AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070133117
Éditeur : Gallimard (02/09/2012)

Note moyenne : 3.54/5 (sur 71 notes)
Résumé :
Quinze nouvelles, autant de crimes et de procès. La justice confrontée à des vies qui basculent dans la violence ou dans la passion destructrice constitue le fil rouge de Coupables, deuxième recueil de Ferdinand von Schirach.
L’écriture au scalpel de l’écrivain allemand nous plonge au cœur de la mécanique des affaires criminelles et de la psychologie de ceux qui se rendent coupables. Elle suit aussi pas à pas le rôle de l’avocat, en donnant une nouvelle dimen... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
caro64
  13 mars 2013
Après Crimes, l'avocat berlinois Ferdinand von Schirach revient avec Coupables, nouveau recueil de quinze nouvelles inspirées des affaires qu'il eut à plaider au cours de sa carrière. Sa longue expérience d'avocat a appris à l'auteur le pouvoir et la valeur des mots, l'impact qu'ils peuvent avoir sur un auditoire – ou sur un lecteur. Cette aptitude transparaît dans le style de Ferdinand von Schirach : ses phrases lapidaires énoncent les faits tels qu'ils se sont déroulés, sans jamais céder au sensationnel. Chaque nouvelle est orchestrée comme un épisode de série policière. le suspense et l'épaisseur psychologique des personnages, les victimes comme les coupables, composent de bonnes intrigues peuplées de portraits tour à tour glaçants et touchants. le rôle de l'avocat est de défendre son client, si besoin en ayant recours à des vides juridiques ou des subtilités sémantiques. L'auteur a conscience des petits arrangements auxquels son métier doit avoir recours pour parvenir à ses fins. Un métier dont il doute parfois. Au cours de quinze procès où sont évoqués des viols, des vols et des meurtres, des vies sont inévitablement brisées et l'avocat risque de perdre une part de son innocence, comme il l'évoque dans la première nouvelle du recueil. Au terme de la lecture, une interrogation : la justice est-elle toujours compatible avec la loi ?

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
Ambages
  04 septembre 2016
Quinze nouvelles qui parlent de solitude, de crimes impunis -ou punis- sous un angle qui surprend grâce à Ferdinand von Schirach. Une écriture qui semble comme froide, anesthésiant la douleur pour mieux nous laisser juge, pied de nez sans doute de l'avocat-écrivain. Toutes ne m'ont pas séduite mais certaines resteront en mémoire pour leur chute (notamment « Top secret ») ou les thèmes abordés (les violences conjugales, les viols collectifs, l'enfance tuée).
Commenter  J’apprécie          252
Aela
  09 avril 2013
Quinze nouvelles, autant de crimes et autant de procès.
L'écriture a une précision qui évoque celle d'un scalpel.
Nous sommes plongés au coeur de la mécanique du crime et des ressorts psychologiques des "coupables".
Nous suivons aussi pas à pas le travail de l'avocat.
Les histoires sont inspirées par l'expérience professionnelle de l'auteur, qui écrit de manière simple et claire.
Schirach a un ton de spécialiste, de professionnel et c'est ce qui rend ce livre passionnant, moi qui ne suis pourtant pas une passionnée de romans policiers, je dois reconnaître que j'ai été conquise par le souffle et l'authenticité qui ressortent de ce livre.
Ferdinand von Schirach exerce depuis 15 ans à Berlin le métier d'avocat et il nous séduit avec son réalisme et la variété des "cas" évoqués.
A noter que Schirach est un avocat "vedette" très médiatique en Allemagne et qu'il a défendu des personnalités politiques et industrielles, des espions, des célébrités et des anonymes.
Passionnant et palpitant, même pour les non "aficionados" des polars...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Ziliz
  19 novembre 2012
Ce recueil de nouvelles noires, inspirées de faits réels, reprend le même schéma que le précédent ouvrage de l'auteur, avocat à Berlin ('Crimes').
Les cas : infanticides, légitime défense, vengeances, viols, crimes passionnels, violences conjugales, accusations de pédophilie…
Les coupables/victimes (la limite est souvent floue) : pas forcément des délinquants notoires, ni des gangsters, non... le plus souvent des quidam, des gens comme vous et moi dont la vie bascule brusquement, bêtement.
Les procès, les jugements, les peines appliquées...
Les réflexions et réactions suscitées chez le lecteur : dégoût, révolte, émotion, sentiment de gâchis et d'injustice, remise en cause du système judiciaire.
Bref, ce recueil est passionnant - parfois éprouvant - d'autant que von Schirach a un talent fou pour présenter personnages, contextes et situations en quelques lignes. D'ailleurs ses récits sont très brefs, mais complets.
Commenter  J’apprécie          130
maylibel
  03 décembre 2012
Un avocat pénal allemand raconte quinze histoires arrivées à ses clients, quinze crimes, le tout avec un certain détachement qui les rend non moins glaçants.
Après Crimes, premier recueil de nouvelles paru en France il y a un an, Ferdinand von Schirach transforme l'essai avec ce deuxième ouvrage, aussi réussi. Il nous propose une quinzaine de récits fascinants qui lui permettent d'évoquer une palette de crimes larges mais on ne peut plus humains. Il montre une nouvelle fois son talent à créer des personnages complexes en quelques lignes et mots bien choisis. On ne sait jamais à quoi s'attendre, le style évitant tout manichéisme. Et le texte qui clôt le recueil nous offre une chute qui ne manque pas de piquant !
Une seule question en refermant le livre : à quand le prochain ?
Commenter  J’apprécie          110

critiques presse (3)
Lexpress   10 décembre 2012
"Coupables" [...] pourrait presque s'écrire à la forme interrogative. Les quinze histoires de crimes qui s'y suivent sont vues de l'intérieur, au plus près des protagonistes et de leurs mobiles : les responsabilités se déplacent, se chevauchent, se brouillent.
Lire la critique sur le site : Lexpress
LaPresse   19 novembre 2012
Les lecteurs qui se délectent de culpabilité trouveront leur compte ici.
Lire la critique sur le site : LaPresse
LaLibreBelgique   11 septembre 2012
C'est en véritable écrivain que von Schirach œuvre. Dépouillée à l’extrême, elliptique, percutante, son écriture entraîne au-delà des faits pour mettre en lumière des destins, des états d’esprit, des êtres humains en souffrance, des hasards, des solitudes, des énigmes.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
GriffeGriffe   28 décembre 2012
"Coupables", le titre du second recueil, pourrait presque s'écrire à la forme interrogative. Les quinze histoires de crimes qui s'y suivent sont vues de l'intérieur, au plus près des protagonistes et de leurs mobiles : les responsabilités se déplacent, se chevauchent, se brouillent. Un juge feint de croire qu'une femme battue a pu seule tuer le mari qui menaçait de violer leur fille. Un homme laisse pour mort un ancien partenaire de son épouse avec qui il pratiquait l'échangisme. Une gamine brise la vie d'un homme en l'accusant sans raison d'attouchements : "Un caprice de fillette, rien de plus." Pas de pathos, pas d'effets de manches : la langue est sobre jusqu'à la froideur sans, pourtant, que les récits perdent en humanité. Témoin les premières lignes de "Fête communale", la nouvelle qui ouvre le livre : "C'était des hommes ordinaires, exerçant des métiers ordinaires : représentant en assurances, concessionnaire automobile ou ouvrier - rien à leur reprocher." Des hommes "normaux", dit von Schirach, qui violent un jour une jeune fille avant d'être acquittés faute de preuves. Leurs deux jeunes avocats sortent sonnés de leur victoire : "Nous savions que, plus jamais ! les choses ne seraient simples." "A.D.N." est la deuxième nouvelle du recueil.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
ZilizZiliz   18 novembre 2012
L'internat était un monde particulier, plus resserré, plus intense et sans compromis. Il y avait les sportifs, les intellectuels, les fanfarons et les champions. Et il y avait ceux auxquels on ne prêtait pas attention, ceux qui passaient inaperçus. Personne ne décidait par lui-même à quelle catégorie il appartenait, les autres jugeaient et, dans la majorité des cas, le jugement était sans appel. Les filles auraient pu le contrebalancer mais elles n'étaient pas de la partie, leur vote faisait défaut. (p. 38)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
ZilizZiliz   19 novembre 2012
[Cet homme] était fou. Dès notre premier entretien, il me confia qu'il était poursuivi par les services secrets. La CIA et le BND. Qu'il était au courant d'un secret après lequel ils couraient. Rien que ça. (...) [Il] voulait que je porte plainte contre le BND. Et bien sûr contre la CIA. Et contre l'ancien président américain Reagan, de qui tout découlait. Lorsque je lui annonçai que Reagan était mort, il rétorqua : "C'est ce que vous croyez. En réalité, il vit dans le grenier d'Helmut Kohl". (p. 185 et 187)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
MiaMia   22 octobre 2012
Nous savions que nous avions perdu notre innocence et que, au fond, cela importait peu. Une fois dans le train, nous avons continué à nous taire, dans nos costumes neufs, à côté de nos porte-documents à peine utilisés. Sur le trajet du retour, nous songions à la jeune fille et à ces hommes respectables - nous n'échangeâmes pas un seul regard.
Commenter  J’apprécie          50
ZilizZiliz   19 novembre 2012
Les dénis de grossesse ont toujours existé. Chaque année, en Allemagne, mille cinq cents femmes réalisent trop tard qu'elles sont enceintes. Et chaque années trois cents femmes ne le réalisent qu'à l'accouchement. Elles mésinterprètent tous les signes : l'absence de menstruation est due au stress, le ventre se gonfle en raison d'un excès de nourriture, la poitrine grossit à cause d'un dérèglement hormonal. Les femmes concernées sont soit très jeunes, soit au-delà de la quarantaine. Beaucoup d'entre elles ont déjà eu des enfants. L'être humain peut refouler bien des choses, personne ne sait comment cela fonctionne. Parfois, persuadées de n'être pas enceintes, elles en convainquent leur entourage : même les médecins sont bernés et hésitent à effectuer des examens plus approfondis. (p. 147)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Ferdinand von Schirach (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ferdinand von Schirach
"Der Fall Collini" nach Ferdinand von Schirach im Kino
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz: l'Allemagne et la Littérature

Les deux frères Jacob et Whilhelm sont les auteurs de contes célèbres, quel est leur nom ?

Hoffmann
Gordon
Grimm
Marx

10 questions
262 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature allemande , guerre mondiale , allemagneCréer un quiz sur ce livre
.. ..