AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 978B0875TYSYN
252 pages
Éditeur : BLACKTAILOR (08/05/2020)

Note moyenne : 3.88/5 (sur 8 notes)
Résumé :
Un recueil de nouvelles noires inspirées des sept péchés capitaux !

Gourmandise – Colère – Envie – Luxure – Orgueil – Avarice - Acédie

Les sept péchés capitaux nourrissent toutes les formes possibles du crime… Cruels, noirs, mordants, ces sept récits s’en inspirent afin de vous mener sur des sentiers profanés, qui conduisent inexorablement en Enfer !
Un acte d’amour

Nous croyons parfois naïvement que l’amour nous s... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
audelagandre
  22 mai 2020
Aller faire un petit tour sur le carrousel des sept péchés capitaux : c'est l'idée de Lawren Schneider dans ce recueil de nouvelles. Dédramatisation de certains ? Culpabilité pour d'autres ? Duquel vous sentez-vous le plus proche ? Et du plus éloigné ? Petite balade dans le recueil : c'est par ici.
Vous êtes gourmand ? Hou que la gourmandise est un vilain défaut…Demandez le menu ! Vous êtes plutôt crevettes Taïcho à la plancha ou filet de renne rôti aux fruits ? Assez spécial comme plat le renne… Vous y avez déjà goûté ? Personnellement, je crois que le Château Margaux 1986 m'attire bien plus. Allez savoir si la combinaison des deux ne donne pas l'accord parfait qui sert de décor à une soirée en amoureux. Un menu parfait pour réveiller les papilles et les instincts les plus vils au bon goût de vengeance savamment orchestrée. Dommage, on ne parle pas de dessert… pourtant préparé à l'avance et resté bien au frais au congélateur… Un sorbet fraise conclurait parfaitement ce repas !

La colère n'est pas un péché plus honorable, mais pourtant… il faut bien avouer que l'exprimer fait un bien fou. Vous avez déjà piqué une bonne crise de colère en hurlant comme un damné ? Ça défoule non ? le Mickaël de cette nouvelle n'a franchement rien de sympathique, c'est même plutôt une tête à claques. Il est continuellement en boule… surtout contre sa femme. Alors, le jour où en plus, les mauvaises nouvelles tombent, il disjoncte. Sauf qu'il n'est pas le seul à avoir accumulé quelques rancoeurs… Oh que c'est un vilain défaut la colère et que tu plombes l'ambiance Lawren avec cette tête de noeud…
L'envie… L'un des sept péchés qui m'est le plus étranger. Précision nécessaire de l'auteur : l'envieux n'est pas similaire au jaloux. L'envieux veut ce qu'il n'a pas, quand le jaloux ne veut pas perdre ce qu'il possède déjà. Belle démonstration dans cette nouvelle ! Lorsqu'on a déjà beaucoup, et que l'on en veut encore plus, le risque est grand de tout perdre.. Toute ressemblance avec des personnes ayant existé serait purement fortuite… Tu parles !! le monde de l'entreprise ce n'est pas non plus Oui-Oui à la plage !
Que penser de l'avarice… Pour moi, un défaut résolument détestable. C'est l'or Monseignor de bien planquer son blé pour que personne ne le trouve, et de ne surtout pas dépenser un radis pour quiconque. L'avare de cette nouvelle est un être particulier… un riche industriel retraité caché sous des guenilles. Lisez, vous verrez !
Et l'orgueil ? Est-ce vraiment un si vilain défaut ? L'auteur nous dit qu'être orgueilleux, c'est oser ! Sauf que l'autre facette de l'orgueil c'est le mépris de l'autre. le richissime Bob Gordon de cette histoire est à la tête d'une fortune colossale. S'il est reconnu de ses pairs, il a aussi des souvenirs peu reluisants qu'il a préféré cacher, et quand ceux-ci remontent à la surface, son orgueil en prend en sacré coup.
Ne rien faire, procrastiner, paresser est sans doute l'une des choses qui m'énerve le plus quand je regarde autour de moi. Quelle perte de temps ! Mais quand cette paresse est morale et spirituelle, due à une très mauvaise nouvelle, quel effet a-t-elle sur l'homme ? Guillaume va vous en raconter un peu plus sur cette terrible mésaventure dont il a fait l'objet, et vous verrez que certains ne reculent devant rien pour arriver à leurs fins. Il fallait oser Lawren écrire un truc pareil, il fallait oser !
Ah la luxure, dernier de nos sept péchés capitaux. Sachant qu'on retrouve quand même beaucoup de sexe dans les autres nouvelles, que va inventer notre écrivain cette fois-ci ? Figurez-vous qu'il nous entraîne en 2071… C'est comment le sexe en 2071 ? Je vous laisse découvrir le projet SafeSexII et la FunTub (joli jeu de mots !).
IL nous reste donc l'acte d'amour pour contrebalancer l'ambiance générale. L'écrivain nous prévient : « Avons-nous seulement encore un avenir ? ». Il fait beau au pays de l'optimisme…. Et pourtant, cet ultime acte d'amour est le plus beau qui soit, celui qui demande l'amour le plus pur et l'altruisme le plus authentique.
Voilà, le carrousel qui fait virevolter l'homme s'est arrêté. Tous ces défauts font notre humanité, quoi qu'en en dise. L'idée de Lawren Schneider est singulière et les différentes nouvelles bien amenées, originales et émouvantes pour certaines. Mes préférences vont à Acedia, la paresse, glauque à souhait, témoin de ce que l'homme est capable de faire pour obtenir ce qu'il veut et à Gulositas, la gourmandise parce que la bonne chère, le bon vin et le sexe, on n'a jamais trouvé mieux comme trio ! Je n'oublie pas, bien sûr, l'acte d'amour qui prouve notre capacité à penser à l'autre en priorité et à démontrer, par un geste symbolique l'amour qu'on lui porte.
N'hésitez pas à monter sur ce manège faire le tour de nos défauts, vous ne le regretterez pas. Et surtout, ne soyez pas trop indisciplinés, suivez l'ordre donné. Merci, Lawren de ta confiance et longue route à ce très beau recueil.

Lien : https://aude-bouquine.com/20..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
gruz
  08 mai 2020
Oh combien j'aime lire des nouvelles, combien je sais que c'est un exercice beaucoup plus exigeant qu'il n'y parait. Comme je le deviens moi-même à force d'en lire.
Se lancer dans un recueil est un peu une gageure. L'auto-édition permet un éventail infini de possibilités, mais le risque peut être aussi de tomber dans la facilité.
Lawren Schneider m'avait déjà joliment embarqué avec son précédent roman : Les larmes des cigognes. J'étais donc curieux du résultat.
Il avait en tête un grand thème général, mais ça lui laissait une vraie liberté de manoeuvre pour chaque histoire. Et c'est tant mieux ! Rien n'est plus barbant que lorsque les histoires se ressemblent toutes.
L'auteur alsacien a bien mené son affaire. Les nouvelles sont inégales à mon goût, ce qui est normal vu leur éventail, mais globalement voilà un recueil réussi et que j'ai pris un vrai plaisir à lire. Dans l'ordre de leur publication, même si l'écrivain dit dans sa préface que les récits peuvent être lus dans n'importe quelle sens ! ;-).
Toutes les nouvelles tiennent la route, contées au travers d'un style agréable, aéré, vivant.
J'ai trouvé que la qualité des nouvelles montait globalement d'un cran à chaque fois, comme si elles avaient été classées qualitativement. Comme si l'auteur s'était lâché de plus en plus au fil des histoires, passant de récits noirs classiques, à des histoires plus ambitieuses. Il me confiait d'ailleurs qu'elles ont été plus ou moins publiées dans l'ordre d'écriture. Schneider se bonifie donc avec le temps, comme un bon vin 🙂 (d'ailleurs il parle souvent de vins et de repas, en bon vivant qu'il est).
L'accroche du recueil dit parler de péchés, c'est une réalité, mais en fait le vrai trait d'union entre les intrigues est l'amour (et/ou le sexe). Et on est vraiment dans ce que l'homme peut avoir de pire comme comportements, c'est noir mais radicalement tourné vers l'humain.
J'ai toujours aimé quand les auteurs sortent de leurs zones de confort et prennent des risques. Clairement, mes trois nouvelles préférées sont l'acédie (humainement forte), la luxure (où l'auteur ne tombe pas dans le piège du scabreux mais propose une histoire très originale) et l'amour (vu sous un angle très inventif, noir et touchant à la fois).
Ce recueil est donc une intéressante réussite. J'en aurais même voulu davantage pour certaines nouvelles qui auraient mérité d'être un peu plus longues.
Lien : https://gruznamur.com/2020/0..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          113
Melvie77
  22 mai 2020

Un recueil de nouvelles, c'est toujours compliqué à chroniquer car on a toujours peur de trop en dire vu que ce sont des textes relativement courts, ici entre 10 et 40 pages.
Lorsque l'auteur est venu me demander si j'étais intéressée pour découvrir sa nouvelle sortie, j'ai tout de suite dit oui.
Déjà parce que j'aime la plume de l'auteur, Lawren Schneider, ici L.R. Schneider, qui a déjà écrit trois romans : L'héritage de Lizie, le prix à payer et Les larmes des cigognes et parce que j'aimais beaucoup l'idée d'écrire des nouvelles sur les sept péchés capitaux.
Aussitôt reçu, aussitôt lu, à raison d'une nouvelle par jour pour bien les apprécier.
J'ai bien sûr mes préférées (l'orgueil, l'acte d'amour, l'acédie), mais toutes les nouvelles furent très présentes à lire et chaque péché est bien exploité dans les différents récits.
L'amour et la bonne chair sont assez omniprésents dans les différentes nouvelles
J'ai trouvé original le fait que l'auteur présente chacune de ses nouvelles, nous expliquant soit le cheminement de sa pensée pour écrire la nouvelle, soit sa conception du péché, ...
J'ai également apprécié les clins d'oeil faits à quelques uns de ses amis auteurs, apparaissant dans ses nouvelles, le nom parfois légèrement transformé. Un sens de l'amitié que j'apprécie toujours chez les auteurs faisant cela dans leurs récits.
La plume de l'auteur est aérée et dynamique. Tantôt cruel, cynique, sarcastique, le ton des nouvelles, résolument noir, vous saisira dès le début jusqu'à la chute.
8 : Sept péchés et un acte d'amour est un recueil de nouvelles très agréable à lire. J'en aurai voulu plus... Pas plus de péchés, il y en a 7, c'est immuable mais certaines nouvelles méritaient d'être plus développées pour éviter ma frustration.

Lien : https://aufildesevasionslivr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
klmerveille
  09 mai 2020
"Du coeur en effet procèdent mauvais desseins, meurtres, adultères, débauches, vols, faux témoignages, diffamations. Voilà les choses qui rendent l'homme impur" (Matthieu 15-19)
Voilà qui pourrait parfaitement résumer le recueil de nouvelles de Lawren, sorti hier en autoédition.
Maladies de l'âme, déclinaisons du mal, les péchés de l'auteur semblent tous tourner autour d'un axe majeur : le coeur, l'amour et le sexe. Un recueil en soi plein d'humanité (une sombre humanité) mené d'une main de maître.
Je ne suis pas une grande lectrice de nouvelles, elles me donnent souvent le sentiment de rester sur ma faim et sur ma fin. Lawren me réconcilie avec le genre. Ses nouvelles sont parfaitement construites, elles nous offrent une histoire complète avec une vraie finalité. Elles nous offrent également un large éventail de genre : thriller, dystopie, érotique (ou plus selon la version choisie) qui casse la monotonie parfois inhérente à un recueil.
Petit détail que j'ai beaucoup aimé, les prologues avant chaque nouvelle qui nous révèlent un peu la façon dont elles se sont construites dans l'esprit de l'auteur.
Mes préférées ? La colère qui aborde le thème de la violence conjugale. L'auteur nous décrit une construction classique, mais nous berne en beauté. La luxure pour son originalité et l'acte d'amour pour son émotion.
Merci Lawren pour cette belle lecture
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
EmilieAFDL
  10 mai 2020
Le recueil, dans sa globalité, dépeint notre société actuelle, ses vices et l'impact qu'elle a sur nos vies, nos valeurs, nos choix et nos actes. Mises bout à bout, le tableau de nouvelles n'est pas des plus luxuriant, mais peut-être fait-il prendre conscience de certaines choses aux lecteurs, le confortant dans ses positions ou, a contrario, leur soufflant de nouvelles façons d'agir ou de penser. C'est le petit plus : la réflexion, en plus de la qualité du texte.
J'ai apprécié le choix de l'auteur de s'exprimer avant chaque nouvelle, histoire de donner un ton et des intentions. Je pensais que cela gâcherait mon plaisir de découverte et mes interprétations, mais en définitive, non. Et puis chacun est libre de lire ou non ces passages-là.
8 est donc un recueil qui se lit bien. Comme pour de nombreux recueils, j'ai lu les nouvelles entre deux chapitres d'un roman, cela aurait pu camoufler le bémol que je vais pointer, et pourtant ça n'a pas été le cas. Ce qui m'a un peu embêtée dans ce recueil, et j'en suis peinée car je ne m'y attendais pas vraiment, est la redondance de certaines idées ou de faits ; l'infidélité, mentionnée dans plusieurs nouvelles, tout comme la vengeance et le vin. Pour les deux dernier, je suis passée outre parce que c'est discret, en revanche, l'adultère m'a vraiment gênée ; pas en tant que sujet en lui-même, mais en terme de répétition. Un thème un peu trop présent à mon goût dans un recueil qui n'est pas censé le traiter spécifiquement, faisant un peu perdre aux personnages leur identité propre. Des personnages, certains, que j'ai d'ailleurs parfois eu du mal à imaginer autrement qu'avec les traits des vraies personnes dont il tirent leur nom. Les petits clins d'oeil aux amis auteurs en empruntant leurs noms de plume n'est pas ma tasse de thé, je ne sais pas imaginer autre chose que les auteurs eux-mêmes dans l'intrigue dans ces cas-là, là c'est vraiment personnel.
Ceci étant dit, et avec un peu de recul, l'avantage de ce recueil est qu'il se bonifie au fil des pages. Plus je lisais et plus j'y trouvais du plaisir, ce qui n'est pas forcément le cas surtout lorsqu'on trouve des éléments redondants. Car finalement, l'important n'est pas tellement dans le détail, bien que présent, de l'infidélité, mais dans le traitement des sujets et le concept du recueil. En ça, le livre coche les cases et donnera aux lecteurs qui ne connaissent pas Lawren Schneider, un aperçu de ce qu'il peut faire. Et si vous avez l'occasion de lire Les larmes des cigognes du même auteur, allez-y !
Lien : https://surlestracesde.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : pêcheVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3726 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre