AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2930880090
Éditeur : Séma éditions (10/09/2016)

Note moyenne : 4.43/5 (sur 14 notes)
Résumé :
Élixir vous ouvre les portes d'un passé futuriste qui n'a jamais existé. À moins que... Dans ce monde de vapeur et de rouages où science et magie se côtoient, vous rencontrerez des inventeurs plus loufoques les uns que les autres, parfois charmants, d'autres fois terrifiants. Vous découvrirez un appareil photographique qui n'en fait qu'à sa tête, un sous-marin en quête de créatures fabuleuses, un musée de cire où les statues prennent vie, le premier ordinateur d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
Aelynah
  28 septembre 2016
Avec ce premier titre et un recueil de nouvelles steampunk je découvre les éditions Sema mais surtout leur choix éditorial.
Plusieurs autres de leurs titres m'ont fait de l'oeil mais vous me connaissez, le steampunk me fait craquer. de plus le quatrième de couverture est particulièrement intrigant et titille d'avance la gourmande que je suis. Rajoutons à cela une couverture magnifique de Fleurine Rétoré (le monde de Fleurine : https://www.facebook.com/lemondedefleurine/?fref=ts) et l'oeil impatient n'attend plus que de se plonger dans le récit.
J'ai découvert aussi assez rapidement la plume de Delphine Schmitz, ses descriptions sont limpides et clairvoyantes. le lecteur s'y croirait presque, sans aucun effort, et ses personnages n'en deviennent alors que plus attachants ou détestables. Tout semble couler de source sur la longueur du recueil et même si au départ le lecteur cherche un peu le lien, il va lui apparaître rapidement.
J'ai ainsi pu à la lecture de ce recueil faire ressortir un ou deux thèmes communs mais surtout un lien qui a donné une continuité à ces différentes nouvelles.
On peut sans chercher trop loin, puisqu'il s'agit du genre même du recueil, observer dans chacune des nouvelles les avancées et inventions technologiques anachroniques pour l'époque, typique d'un bon steampunk : automates à engrenages (L'automate du Maître horloger), sous-marins à vapeur (La rocambolesque odyssée de l'Ulysse), grande roue mécanique (Caméra tenebra), taser électrique (Seuls le diable et moi), ordinateur (Teletempus) ...
Mais même si c'est le genre premier de ce recueil, l'auteure en a rajouté un autre pas si surprenant que cela et complémentaire, le fantastique, au travers de magie, de retour aux mythes anciens ou encore de situations mystérieuses.
Ainsi, chaque nouvelle porte en elle à la fois la marque steampunk du fait des inventions utilisées mais aussi un petit air de magie et de fantastique qui fait chaud au coeur. Comme par exemple dans la nouvelle "L'automate de Maître Sigismond", ce maître Horloger attristé de la perte de son épouse se voit confier un peu d'un minerai particulier. Il créera ainsi un automate pour l'aider dans son quotidien, en lui rappelant sa tendre épouse. On retrouvera d'ailleurs à ce sujet trace d'un des personnages croisés plus tôt dans "Les inventeurs de val-sur-rouille". le mélange ici encore des inventions minutieuses et du fantastique, et ce sous la plume de l'auteure, nous berce dans une nouvelle digne d'un joli conte de fée. Ce qu'elle nous amène à imaginer fait rêver et apporte une dose d'espoir dans la solitude de ce pauvre horloger. Les mots choisis, les situations et les sous-entendus sont posés avec minutie et nous laissent rêveur.
Le minerai mystérieux de Val-sur-Rouille est un des points de ralliement de toutes ces histoires.
Le lecteur découvrira certaines de ses propriétés au travers des expériences et de la querelle mortelle qui va mettre en conflit deux inventeurs de génie dans « Les inventeurs de Val-Sur-Rouille ». Delphine Schmitz a su dans cette toute première nouvelle du recueil poser délicatement sa plume dans ce joli village et nous y transporter avec douceur. La douceur de vivre y est présente jusqu'à ce que deux inventeurs ne viennent y mettre leur grain de sel. Tout d'abord les habitants vont suivre avec joie cette querelle qui leur permet un spectacle régulier et de nouvelles inventions parfois utiles ou farfelues, mais toujours intéressantes. La plume de l'auteure nous plonge dans le récit avec dextérité et c'est le choc qui attend le lecteur à l'épilogue.
Le steampunk trouve ici une bonne base au travers des inventions mi-mécanique, mi-fantastique de nos deux protagonistes. La découverte des propriétés particulières de l'oxalte (le fameux minerai mystérieux) par l'un des inventeurs va cependant petit à petit mener la nouvelle vers son drame final.
L'auteure réussit ainsi à conférer à ce minerai un rôle différent dans chacune des nouvelles écrites, tantôt dans le ravissement et la douceur avec "L'automate de Maître Sigismond" ou parfois dans le glauque et l'horreur avec "Taxidermie".
Car là encore la plume de Delphine Schmitz qui nous plonge dans l'ambiance avec des mots sentis et des sous-entendus qui font frissonner. Ce qu'elle nous relate nous sidère et nous fait frémir. Sa plume prend alors une forme plus sombre dans cette nouvelle axée sur la fascination des humains pour les horreurs perpétrées par leurs semblables. L'épilogue en est presque choquant. Un bon titre pour les amateurs de frisson et de lecture noire.
Elle nous plonge aussi dans le mythologique avec " La rocambolesque odyssée de l'Ulysse ". La quête toute sauf ordinaire du capitaine de Hauban et la mission qu'il confie alors, pour la réaliser à une chimiste ingénieuse du nom de Louise Bunsen, vont nous propulser dans un récit digne du grand Jules Verne. Monstres sous-marins, merveilleux monde du silence, l'auteure nous amène à suivre l'équipage de l'Ulysse dans cette recherche éperdue d'un mythe. Cette fois encore elle saura intégrer les beautés vaporisées d'une invention magistrale à la mythologie et aux récits extraordinaires d'Homère.
Nous y trouverons aussi une touche d'humour dans l'univers des super héros avec "Seuls le diable et moi". Nous retrouvons ici avec plaisir un personnage croisé auparavant dans la nouvelle " La rocambolesque odyssée de l'Ulysse ", il s'agit du capitaine de Hauban. Mais aussi un autre personnage moins joyeux puisqu'il s'agit de l'étrangleur du marais dont nous avons eu écho avec « Taxidermie ».
Lors d'une vente aux enchères, notre bon capitaine va acquérir une longue vue considérée comme la propriété du célèbre pirate Barbe-Noire. Une médium, en concurrence avec lui, va même tenter de lui faire renoncer à son acquisition sous couvert de malédiction et d'esprit lié à un certain objet. Cette nouvelle va nous plonger avec plaisir dans des histoires ésotériques mais aussi de super héros, mélange peu commun s'il en est. Fan de Batman, attendez-vous à être surpris de découvrir ici son ancêtre. La touche d'humour ainsi présente donne un contexte plus léger à une nouvelle qui aurait pu rester sur un contexte de possession démoniaque et d'exorcisme. On y découvre là encore de superbes inventions plus connues de nos jours qu'à cette époque victorienne, tel le taser. C'est lui entre autres qui fera ressortir le côté steampunk de ce récit. Et le côté fantastique reste bien entendu lui aussi présent grâce au talent de médium de Mme Aether mais aussi au pouvoir de la lentille qu'elle confiera au Ptéranodon, justicier masqué et bienveillant.
En conclusion, chaque histoire s'entrecroise d'une manière ou d'une autre avec une autre nouvelle et particulièrement avec la toute première qui met en évidence les pouvoirs du minerai appelé : oxalte.
« Seuls le diable et moi » pourrait être considéré comme un prémice à « Taxidermie » pour le côté macabre des tueurs en série. Mais aussi comme une suite à " La rocambolesque odyssée de l'Ulysse " par la présence de certains personnages et l'énoncé d'autres.
Avec « L'automate de Maître Sigismond » nous retournons dans le passé de l'un de nos deux inventeurs en compétition lors de la toute première nouvelle. Tout comme « Teletempus » fait, elle aussi, suite avec bonheur à cette nouvelle tendre et magique de l'automate.
Seule « Camera obscura » m'a posé un souci de cohérence dans mes observations jusqu'à ce que je lise « Teletempus » et y reconnaisse l'un des éléments importants des effets magiques de l'appareil photo utilisé : le sel de roche noire de Pondichery.
