AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de ivredelivres


ivredelivres
  31 janvier 2019
Ecrire, raconter, imaginer parfois les morts d'écrivains célèbres, de poètes maudits ou non. Que se passe-t-il lorsque le rideau tombe ?
Ce sont les morts dont Michel Schneider nous fait le récit sous un angle particulier, un point de vue bien à lui.
C'est la réalité et en grande partie la vérité mais l'auteur nous les développe de façon très personnelle.
C'est un livre surprenant, que je lis pour la seconde fois pour vous en parler et je l'ai fait sans une once d'ennui, avec le même grand plaisir qu'à la première lecture de retrouver ces moments de vie ou plutôt de mort où poésie et réflexion s'invitent.
« Je tiens ici le registre des morts imaginaires d'écrivains réels. J'ouvre le rideau au moment où La commedia è finita »
Certains ont eu une mort douce, d'autres tragique, certaines sont un rien ridicules.
Michel Schneider nous offre ainsi les heures dernières de trente-six écrivains, mais la cérémonie n'est pas macabre du tout.
Il utilise les biographies, les correspondances, les bons mots de la fin restés célèbres de ces hommes et femmes à qui il offre ainsi un beau monument funéraire.
Certains derniers moments sont très révélateurs, d'autres totalement incompréhensibles, certains sont choquants d'autres risibles. Parfois l'on prend une leçon de courage et de dignité.

Je vous propose d'aller vous recueillir sur quelques tombes célèbres et de répondre à l'invitation de Michel Schneider, après avoir déposé vos fleurs il sera tant d'ouvrir les oeuvres.
Prenez Nabokov pense-t-il à sa Russie natale ? Pas le moins du monde, Nabokov dit « un certain papillon est déjà en vol » joli dernier rêve non ?
Montaigne qui souhaite mourir à cheval mais qui s'éteint parmi les siens lui qui disait avoir « continuellement la mort en bouche »
Tchékhov qui « était un médecin. Il savait un peu ce qu'était la mort » et réclame un peu de champagne.
Lev Nicolaïevitch Tolstoï en gare d'Astaopovo, fuyant sa femme, sa maison « fuir…fuir »

Robert Walser à la mort « malicieusement tragique » qui trouve la mort en promenade « D'un pas frêle mais assuré, il est parti sur la page du jour. »
Vous trouverez aussi Pascal, la belle marquise De Sévigné, Goethe ou Pouchkine, Kant et Flaubert, Rilke ou Zweig.



Lien : http://asautsetagambades.hau..
Commenter  J’apprécie          00



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox