AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 224686108X
Éditeur : Grasset (16/08/2018)

Note moyenne : 3.53/5 (sur 66 notes)
Résumé :
« Tu étais libre et sauvage. D’une beauté à couper le souffle. Tu n’étais plus une enfant, pas encore une adulte quand tu enflammas la pellicule du Dernier Tango à Paris, un huis clos de sexe et de violence avec Marlon Brando.
Tu étais ma cousine. J’étais une petite fille et tu étais célèbre. Tu avais eu plusieurs vies déjà et de premières fêlures. Tu avais quitté ta mère à quinze ans pour venir vivre chez mes parents. Ce Tango marquait le début d’une grande ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (42) Voir plus Ajouter une critique
palamede
  11 octobre 2018
Il a suffi d'une scène du film de Bernardo Bertolucci, Le dernier tango à Paris, pour faire de Maria Schneider une jeune femme scandaleuse. Une scène qui n'était pas prévue dans le scénario original qui allait décider de toute sa vie. Une scène que l'histoire familiale de Maria, peu aimée de ses parents, a rendu insurmontable pour la jeune fille de l'époque, désormais adulée et détestée, qui va partir dans une longue dérive enchaînant drogue, alcool et internements. Plus tard, Bertolucci a fini par s'excuser (se dire coupable, mais ne rien regretter au nom de l’art), mais trop tard, Maria n'était plus de ce monde. Et d'ailleurs rien n'aurait pu effacer le mal qu'il lui avait fait avec son film.
Remarquablement racontée par sa cousine Vanessa, l'histoire de Maria Schneider est une histoire émouvante qui montre une famille excentrique incapable de sortir la jeune actrice de l'enfer. Par indifférence ou parce que ce n'était pas possible. C'est aussi l'histoire d'une époque, celle de la libération sexuelle, avec ses retours de bâton pour les femmes. Un récit édifiant qui montre à quelle point les actrices étaient, et sont, dans un monde dominé par l'argent et les hommes (le reflet de notre société patriarcale), à la merci de leur désir et de leurs fantasmes. Il suffit, s'il fallait s'en convaincre, de regarder l'affaire Weinstein qui aujourd'hui dévoile peu à peu cette réalité nauséeuse.
Elevée au rang de chevalier des Arts et Lettres par Frédéric Mitterrand, alors ministre de la culture et ami de longue date, après une vie tumultueuse et tragique Maria est honorée, ainsi que l'écrit Vanessa Schneider : « Tu étais enfin récompensée, reconnue comme une actrice qui a compté. Tu n'avais pas traversé la vie pour rien. Tu pouvais désormais la quitter. »
#TuT'appelaisMariaSchneider #NetGalleyFrance
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          818
Annette55
  25 octobre 2018
Voici un Trés beau récit porté depuis des années par Vanessa Schneider, le portrait émouvant de sa cousine Maria, actrice , fìlle de la soeur aînée de son pére.
Objet de fascination, à la fois tendre et morbide, se souvient Vanessa, alors enfant..... 20 ans les séparent .
Elle venait chercher un peu de calme dans l'appartement bohème familial .
" Tu restes ma cousine, ce bijou de famille cassé et précieux, gardé au fond d'un tiroir secret. "
" Qui est cette actrice qui semble avoir eu tant de succés et dont on ignore désormais jusqu'au nom ?
L'auteur avec une tendresse infinie, mesurée, pudique, très tenue , colére aussi, évoque la Maria de 20 ans, sa beauté à couper le souffle, ses gestes brusques, ses sautes d'humeur , son enfance pour le moins chaotique.
Mais surtout décrit gravement à l'aide de phrases justes ---prégnantes---la lente descente aux enfers de Maria, sa prostration, le choc de la sortie du film " le dernier tango à Paris" , à la fois révélée et brisée par le tournage infect , violent , un huit - clos de sexe qui l'a cassée, les attaques virulentes, les crachats dans la rue, trop de tout, " dans ta vie, trop de désirs, d'agressivité, de reproches, de tentations, trop de caresses et trop de coups " .....
Enfant Vanessa a connu , et même enduré , l'envers du décor.
Comment ne pas prendre en pitié une aînée drapée dans les vapeurs de marijuana, les bras bleuis par les injections d'héroïne , ses galères, ses souffrances, ses douleurs , son impréparation à la gloire et au scandale , ses tourments , sa fragilité , son desespoir, sa honte, ses excès , drogue , alcool, enfermement ?
Vanessa balaie d'un revers de main les idées toutes faites où l'on a voulu réduire Maria .
Elle déploie de façon intimiste un tableau plus large de sa famille , des personnages hauts en couleur,la politique , le cinéma , cet oncle Jeannot bavard , bruyant , exubérant , triomphant , noceur , contant ses aventures homosexuelles frénétiques , mort un matin dans un bar avec huit grammes d'alcool dans le sang .
" Cette famille, ma famille où la folie et le malheur ne sont jamais Trés loin ...." Ce milieu qu'elle dessine avec drôlerie et justesse, insolite, incommode, révolutionnaire, des parents écolos avant l'heure , admirateurs de Mao ....
Où l'on côtoie Brigitte Bardot, Jeanne Moreau, , Delon, Bertolucci, Gélin, Jean - Pierre Léaud , où l'on se rend à Londres, Paris, en Californie, à New- York ou au Brésil dans les années 70....

L'écriture est précise, grave, tout en retenue, expressive, juste .
Elle dit la grâce exquise de Maria, ses souffrances jamais guéries ....ses faiblesses ....
Un Trés bel ouvrage pudique et enlevé qui montre aussi l'histoire intime de Vanessa reporter et romanciére, "Parce que cette histoire a forgé la mienne, qu'elle a forgé ce que je suis ....."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          522
nadiouchka
  10 septembre 2018
Elle était belle, non, plus que cela : superbe avec ses cheveux bruns et tout le monde se retournait sur son passage. C'est sa cousine, Vanessa Schneider qui a écrit « Tu t'appelais Maria Schneider » sur cette actrice française, un monstre du cinéma dans les années soixante-dix, décédée trop tôt, à 58 ans en 2011.
Vanessa écrit : « Ce livre est pour toi, Maria. Je ne sais pas si c'est le récit que tu aurais voulu, mais c'est le roman que j'ai voulu écrire. » Ainsi que ces paroles de toi : « J'ai eu une belle vie. » Puis :
« Tu as glissé sur cette phrase comme un doigt fatigué se promène sur une panne de velours avec un sourire doux et le regard envolé vers des souvenirs heureux. C'était quelques jours avant ta mort. » (p.7)
Dans cet ouvrage, Vanessa s'adresse à sa tante Maria, dans un récit émouvant, un livre qu'elles auraient aimé écrire ensemble mais le destin en a voulu autrement.
Maria était mal aimée de sa mère, elle gênait entre ses frères, mais elle a appris tout de même que son père était Daniel Gélin qui n'a pas pu la reconnaître car il était marié. Elle finit tout de même par le rencontrer et il l'emmène sur des plateaux de tournage où elle fait la connaissance de comédiens ainsi que de metteurs en scène ou de réalisateurs qui ne sont pas indifférents à son physique avantageux. C'est qu'elle est tellement belle !
Pendant ces années soixante-dix, toute jeune, elle commence à faire des figurations grâce à Alain Delon et elle va même vivre quelque temps chez Brigitte Bardot qui restera son amie jusqu'à la fin.
Mais voilà qu'à peine à l'âge de dix-neuf ans, Bernardo Bertolucci lui propose un rôle dans « Dernier Tango à Paris » avec l'immense séducteur Marlon Brando. Un film scandaleux à cette époque, qui va être lourd de conséquences pour Maria car elle va subir des insultes et se révéler une source d'humiliations pour elle.
D'ailleurs le film (sorti en 1972, « ne passe pas la censure et se retrouve classé « interdit aux moins de 18 ans », un visa qui déchaîne la curiosité. Il devient immédiatement objet de scandale. » (p.60).
Il va rester un fardeau pour Maria durant toute sa vie, lui coller à la peau. Mais cela ne l'a pas empêchée de rester en contact avec Marlon, « ils n'avaient jamais rompu le fil » (on l'apprendra par surprise car personne ne le savait).
Vanessa Schneider rend un bel hommage à Maria dans un style épuré, des phrases courtes mais qui touchent. Elle nous fait part de toutes ses belles rencontres artistiques, elle le sex-symbol involontaire mais aussi de ses excès d'alcool, de drogue, de sa lente descente aux enfers.
Parmi ces rencontres, il est à remarquer celle qu'elle a eue avec Patti Smith dont l'auteure dit « 
« Je ne connais pas particulièrement l'oeuvre de Patti Smith, si ce n'est quelques morceaux devenus cultes et le sublime Just Kids qui raconte ces années-là. (…) Au détour d'une interview à propos de son dernier album Banga, je découvre qu'elle a composé pour toi un poème chanté, un adieu doux et mélancolique avec des riffs de guitare que tu aurais adorés. La chanson s'appelle Maria, simplement Maria. Patti Smith l'a écrite au lendemain de ta mort. » (p.190). Elles s'étaient rencontrées dans un restaurant où Patti était venue au-devant de Maria, tout intimidée devant tant d'honneur.
Vanessa, grand reporter et écrivaine à succès, avec toute cette énumération des personnages ayant connu Maria, reconnaît son destin tragique et son désir de retrouver l'amour d'un père. Cette « femme trop belle, punie pour ses audaces et ses mauvais choix » avait trouvé en la personne de Brigitte Bardot une amitié tellement fidèle que celle-ci avait tenu à prendre en charge tous les frais des obsèques – un beau geste d'une autre sex-symbol considérée elle aussi comme une femme-objet de désir, seulement jugée sur son physique.
C'est ainsi que Maria a sombré petit à petit, avec parfois quelques moments d'espoir, mais la fin est inéluctable avec la maladie qu'elle endure de façon héroïque.
Avec ce roman où les faits sont très précis, Vanessa nous offre un beau témoignage d'amour et d'admiration pour Maria – un beau récit sur une famille, sur une femme qui voulait rester libre de ses choix pendant ces années soixante-dix. Il y est également question d'événements politiques avec la gauche qui est en passe de prendre le pouvoir – la mort de Mao, le Grand Timonier ...
Encore un beau livre bien complet mais qui se lit très rapidement pour cette rentrée littéraire 2018.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          344
isabelleisapure
  07 octobre 2018
Il pleut, nous sommes à Paris dans l'église Saint Roch. Alain Delon assis au 1er rang au milieu des membres de la famille lit un texte écrit par Brigitte Bardot les parrains de cinéma de Maria Schneider, partie à l'âge de 57 ans.
C'est par cette scène que Vanessa Schneider débute son récit, hommage à sa cousine, étoile éphémère du cinéma des années 70.
L'auteure revient sur la vie de la comédienne, mal aimée par sa mère qui la met à la porte alors qu'elle avait à peine 15 ans, Maria se réfugie auprès de son oncle et sa tante, les futurs parents de Vanessa.
Son père, Daniel Gélin totalement indifférent à l'éducation de sa fille, l'emmène sur les plateaux de tournage et partage ses nuits « Chez Castel ».
« Tu sors avec ton père et tu continues à l'appeler Monsieur ».
C'est grâce à Alain Delon que la jeune femme décroche ses premières apparitions sur grand écran.
Lorsque Bertolucci lui propose de partager l'affiche avec Marlon Brando, la jeune femme se prend à rêver, mais la réalité est loin d'être rose.
Maria Schneider découvre la brutalité d'un metteur en scène qui l'exploite en la faisant travailler dix heures par jour et lui impose une scène qui n'était pas prévue au scénario et qui brisa la jeune femme à jamais, la plongeant dans la dépression et la drogue.
Vanessa Schneider sait trouver les mots pour faire revivre et réhabiliter sa cousine. A travers son écriture j'ai ressenti toute la tendresse et la compassion qu'elle éprouvait pour Maria.
Outre le milieu du cinéma, l'auteure évoque la famille de Maria et les années qu'elles ont partagées avec une grande complicité malgré leur différence d'âge.
Je suis heureuse d'avoir découvert ce texte qui a su me séduire bien que je ne sois particulièrement attirée ni par le cinéma ni par la rubrique People.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          391
Bazart
  18 septembre 2018
Sans le fameux mouvement #MeToo, sans doute jamais Bernardo Bertolucci n'aurait pris la peine de s'excuser, 40 ans après les faits, de la façon particulièrement violente et cruelle avec laquelle il a tourné la fameuse "scène du beurre" de son film le dernier tango à Paris , à l'insu de son héroïne Maria Schneider.
En effet, il faut savoir que, pour sa jeune comédienne , ce tournage a été ressenti comme un viol, l'une des scènes emblématiques et sulfureuses n'étant pas inscrite au scénario mais préméditée et par Marlon Brando et par le réalisateur.
Vanessa Schneider, grand reporter au Monde et romancière, et qui n'est autre que la cousine de la comédienne , revient, dans un livre évène
ment de la rentrée, sur cette scène et sur l'incidence qu'elle a eu dans la vie de .Maria Schneider, mais elle tient aussi à rappeler qu'elle n'était pas la femme d'une seule scène choc.
Vanessa a toujours été fascinée par sa cousine. Dès 6 ans, elle collectionne tous les articles qui lui sont consacrées : difficile d'en connaitre réellement les raisons : est ce parce que la vie de cette actrice a eu des “incidences” directes sur la sienne ? est ce parce qu'elle faisait partie de son quotidien ?
Quelque que soit la raison, lorsque Maria Schneider décède, Vanessa Schneider prend la plume et nous parle de son enfance bancale, à côté d'une mère qui ne sait pas l'aimer, de ses débuts au cinéma, de son mal être croissant.
La comédienne, juste aprés « le dernier tango à Paris » de Bernardo Bertolucci, est tombée dans les affres de la drogue et va connaitre son lot de parts d'ombre et tourments, mais aussi quelques moments plus heureux dont Vanessa veut aussi parler, comme ce tournage avec Jack Nicholson pour un film dont elle était fière : le très beau "Profession Reporter" d'Antonioni.
Au fur et à mesure de notre lecture, son destin malheureux nous a fait penser à celui de Jean Seberg et hasard, ces deux jeunes femmes, toutes les deux femme-enfant, se croisent à un moment dans ce très beau récit de Vanessa S.
Comment ne pas être touché par la vie de cette actrice, manipulée par Bertolucci et Marlon Brandon, portée aux nues et conspuée en même temps, rejetée du monde du cinéma à partir du moment où elle refuse de tourner des scènes de sexe, propulsée si jeune dans un monde où “cet enfant perdu” n'avait peut être pas sa place.
Dans ce récit vibrants d'émotions, l'on y croise aussi son père Daniel Gélin, mais aussi Alain Delon et Brigitte Bardot qui sont même particulièrement soignés par l'auteur, sortes de bienfaiteurs inattendus .
"Tu t'appelais Maria Schneider" est aussi le tableau d'une époque, celle des années 70 et celui d'une famille où la folie et les excès sont toujours présents.
Réduite à une image qui n'était pas vraiment elle (même Libération lorsqu'il fait son portrait, choisit une photo d'elle nue, ce qui serait impensable pour un homme), avec ce livre, Vanessa Schneider redonne à Maria Schneider une complexité et une densité profondément humaines.
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          342

critiques presse (8)
Culturebox   24 septembre 2018
A l'heure des mouvements comme #metoo et la libération de la parole des femmes, la vie de Maria Schneider résonne de nouveau. Elle qui n'a eu de cesse de critiquer l'emprise des hommes [...] n'a jamais reçu d'oreille attentive. Sa cousine réussit en tout cas le pari de faire de nouveau résonner sa voix et ses pensées.
Lire la critique sur le site : Culturebox
LePoint   18 septembre 2018
'est cette vie brisée que Vanessa Schneider reconstitue avec empathie et tristesse pour réhabiliter une cousine qu'elle aurait aimé mieux connaître. On découvrira l'amitié et la fidélité inaltérables que Brigitte Bardot portait à cette petite sœur, qu'elle aida, conseilla, hébergea comme si, au lendemain du Dernier Tango à Paris, elle avait compris que la vie de cette comédienne au talent indiscutable se terminerait tragiquement.
Lire la critique sur le site : LePoint
Actualitte   06 septembre 2018
A la fois biographie, autobiographie, mais aussi chronique des années 70, époque où un peu partout dans le monde, porté par le mouvement étudiant, on pensait que tout était possible et qu'on allait refaire le monde en levant tous les interdits, tous les tabous, Vanessa Schneider parvient à peindre un univers où les êtres humains finissent par hurler comme des bêtes sauvages.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Culturebox   03 septembre 2018
En flashes successifs, l'écrivain et journaliste Vanessa Schneider brosse un portrait émouvant de sa cousine et dissèque, en arrière plan, le noeud toxique familial qui les unit.
Lire la critique sur le site : Culturebox
Liberation   03 septembre 2018
Avec «Tu t’appelais Maria Schneider», la journaliste et cousine de l’actrice nous fait entrer dans l’intimité d’une femme qui, aujourd’hui, serait sans doute une des figures de proue du mouvement #MeToo.
Lire la critique sur le site : Liberation
Bibliobs   24 août 2018
Le destin de l'actrice Maria Schneider, révélée et détruite dans «le Dernier Tango à Paris», fut une tragédie. Huit ans après sa mort, sa cousine Vanessa Schneider lui adresse une lettre bouleversante, où elle la venge du mal qu'on lui a fait.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
LaPresse   23 août 2018
Sous la plume de la journaliste, on découvre une Maria fragile, complexe, vulnérable, sauvage et libre malgré tout. Un superbe texte empreint d'émotion et de lucidité qui n'essaie pas d'embellir une vie qui a cruellement manqué de beauté, justement.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Bibliobs   22 août 2018
"Cette histoire, écrit Vanessa Schneider, a forgé ce que je suis, elle m'appartient."
Elle la restitue avec une audace, une loyauté, une rage peu communes, et une empathie qui rappelle celle de son père, Michel Schneider, pour une autre grande brûlée du cinéma: Marilyn Monroe.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
AgathethebookAgathethebook   28 août 2018
Personne n’a écrit que tu étais partie en buvant du champagne, ta boisson favorite, la mienne aussi, celle qui fait oublier les meurtrissures de l’enfance et qui nimbe de joie les fêlures intimes des âmes trop sensibles. Tu t’en es allée au milieu des bulles et des éclats de rire, de visages aimants et de sourires pétillants. Debout, la tête haute, légèrement enivrée. Avec panache.
Commenter  J’apprécie          141
palamedepalamede   08 octobre 2018
Ils sont rares ceux qui reconnaissent craindre la folie de l’autre, avouent fuir devant les dérèglements.
Commenter  J’apprécie          470
ChatDuCheshireChatDuCheshire   22 septembre 2018
Le lendemain de ta mort, Libération affiche en une une grande photo de toi te montrant poitrine nue et offerte, bestiale, objet sexuel. Une photo tirée du Tango. Tu aurais détesté que l'on te rende hommage ainsi. Tu en aurais pleuré, tu te serais mise dans une rage folle, toi qui as passé toute ta vie à essayer d'effacer les marques que tu pensais infâmes. Nous n'avons pas aimé non plus cette représentation de toi. Parce qu'on ne voulait pas te voir réduite à ta chair. Parce que tu étais autre chose que ce corps exhibé. Parce qu'on ne représente pas les morts ainsi. Parce que jamais un journal n'aurait choisi pour accompagner une nécrologie l'image d'un homme dévêtu. Parce que le journal qui avait décidé de le faire n'était pas n'importe quel journal. C'était le nôtre, c'était le mien. C'était celui que mes parents achetaient quotidiennement depuis son premier numéro en 1973. Celui qui nous avait initiés, nous les enfants, à la politique et à tant d'autres choses comme le combat pour les femmes. Celui qui m'avait donné envie de devenir journaliste. Celui où j'avais travaillé pendant treize ans et où l'un de mes cousins écrivait encore. Ce n'était pas de ce côté-là qu'on attendait le coup.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
killyankillyan   04 octobre 2018
Je te vois vêtue de ces longues chemises que tu portais alors, boucles d'oreilles et bracelets en argent sonores sur poignets. Je te vois regarder le ciel presque toujours bleu qui fait de la Californie un lieu si réel et cinématographique à la fois. Je te vois à la recherche de compagnons pour lesquels tu n'es rien d'autre qu'une jeune et sauvage beauté brune. Je te vois entourée d'artistes, de hippies, en quête d'une spiritualité que tu as toujours recherchée. Je te vois dans des maisons de bois ou de béton peintes, dans les quartiers de cette ville qui n'en est pas une, dans cette cité tentaculaire où l'on ne se déplace qu'en voiture, où les badauds sont suspects, cette ville si difficile à aimer au premier abord. J'entends de la musique autour de toi, des accords de guitare et des ballades folk. Je te vois réchauffer tes mains sur les flammes d'un feu de camp lorsque le soleil disparaît. Je t'imagine alanguie sur la plage, encore habillée pour te protéger de la chaleur des regards vicieux, à bonne distance de cette mer trop froide pour la fébrilité qui t'anime. Je te vois en mouvement, glissant d'un endroit à un autre, je te vois dans le désert, dans une torpeur écrasante, chercher des sensations de calme que l'on ne trouve qu'au bout du monde.

Je suis ici, dans ce canyon allongée sur une grande pierre plate que j'ai choisie parce qu'elle était fendue en deux. Je regarde au loin, après le désert, après la montagne qui se découpe auréolée de poussières de neiges éternelles. Je ne me suis jamais sentie aussi proche de toi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
palamedepalamede   12 octobre 2018
Il n’est jamais trop tard pour dire aux gens qu’on les aime.
Commenter  J’apprécie          400
Videos de Vanessa Schneider (24) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Vanessa Schneider
Chaque vendredi matin, Valérie Expert vous donne rendez-vous avec Gérard Collard pour leurs coups de c?ur... Voici les références des livres présentés dans l'émission du 09 novembre 2018 :
Leurs enfants après eux - Prix Goncourt 2018 de Nicolas Mathieu aux éditions Actes Sud https://www.lagriffenoire.com/121213-divers-litterature-leurs-enfants-apres-eux.html
Le sillon - Prix Renaudot 2018 de Valérie Manteau aux éditions le Tripode https://www.lagriffenoire.com/122541-divers-litterature-le-sillon.html
Le lambeau - Prix Femina 2018 de Philippe Lançon aux éditions Gallimard https://www.lagriffenoire.com/109311-poche-le-lambeau.html
Idiotie - Prix Médicis 2018 de Pierre Guyotat aux éditions Grasset https://www.lagriffenoire.com/122345-romans--idiotie.html
Avec toutes mes sympathies de Olivia de Lamberterie aux éditions Stock https://www.lagriffenoire.com/121624-romans--avec-toutes-mes-sympathies.html
Tu t'appelais Maria Schneider de Vanessa Schneider aux éditions https://www.lagriffenoire.com/120585-divers-litterature-tu-t-appelais-maria-schneider.html
La vérité sort de la bouche du cheval de Meryem Alaoui aux éditions Galliard https://www.lagriffenoire.com/121725-romans--blanche---la-verite-sort-de-la-bouche-du-cheval.html
La Mort selon Turner de Tim Willocks et Benjamin Legrand aux éditions Sonatine https://www.lagriffenoire.com/128455-nouveautes-polar-la-mort-selon-turner.html
La religion de Tim Willocks et Benjamin Legrand aux éditions Pockets https://www.lagriffenoire.com/21518-poche-la-religion.html
Les Douze Enfants de Paris de Tim Willocks et Benjamin Legrand aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/?fond=produit&id_produit=37051&id_rubrique=372
Le crépuscule de Shigezo de Sawako Ariyoshi et Jean-Christian Bouvier aux éditions Mercure de France https://www.lagriffenoire.com/129432-divers-litterature-le-crepuscule-de-shigezo.html
Le miroir des courtisanes de Sawako Ariyoshi aux éditions Picquier poche 9782877303729
La culture décontractée !!!!! ABONNEZ-VOUS A NOTRE CHAINE YOUTUBE ! http://www.youtube.com/user/griffenoiretv/featured (merci) La boutique officielle : http://www.lagriffenoire.com
Facebook ? http://www.facebook.com/lagriffenoire Twitter ? http://twitter.com/lesdeblogueurs?lang=fr
Retrouvez l'ensemble des coups de coeur de Gérard Collard et de vos libraires préférés ici : https://www.lagriffenoire.com/11-coups-de-coeur-gerard-coll? https://www.lagriffenoire.com/
#soutenezpartagezcommentezlgn
Merci pour votre soutien et votre fidélité qui nous sont inestimables. @Gérard Collard? @Jean-Edgar Casel?
+ Lire la suite
autres livres classés : cinemaVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox




Quiz Voir plus

Livres et Films

Quel livre a inspiré le film "La piel que habito" de Pedro Almodovar ?

'Double peau'
'La mygale'
'La mue du serpent'
'Peau à peau'

10 questions
5016 lecteurs ont répondu
Thèmes : Cinéma et littérature , films , adaptation , littérature , cinemaCréer un quiz sur ce livre
.. ..