AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266032380
Éditeur : Michel Lafon (01/01/1900)

Note moyenne : 3/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Que connaissons-nous de Romy Schneider ? Les magazines nous ont livré sa vie en technicolor ou en noir et blanc : son enfance dorée, ses débuts féeriques dans « Sissi », sa tumultueuse histoire d’amour avec Alain Delon, la mort tragique de son fils… Pourtant, les innombrables visages de Romy, de « La Piscine » aux « Choses de la vie », du « Crépuscule des dieux » au « Vieux fusil », semblaient raconter une autre histoire… Avec la publication de ce journal, le voile ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
MissSherlock
  08 janvier 2013
Romy Schneider est mon actrice préférée, j'ai vu la quasi-totalité de ses films et lu de nombreux ouvrages sur elle.
J'ai pourtant hésité longtemps avant de lire Moi, Romy (Le journal d'une vie) car il ne me semblait pas très élégant de lire son journal intime. Mais j'ai appris qu'une grande partie de ce journal avait déjà été publié du vivant de l'actrice lorsqu'elle était encore une débutante. Aussi j'ai mis mes scrupules de côté et je me suis procurée le livre d'occasion car il n'est hélas plus édité.
Le livre est découpé en plusieurs parties : il s'ouvre sur un témoignage de Magda Schneider, sa mère, et se poursuit par les écrits de Romy (l'internat, les débuts au cinéma, la tournée américaine, sa vie avec Alain Delon, son mariage...).
Le premier journal est un vrai journal intime dans la pure tradition adolescente : date écrite en grand, parfois l'heure, suivies de réflexions de la jeune Romy sur sa vie d'adolescente. La lecture de cette partie est la plus amusante car on pénètre dans l"intimité d'une enfant qui s'ennuie dans son internat, loin de ses parents, et qui fait déjà des rêves de cinéma.
Romy était une jeune fille fraîche, ayant les préoccupations des filles de son âge, témoignant cependant par instant d'une grande maturité. Mais la plupart du temps, elle faisait des réflexions d'une naïveté touchante.
Il est très émouvant de découvrir les rêves et les espoirs de Romy à la lumière de sa vie de femme. Nous savons, en lisant ces lignes, ce que sera sa vie et on ne peut pas rester indifférent face aux réflexions d'une jeunesse en quête d'amour et de réussite.
En grandissant, les obsessions de Romy restent les mêmes bien qu'elle les exprime différemment. Elle désire plus que tout être actrice, avoir une brillante carrière, être aimé du public, se mettre en danger tout en ayant une vie personnelle épanouie. Ce ne sera jamais le cas : Romy ne réussira jamais à concilier sa vie professionnelle et sa vie de femme.
Pourtant, elle a essayé mais son désir de tourner sera toujours plus fort que tout. Au fil des pages, on découvre une Romy ambitieuse qui veut prouver qu'elle n'est pas Sissi, qu'elle peut tout jouer. En même temps, on découvre une artiste fragile, en proie au doute et terriblement indécise. Par exemple, pendant des mois elle évoque son désir de faire du théâtre en Allemagne puis, elle dit le contraire.
On découvre aussi (et surtout) une mère, une épouse, une femme. Une femme passionnée qui a choisi de partager la vie d'hommes qui n'étaient pas faits pour elle. D'hommes qui n'ont pas su la comprendre ou qui n'ont pas su l'apprivoiser. Delon, Meyen, Biasini... des hommes très différents des uns des autres, qu'elle a profondément aimé mais qui lui demandaient d'être ce qu'elle n'était pas.
La naissance de David sera, avec celle de Sarah, l'événement le plus heureux de sa vie. C'est dans le rôle de mère que Romy semble la plus heureuse.
Après la naissance de David son journal est peuplé de réflexions et d'anecdotes sur l'enfant. Romy en est folle et je n'ai pas pu lire ces lignes sans sentir ma gorge se serrer. Je reconnais que j'appréhendais de lire la dernière partie, la mort de David, le chagrin de Romy...
Une seule ligne sur la mort de son fils, écrite à sa mère. Une seule ligne mais la plus déchirante que l'on puisse lire : "Mammi, mon enfant... mon enfant est mort..."
Le reste du livre est court, Romy ne survivra que 10 mois à son petit garçon, mais il témoigne de la ténacité de cette femme complexe. Elle s'accrochera au cinéma, se battra pour que La Passante du Sans-Souci voit le jour, elle essaiera de vivre encore malgré l'absence mais le chagrin sera le plus fort.
Ce livre m'a permis de découvrir une artiste en quête de perfection, ambitieuse, orgueilleuse mais doutant beaucoup. J'ai découvert une femme fragile en quête d'amour. J'ai découvert une mère fabuleuse, aimant ardemment ses enfants.
J'aimais beaucoup Romy Schneider. Maintenant je l'adore.
Lien : http://ilovecinema-potzina.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
kimberlite
  18 novembre 2012
Un journal plein de sa sensibilité de femme, où elle écrit et partage ses doutes, ses faiblesses et ses aspirations, ses succès, ses ambitions. Elle écrit aussi ce qui lui crée des joies et des peines avec sa plume qui nous montre son goût de perfection et d'absolu.
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
MissSherlockMissSherlock   07 octobre 2012
20 mai 1954

