AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2262011265
Éditeur : Perrin (05/05/1999)

Note moyenne : 2.91/5 (sur 11 notes)
Résumé :

De Philippe le Hardi (1363-1404) à Charles le Téméraire (1467-1477), les ducs de Bourgogne ont rassemblé sous leur autorité un vaste ensemble territorial s'étirant du duché de Bourgogne, au sud, jusqu'à la Hollande et à la Frise, au nord, en passant par la Flandre et l'Artois. De 1363 à 1477, les ducs ont pris part à la guerre de Cent Ans, aux croisades, aux jeux diplomatiques et économiques. Dan... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Sarindar
  29 novembre 2014
Institutions, structures, rouages et fonctionnement d'un État qui fut toujours composite dans son étendue géographique : de la Bourgogne française à la Hollande et la Zélande, avec des solutions de continuité. Les quatre ducs de Bourgogne issus d'une branche de la dynastie des Valois ont tenté de reconstituer un ensemble homogène entre le royaume de France, envahi en partie par les Anglais puis libéré par Charles VII, et l'Empire romain germanique. On pourra même penser que, sous le quatrième et dernier duc, héritier et fossoyeur, car trop ambitieux (au-dessus de ses moyens ?), le rêve lotharingien avait connu, temporairement, une seconde vie.
L' État bourguignon ne fut solide que tant que le duc fut puissant. Il fidélisa les seigneurs qui le servaient en instituant l'ordre de la Toison d'Or, qui ne fut pas qu'un titre honorifique pour les détenteurs de ce signe distinctif. Un conseil fut institué qui fut aussi un lieu de débat et de prise de décision, une assemblée générale en quelque sorte.
De Philippe le Hardi à Philippe le Bon, en passant par Jean Sans Peur, l'ensemble de l' État répondit aux commandes, grâce à une administration complexe (en raison même de la diversité des groupes "nationaux" représentés) mais bien organisée. Les remous locaux dans certains secteurs n'empêchèrent pas cet État de fonctionner correctement.
C'est avec Charles le Téméraire que les choses se compliquèrent, lorsqu'il perdit la main, et que les Suisses, le duc de Lorraine et le roi de France, Louis XI (ce dernier sans beaucoup bouger), réussirent à le terrasser (1476-1477).
Excellent travail de B. Schnerb, qui nous a laissé aussi une belle biographie de Jean Sans Peur, déjà évoquée dans une autre de mes critiques.
François Sarindar, auteur de : Lawrence d'Arabie. Thomas Edward, cet inconnu (2010)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
Bubu-le-bourguignon
  29 juillet 2012
Au 14ème siècle, après la mort de Philippe de Rouvres, la branche capétienne des valois prend possession des Duché et Comté de Bourgogne. de 1363 à 1477, la nouvelle maison de Bourgogne n'aurait de cesse à s'agrandir de façon marital ou guerrière.
Sous leur autorité, il constitue un vaste ensemble entre la France et L'Allemagne. Les ducs de bourgogne voulaient recréer la lotharingie mais surtout voulu égaler les grands d'Europe en étant Roi. Charles le téméraire anéantira cette longue marche.
Malgré tout, les Ducs de Bourgogne installeront des institutions spécifiques et un état auquel se développera : une cour, une société et une culture qui éblouit encore de nos jours de nombreux touristes.
Les ducs de Bourgogne ont été aussi les acteurs incontournable de la guerre de Cent ans et l'ennemi acharné de Louis XI.
Ce livre peut être une bonne référence pour tout ceux qui habitent la région Bourgogne et les touristes de passage amoureux de notre région.
Commenter  J’apprécie          10
Audreyl
  25 février 2014
Cet ouvrage écrit par un spécialiste de la Bourgogne médiévale retrace l'histoire des quatre grands ducs qui ont fait la puissance d'un état devenu immense en un siècle seulement.
On en apprend plus sur la dynastie des ducs de Bourgogne pendant la guerre de cent ans, leurs manipulations pour agrandir leur territoire, les choix politiques qui les ont tournés vers l'Angleterre.
Ce n'est cependant pas un ouvrage très vulgarisé et il peut devenir rapidement indigeste pour les personnes qui ne sont pas passionnées par le sujet.
Il s'agit du cours universitaire que donnait Mr Schnerb du temps de la maîtrise il y a quelques années (je le sais je l'ai suivi et c'était mon manuel de référence!).
Le texte est agrémenté d'extrait de textes d'époque.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
SarindarSarindar   05 juin 2017
Tant que les ducs jouèrent un rôle de premier plan à la cour de France, il leur fut possible de recruter commodément des hommes formés dans les universités du royaume - Paris et Orléans notamment - ou ailleurs - en particulier à Pavie et à Bologne, l'un des très grands centres de l'enseignement du droit. Mais les troubles de la période 1410-1420 rendirent les communications difficiles entre les pays bourguignons et les grandes villes universitaires ; par ailleurs, le développement de l'Etat princier nécessitait parallèlement la création de structures de formation mieux contrôlées par le prince. C'est dans ce contexte qu'en 1421, le duc de Bourgogne décida de fonder une université dans ses propres principautés afin d'y disposer d'un centre d'enseignement où seraient formés les futurs cadres de l'administration ducale.
[...]
Pour créer une université qui, rappelons-le, était une institution ecclésiastique, le duc devait obtenir l'accord du pape. Des ambassadeurs bourguignons furent donc envoyés auprès de Martin V qui donna son accord et fit parvenir au duc, à la fin de l'année 1422, une bulle prévoyant la fondation d'une université comportant les facultés d'Arts, de Médecine, de Droit et de Théologie. Lorsqu'il eut communication de cette bulle, Philippe le Bon, qui se trouvait à Amiens, transmit à son chancelier Nicolas Rolin l'ordre de procéder à l'organisation matérielle de l'université. Celle-ci ne devait pas être située dans le royaume, afin de ne pas mécontenter les maîtres de l'université de Paris qui, dans leur majorité, avaient apporté leur soutien à la politique bourguignonne et qu'il convenait donc de ménager. Le site devait donc être dans le comté de Bourgogne, en terre d'Empire [le Saint-Empire romain germanique]. On hésita entre Gray et Dole mais finalement cette dernière ville fut choisie. Dole, en effet en tant que chef-lieu de bailliage, siège du Parlement et de différentes institutions financières, faisait figure de capitale administrative de la Franche-Comté ; l'implantation de la nouvelle université dans ses murs répondait donc bien au désir du duc de Bourgogne de disposer d'un centre de formation des futurs agents de son administration et de ses futurs officiers de justice.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          385
autres livres classés : bourgogneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le Moyen Age : quiz inutile

La première d'entre elles eut lieu au Moyen-Âge : il s'agit de pèlerinages armés en Terre sainte.

Les croisières
Les croisades

10 questions
191 lecteurs ont répondu
Thèmes : moyen-âge , humourCréer un quiz sur ce livre