoller les souvenirs dans l'ordre chronologique. Peine jamais perdue, le futur philosophe sans qualité tricotera son histoire familiale avec la légèreté grave de l'outcast taraudé par ses démons émollients nommés lucidité, nihilisme, nostalgie. Bien que l'auteur travaille sa thématique à l'os, rabotant tout pathos, tailladant tout ego, il n'en distille pas moins une émotion souterraine, tenue mais prégnante. La cinquantaine de courts chapitres filent sous une plume déliée. Par la grâce du style, une histoire familiale somme toute banale devient percutante et universelle.
Commenter  J’apprécie          40


critiques presse (1)
Bibliobs   16 février 2016
Car ce dialogue avec son père mort n’a jamais rendu le fils plus vivant, plus émouvant et, d’une certaine manière, plus enfantin.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
ChristineZChristineZ   30 avril 2017
À vrai dire, ma philosophie était faite dès l’âge de dix ans quand, sans la verbaliser ni la concevoir avec clarté, je compris que rien de ce qui existe n’a d’être. Ta mort fut une révélation. Tout enfant, je te percevais comme une sorte de dieu capable de domestiquer les aléas de l’existence que je devinais brutaux. Avant que tu ne meures, je ne doutais pas que tu avais fait du monde un pays sûr. Tu avais dressé une muraille de Chine autour des lieux où je jouais et, dans les frontières de cet empire paisible, arborant ton blason, je m’apprêtais à traverser la vie assuré de ne pas faire de mauvaises rencontres. Avec ton effondrement, le monde sombra dans la barbarie et le désarroi prit en moi ses quartiers m’obligeant à faire allégeance au hasard, nouveau maître de l’avenir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ChristineZChristineZ   30 avril 2017
Un jour, un Basque militant me traita sèchement de Français. J’eus plaisir à révéler à ce type fâché avec l’ironie que j’étais burkinabé. Je lui dis que les Basques n’étaient qu’une peuplade comme les Zoulous, les Corses ou les juifs, tandis que les Burkinabés formaient un vrai peuple, un peuple appelé à un destin historique mondial, à dominer toutes les nations. Je lui prophétisai que le genre humain serait burkinabè, et que, dans un futur proche, la Terre s’appellerait la Planète des hommes intègres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ChristineZChristineZ   30 avril 2017
Dans les premières années de notre vie, nos affects nouent avec nos expériences et nos souvenirs la trame serrée et indéchirable de notre psychisme. Nos parents s’appliquent à imprimer en nous leurs propres obsessions et regrets afin que nous leur ressemblions davantage sur le plan névrotique que génétique. Freud a raison sur l’essentiel. La personnalité d’un humain se tisse dès l’enfance, sitôt qu’il recueille une hérédité affective. Nos parents ne nous éduquent pas. Ils nous contaminent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Lire un extrait
Videos de Frédéric Schiffter (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Frédéric Schiffter
Après son passage au Parvis Espace Culturel - Expositions & Débats Littéraires de Pau, le philosophe et écrivain français Frédéric Schiffter revient sur le contenu de son dernier ouvrage, "Journées perdues", qui réunit des carnets écrits entre 2015 et 2016 à Biarritz...
autres livres classés : dakarVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1136 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre