AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Léa Géas (Illustrateur) MoonE (Illustrateur) Elerzed (Illustrateur) Aemarielle (Illustrateur)
EAN : 9791096492176
332 pages
Éditions Luciférines (01/12/2020)
4.38/5   8 notes
Résumé :
Heure verte de l’absinthe, exhibitions de freaks, fumeries d’opium, Expositions universelles, cabaret du Moulin-Rouge : un monde nouveau prend son envol à partir des années 1870. Période de paix et de découverte, la Belle Époque est marquée par l’émergence d’une classe populaire citadine, avide de plaisirs et de spectacles. Les évolutions technologiques donnent l’impression d’un champ de possibles illimités. On se passionne pour la science, l’anthropologie, la psych... >Voir plus
Acheter ce livre sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
MaritzaJaillet
  22 mars 2021
Comme toujours dans une anthologie, je fais un avis général et une chronique pour chaque nouvelle. La note affichée ici est la moyenne générale, pour les notes « particulières », me consulter.
Première nouvelle : Baudelaire et Gautier, les dernières correspondances, Delphine Schmitz.
On ne dirait pas comme cela, surtout que le début évoque un enterrement, mais cette nouvelle est plus « lumineuse » qu'il n'y paraît. Une correspondance, une vision, un Hollandais Volant et une aventure démentielle. de belles descriptions et une fluidité appréciable, j'ai moins aimé ce mais trop présent ainsi que certaines répétitions. J'aurais bien aimé être à la place de Baudelaire, enfin, 46 ans quand même !
Deuxième nouvelle : Brume de guerre, Philippe-Aurèle Leroux
Le titre est très intéressant et particulièrement bien choisi, surtout vu les idées exploitées. Entre Gabriel, que j'ai beaucoup apprécié, le spectre de la guerre et un drame à l'exposition pour ne rien spoiler, c'est animé. J'ai adoré la chute, la non-linéarité de cette nouvelle et les dialogues particulièrement dynamiques. J'ai moins apprécié certaines répétitions et l'abus du verbe avoir sur des pages U_U.
Troisième nouvelle : Une mèche de cendre, Chris Vilhelm
Histoire qui m'a moins convaincue car on parle de tortures, d'horreurs, autant y aller jusqu'au bout ! le début m'a désarçonnée, le journaliste qui veut faire un article oki, un docteur aux méthodes très discutables, dont le fils s'est suicidé, ça promet de belles choses : âmes sensibles s'abstenir. Même si c'est très (trop) rapide. La chute est prévisible, j'ai bien aimé les idées, la narration et les thèmes abordés. C'est pas mal.
J'ai moins aimé, le mais qui revient trop, l'abus de points de suspension. À la fin, ils n'ont plus le même impact. Il m'a fallu plus de temps pour accrocher et la petite coquille sur le prénom du fils du docteur, dommage !
Quatrième nouvelle : Même si nos peurs ne meurent jamais, Nepenth S.
Une histoire tendre qui évoque le harcèlement, la folie, l'amour, les interdits, l'abandon et tout cela à la Belle Epoque ? Oui c'est possible. Quand Ombre arrive, enfin Grégoire, on se dit peut-être que le loup est entré dans la bergerie, m'enfin ce n'est pas lui le fils du fou ! Des cicatrices dissimulées au dernier à la douche avant de rejoindre les dortoirs de l'orphelinat, les pensées des personnages se veulent intimes. Qui a crié en pleine nuit ?
J'ai fortement apprécié cette nouvelle, qui pour autant ne m'a pas surprise au niveau de la chute. Les idées sont là, les thèmes abordés aussi et avec une justesse particulière. J'ai moins aimé certaines phrases simples répétées. Très bien dans l'ensemble.
Cinquième nouvelle : La Fée mutilée, Alexandra Fiordelli
Aaaaah je me disais bien qu'on évoquerait le monde du cirque ! Nouvelle déroutante au début, très intéressante pour ma part dès que l'on évoque des cadavres et une Fée Mutilée. Quel beau travail a fait ce boucher, n'est-ce pas ? Ah oui, lui fils de juge et futur médecin, il a un avenir tout tracé. Sans spoiler, dommage que tout est blanc.
