AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2930880651
Éditeur : SEMA (24/11/2018)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 12 notes)
Résumé :
New York, 1868. L’ambitieuse Thémis Newton est la première femme à avoir rejoint la
police métropolitaine. S’appuyant sur ses méthodes scientifiques et avec l’aide de Sam, son automate octopode, elle est persuadée de parvenir rapidement à mettre la main sur le prétendu « voleur invisible » qui sévit en ville. Elle déchante lorsqu’elle doit collaborer avec Jake Spook, journaliste passionné de paranormal. Les deux enquêteurs, que tout oppose, n’en sont qu’au dé... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
jonatjackson
  26 février 2019
Ce que j'ai aimé
- La couverture de Christophe Huet, alias Floating Fantask (qui avait déjà réalisé les superbes illustrations de « The Dark Gates of Terror« ), donne encore une fois ce petit côté old school, et le jeu des ombres et lumières est superbe. Une couverture qui attire l'oeil (j'aurai peut-être habillé Thémis différemment mais c'est mon avis).
- le contexte historique. La guerre de sécession, à moins qu'on ne soit vraiment passionné par l'Histoire des États-Unies, n'est pas si connue par chez nous. La petite intro historique du début est parfait pour nous plonger dans le contexte et nous rappeler d'où a commencé cette guerre et comment tout cela s'est conclu, et cela en quelques lignes seulement.
- La plume de l'auteure. Ah, premier livre que je lis de Delphine et je suis vraiment conquis par son univers et sa capacité à nous immerger dedans. Pas étonnant car l'un de ses écrivains favoris est le grand Stephen King, et elle ne tarissait pas d'éloges sur sa capacité, justement, à se mettre à la place de ses personnages pour imprégner au maximum le lecteur.
- La place de la femme dans la société. Je lis rarement des livres écris par des femmes (pas par choix, juste le hasard), encore moins quand son personnage principal est une femme. Alors c'était une expérience vraiment intéressante de voir comment Thémis essayait de monter les marches dans un univers très machiste (dur de se dire qu'encore à notre époque certains hommes n'ont pas évolué mentalement depuis plus d'un siècle…mais le débat n'est pas là). J'ai bien aimé comment Delphine parlait des clichés et des difficultés du beau sexe à évoluer dans cet environnement hostile sans pour autant prendre une position radicale et extrémiste.
- Bah tout simplement l'aventure dans l'Ouest américain. On a tous à un moment donné essayé je jouer aux Cowboys et aux Indiens, regardé un de ces films anciens (avec ou sans John Wayne) et la ruée vers l'or,… S'imaginer ces hommes qui, partant de rien et sur un désert, ont créé aujourd'hui les mégapoles que nous connaissons tous, c'est grisant. Delphine recompose en partie ces émotions à travers ces différentes missions qui nous font voyager comme jamais dans l'Amérique du XIXème siècle.
- Au-delà des différents contexte sus-mentionnés, les enquêtes sont, pour la plupart, super intéressantes même si j'ai quelques défauts à pointer plus bas. Mes préférées étaient « L'homme invisible » qui nous met vraiment dans le bain, « le fantôme de la mine » où l'auteure joue habillement entre croyances locales et approche scientifique (et il y avait un morceau horrifique pas désagréable du tout), et pour finir Raven Creek que j'ai vraiment adoré avec le côté Exorciste et distillerie de bourdon à l'ancienne. Un parallèle avec quelque chose de démoniaque est très cocasse et subtilement trouvé.
- Des références comme le président Lincoln, Jack Daniel ou encore la ville de Roswell (pour ne citer qu'eux) sont vraiment bien instillés dans le texte et on se surprend à sourire lorsque l'on reconnaît la référence et comment elle a été apportée.
Ce que j'aurai aimé, ce qui m'a dérangé
- Quelques petites imprécisions dans certaines phrases si on fait la fine bouche, quelques passages un peu trop soutenus alors que ce n'est pas forcément nécessaire, quelques longueurs ou des petits détails qui chiffonnent sur le moment mais sur lesquels on passe relativement vite l'éponge.
- Quelques facilités prises par l'auteur pour expliquer certaines actions ou pour se sortir de situations délicates. On peut prendre ce problème légèrement et laisser couler, ou alors trouver que c'est trop flagrant et que ça gâche un peu le côté « réaliste » de l'histoire. Il faut voir cela comme une histoire Fantastique, donc les facilités sont assez bien acceptées.
- Si j'ai eu des textes favoris, j'ai forcément eu des textes que j'appréciaient moins. Pour « Les étoiles dans le désert », j'ai bien aimé l'ensemble et ce qui amenait le grand final. Mais je trouvais qu'en démarrant avec le mythe du Chupacabra, on n'a pas du tout exploité sa légende et c'est un peu regrettable, surtout qu'avec cette histoire on aurait pu imaginer un moment horrifique intense mais ça, ce n'est que mon envie personnel qui parle. La nouvelle qui m'a le moins marquée c'était « La dame à la valise ». Texte très bien écrit mais qui tirait en longueur (à mon goût encore une fois), peu d'action, une fin « facile » et une mission qui n'apporte rien au niveau de la trame de fond (bon allez, si, léger, pour mettre en avant l'omniprésence de l'Alliance noire quoi, mais c'est tout). Mais bon, peut-être que ce dernier texte sera adoré par d'autres lecteurs, et je le souhaite car il est très bien écrit comme je le disais, mais voilà, moi il ne m'a pas botté plus que cela.
- La relation Spook – Newton qui a du mal à évoluer au fil des missions. Cela m'énervait qu'il y avait ce « professionnalisme » de tous les instants. Une distance à la Sherlock – Watson si on veut. Il n'y a qu'à la fin qu'on décèle une évolution entre eux mais voilà, j'aurai aimé plus de…complicité. Mais individuellement les deux agents sont vraiment chouettes.
Point neutre, réflexion
Le côté Steampunk n'est finalement pas si présent que cela. Hormis le chouette Sam, petite araignée mécanique sympathique, le véhicule qui transporte nos deux agents et quelques artefacts comme les lunettes de duplication par exemple, le Steampunk est relativement discret. Alors est-ce un bien ou un mal ? Dans la mesure où on nous vend un livre Steampunk, je pense que ça manque d'éléments. Après, c'est très bien pour les personnes n'ayant pas de connaissances ou d'affinités avec le genre, ils ne se sentiront pas largués ou envahis de technologies débridées.
Conclusion
Une première entrée dans le genre « Weird West » et dans le Steampunk par la même occasion grâce à cette lecture. Les aventuriers et amateurs des séries X-Files ou Sherlock y trouveront leur compte et ceux qui ont du mal avec les technologies à vapeur ne se sentiront pas submergés. Quelques petits défauts parsèment l'ensemble sans pour autant gêner à la lecture. La majorité des enquêtes sont vraiment prenantes, l'une l'est peut-être un peu moins. Mais globalement, on tient là un très bon livre qui vous plongera dans l'Amérique des années 1860-70 après la guerre de sécession. L'auteur saura vous attirer dans son univers par sa plume et ses histoires revisitées, le tout dans un savoureux mélange de Fantastique, Western et Steampunk. Découvrez l'agent Thémis Newton, ses méthodes scientifiques et sa petite araignée mécanique Sam, rencontrez le journaliste Jake Spook et son instinct incisif dans tout ce qui concerne le paranormal, venez vivre leurs aventures à travers les ruées vers l'or et la conquête de l'Ouest, des cowboys, des bandits de grands chemins et des amérindiens. Essayez d'identifier qui se cache derrière l'organisation de l'Alliance noire qui essaie par tous les moyens d'acquérir l'immortalité. Venez découvrir l'Amérique de l'étrange ainsi que les mystérieuses enquêtes de Spook et Newton !
Livre lu dans le cadre du partenariat avec Séma Éditions
Pour l'ensemble de la chronique, c'est par ici -->
Lien : https://evasionimaginaire.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
cedricval
  19 août 2019
Il aura suffit d'une petite excursion à la fête médiévale de Comblain-au-Pont (pour nos amis lecteurs, c'est un petit patelin en Belgique) et un arrêt sur le stand, bien achalandé, de l'éditeur Séma, pour y découvrir une pile d'un roman à la couverture alléchante.
L'Amérique de l'Étrange : Les Enquêtes de Spook et Newton, ne put qu'attirer mon regard, ce qui n'étonna en rien épouse et beaux-parents qui connaissent mon penchant pour le paranormal et ses mystères.
Force fut de constater, à la lecture du résumé, que ce bouquin était fait pour moi ! Une plongée dans l'Amérique post-sécessioniste faite de surnaturel et d'enquêtes haletantes, il n'en fallait pas plus pour sortir ma carte de banque.
États-Unis, New-York, 1868 ! le pays de l'Oncle Sam se reconstruit doucement après la terrible guerre de Sécession. Thémis Newton, une jeune femme pleine de ressource, est la première du genre à rejoindre les forces de police.
Férue de sciences et de technologies, elle compte mettre à profit ses talents en la matière pour résoudre les enquêtes les plus ardues. Pour y parvenir elle pourra compter sur l'aide précieuse de son automate octopode: Sam !
Malheureusement, être une femme à cette époque n'est pas simple, et la pauvre est reléguée aux tâches les plus ingrates.
Jusqu'au jour où la chance vint à lui sourire. Un de ses supérieurs étant incapable de mener à bien une enquête mettant en vedette un voleur invisible, le commissaire lui confie le dossier. Pour Thémis, parée de certitudes, c'est l'occasion de démontrer à tous ces machistes ce dont elle est capable.
Au cours de ses investigations elle fera la rencontre de Jack Spook, un journaliste passionné par le paranormal. Á l'instar de la jeune policière, le bonhomme aura tôt fait de s'égarer sur les chemins les plus obscures – et assurément les plus invraisemblables – pour tenter de trouver les explications les plus farfelues à l'inexplicable.
Se retrouvant dans l'obligation de collaborer avec le journaliste, Thémis devra faire preuve de biens des largesses pour entrevoir les nombreux indices invisibles aux yeux d'un esprit aussi cartésien que le sien.
Et si, finalement, les théories de Spook s'avéraient fondées ?
Quel bonheur ! Mais quel plaisir difficilement dissimulable que la lecture de ces premières aventures de Spook et Newton.
Un véritable coup de coeur qui trouve ses racines dans la nature même de ce qui est évoqué tout au long des cinq histoires qui parsèment l'ouvrage : du paranormal à la sauce X-Files ! On pourra d'ailleurs s'amuser de la similitude – volontaire ou non ? - avec les agents biens connus Scully et Mulder. Á croire que Spook et Newton sont de lointains ancêtres.
Des histoires courtes disais-je, mais reliées les unes aux autres par un fil rouge qui fait office d'intrigue rondement menée, et dont le danger guette continuellement nos fins limiers. de quoi tenir en haleine sur 271 pages avant de se heurter à la fracassante vérité. Mais avant d'en arriver là, il vous faudra plonger dans les méandres de l'inconcevable ! Vous êtes vous déjà demandé d'où pouvait provenir le goût si subtil d'un Johnny Walker ? N'avez-vous jamais eu l'envie d'en savoir plus sur les premiers pionniers qui ce sont installés à Roswell ? Des questions qui amènent à de surprenantes révélations – et encore je ne vous parle de celles qui sont de tailles – et qui, en dehors de ce fil rouge, nous invitent à vivre intensément ces petites histoires remplies de mystères et de choses étranges. La lecture en devient obsessionnelle tant on s'attache aux deux protagonistes et à leur fantastique voyage dans cette Amérique qui renaît de ses cendres.
Par ailleurs, on sent poindre une touche d'émotion par moment, par exemple lorsque les horreurs liées à l'esclavage sont évoquées sans équivoques, ou encore lorsqu'un homme éperdument amoureux croit avoir à jamais perdu sa bien aimée. Car la force de L'Amérique de l'Étrange réside aussi dans sa capacité à apporter une vraie profondeur narrative, évitant de tomber dans le piège trop facile de la simple présence d'éléments fantasques qui risquaient alors de plomber l'ensemble.
Son auteure, Delphine Schmitz, a donc eu le nez fin en ne se laissant pas totalement envahir par une plume trop fougueuse. Elle parvient alors à distiller une ambiance qui place le lecteur en confiance et parvient à le captiver si fortement qu'il en redemande encore et encore.
S'il est à ce point galvanisé, c'est grâce à l'écriture rythmé de l'écrivaine. Sans jamais se parer d'effets de styles encombrants, Delphine Schmitz sait parfaitement garder l'équilibre pour mettre en valeur l'essentiel de ce qu'elle souhaite raconter. Ainsi, pas de grandes logorrhées qui finissent par rendre le tout complètement amphigourique, pas même d'interminables descriptifs pompeux qui alourdissent notre lecture. Non ! La fluidité est le seul mot d'ordre et l'évocation de cette Amérique qui sort à peine de ses souffrances est d'une beauté qui vous fera irrémédiablement voyager. Vous allez rêver et vous émerveiller, vous allez trépigner et frissonner, vous allez vivre une expérience haute en couleur qui vous ravira jusqu'au plus profond de votre chair.
C'est à cela qu'on reconnaît un grand auteur ; cette facilité qu'il peut avoir pour transporter son lecteur au coeur de son imaginaire fertile. Delphine Schmitz est de cette trempe et gageons qu'elle perdura dans cette voie, en tout cas moi, je n'en doute pas un seul instant. Par ailleurs, je vous invite déjà à découvrir son précédent ouvrage : Élixirs de nouvelles Steampunk ! Un pur régal lui aussi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
jesgar87
  25 mars 2019
Au début, j'avais un doute si l'accepter ou pas, je n'ai jamais lu de western et le fait que l'histoire se déroule en 1868 m'a freiné un peu. Après la lecture de la quatrième, je me suis dit pourquoi pas tester ce voyage dans le temps.
On suit un drôle de duo, une policière qui va amener son côté scientifique et un journaliste qui adore tout ce qui est paranormal. Ils vont se rencontrer lors d'une enquête sur le voleur invisible. A partir de là, tout s'enchaîne dans ce voyage à travers l'Amérique.
Son style simple et agréable rend la lecture facile permettant de tourner les pages sans se rendre compte.
Thémis a son propre caractère, elle sait ce qu'elle veut vu que c'est une des seules femmes à travailler dans la police dans les années 1868 (je trouve que c'est assez dure pour elle mais Thémis est une fonceuse). Au début j'ai eu un peu de difficulté avec Jake Spook, mais j'ai commencé à l'apprécier petit à petit, surtout quand sans lui, ce serai un peu plat.
J'ai trouvé le roman très original et unique ; le côté western m'a fait voyager et amène de la nouveauté, mélanger avec un peu de steampunk que j'aime beaucoup. J'ai trouvé très sympa le fait d'avoir plusieurs enquêtes et qu'il ait un fil conducteur.
Je suis très contente de l'avoir découvert alors qu'au début je n'étais pas très intriguée (juste le côté steampunk qui m'attirait). J'ai passé un excellent moment à voyager avec ce duo.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Tortellini
  14 mai 2019
Ce roman est construit à la manière d'un recueil de nouvelles ayant toutes les mêmes personnages. On retrouve cinq histoires, chacune relatant une aventure du duo Newton & Spook dans l'Amérique de la fin du XIXe.
