AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782227488977
150 pages
BAYARD CULTURE (15/02/2017)
3.85/5   62 notes
Résumé :
[ÉPREUVES NON CORRIGÉES]

Pour la première fois, Eric-Emmanuel Schmitt se confie et évoque son enfance avec une émouvante sincérité, ses vocations multiples, sa vie… Qui était le petit garçon Eric-Emmanuel à Lyon, dans les années 60 ? Quelles histoires avait-il déjà en tête ? Nous découvrons ses années de formation, son milieu, ses rêves, ses regrets… Ses nombreuses confidences sur sa vie, ses valeurs, ses multiples activités, le sens qu’il donne à l’e... >Voir plus
Que lire après Plus tard, je serai un enfantVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
3,85

sur 62 notes
5
2 avis
4
10 avis
3
0 avis
2
1 avis
1
0 avis
On pense toujours en savoir assez sur nos auteurs favoris, en tout cas c'est mon cas… Surtout quand il s'agit d'Eric-Emmanuel Schmitt qui , contrairement à un Le Clézio, n'est pas avare de communication.

Une balade, un vide grenier et : « Plus tard, je serai un enfant », une série d'entretiens avec la journaliste Catherine Lalanne, rédactrice en chef à l'hebdomadaire « Pèlerin ».
Je feuillette, je picore, tiens, des photos. C'est fou comme certaines me rappellent mézigue à la même époque. J'achète, je rentre. Fauteuil. Lecture d'une traite.

Il faut dire qu'E-.E Schmitt n'a pas la langue dans sa poche et que son talent de conteur fait merveille, ici, alors qu'il se raconte. « Plus tard, je serai un enfant ». Autant dire plus tard, je serai philosophe si l'on en croit Tournier qui disait (avec d'autres) que philosopher c'était avoir gardé intact la faculté de questionnement d'un enfant.

En huit courts chapitres, E-E. Schmitt nous narre son enfance lyonnaise, ses études, son goût pour les arts en général et la musique en particulier, pour le théâtre ensuite et enfin « l'écriture » au sens large.

Un petit bouquin truffé d'anecdotes autant que de réflexions sur la vie en communauté, le déterminisme social qui, ici, fonctionne à l'envers de celui de Bourdieu, la joie d'être optimiste, la religion … j'en passe …

Je me suis toujours demandé la raison du titre de sa première pièce de théâtre, « La nuit de Valognes », sortie en 1991, moi qui suis natif de cette petite commune de la Manche.
E-E Schmitt enseigna la philosophie au lycée Alexis de Tocqueville de Cherbourg alors qu'il écrivait ce texte ; et que le train qui l'amenait enseigner à Cherbourg ne manquait pas de s'arrêter à Valognes.

« Valognes, Valognes… deux minutes d'arrêt. »
Commenter  J’apprécie          400
Après La nuit de feu et L'homme qui lisait à travers les visages, voici qu'arrive un livre d'entretiens d'Eric-Emmanuel Schmitt avec Catherine Lalanne. Parfois sceptique sur ce que peuvent contenir de tels ouvrages, j'ai néanmoins pris beaucoup de plaisir à lire celui-ci.
Même s'il n'est plus à présenter, cet auteur si prolifique nous ouvre ici les portes de son enfance, nous permettant ainsi de mieux comprendre certains traits de son oeuvre.
On y découvre ainsi certains clins d'oeil à son enfance qu'il a insérés dans un roman, dans une nouvelle, un nom, une situation, un lieu...
La force de ce livre, au-delà de ce qu'il nous apprend sur un auteur adulé, est qu'il comporte ce petit supplément d'âme que confère le style inimitable d'Eric-Emmanuel Schmitt.
On a ainsi l'impression de parcourir un de ses romans là où on parcourt l'histoire de son enfance.
Profondément optimiste, ce récit offre un regard supplémentaire pour continuer à décrypter et à mieux comprendre cet exceptionnel conteur.
Commenter  J’apprécie          240
Ces conversations avec Catherine Lalanne n'apprennent pas énormément de choses sur le dramaturge-romancier, déjà bien connu, car Schmitt n'a pas été avare en interview journalistiques. Mais ce petit livre a pour intérêt essentiel de retracer le parcours du jeune Schmitt, fils de sportifs, élevé à Lyon, qui s'emballait rapidement pour de nouvelles passions : le théâtre découvert à huit ans avec Cyrano de Rostand ("Je veux être Rostand"), la musique, moteur de jeunesse, abandonné un temps, retrouvé plus tard... Adolescent, Schmitt a voulu imiter ce qui lui plaisait. Puis il s'est totalement impliqué dans ses études et ce n'est qu'à la fin de la vingtaine que le la création l'a repris. Au théâtre dans un premier temps avec pour "marraine" Edwige Feuillère, puis avec le succès dans ses romans, dont le cycle de l'invisible sur le rôle des religions.
Ceux qui connaissent déjà bien l'auteur, n'y apprendront pas grand chose. Mais malgré tout, les propos tenus enchantent, car certains mots de Schmitt sont dans la droite ligne de ses livres, pleins d'humanité, avec une forme et un style magnifique.
Le dialogue est suivi d'un texte final de Catherine Lalanne, qui est un vibrant hommage à la mère de l'auteur, Jeannine. Elle a toujours tout fait pour permettre à son fils de trouver sa voie et lui permettre de développer son talent. Merci à elle de nous avoir permis de profiter de la richesse d'imagination de son fils.
Commenter  J’apprécie          130
Grâce à l'opération masse critique, j'ai eu le privilège de recevoir avant sa sortie en librairie ce livre. J'ai ouvert l'enveloppe comme une enfant devant un cadeau de noël tant j'aime cet auteur, son écriture et ce qu'il dégage à travers ses interviews dans la presse ou à la télé..

Je me suis donc empressée de lire cet ouvrage, qui n'est pas un roman mais une transcription d'entretien avec Catherine Lalanne, sur le thème de l'enfance.. On découvre alors l'enfant qu'était Eric Emmanuel Schmitt, la vision qu'il a de l'enfant qu'il était, les liens qui l'unissaient à sa famille, etc etc..
Il évoque ses premières découvertes littéraires très jeune, il nous parle du jeune homme mal dans sa peau qu'il était, de sa rencontre avec la musique, et surtout Mozart qui tient une place importante, puis nous emmène vers le théâtre en évoquant à quel point il a été touché par Cyrano de bergerac par exemple..
A travers cet entretien, on déambule avec lui sur les toits de Lyon, on s'émerveille comme lui sur des peintures, du cinéma, de l'art en général, de la vie tout simplement.
J'imagine que ce genre d'exercice n'est pas facile. Se livrer sur son enfance, sur sa famille. Se dévoiler et donner aux lecteurs une part de son intimité. Il l'a fait en toute simplicité je trouve, tout en étant passionnant et touchant ( lorsqu'il évoque l'absence d'enfant par exemple).
J'ai aimé lire cet entretien.. J'entendais la voix d'Eric Emmanuel Schmitt pendant ma lecture. Et je n'ai qu'une envie maintenant, me plonger dans ses pièces de théâtres, puisque je m'étais cantonnée à la lecture de ses romans.. Et je me laisserai sûrement tenter par l'entretien que Catherine Lalanne pourrait faire d'un autre artiste..
Commenter  J’apprécie          80
Tres belle decouverte de cet auteur que j'aime tant.
Tres belle facon d'aborder son enfance,son entourage.Textes tout en douceur,en emotion,en pudeur.
EES se livre discrètement,sans faire etalage,tout en respect;de ses envies artistiques,de ses bonheurs et désillusions;de ce qu'il est et de ce qu'il aimerait etre et aurait pu etre;beaucoup d'interrogations qui trouveront peut-être plus tard des reponses.
Dommage que ce soit si court,je serai bien restee encore un peu a l'ecouter,a le lire,a le decouvrir.
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (45) Voir plus Ajouter une citation
Ouvrir un ouvrage, sentir la présence de l'auteur, son univers, est-ce déjà une expérience formatrice?
C'est un voyage aussi passionnant qu'instructif. J'appris par contagion à poser des personnages en leur cadre, à reconnaître le style d'un auteur, à entendre la musique intérieure d'un énoncé, ses sons, ses silences. Car ce qui vibre dans le récit passe de ce qui est dit à ce qui n'est pas dit. Chaque grand texte établit un dialogue secret entre l'audible et l'inaudible, le visible et l'invisible, le tu et le formulé. Je formais mon oreille et ma plume. La lecture se révélait un prodigieux jardin d'écriture; chaque livre semait en moi une graine qui allait germer et éclore.
Commenter  J’apprécie          50
La vieillesse possède à mes yeux une deuxième qualité : la fragilité. Comme l'enfance, elle s'avoue vulnérable, et, par là même, devient intelligente. Rien ne rend plus sot que l'illusion de la force, l'illusion de la puissance, l'illusion de savoir.
Commenter  J’apprécie          110
Aujourd'hui, je me force à lutter contre l'illusion de savoir. J'ai la passion du nouveau. Je refuse la fatigue de vivre. Je proscris le sentiment du déjà-vu ou de déjà-entendu. Je casse toute habitude. J'entends cultiver la fraîcheur, la saveur de la première fois, la naïveté éternelle.
L'art m'y aide. quand j'admire un tableau ou que j'écoute une musique, je deviens vierge, neuf, j'assiste à une épiphanie. L'aube scintille.
Commenter  J’apprécie          50
L'intelligence est nécessaire mais, cultivée seule, elle s’avère dangereuse. Si brillante et satisfaisante se révèle-t-elle, elle nous endommage quand elle devient l'unique chemin. À force de congédier les émotions, les sentiments, les enthousiasmes, elle rend dur, méchant, lointain, hautain, et produit du cynisme. On ne peut évoluer sans bonté et sans douceur.
Commenter  J’apprécie          60
Deux écrivains séjournaient alors en moi, lesquels ne s'accordaient pas : l'imaginatif encore bloqué dans l'adolescence, le réflexif bon qu'à l'article ou à l'essai. Si la formulation ne se montrait présomptueuse, je dirais que j'avais abusé de l'intelligence !
Commenter  J’apprécie          60

Videos de Éric-Emmanuel Schmitt (109) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Éric-Emmanuel Schmitt
Alain Damasio et Eric-Emmanuel Schmitt - Rencontre inédite
autres livres classés : lyonVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (154) Voir plus



Quiz Voir plus

la vie rêvée d'Hitler...

Par quoi commence le récit et la vie d'Adolf H.?

par sa réussite au concours d’entrée à l’Ecole des Beaux-Arts de Vienne.
par son mariage avec Sarah
par son coming out

9 questions
454 lecteurs ont répondu
Thème : La Part de l'autre de Eric-Emmanuel SchmittCréer un quiz sur ce livre

{* *}