C'est donc avec joie que je referme cet ouvrage magnifique qui a su me complaire tant dans le style utilisé que dans la méthode d'organisation.
Delphine Schmitz a su entrelacer ses nouvelles afin de les rendre plus attractives et surtout inoubliables. Puisque chacune d'elle est en lien avec une autre, le lecteur ne peut qu'y revenir en pensée et parfois même en lecture pour re-vérifier un détail qui aurait pu lui avoir échappé à la première lecture.
Élixir de nouvelles steampunk est un peu comme une devinette à tiroirs. A chaque nouvelle lue, le lecteur se remémore les liens avec les précédents, en cherche d'autres et torture maintes fois son cerveau à chercher où l'auteure nous mène.
C'est donc une lecture magique par son fond et particulièrement organisée par sa forme. Chaque détail a été pensé, soupesé et orchestré pour amener à cette nouvelle finale. L'enchevêtrement ouvragé des actions de chacun dans la vie des autres nous pousse à apprécier à sa juste valeur le travail du perpétuel, son idéalisme cossu d'idées qui lui vaudront d'ailleurs cette situation inconfortable et finale.
Là où je croyais au départ qu'une chronologie mélangée allait déranger ma lecture, je me suis rendue compte qu'elle était ainsi voulue par l'auteure pour mettre en exergue certains points et évolutions importantes et ainsi nous mener vers un « épilogue » surprenant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Sorcier
  02 mai 2017
Le Steampunk est un genre qui, de base, me plait beaucoup. Et ce recueil de nouvelles a été une superbe découverte.
Toutes les nouvelles sont très prenantes et pertinentes dans leurs messages. Si je les ai toutes aimées, c'est l'avant-dernière qui a tout de même ma préférence. Elle est celle qui m'a le plus subjugué, et est immersive au possible.
La force principale de cet excellent recueil réside dans son fil conducteur, où sciences et magie s'entremêlent parfaitement et avec crédibilité. Delphine a construit chaque nouvelle avec minutie, restant cohérente dans la construction globale de son oeuvre. Presque chacune des nouvelles a une fin plus ou moins ouverte. Même si je m'attendais à un autre dénouement pour certaines d'entre elles, elles ont au moins le mérite de laisser place au raisonnement et à l'imagination du lecteur.
Personnellement, j'étais parvenu pour la plupart à deviner les tenants et aboutissants quant à celui ou celle qui tirer les ficelles. Néanmoins, le suspense demeure assez bon, car certains rebondissements sont plutôt inattendus.
Delphine a construit son recueil tel un puzzle, dont il faut pouvoir assembler chaque morceau pour savoir de quoi il en découle. Dans chaque nouvelle, la tension demeure palpable et l'intrigue mystérieuse. Je me demandais sans cesse ce qui allait vraiment se passer, réfléchissant au lien qu'il pouvait y avoir entre elles. À la fin du recueil, je peux dire que je ne m'attendais pas à une telle révélation, me faisant dire que Delphine a été plus loin que je ne l'aurais pensé. Et le plus drôle, c'est que ça tient parfaitement la route.
Je parlais plus haut de l'avant-dernière nouvelle m'ayant particulièrement submergé. Celle-ci demeure pour moi une prouesse de créativité. Les messages quant à notre monde et les conséquences des actions humaines apparaissent très clairement dans cette nouvelle. J'ai d'ailleurs été très agréablement surpris en croisant certains personnages très célèbres, ayant eu un impact non négligeable sur l'humanité.
Au travers des différentes nouvelles, Delphine a mis en scène des personnages crédibles et attachants (comment ne pas être touché par cet homme au passé douloureux se faisant justice lui-même), ainsi que des technologies apparaissant déjà révolutionnaires dans ces époques antérieures. J'ai trouvé fascinant de découvrir ces anciennes technologies, le parallèle avec notre époque se faisant aisément. Il était effarant de constater à quel point celles-ci ont évoluées.
Ce recueil de nouvelles démontre toute la soif de pouvoir et de savoir pouvant ronger l'humain. Dans sa nature, celui-ci est sans cesse en quête de nouvelles connaissances, voulant tester ses limites, le plus souvent pour d'obscures raisons (l'argent, la domination, le contrôle sur autrui...). Mais comme Delphine le fait bien comprendre, c'est quand il est trop tard que l'humain prend soudain conscience de ses erreurs. Ce recueil envoie pour moi un message clair : le passé, autant au niveau humain que technologique, ne doit pas être oublié, et doit permettre à l'humain d'agir dans le bon sens pour le futur.
Cet excellent livre ne serait pas non plus ce qu'il est sans la très belle écriture de Delphine. Les mots défilent tout seuls, grâce à un vocabulaire clair et recherché en même temps, collant parfaitement au thème et à l'époque dans laquelle les nouvelles se déroulent. Elle est parvenue à m'immerger facilement dans son univers, tissant les fils de son intrigue telle une marionnettiste.
Original, pertinent, intelligent et mystérieux, sont pour moi les qualificatifs qui conviennent à Élixir de nouvelles steampunk, qui mérite vraiment d'être découvert. Grâce à ce recueil, Delphine a accentué mon envie de connaitre davantage d'oeuvres dans ce genre, qui est très intéressant à plus d'un titre.
Lien : http://for-ever-dreamer.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
AndreeLaPapivore
  07 septembre 2016
Empruntant à l'esthétique steampunk ses codes les plus célèbres, comme par exemple l'ambiance fin XIXème siècle ou les automates et autres mécaniques complexes, ce recueil comporte neuf nouvelles toutes plus intéressantes les unes que les autres. Je ne les détaillerais pas une par une, car même si elles peuvent se lire de manière indépendante, mises bout à bout elles forment une histoire complète et cohérente qui trouve son dénouement dans la dernière nouvelle. Il vaut donc mieux les lire dans l'ordre, car des personnages principaux d'une nouvelle peuvent faire une apparition dans une autre histoire (j'ai adoré voir ce qu'ils sont devenus quelques années plus tard), ou des faits révolus être évoqués. Sachez cependant que vous y trouverez, dans le désordre, des inventeurs talentueux et des savants fous, des inventions précoces, de mystérieuses substances, des génies du mal, des créatures fabuleuses et fantastiques, des artéfacts maudits, quelques personnages célèbres, de l'action, du suspense et de l'aventure...
Au fil des histoires, l'auteur nous entraine dans son univers bien particulier de steampunk francophone, elle nous fait frissonner dans une ambiance à la Edgar Allan Poe ou bien voyager sous les mers comme dans un roman de Jules Verne. La plume de Delphine Schmitz est très agréable à lire, entre inventivité, références littéraires et sensibilité poétique. Les différents personnages sont intéressants et bien croqués malgré le faible nombre de pages, et l'introduction du fantastique se fait tout naturellement ; quand à l'intrigue, qui se dévoile petit à petit, elle est passionnante et le dénouement est totalement inattendu. Personnellement, j'ai adoré le clin d'oeil final mettant en scène un personnage réel dont j'apprécie énormément le travail.
Lien : https://andree-la-papivore.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Carnet_de_Lecture
  07 septembre 2016
Élixir de Nouvelles Steampunk est un recueil où vous découvrirez huit nouvelles montrant l'étendu du talent de son auteure Delphine Schmitz. Car du talent elle en a et nous fait voyager au fil de cette fin du XIXème siècle, et a une imagination débordante. Je ne vais pas parler de chaque nouvelle car pour moi elles créent un ensemble pour ne former qu'une seule et merveilleuse histoire, et il y a toujours un lien entre elle, que ce soit un personnage ou autre chose... Lien que j'ai beaucoup apprécié car, à chaque fois qu'on commence une nouvelle, je me demandais ce que j'allais retrouver de la précédente et une fois fini il fallait que je lise la suivante... Dès fois avec les nouvelles c'est difficile de s'attacher aux personnages, on en a pas forcément le temps ou alors on ne les découvre pas assez et ça peut être frustrant. Pour le coup, cela n'a pas été le cas pour moi ici vu qu'on en rencontre certains plusieurs fois.
J'ai vraiment apprécié sa façon d'écrire, de conter ses histoires. L'auteure nous plonge dans des univers à la fois merveilleux, fascinant, certains sont pleins d'espoir, mais d'autres encore, sont très sombre voire glauque...
Delphine Schmitz a une belle écriture, très fluide et nous fait rêver en nous plongeant dans son univers avec ce qu'il faut de descriptions pour tout imaginer. A travers la France ou ailleurs, sur terre ou dans la mer... elle manie la magie, les légendes, les inventions... le réel, le fantastique, la science-fiction... se mélangent, s'épousent pour faire un recueil qu'on ne peut pas lâcher. On découvre des inventeurs, des scientifiques, des héros, des monstres aussi... Chaque nouvelle apporte son lot de rebondissements, de questionnement...
Au final, un recueil que j'ai particulièrement apprécié. Je ne lis pas énormément de steampunk et c'est le genre de livre qui me fait aimer ce courant littéraire. Et il est parfait pour justement découvrir le genre et se lit très facilement.
Lien : http://notrecarnetlecture.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Revesetimagines
  14 septembre 2016
Je remercie Delphine qui m'a proposé de lire son dernier né et de sa confiance renouvelée. Après avoir découvert Les morts marchent, je me suis plongée dans ce recueil de nouvelles de genre Steampunk, genre que je ne connaissais pas encore même si j'ai quelques livres dans ma bibliothèque comme New Victoria.
J'ai déjà apprécié la plume de l'auteur auparavant et je l'ai retrouvé avec grand plaisir. Ce recueil de nouvelles m'a beaucoup plu. D'une par son originalité, les idées surprenantes, les personnages attachants et d'autre part on retrouve un fil conducteur liant chaque nouvelle entre elle : une matière, un personnage ou un fait. Quant au final, le tout dernier texte, il lève le voile sur le mystère… Delphine SCHMITZ ne nous présente pas un simple recueil de nouvelles individuelles mais un tout, une oeuvre à part entière et unique.
Je ne connais pas le genre Steampunk mais j'ai beaucoup apprécié de le découvrir au travers de ses nouvelles. J'y retrouve une touche de fantastique comme j'adore. Certains personnages sont très attachants soit de par leur caractère, leur maladresse ou leur passé. L'auteur fait de nombreuses allusions à de grands ouvrages. Dans La rocambolesque odyssée de l'Ulysse, j'ai vu un peu de Vingt milles lieux sous les mers de Jules Vernes avec le fameux vaisseau ou le calamar géant, mais aussi de L'étrange cas du docteur Jekyll et de M. Hyde de Robert Louis Stevenson. Mais elle trouve une toute autre explication à la fin…
J'ai vraiment beaucoup aimé ma lecture et j'espère que l'auteur se lancera, un jour prochain, dans un roman de ce genre car je suis sûre qu'elle trouvera matière à écrire ! Je vous conseille vivement de découvrir cet Elixir, une potion à prendre pour passer un bon moment de lecture ! Et dernière petite note : regardez cette magnifique couverture ! Elle fait envie, hein ?
Lien : http://revesetimagines.canal..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
RevesetimaginesRevesetimagines   14 septembre 2016
Après des semaines de travail, sa création vit enfin le jour. Il s’agissait d’un petit personnage de métal cuivré, haut d’un mètre cinquante environ, qui se tenait en position assise. L’horloger le porta jusqu’au salon, l’installa dans le fauteuil de Marta et le contempla un instant.
Le visage figé avait des traits fins auxquels on ne pouvait attribuer de sexe. En le regardant trop longtemps, on s’attendait à le voir sourire ou pleurer, c’était selon. Son torse était équipé d’une trappe qui permettait d’accéder au mécanisme principal. Les jambes étaient relativement simples. Les genoux et les chevilles, décrivant de parfaits angles droits, n’étaient pas voués à se déplier. À l’inverse, les mains étaient particulièrement travaillées. Chaque doigt comptait trois articulations et était relié de l’intérieur au mécanisme central, dissimulé dans la poitrine.
Maître Sigismond n’avait jamais conçu un dispositif aussi élaboré. Il hésitait pourtant à le mettre en marche. Il craignait de ne pas avoir été à la hauteur. Tant qu’il le contemplait, tout était possible. Il ne risquait pas de se trouver confronté à un échec brutal qui le ferait probablement replonger dans les ténèbres du désespoir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : steampunkVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2814 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre
.. ..