AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Pierre Pachet (Auteur de la postface, du colophon, etc.)
ISBN : 2267009838
Éditeur : Christian Bourgois Editeur (10/06/1998)

Note moyenne : 4.33/5 (sur 9 notes)
Résumé :
Léviathan est un ensemble de trois nouvelles dont deux se situent dans l'Antiquité alors que le récit qui donne son nom au recueil nous renvoie à l'histoire de la débâcle allemande.
Trois textes magistraux retraçant chacun à sa manière la lutte solitaire contre le Léviathan, la société, l'Etat. Il s'agit à la fois d'une quête de nouveaux horizons de savoir et d'une révolte contre l'enfermement. Si les héros finissent apparemment vaincus, il reste leur journal... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Charybde2
  22 février 2015
Les trois novellas fondatrices de l'oeuvre d'Arno Schmidt.
Sur mon blog : http://charybde2.wordpress.com/2015/02/22/note-de-lecture-leviathan-arno-schmidt/

Lien : http://charybde2.wordpress.c..
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Charybde2Charybde2   22 février 2015
12e jour
Vent de nord et ses bourrasques de sable (on dirait un menu). Dans la tourmente, ombres furtives. – J’ai ordonné une marge d’erreur de près de 4 stades : n’ayant pas vu le soleil pour la plus grande partie de la journée, j’étais obligé de deviner où était le Sud. Eh oui ! Nous fonçons au jugé ; tout à la gloire d’Ératosthène. – Je souhaite de tous mes vœux que l’humanité trouve au plus vite les moyens de s’anéantir ; certes, il est à craindre que cela mette pas mal de temps, mais ils y parviendront, j’en suis sûr. Ils devraient apprendre à voler dans les airs : ils pourraient ainsi lancer des brandons sur les villes en toute sûreté (belle image : une nef au gros ventre d’airain avec une poignée d’hommes en armure qui jettent en ricanant des bûches brûlantes, tandis que d’en bas hurle un tir nourri de flèches vers les monstres caparaçonnés. Des jarres d’acier aussi qui déversent de l’huile enflammée. Et du poison. Dans les fontaines. La nuit.) Oh, ils finiront par trouver (avec tout ce qui me vient à l’esprit !) Car ils pervertissent tout. L’écriture : elle était destinée à conserver pour l’éternité des poèmes, des sagesses et des souvenirs – mais, eux, ils vous tartinent des myriades de romans de pacotille et des appels à la haine. Les métaux ? En un tournemain, ils vous ont fait des épées et des pointes de flèches. – Le feu ? L’instant d’après les villes flambent. Et sur l’agora se presse la foule des joueurs de passe-passe, des spadassins, des écorcheurs, des entremetteurs, des charlatans et des putains. Et dans le meilleur des cas, ce sont des imbéciles, des freluquets ou des vociférateurs sans cervelle. Et tout ce beau monde est suffisant, joue la respectabilité, fait des courbettes, se rengorge, fait des moulinets avec les bras, roule les yeux, caquette, croasse. (Ils ne manquent pas d’expressions : >Il a vécu< traduisez par : c’en est un qui a fait son plein de crapuleries. – >Il s’est forgé un caractère< : s’est enfin débarrassé de tout idéal. – >Il a de l’aisance< : arrogant et mûr pour la potence.) Voilà pour les petits ; quant aux > grands < : les hommes d’État, les politiciens, les orateurs ; les princes, les généraux, les officiers, étranglez-les sur-le-champ, avant qu’ils aient eu le temps ou l’occasion de conquérir le titre de > grand < aux dépens de l’humanité. – Seuls méritent ce titre : les artistes et les savants ! Et sinon personne ! Le plus modeste d’entre eux, s’il est honnête, est mille fois plus grand que le grand Xerxès. – Si les dieux m’accordaient 3 vœux, mon premier serait qu’ils débarrassent immédiatement la terre de l’humanité. Et des animaux (eux aussi sont trop méchants déjà). Et surtout des plantes (sauf les insectivores). – Le vent souffle plus fort. (« Enthymésis ou C.J.V.H. »)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Charybde2Charybde2   22 février 2015
À vrai dire, c’est pure folie que vouloir partir : il se peut que 500 mètres plus loin, les rails aient sauté. – En face de moi se sont étendus les deux autres soldats, la fille entre eux (ce qu’on fait de pire dans le genre petite main) ; un septuagénaire en uniforme des P.T.T. (« à 108 ans, il frappe toujours l’enclume, et par-dessus le marché, il donne tout son salaire au Secours d’Hiver ! », c’est le genre de choses qu’on lit dans tous les journaux) ; à côté, le pasteur au milieu de ses sept enfants (sept : c’est vrai, si lui ne faisait pas confiance à Dieu, qui donc le ferait ? Deux d’entre eux occupent toute la largeur de la porte). Dans notre coin, à côté de moi, Hanne, sa mère, deux écolières – ; puis les deux héros de la Jeunesse hitlérienne, avec leur demi-douzaine de bazookas (ils font les malins et s’en servent comme d’oreillers en fumant négligemment – fameux – la jeunesse est notre avenir, isn’t it ?). Puis, les deux autres vieux et une vieille (certainement de la campagne : dans leur coin, on n’entend parler que de la « bonne terre », – avec l’accent lourd et traînant de la Silésie ; « Ah, la bonne terre grasse ! » Extra Silesiam non est vita). (« Léviathan ou Le meilleur des mondes »)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Charybde2Charybde2   22 février 2015
Dans le cahier « officiel », j’ai rapidement griffonné quelques formules sur la navigation dans le grand cercle, etc. (ils veulent toujours des sciences « appliquées » : encore une caractéristique de l’esprit barbare). – Allons, je ne veux pas être injuste. Quand je songe au destin de mon premier livre sur le Periodos. – Pour un premier éditeur, c’était trop long ; pour un autre trop hardi dans les conséquences philosophiques (avais aussi avancé quelques petites choses contre la religion d’Etat) ; un autre manquait justement de papyrus ; un autre voulait extraire seulement les passages qui parlaient des pays nordiques des plus éloignés et les présenter comme contes de Milet pour ses lecteurs à sensations (et il était passionné : influence de la lune sur les mouvements de la mer entière! Ce qu’il avait toujours cherché !) – alors j’ai fait faire par Diagoras encore une copie pour lui, « Première et unique édition en deux exemplaires », puis suis encore venu chercher mon malheur à Gadir. – Ne viendra pas hanter la postérité, le Periodos ; c’est égal : il y a de toute façon déjà plus de livres que d’yeux pour les lire. (« Gadir ou Connais-toi toi-même »)

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature des langues germaniques. Allemand>Romans, contes, nouvelles (879)
autres livres classés : enfermementVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

QUIZ LIBRE (titres à compléter)

John Irving : "Liberté pour les ......................"

ours
buveurs d'eau

12 questions
111 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature , témoignageCréer un quiz sur ce livre