A vrai dire c'est un sale métier d'être actrice de cinéma.
Actrice ! Il faut s'y donner de tout son cœur. Et, à un autre moment, il ne faut pas. On est assis ou debout, on crie, on pleure. Il faut se laisser aller, vivre la situation si on veut bien la rendre. En même temps, il faut garder ses distances, ne pas perdre la tête.
Je sais que je peux m'identifier au personnage que j'interprète.
C'est comme un poison qu'on avale, auquel on s'habitue et qu'on maudit en même temps.
J'ai quinze ans. J'ai vécu chez Mamie à Berchtesgaden, j'ai été à l'école primaire, puis en pension. Et me voilà soudain à faire du cinéma. Et je dois jouer pour la première fois des choses dont je n'ai aucune idée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
MissSherlockMissSherlock   07 octobre 2012
14 décembre 1954

C'est une sensation curieuse, quand je sors dans la rue maintenant. Parfois les gens se poussent du coude en disant : "N'est-ce pas Romy Schneider ?"
Et ils me dévisagent.
C'est agréable et agaçant à la fois. Je me sens tiraillée. Une fois je suis fière, une autre fois j'aimerais m'asseoir dans un bistrot et manger une saucisse sans que personne ne me regarde et ne m'examine pour voir comment je m'y prends et si je me tiens bien à table. Ou si au contraire je me tiens mal et pourquoi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
MissSherlockMissSherlock   18 novembre 2012
C'était une face de la médaille : amour, passion, et un sentiment de liberté indomptable.
J'ai découvert l'autre face plus tard. Quand la première ivresse fut passée.
J'avais surestimé mes forces. Extérieurement, j'étais libre, naturellement. J'avais coupé les ponts derrière moi, j'étais partie pour Paris contre la volonté de ma mère et de mon beau-père, je vivais avec un homme auquel je n'étais pas mariée. Mais intérieurement ?
On dit trop facilement : "Je me moque de ma famille. Je vis enfin ma vie."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
MissSherlockMissSherlock   07 octobre 2012
24 septembre 1953

Je traverse ma loge comme un nuage. Comme un petit mouton de nuage. Il existe un vieux tube d'il y a au moins trente ans : "Ce parfum qui accompagne une belle femme...".
Hier j'ai atteint la moitié de l'âge de cette chanson : quinze ans. Et j'ai reçu un énorme flacon de parfum. Chanel N°5, Paris. Paris, c'est mon rêve.
Hier, tous ensemble, nous avons fait la fête. C'était mon plus bel anniversaire. Peut-être que d'autres étaient aussi réussis, mais je ne m'en souviens plus très bien car j'étais encore petite.
Mon journal sent bon à présent. J'ai parfumé cette page. C'est enivrant. J'espère que l'odeur ne passera pas trop vite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
MissSherlockMissSherlock   18 novembre 2012
1957 : Eh bien, je suis une enfant bien sage.
Quand je suis à ces stupides soirées et que je ne dis rien, les gens pensent sûrement que je ne suis qu'une oie sotte et fade. Mais que dire ? Comment allez-vous ? Very glad to see you?
Il faut que j'y réfléchisse.
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Romy Schneider (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Romy Schneider
Romy Schneider au micro de Jacques Chancel : Radioscopie [1970]
autres livres classés : journal intimeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de Romy Schneider (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Livres et Films

Quel livre a inspiré le film "La piel que habito" de Pedro Almodovar ?

'Double peau'
'La mygale'
'La mue du serpent'
'Peau à peau'

10 questions
5272 lecteurs ont répondu
Thèmes : Cinéma et littérature , films , adaptation , littérature , cinemaCréer un quiz sur ce livre