Dans chacune de ces aventures, l'auteure emploi un vocabulaire travaillé ce qui lui donne un style très agréable à lire.
D'autant qu'elle nous gratifie de petites incursions de personnages ayant réellement existé et qui apportent une touche fort sympathique, comme celle de Jack Daniel, créateur du bourbon fétiche du Papa de Calamity-Cat, qui serait pour les habitants de Raven Creek un démon ... allait savoir, ça peut être une hypothèse intéressante !
Le duo que l'on suit tout au long de ces différents aventures est original, d'autant que, comme je vous le disais plus haut, l'auteure prend le temps de bien le mettre en place au travers de la première aventure. Je regrette simplement qu'on est pas de transition nous relatant le passage de Thémis de policière à agente des services secrets ...
Chacun d'entre eux a une personnalité qui lui est propre et ils se complètent à merveille pour former un duo à la fois solide, amusant et sérieux.
Jack a une passion pour le surnaturel, les mystères et l'irrationalisme, il croit aux revenants. Il possède une éducation et une attitude de gentleman.
Thémis, quant à elle, en bonne scientifique qu'elle est, est plus terre à terre. Elle a besoin de vérifier les choses avant de les croire, "Nom d'une turbine" est son expression fétiche, elle l'utilise à de nombreuses reprises. On découvre au fil de leurs aventures qu'elle a une passion pour le bourdon, héritée de son défunt père.
Mélange entre western et roman d'aventure, L'Amérique de l'étrange de Delphine Schmitz fut une lecture sympathique que je vous recommande si vous êtes à la recherche d'un texte bien écrit et qui vous fera découvrir les us et coutumes de l'Amérique post guerre de Sécession à la sauce surnaturelle.
La seule chose que je pourrais reprocher à ce roman, c'est le steampunk que je n'ai pas trouvé suffisamment présent. Je m'attendais à un chouia plus qu'un assistant mécanique, une roulotte à vapeur équipée d'un laboratoire portatif, mais bon c'est toujours mieux que rien.
Lien : https://wordpress.com/post/l..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Satinesbooks
  27 mars 2019
Un univers dont le mélange est détonant !
J'ai été séduite par le mélange incroyable que l'auteure nous propose. En effet, on fait la rencontre d'une policière et d'un journaliste spécialisé dans le paranormal. Ce que j'ai apprécié c'est le fait qu'au XIXème siècle, voir une femme policière est quelque chose de choquant et de neuf, j'ai adoré le personnage de Thémis Newton. J'ai apprécié son prénom (beh quoi ? J'ai le droit !), son audace et son intelligence. Elle ne se laisse pas marcher sur les pieds et cela fait plaisir ! J'ai aussi été surprise de trouver du paranormal dans ce roman. C'est donc une double surprise incroyable ! Ajoutons à cela un côté steampunk et voilà que le tour est joué !
Un duo détonant !
J'ai beaucoup apprécié découvrir Thémis et Jake. Ce sont deux caractères que tout oppose. Ils forment, à deux, un parfait équilibre. On se retrouve avec un duo dynamique qui fait bien avancer l'action et l'enquête. On ajoute à ce duo une troisième pièce : Sam. Un octopode qui ajoute une touche d'originalité (en plus !) à ces personnages.
L'univers de Delphine Schmitz.
Je vous avoue que j'ai eu un peu peur au début de ma lecture. Tous ces genres mélangés m'ont fait trembler d'incertitude. Est-ce que cela pouvait réellement fonctionner ? La réponse est oui ! L'auteure maîtrise parfaitement son sujet. On comprend rapidement que Delphine Schmitz a une imagination débordante. Elle en fait quelque chose d'ultra intéressant et d'additif. On a envie de savoir la suite des aventures de Thémis et Jake.
La plume de l'auteure.
J'ai été transportée par l'univers proposé. C'est en grande partie due à la plume de l'auteure et à son imagination. J'ai vraiment trouvé une plume parfaite, que j'ai énormément apprécié. Les descriptions sont à couper le souffle et nous offrent un décor grandiose.
On passe par tout un tas d'émotions. C'est prenant et surprenant.
La seule chose que je peux reprocher à ce roman c'est les petites longueurs qui trainent par ci par là. Ce n'est, cependant, pas un frein à la lecture mais je me suis perdue un peu dans ma lecture. Néanmoins, j'avoue que c'est une excellente lecture que nous offrent ici Séma Editions ainsi que Delphine Schmitz.
Lien : https://satinesbooks.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
PapillonVoyageurPapillonVoyageur   25 mars 2019
Ayant pris congé, le malheureux se rendit vers la sortie, escorté par Georges Lowell et Jake Spook. Thémis resta quelques instants à observer les coffres, songeuse, puis décida de s’en aller à son tour.
Comme elle arpentait le couloir moquetté qui menait au hall principal, elle baissa les yeux et remarqua une étrange trace sombre, à peine visible.
— Nom d’une turbine, qu’est-ce que c’est que ça ?
Elle s’accroupit et étudia la marque. Ce n’était pas une tache, mais plutôt une sorte de brûlure très légère, longue d’une vingtaine de centimètres.
Le directeur et le journaliste, alertés par son exclamation, la rejoignirent.
— Oh ! Cette trace n’y était pas hier ! Je suis formel, déclara Lowell. La moquette a été shampouinée hier, je l’ai moi-même inspectée ensuite. Elle était impeccable !
— Elle a peut-être été laissée par notre homme, suggéra le rédacteur. Oh ! Vos cheveux ! Ils lévitent de nouveau.
— Je ne tiens pas à ce que mon doigt soit foudroyé une nouvelle fois, dit Thémis.
lle dégagea de sa sacoche un petit flacon, ôta son bouchon de liège et en versa le contenu argenté sur la trace.
— C’est de la limaille de fer, expliqua-t-elle.
Sous les yeux étonnés de ses camarades, les particules s’agitèrent et se répartirent, formant très distinctement l’empreinte d’une chaussure gauche, beaucoup plus nette que la petite trace qui s’y trouvait auparavant.
— Il s’agit peut-être des chaussures de Gideon Rogers, se hasarda le directeur.
— Non. Les pieds de Rogers sont nettement plus petits, rétorqua Thémis. Quant aux vôtres, ils sont plus grands, monsieur le directeur. Les pieds de monsieur Spook sont de la bonne taille, mais ses chaussures ont un bout pointu, et non carré comme cette marque.
— Vous avez pour habitude d’observer les chaussures des hommes ? la taquina Jake Spook.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
jonatjacksonjonatjackson   26 février 2019
- Allons, Newton, après tout ce que vous avez vu au cours des dernières semaines, vous doutez encore de l'existence du merveilleux ? Décidément, vous êtes incorrigible !
Commenter  J’apprécie          50
jonatjacksonjonatjackson   26 février 2019
- Une policière aux méthodes scientifiques et un journaliste ouvert à toutes les éventualités, tous deux pourvus d'autant de courage que d'intégrité et prêts à sortir des sentiers battus pour protéger la nation... Nous ne pouvions rêver meilleurs agents !
Commenter  J’apprécie          00
jonatjacksonjonatjackson   26 février 2019
Quelle triste disposition humaine que celle qui consistait à envier le bien d'autrui plutôt que de se réjouir du sien !
Commenter  J’apprécie          10
jonatjacksonjonatjackson   26 février 2019
- Nom d'une turbine, qu'est-ce que c'était ?
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : surnaturelVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1743 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre