AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
>

Critique de ManedWolf


ManedWolf
  26 juin 2020
C'est probablement mon tome préféré depuis le début de cette très sympathique saga !

Lilas et Jaz ont bien grandi, ils poursuivent leur route chacun de leur côté : le jeune garçon a rejoint une troupe d'artistes itinérants, sur les traces de sa soeur, alors qu'elle-même part en direction de terres inconnues, accompagnée de Flynn et Carson, pour faire la rencontre du dernier Synalion...

Je reste volontairement vague pour éviter les spoils, mais le peuple des Vaïr-Selyans m'a énormément plu, tant dans leur essence que dans leurs coutumes, leurs croyances et leur dynamique. J'ai adoré ce dépaysement qui se précise au fil des pages, et Shë-Ly m'intéresse déjà beaucoup. L'évolution de Flynn vaut le détour aussi, et j'ai aimé retrouver une Lilas un peu moins déstabilisée, même si elle est toujours en proie au doute quant à sa place dans la prophétie. C'est une héroïne très humaine et faillible, que j'aime beaucoup suivre !

La plume de Sara Schneider est toujours aussi fluide et agréable à lire. Elle donne un vrai souffle de vie à ses personnages, et c'est un bonheur de voir cet univers s'étoffer, prendre de l'ampleur et nous dévoiler de nouveaux secrets, avec toujours l'ombre menaçante de Orga en toile de fond. Nos héros vont au devant de dangers qu'ils ne sont pas prêts à appréhender, ils redoutent les combats, ils prennent la mesure des vies qu'ils seront amenés à prendre... On ressent sans peine leurs doutes et remises en question, et c'est tout à fait rafraîchissant dans une oeuvre de fantasy !

Bref, il est toujours difficile de chroniquer un tome isolé dans une saga, par peur de dévoiler trop de l'intrigue, mais si vous avez aimé les deux premiers, préparez-vous à passer un excellent moment avec Mâchoires d'écume, plein de dynamisme, de révélations et d'aventure !

Commenter  J’apprécie          30



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (2)voir plus