J'ai bien apprécié la chute de cette nouvelle, même si je m'y attendais un peu. Sans vous dire pourquoi, ce ne serait pas du « show ». Belles descriptions et une ambiance un peu lugubre que j'affectionne. J'ai moins aimé ce mais qui peut casser certains enchaînements. C'est bien dans l'ensemble !
Sixième nouvelle : Ma belle époque, Alex Mauri
Aaaaah une nouvelle en épistolaire, c'est original !
Je me suis doutée rapidement du sujet au regard du dossier juste avant, passons sur l'aspect un peu prévisible car la chute, elle, ne l'est pas trop. Bon Victor, voilà quoi c'est un sauveur qui cache bien son jeu. Ne spoilons pas tout !
Louise était rejetée, Louis a trouvé sa place. de nombreux thèmes sont brassés en peu de temps, de la femme à barbe en passant par l'immortalité ou juste la « famille ». « Cher Père, Chère Mère, assistez au spectacle ! »
J'ai bien aimé la forme, la chute, le rythme très soutenu du début à la fin. J'ai moins aimé, forcément, l'absence d'action et de grandes descriptions. Très bien dans l'ensemble.
Septième nouvelle : L'Ombre de soi-même, L. Azarii.
Encore une originalité appréciable : glissez-vous dans une pièce de théâtre ! Pas qu'une non ! Oserez-vous dire que vous êtes face à un « torchon » ? Quelle tragédienne cette Sarah, vous ne trouvez pas ? Venez donc vous reposer en Bretagne plutôt que de continuer à brûler les planches à Paris.
Une nouvelle étonnante, enjouée et pourtant assez sombre. À force de jouer des rôles, on se demande qui l'on est. de beaux enchaînements et des extraits bien choisis. J'ai bien aimé les références, la culture et l'image de Sarah Bernhardt, entièrement Sarah. J'ai moins apprécié la chute, qui me donne l'impression d'une interruption dans un plaisir intense. Mince alors, il ne manquait pas grand-chose pour me déclencher un coup de coeur !
Huitième nouvelle : La Danseuse rouge, Caroline Blineau
Une nouvelle qui alterne entre la Danseuse rouge et celui qui souhaite devenir « son Shiva ».
Sans spoiler, vous devinerez peut-être de qui il s'agit… En tout cas, c'est un autre aspect de la Belle Epoque qui est abordé : les femmes fatales dans cet instant charnière entre « passé et modernité » pour reprendre les termes du dossier qui accompagne les aventures de « Judith ».
J'ai bien aimé le sujet, la chute correcte et les références. C'est bien décrit seulement j'ai moins aimé le manque de fluidité vers la fin avec des répétitions non nécessaires. Bien dans l'ensemble.
Neuvième nouvelle : L'oeil du photographe, Tepthida Haye.
Ah ces photographes, à l'affût du moindre cliché permettant d'expliquer, ou de comprendre une personne. Nouvelle simple, mais appréciable. Comment prendre le meilleur cliché ? Sans spoiler, cela peut être difficile pour le sujet, ou les Muses… Faudrait pas trop bouger, on pourrait glisser 😛
J'ai bien aimé les descriptions et l'action d'Edmond contre un certain personnage était maîtrisée. L'idée de l'enquête, photographie, filature et découvertes… c'est bien, mais prévisibles. Je m'attendais à la chute, un petit twist n'aurait pas été de refus !
Bien dans l'ensemble.
Dixième nouvelle : Nuit, Aaron Judas.
Que peut-il se passer durant une nuit ? Beaucoup de choses et à réclamer des preuves on peut perdre ! Cette nouvelle assez originale dans la construction avec le témoignage, la retranscription des événements de la nuit avec la montre à gousset…(je ne spoilerai pas cet instant mais j'ai souri xD). Les esprits existent-ils ? Peut-on communiquer avec eux et rapporter la preuve de leur existence ? Un guide peut sûrement le faire !
J'ai bien aimé cette plongée dans le spiritisme avec en plus le dossier qui accompagne cette nouvelle. Dommage pour le côté fantastique que je n'ai pas trouvé assez prenant, l'idée est excellente et j'adoooore ça !
J'ai moins aimé, la prévisibilité de la chute, même si la fin reste ouverte et les répétitions de formulations.
Bien dans l'ensemble.
Onzième nouvelle : Esprit, es-tu là ? Andréa Deslacs et Catherine Loiseau
Première originalité, c'est une histoire écrite à quatre mains ! Place au spiritisme, on s'en doutait avec la nouvelle précédente. J'ai eu du mal au début avec l'abondance de noms, oki y a des invités à une soirée, mais certains ne sont pas hyper importants. de l'ingénierie, du tarot, un homme à tout faire qu'il ne faut pas embêter et un prêt à obtenir ! La communion avec les esprits se réalisera-t-elle ? Mieux que cela !
J'ai bien aimé l'idée de la soirée spiritisme made in Belle Epoque, avec des « boniches » un peu curieuses. Peut-être trop concernant Léa… Bonne action, une certaine harmonisation au niveau de la narration et une fin bien.
J'ai moins aimé certaines répétitions et finalement le manque de surprise au niveau de la chute.
Bien dans l'ensemble.
Douzième nouvelle : Béance, Mahaut Davenel
On attaque la partie exercices de réécriture. Je n'ai pas tout compris au début, il a fallu la lecture du dossier avec la genèse pour comprendre.
De belles descriptions dans cette nouvelle qui évoque des masques ou devrais-je dire un masque ? On suit Raphaël et des contaminés, sans vous spoiler. le mode sombre n'existant pas encore à cette époque, attention à vos yeux.
J'ai bien aimé l'idée de reprise, le pourquoi de cette nouvelle et la chute, non effritable…
J'ai moins aimé Raphaël, finalement j'ai peiné à entrer en lui, j'étais trop détachée.
C'est bien, mais je m'attendais à être plus transportée.
Treizième nouvelle : Les Yeux des serpents, Cyril Fabre
Le début commence en fanfare et l'originalité du langage – ça change – me plut jusqu'à la fin, trop prévisible à mon sens. On sait tous comment cette histoire finit. La Rolls est réparée, « il » est engagé comme chauffeur et la comtesse… Eh bien, elle est avec le comte plus pour son argent qu'autre chose.
J'ai bien aimé la narration piquante, le décalage aussi et Tara. En revanche, quelques accrocs et la prévisibilité sont deux points moins appréciés.
Dans l'ensemble, c'est bien !
Quatorzième nouvelle : Accord triton sur ma sensibilité, Nolwenn Pamart
Début un peu déconcertant car j'ai mis un certain temps à rentrer dans l'histoire et je trouve que le twist (M*) arrive pas assez vite. Il est vrai que les idées sont géniales, Lydie est en quête d'un idéal qui n'arrive pas, et quand on lui sort un trop beau discours, forcément, c'est trop tard. de jolis thèmes brassés l'air de rien en quelques pages.
J'ai bien aimé Lydie, un perso à qui je me suis attachée vite, René, bon son comportement était prévisible, pourquoi, les thèmes et les idées. Un peu plus de pages ne m'aurait pas dérangée !
J'ai moins aimé l'abus de mais à la fin, dommage et le fait que l'intrigue finalement, ce qui m'a titillé au niveau du titre, arrive tard.
Bien dans l'ensemble.
Quinzième nouvelle : Ses mains, Florence Barrier
Inspirée de Maupassant mais pas seulement, cette nouvelle est intéressante dans la revisite. Petit tour chez le coiffeur, la coiffeuse même Shirley, qui attire énormément une jeune personne qui devrait se tenir éloigner d'une braderie. Pourquoi les mains l'obsèdent ? Vous le saurez en lisant.
J'ai bien aimé les idées, surtout les descriptions et passages fantastiques. C'est fluide.
J'ai moins aimé l'abus du « ça » qui en plus d'être très oral, est répété et impersonnel. La chute reste prévisible, mais agréable.
C'est bien dans l'ensemble.
Seizième nouvelle : Licorne borgne, Guillaume Lemaître
Nouvelle intense, mais trop courte à mon goût ! On se retrouve en Inde avec un couple dans une clinique de fertilité. le décor est planté et les bocaux observés à la hâte. Les yeux vairons, les thèmes l'air de rien évoqués sont excellents (entre mère porteuse et prostitution, sans oublier les monstres…) et malheureusement on reste sur notre faim !
J'ai bien aimé les thèmes donc, le docteur et la fin, même si c'est trop court. J'ai moins aimé les abus de mais et la longueur. C'est bien dans l'ensemble.
J'ai apprécié le fil conducteur de cette anthologie, on part d'un point et l'air de rien, avec quelques dossiers sous le coude dans lesquels on plonge sans hésiter, on finit sans détourner le regard ou presque. Les thèmes abordés, les points Histoire, les plumes très intéressantes sont autant d'atouts pour cet ouvrage ! Certaines nouvelles m'ont énormément rassasiée !
Toutefois, j'ai moins apprécié ce que j'appellerai le déséquilibre. Certaines nouvelles sont originales, poussées, nous poussent au voyage, aux questionnements, à la curiosité ou même, apprécier le lugubre… quand d'autres sont prévisibles, répétitives et peuvent moins transporter. À la fin, on quitte cette Belle Epoque et cette magie qui m'emportait auparavant.
La suite sur ma page Facebook :)
Lien : https://www.facebook.com/la...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
LeManegeDePsylook
  17 avril 2022
Ça fait un moment que je voulais lire cette oeuvre, j'avais prévu de le lire dans l'année, mais j'ai précipité les choses pour l'un de mes challenges et j'en suis ravie.
En écrivant cette chronique, je me suis rendue compte que cette anthologie suivait un “ordre thématique” précis et que chaque nouvelle amenait au prochain sujet donc à l'histoire suivante. Et c'est fort.
On commence doucement en introduisant deux figures emblématiques de la Belle Époque : Baudelaire, Gautier, les dernières correspondances de Delphine Schmitz qui nous mette dans l'ambiance artistique typique de cette période, avec les dérives et les illusions qui l'accompagnent.
C'était intéressant de découvrir le lien entre les deux et surtout un pan de vie de l'auteur des Fleurs du mal, mais j'ai eu un peu de mal à entrer dans le récit.
La Belle Époque est une période d'insouciance, mais également de progrès, qui s'étend de 1871 à 1914, en France et dont Paris en est le symbole, notamment avec ses expositions universelles, une ambiance festive voire frivole comme dans Brume de guerre de Philippe-Aurèle Leroux où même si l'un des héros morfle, on a bien ressenti l'atmosphère un peu bohème entre les flâneries sur le Trocadéro et la fumerie d'opium dans le fameux éléphant du Moulin Rouge. J'ai adoré cette nouvelle.
Cette époque est également connue pour ses addictions à l'absinthe ou à des drogues, certaines plus exotiques que d'autres (pavot, opium, éther). Plusieurs nouvelles en font mention ou traitent du sujet et de la folie que cela entraîne. Dans Une mèche de cendre de Chris Vilhelm, on quitte Paris pour un manoir à flanc de falaise où le héros passe une nuit effrayante après avoir siroté la moitié de la carafe d'absinthe. Était-ce vraiment un rêve ? L'ambiance changeait des nouvelles précédentes, pour une atmosphère plus sombre, c'était sympa et dépaysant.
Avec Même si nos peurs ne meurent jamais de Nepenth S., le sujet sous-jacent est la folie. Deux orphelins se lient d'amitié, un lien les unit : leurs pères étaient fous. C'était original : une nouvelle à deux voix. L'auteur Népenth S. s'est inspirée de deux nouvelles de Catulle Mendès pour mettre en scène la démence des deux paternels, l'un chapelier, l'autre possédé par un démon. J'ai adoré, ça s'est lu super vite et c'était aussi surprenant (surtout pour la chute) que plaisant.
On quitte la psychiatrie pour la médecine dans La Fée Mutilée d'Alexandra Fiordelli où le héros se passionne pour les cadavres. Il cherche sa place jusqu'à ce qu'il la trouve en assistant à une foire aux monstres où il se fascine pour la Fée Mutilée.
L'atmosphère est sombre et dérangeante avec un narrateur glauque à souhait. Je sais que j'ai aimé cette histoire, néanmoins j'étais incapable de transmettre mon ressenti, mais après une pause de plusieurs heures, je peux : c'est un récit entêtant qui se marie parfaitement à une ambiance freaks show que j'ai adoré.
On continue à découvrir le monde des monstres de foire avec Ma belle époque d'Alex Mauri où la femme à barbe, Louise, écrit à ses parents qui l'ont jetée dehors et leur raconte la manière dont elle a réussi à s'en sortir. Un récit court mais rendu intéressant par la sordide expérience du personnage principal.
C'est donc tout naturellement qu'on passe de la fascination qu'exercent la Fée Mutilée et la femme à barbe à l'envoûtement que provoque la grande Sarah Bernhardt dans L'Ombre de soi-même de L. Azarii. On la découvre sur la fin de sa vie… à moins que ce ne soit le moment où elle perd sa jambe… hantée par les rôles qu'elle a joués.
Ne connaissant rien à cette actrice célèbre, à part les nombreux titres qu'on lui a donnés au fil de sa carrière, je suis complètement passée à côté de cette nouvelle. Je n'ai eu aucun mal à comprendre le gros de l'histoire, mais je n'ai pas accroché au personnage principal que j'ai trouvé hautaine. J'aurais mieux fait de lire l'article qui suit en premier, ça m'aurait éclairé sur certains détails, notamment les relations entre les personnages ou sur l'état de santé de Sarah.
On poursuit notre lecture toujours avec cette fascination des femmes, cette fois, c'est La Danseuse rouge de Caroline Blineau. le personnage principal est obsédé par cette danseuse exotique. Tout le début, on ignore si elle existe réellement jusqu'à ce qu'il ait un geste déplacé et tout devient soudain réel.
Une nouvelle entre rêve et réalité qui m'a fait hésiter sur le la santé mentale du personnage. C'était bien joué.
L'oeil du photographe de Tepthida Haye nous propulse aux côtés d'un journaliste, Edmond, qui mène une enquête sur un mystérieux photographe Théophile Delfosse dont les cartes postales et surtout son modèle Arabelle crée un engouement en France et dans toute l'Europe .
C'est une nouvelle fantastique, on sent tout du long le mystère qui plane autour des personnages. J'ai adoré l'ambiance sombre et angoissante qui se dégage au sein du domaine de Delfosse.
Dans la même veine surnaturelle, la nouvelle Nuit de Aaron Judas avec comme objet transitionnel l'appareil photo. Mais cette fois, celui qui le manie est un spirite… le célèbre Allan Kardec dont les derniers jours de vie sont retranscrits par son élève.
Toute l'originalité de ce récit tient à sa forme : le journal. Ce format nous permet de plonger directement dans l'occulte puisque le héros sait ce qu'il fait et nous en fait part, mais son assurance nous empêche de ressentir l'angoisse qu'est censée provoquer une nuit dans une crypte. Dommage.
Pour Esprit es-tu là ? d'Andréa Deslacs et Catherine Loiseau ai-je vraiment besoin d'en préciser le thème ? Une séance de spiritisme dans la société mondaine. La domestique Léa a hérité des pouvoirs occultes de sa grand-mère. Saura-t-elle démêler la vérité lors de cette réunion ?
En ce qui me concerne, je n'ai eu aucun doute sur ce qui se passe. J'ai particulièrement aimé ce récit dès le moment où Léa suit Blaise et ce qu'elle découvre.
Les cinq dernières nouvelles de cette anthologie sont des réécritures de textes fantastiques dans un contexte contemporain. Je suis assez partagée quant à ces nouvelles, certaines m'ont plu, d'autres moins.
La première, Béance de Mahaut Davenel, nous narre les débuts de deux vampires… en tout cas, j'ai eu l'impression que Raphaël ne l'était pas depuis longtemps et que Nafalia était encore plus jeune quand il la trouve.
J'ai beaucoup aimé l'ambiance qui se dégage de ce texte, l'utilisation des masques m'a bien plu, mais ce n'était pas assez présent pour être prégnant à mon goût.
Dans Les Yeux des serpents de Cyril Fabre, le narrateur est pourchassé par des créanciers. Il finit par se cacher dans le sud de la France et se fait embaucher comme chauffeur par un comte.
Le récit est raconté de façon crue, et très orale. le ton était un peu perturbant au milieu de cette anthologie, moins soutenu.
Avec Accord triton sur ma sensibilité de Nolwenn Pamart, on découvre René et Lydie, deux colocataires. le premier jette un regard extérieur sur son amie et les relations sans lendemain qu'elle enchaîne et la seconde nous présente sa vision jusqu'au soir de trop où elle rencontre Merméros le triton.
Le début m'a laissé indifférente. J'ai surtout aimé la fin et le conclusion qui en résulte : ses expériences l'ont façonnée et ça lui convient.
J'ai été agréablement surprise par la nouvelle Ses mains de Florence Barrier, pas par l'histoire en elle-même où il ne se passe pas grand-chose au final : une femme d'affaire d'une quarantaine d'années fait le triste constat qu'elle vieillit : cheveux blancs, pattes d'oie, etc. Elle décide de passer chez le coiffeur avant une réunion importante, et découvre le bien-être que procure un bon massage du cuir chevelu. En chinant, elle est attirée par une main en guise de décoration. Ce qui m'a tellement plu dans ce texte, ce sont les descriptions. L'autrice prend le temps et on ressent le poids des années qui pèse aussi bien sur la narratrice que sur nous, lecteurs. J'ai adoré ce transfert de sensation.
La Licorne borgne de Guillaume Lemaître est le nom donné à une drogue aux conséquences désastreuses, surtout sur les foetus. C'est la raison pour laquelle Aliénor et Pacôme se rendent en Inde, dans une clinique, afin de choisir une mère porteuse.
La nouvelle est courte, mais sacrément efficace. Ça m'a glacée et j'ai adoré.
Avec cette anthologie, je m'attendais à une lecture moins abordable en raison du thème. J'ai été agréablement surprise. J'ai aimé toutes les nouvelles, mais ce sont surtout les articles qui m'ont enthousiasmée : ils sont super pointus. Je connaissais certains faits, certaines coutumes de la Belle Époque, mais j'en ai découvert d'autres et cela a éclairé ma lecture.
Lien : https://psylook.kimengumi.fr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Lauryn
  12 mai 2021
Ce recueil de 16 nouvelles est très varié. Vous pouvez y trouver de nombreuses thématiques, avec des styles très différents et une note fantastique plus ou moins marquée. Comme souvent avec les recueils, j'ai adoré certaines nouvelles et pas du tout accroché à d'autres. Mon ressenti est donc assez variable, et j'ai détaillé mon avis sur chaque nouvelle dans mon article de blog. le recueil s'accompagne d'articles très intéressants sur divers aspects de la vie durant la Belle Époque : un vrai plus.
La suite sur mon blog :
Lien : https://lauryn-books.blogspo..
Commenter  J’apprécie          60
RedPanda
  10 mars 2021
C'était un recueil assez inégal, j'ai adoré certaines nouvelles comme j'en ai trouvé certaines très .. étranges et peu appréciables voire malsaines. Toutefois, c'était une belle plongée dans le 19ème siècle, avec ce côté un peu fantastique/flippant qui est la marque de fabrique des éditions Luciférines.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
LeManegeDePsylookLeManegeDePsylook   15 avril 2022
Catherine se sentait plus proche du cynisme désabusé de Gabriel, de son anarchisme nihiliste, de son corps et sa psyché abîmés. Il plongeait dans l'alcool comme on se jetterait d'une falaise, mais, même dans ses moments de totale libation, il gardait pour lui un passé dont elle aurait aimé se repaître, comme ces vampires qui faisaient florès dans les oeuvres de Paul Féval.
Commenter  J’apprécie          20

autres livres classés : DossiersVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus
Acheter ce livre sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2454 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre