AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 1090623011
Éditeur : Val Sombre (31/12/2011)

Note moyenne : 4.35/5 (sur 17 notes)
Résumé :
Une inspiration…une expiration…un soupir…
La vie de Mercedes se résume à cela. A 19 ans, elle souffre d’un asthme sévère et ne peut profiter de sa vie comme elle le souhaite.
Voyant qu’elle passe à côté de toutes les expériences qu’elle devrait vivre durant son adolescence, une étrange petite fille va venir à sa rencontre afin de lui apprendre à profiter de sa vie.

L’asthme est une maladie commune, mais pas moins grave pour autant. Décou... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
gabrielleviszs
  15 février 2014
Avant toute chose, je tenais à remercier Faëries Légends pour l'envoi de ce livre (qui soit dit en passant à eut un mal fou à trouver le chemin de la maison, heureusement que mon cher facteur à pris sur son temps pour trouver ce colis). Mais je tiens à remercier l'auteure, Tiffany Schneuwly pour la dédicace, et surtout de l'avoir écrit.
Comme vous pouvez le voir, ce livre à eut le droit à ces petits coeurs, signes qu'il est un coup de coeur véritable pour moi. Pourquoi ? Pour un nombre de raisons impressionnantes qui vont vous être dévoilées tout au long de ma chronique.
Commençons déjà par la couverture. J'adore ce vert, lumineux, laissant apparaitre comme une brume qui ferait que les deux personnes se trouvent dans un rêve éveillé. Elle représente plusieurs scènes du livre que j'ai aimé par leur douceur entre autre, mais aussi une fois compris qui étaient les personnages chaque détail a sont importance.
Lorsque je l'ai enfin eut entre les mains, je me suis posé la question de savoir comment l'auteure allait nous présenter les événements. Tragique et morose, ou au contraire caustique et sarcastique ? Il y à de tout, sans pousser dans les extrêmes. L'histoire débute avec une jeune femme, tout juste 19 ans dont son asthme la pousse à aller à l'hôpital une fois de plus alors qu'elle était tranquillement en train de faire des achats pour son anniversaire. Cette maladie est apparue cinq ans plus tôt et même si Mercedes va tenter d'avoir un semblant de vie normale et obtenir un bonheur qu'elle n'ose espérer, elle devra vivre avec un asthme qui ne demande qu'à prendre le pas sur son corps. Elle va faire la rencontre d'une petite fille qui va la pousser à dépasser ces craintes et à vivre comme une adolescente, prendre à pleines mains cette vie et en faire qu'elle n'ait jamais de regret
L'histoire est racontée avec juste la vérité, pas de faux semblants, pas de détours pour expliquer ce que Mercedes peut ressentir à chacun de ses pas. Il est impossible de ressortir indemne de cette histoire, de ce dire que c'est exagéré, parce que les mots sont tout simplement juste. J'ai beaucoup appris sur cette maladie qu'est l'asthme, il est vrai que beaucoup pense que ce n'est qu'un petit mal être qui vous empêche de respirer, un coup de médicament et plus rien, tout ira pour le mieux. Mais c'est faux, cela va mieux, certes, mais ce n'est pas juste un problème de respiration, c'est bien plus grave que cela. Nous pensons tous que respirer c'est naturel, lorsque nos poumons fonctionnent correctement, nous n'y pensons pas, mais lorsqu'il y à une défaillance quelconque, respirer fait mal, il vous bloque les muscles, vous fait mal dans tout le corps et peut aller jusqu'à l'irréparable. Sans oxygène, pas d'oxygénation du cerveau, plus de contrôles des muscles, pas d'oxygène dans le corps et il se meurt. La vérité peut faire mal, mais il fallait la montrer et quoi de plus beau que de voir une jeune femme qui va réussir à s'épanouir malgré la maladie ?
« La soirée se déroulait bien. Et, pour une fois, je parvins à en profiter en faisant abstraction de mon asthme. Je commençais même à me dire que les conseils de la gamine étaient bons à prendre et qu'il fallait sérieusement que j'arrête de me morfondre et de ramener à chaque fois ma maladie sur le premier plan. »
Mercedes prépare son bac, c'est sa dernière année. Elle peut paraitre faible par moment, mais intérieurement, elle qui ne veut rien montrer aux autres pour ne pas les entrainer dans sa souffrance, elle fait tout pour s'occuper d'eux et être aussi présente qu'elle le peux, surtout avec ses deux meilleures amies, Coralie et Alice. Mercedes fait office de tampon entre elles, même si elles s'entendent toujours très bien. Coralie est la plus réfléchie, tandis qu'Alice un peu plus fofolle, mais entre ces trois personnages, l'amitié est très forte, elles sont soudées comme les doigts d'une seule main. le dévouement de l'une ou de l'autre pour chacune d'entre elles est sans condition. Il est émouvant de les voir si mature par moment, tellement plus adulte qu'elles ne le devraient et parfois les voir insouciantes, oubliant l'asthme de Mercedes comme si ce n'était plus qu'un lointain souvenir. J'ai beaucoup aimé la façon dont Arnaud à su lui redonner le sourire et faire qu'elle se sente mieux. C'est un jeune homme qui à prit le temps de la connaitre et non d'écouter ce qui pouvait se dire sur elle. Les émotions et sentiments partagés sont décrits si naturellement que j'ai eut le sentiment d'être à leurs cotés tous et de voir les regards de ceux qui ont peur d'approcher quelqu'un de malade. La pitié, le regard de ceux qui ont peur, ou même ceux qui ne pensent que ce n'est qu'une excuse pour ne pas venir en cours. Parfois j'ai eut des envies de meurtres, surtout en la personne de ce Monsieur Waeber qui lui ne mérite même pas un regard vu la façon dont il traite ses élèves.
Je me suis énormément attaché à Mercedes, la suivant dans chacune de ses pensées, de ses gestes, étant heureuse lorsqu'elle avait enfin un rayon de soleil qui pouvait enfin lui apparaitre et triste lorsqu'elle allait mal. Il y à tellement d'émotions qui m'ont traversé, l'angoisse de savoir comment tout cela allait bien pouvoir se terminer, la joie, l'excitation, la révolte de voir que le malheur n'arrive pas qu'aux autres ; le destin, non content que Mercedes soit malade, le malheur va frapper de nouveau sa famille, comme s'ils n'en avaient déjà pas assez. Par moment j'ai pleuré, par forcément de tristesse, mais de joie de la voir heureuse, de me dire qu'elle avait enfin compris qu'il fallait qu'elle se réveille et profite de ces moments où tout va bien ou presque. La peur de se laisser aller, je pouvais la comprendre, mais qu'elle se laisse ainsi se mettre de coté toute seule non ! Et je ne remercierais jamais assez la petite fille qui m'a énormément fait penser à sa propre conscience.
« Réfléchissant à sa question, je m'arrêtai et m'assis sur le bord du trottoir. La gamine s'installa à coté de moi. Est-ce que j'avais envie qu'Arnaud soit mon amoureux ? Je ne me l'étais jamais vraiment demandé et je me rendis compte qu'il serait peut-être bien d'y réfléchir. Arnaud était un garçon très sympathique. Il n'était pas du genre à faire la foire tous les soirs, il était bon élève et surtout, il avait des yeux noisette en amande plus que craquants. Que des points positifs ? Mais moi ? Est-ce que je lui plaisais ? Et, plus important encore, est-ce qu'il pourrait m'aimer avec mon asthme ? »
Ce mélange de réalité et de fantastique léger me fait penser à ces films qui nous aident à mieux comprendre les choses, à ne pas tout voir en noir et à mieux affronter les événements futurs de notre propre vie. « le Requiem d'un Soupir » m'a fait penser à tout ce que j'ai déjà vécu et survécu et que le plus beau reste à venir, il suffit de savoir ouvrir les yeux et de profiter du temps qui nous reste. le témoignage de l'auteure à la fin ne fait que renforcer ce que j'ai ressenti. L'émotion n'est pas que le coté touchant de l'écriture, mais ce que chacun met à l'intérieur de ces mots. Cette tranche de vie de Tiffany qui nous donne accès à sa vie privé, à ce qu'elle-même à dû faire pour continuer à vivre, cette part d'elle-même ne doit pas être lue sans s'arrêter par moment et se poser à nous même des questions. Une question importante qui est, à mes yeux, primordiale serait la suivante : Que ferions-nous si cela arrivait à nous ou notre entourage ? Allons-nous fuir ou rester, mais rester par pitié ou rester parce que nous voulons aider ? Je suis déjà passé par là et je sais ce que cela fait. ? Dans un cas comme dans l'autre, nul ne peut juger une personne qui va rester pou partir, parce qu'il ne saura peut être pas l'endurance qu'il faut et la force pour faire ce choix.
Un petit mot pour ce qui suit, un court texte mettant en avant une maladie dont je n'avais jamais entendu parler, le syndrome d'asperger, apparemment proche de l'autisme, qui lui est plus connu. Il y à beaucoup de tendresse dans ce passage très court, mais très beau.
S'il faut retenir une chose dans ce livre, c'est toutes les émotions qui se mélangent, la manière dont l'auteure nous dévoile beaucoup sur cette maladie qu'est l'asthme sans utiliser de mots savants de grands médecins qui ne nous serviraient à rien, mais en usant de mots simples. La sincérité de cette histoire, sans oublier l'attention avec laquelle l'histoire est racontée en font à mes yeux un très bon livre. Encore merci pour m'avoir permis de découvrir ce petit bijou et j'espère qu'il aura retenu l'attention de beaucoup de lecteurs.
Mon avis : http://chroniqueslivresques.eklablog.com/le-requiem-d-un-soupir-tiffany-schneuwly-a106505762
Lien : http://chroniqueslivresques...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
lanacroft123
  24 février 2012
Jetons tout d'abord un oeil à la couverture.
Une jeune femme souriante. Et pourtant, elle ne semble pas si heureuse que ça. Son regard a quelque chose de triste, de songeur. Son sourire ne semble être qu'une façade. Elle semble vouloir nous faire croire que tout va bien. Cette jeune femme se prénomme Mercedes, c'est l'héroïne de ce roman.
Le fond de l'image est sombre et menaçant. Une partie des feuilles des branches d'arbre que nous apercevons a disparu. J'y vois un symbole de la maladie dont il est question dans cette merveilleuse histoire, une maladie qui prive l'organisme de l'oxygène dont il a besoin pour vivre, une maladie qui s'attaque au souffle : l'asthme.
Au premier plan, un bouquet de mimosa que la jeune femme tient contre son coeur. La couleur jaune vif des fleurs contraste avec le fond lugubre de l'image. C'est un peu comme un rayon de soleil. Ce mimosa a une importance toute particulière dans ce roman, il n'a pas été placé là par hasard. Mais je vous en reparle plus tard.

Un petit mot de l'auteure concernant ce roman :
"Cette histoire n'est pas autobiographique. Fortement inspirée de mon vécu, elle s'éloigne cependant de ma propre vie et met en scène un personnage pas si inventé que ça. En effet, Mercedes doit son prénom à une jeune fille qui s'appelait également ainsi et qui est décédée d'une crise d'asthme peu avant ses 20 ans. J'ai choisi de mêler une part de fantastique à cette histoire afin de l'adoucir. Mais cette part reste cependant minime pour que les lecteurs n'oublient pas qu'il s'agit d'une réalité, que cette maladie est grave et qu'il est important d'apprendre à mieux la connaître.
Une partie des bénéfices relatifs à la vente de ce livre sera reversée à la Ligue Pulmonaire Fribourgeoise : http://www.lung.ch/fr/freiburg/startseite.html"
"En te levant le matin, rappelle-toi combien précieux est le privilège de vivre, de respirer, d'être heureux." [Marc-Aurèle]

Parlons un peu des personnages.
Le personnage central de ce roman est Mercedes, une jeune femme de 19 ans comme les autres... ou presque : Mercedes souffre d'asthme depuis 4 ou 5 ans. Cette maladie l'empêche de profiter de la vie et l'enferme peu à peu dans l'isolement. Elle a peur de gâcher la vie de ceux qui la côtoient et elle préfère ne pas se lier avec trop de monde. Sa mère se fait beaucoup de soucis pour elle et Mercedes culpabilise de devoir lui imposer ça. Elle tente de se cacher un peu derrière un masque pour faire croire à ses parents que tout ne va pas si mal.
Pour ajouter à son malheur, elle se trouve confrontée aux railleries, aux remarques blessantes et au jugement de certains de ses camarades de classe et est même la cible d'un professeur qui ne se gêne pas pour la harceler. Sa vie est rythmée par les crises, toujours plus nombreuses et intenses. On peut se demander comment elle arrive à supporter tout cela. Mercedes a deux amies fidèles sur lesquelles elle peut compter et s'appuyer.
Ce sont Alice et Coralie, deux jeunes femmes dans la même classe qu'elle qui la soutiennent et l'aident dans les moments les plus difficiles. Elles sont toujours là pour Mercedes, de véritables petites ange-gardiennes. Elles connaissent parfaitement la maladie dont souffre Mercedes et savent réagir durant les crises.
Elles défendent farouchement leur amie et n'hésitent pas à faire face à ceux qui osent la critiquer.
Le dernier personnage dont je vous parlerai est une petite fille qui apparaît mystérieusement dans la vie de Mercedes. Lors de leur première rencontre, la petite fille vend du mimosa. Ce fameux mimosa que l'on retrouvera plus tard dans l'histoire. Cette étrange gamine d'à peine huit ans qui semble tout connaître de Mercedes va tenter de la convaincre que malgré sa maladie elle doit profiter de la vie qui lui est offerte.
D'autres personnages peuplent ce roman : en particulier un jeune homme qui tiendra une place importante dans la vie de Mercedes. Mais chut ! Je vous en ai déjà trop dit. ;-)

Mon avis concernant ce roman :
Ce roman est un savant mélange d'émotion, d'information et de fantastique.
L'auteure, par le biais de cette magnifique histoire, essaie de nous faire prendre conscience que cette maladie que l'on appelle asthme est bien plus grave que ce que la majorité d'entre-nous pense. On peut mourir d'une crise d'asthme. Un asthmatique n'est pas seulement une personne qui éprouve une gêne respiratoire et qui résout le problème en prenant simplement une dose de Ventoline. En lisant ce roman, on comprend très vite qu'une personne asthmatique est une personne perpétuellement en danger de mort. Les traitements médicaux sont pour les personnes atteintes gravement un moyen d'obtenir un sursis mais jusqu'à quel point ?
J'ai été bouleversée par l'histoire de Mercedes et bluffée par la justesse avec laquelle l'auteure a su décrire les sentiments de son héroïne. Lorsque j'ai commencé ma lecture, je me suis dit que l'auteure avait fait un excellent travail de recueil de témoignages auprès des malades pour arriver à un résultat aussi fort et aussi crédible. C'est alors que j'ai appris que les crises décrites dans ce roman ne sont autres que les crises qu'elle a personnellement vécues. En apprenant ceci, je n'ai pas été surprise du tout. Voilà pourquoi, dans la présentation qu'elle fait de son roman, Tiffany Schneuwly dit que, bien que n'étant pas autobiographique cette histoire s'inspire de son vécu.
Qui de mieux qu'une personne asthmatique pourrait décrire les tourments et la souffrance intérieure provoqués par cette maladie ?
Parce que c'est là le point fort de ce roman : on ne nous parle pas de la maladie d'un point de vue purement médical mais, au contraire, on nous fait vivre cette maladie de l'intérieur. Nous souffrons avec Mercedes lors de ses crises, nous partageons ses soucis, ses peurs, ses craintes.
L'accent est aussi fortement mis sur les conséquences de l'asthme sur la vie de tous les jours. Car l'asthme ne provoque pas uniquement un chaos dans le corps des malades. Il sème aussi le désordre dans leur vie sociale, amicale, "professionnelle"...
La petite fille dont je vous ai parlé plus haut, apporte une touche de fantastique au récit, une touche discrète mais bien dosée. Si l'auteure avait accordé une place plus grande au fantastique, son texte aurait perdu un peu de force et son message n'aurait pas été aussi puissant.
Car oui, on sent que l'auteure souhaite nous faire passer un message. Elle souhaite que chacun prenne conscience de la gravité de cette maladie. Elle souhaite qu'à l'avenir tout le monde prenne un peu plus au sérieux cette maladie. Elle souhaite qu'on arrête de penser que les personnes atteintes d'asthme se servent de leur maladie comme d'une excuse infondée.
L'asthme est une maladie grave, on peut en mourir !
Remarque : il ne faut pas s'étonner en découvrant que Mercedes est en dernière année de collège, qu'elle prépare le bac et qu'elle souhaite entrer à l'université l'année suivante. J'ai moi-même eu un moment de réflexion en lisant ceci mais, il faut bien garder en tête que Tiffany Schneuwly est suisse. le système scolaire suisse est différent de notre système scolaire français.
Ce roman ne se lit pas, il se dévore. Ce roman n'est pas larmoyant, il est émouvant et intense.
La plume de l'auteure est fluide, délicate et sûre, par moments presque poétique. Un style simple, qui se lit avec très grande facilité mais qui n'en est pas pour autant dépourvu de richesse : les scènes de crise sont particulièrement réussies, leurs descriptions sont précises et fortes.

En conclusion :
"Le requiem d'un soupir" est un véritable cri du coeur, un appel à la tolérance.
C'est une lecture qui m'a vraiment émue (n'oubliez pas de garder à portée de main une boîte de mouchoirs si vous êtes un peu sensibles). On sort transformés de cette expérience que l'auteure nous fait vivre, lavés de nos préjugés concernant l'asthme.
Un roman à lire absolument !
En plus, en achetant ce livre, vous ferez une bonne action puisque une partie des bénéfices sera reversée à la Ligue Pulmonaire Fribourgeoise : http://www.lung.ch/fr/freiburg/startseite.html"
Lien : http://les-chroniques-de-lan..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Melisende
  08 juin 2013
C'est en novembre dernier, au salon Fantasy en Beaujolais, que j'ai craqué pour ce court roman, aidée par Magali qui n'a eu de cesse de me tenter… mais je ne regrette pas mon achat car avec cette lecture, j'ai vécu un moment toute en émotion.
Cela dit, si je peux me permettre, je trouve tout de même le prix de l'ouvrage assez élevé pour le nombre de pages (et donc le temps de lecture). Malgré tout, une partie des bénéfices est reversé à la Ligue Pulmonaire Fribourgeoise donc chaque lecteur/acheteur en profite pour faire une bonne action… ;)
Mercedes, jeune fille de 19 ans, est la narratrice principale de ce court roman. le lecteur suit donc le quotidien de cette lycéenne, quotidien qui pourrait être tout à fait banal si Mercedes n'était pas atteinte d'un asthme sévère qui lui pourrit la vie. Déclenché alors qu'elle n'avait que 14 ans, la maladie l'handicape. Hors de question pour elle de vivre les activités « normales » d'une jeune fille de son âge, la peur de la crise étant trop présente. Et c'est sans compter sur la culpabilité qui lui bouffe la vie car à cause d'elle, ses parents - et notamment sa mère - se font du souci et mettent leur vie en pause. A quoi bon persévérer et s'ouvrir aux autres ? Pourquoi leur infliger ce satané asthme, toujours tapi dans un coin, qui gâchera forcément tout ce qu'ils entreprendront ? Mercedes a fait une croix sur tous les plaisirs de l'adolescence : pas de sorties, peu d'amis et encore moins de petit-ami. Elle ne veut pas être un poids pour les autres, elle a honte.
Et voilà qu'une petite fille étrange entre dans sa vie. Au début soupçonneuse, notre héroïne ne se laissera pas vraiment approcher et puis, au fil des rencontres au coin de la rue, Mercedes finira par accorder sa confiance à la gamine et à écouter ses conseils. Ainsi, grâce à elle, elle tentera de reprendre goût à la vie et laissera ses camarades l'approcher. Elle participera à quelques soirées, prendra plaisir à faire les magasins pour se pomponner et se laissera même séduire par un sympathique jeune homme… en bref : elle connaîtra la vie qu'une jeune fille de 19 ans s'attend à vivre.
Sous des airs un peu « naïfs », cette histoire permet à chaque lecteur de vivre, donc de comprendre et de mettre des mots sur, l'épreuve de l'asthme. Chacun connaît dans son entourage plus ou moins proche, une personne asthmatique ; mais je pense que peu d'entre nous (et je m'inclus dans le lot) se rendent réellement compte des conséquences d'une telle maladie et de la violence de celle-ci. Ayant moi-même des tendances asthmatiques en cas de gros efforts (genre la danse irlandaise… aheum), j'étais à mille lieues d'imaginer les épreuves subies par ceux atteints d'un asthme violent.
Et cette violence, chaque lecteur la ressentira à travers les mots de la narratrice et se trouvera complètement impuissant face aux situations décrites. Tiffany Schneuwly touche par la justesse de ses propos et la lecture devient véritablement émouvante, poignante. L'émotion, c'est la grande force de ce Requiem d'un soupir. J'ai plus d'une fois eu une petite boule dans la gorge et j'ai même failli verser une petite larme, lors de la scène avec le prof de maths et tous les autres élèves.
En achetant le Requiem d'un soupir, je m'attendais presqu'à une histoire fantastique (le livre est d'ailleurs souvent classé dans ce genre sur les bases de données) mais je me suis vite aperçue qu'il n'en était rien. Les touches de fantastique sont vraiment minimes (je pense qu'on peut les attribuer à la présence de la petite fille mystérieuse) et je suis heureuse que Tiffany Schneuwly n'ai pas forcé cet aspect. Elle a seulement voulu « adoucir » la gravité de la situation et de l'histoire de son héroïne en y apportant un élément « surnaturel », mais ce n'est pas ce qu'il faut retenir pour qualifier ce livre. Non, à mon sens, ce petit roman est un vrai roman contemporain, prenant place dans notre société moderne et mettant en scène des personnages - et notamment une héroïne - très actuels. Les thèmes abordés sont ceux généralement propres aux adolescents, ajoutez-y simplement la variante « asthme ». Je ne suis généralement pas friande de littérature contemporaine, préférant largement voyager en imaginaire ou dans le passé… mais Tiffany Schneuwly m'a convaincue ici.
Les chapitres sont courts, offrant ainsi une bonne dynamique de lecture. le choix de la narration à la première personne du singulier permet au lecteur de se sentir au plus près de l'héroïne et de vivre les scènes fortes avec encore plus d'intensité.
J'ai été surprise par le style, que j'ai pu qualifier de « naïf » dans une vidéo mais pas « naïf » dans un sens péjoratif. Plus dans le sens « candide ». J'ai été un petit peu désappointée au début (j'accorde tout de même pas mal d'importance à la plume) mais finalement, au vu de la personnalité de la narratrice, c'est un bon choix. Mercedes a certes grandi vite à cause de sa maladie, mais elle est également restée, à côté de ça, assez « enfantine » puisqu'elle n'a vécu aucune des situations traversées par les adolescents « normaux ». Un style en accord avec le personnage narrateur, donc.
L'autre élément qui m'a surprise, positivement parlant, c'est le dénouement. Je n'en parlerai que très vaguement pour ne pas vous spoiler et vous gâcher la surprise, mais j'ai été étonnée par la tournure des évènements. Je ne m'attendais pas du tout à ça, mais je suis contente que l'auteure ait osé choisir cette fin qui offre une nouvelle intensité à l'ensemble.
Un roman court mais intense, bourré d'émotions. le lecteur ne peut que s'attacher à Mercedes, cette jeune héroïne qui, grâce à l'apparition d'une fillette mystérieuse, va reprendre goût à la vie et tenter de dépasser cet asthme qui l'a trop souvent mise à l'écart.
Lien : http://bazardelalitterature...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Tsukibou
  14 janvier 2014
Merci aux éditions Faëries Legends et à Tiffany pour cette relecture qui m'a une nouvelle fois chamboulée !!
Mercedes est une jeune femme de 19 ans, qui a vu sa vie changer par l'apparition de son asthme à 13 ans, depuis elle tente par tous les moyens d'avoir une vie normale, même si privée de bien des choses par peur que sa maladie ne prenne le pas sur son bonheur.
Un jour elle fait la rencontre d'une fillette qui la poussera à vivre sa vie d'adolescente comme il se doit, pour ne jamais regretter d'être passée à côté d'un bonheur simple mais particulièrement important pour Mercedes...
J'avais déjà eu l'occasion de lire le requiem d'un soupir lors de sa première édition chez Val Sombre et voilà que j'apprends qu'il sera de nouveau édité avec des bonus aux éditions Faëries Legends, je me propose donc pour le redécouvrir et suis ravie d'avoir été choisi par les éditions ! J'ai mis un peu de temps avant de me replongé dedans car, déjà légèrement fragile niveau émotions, j'attendais le bon moment qui s'est imposé à moi une fin de semaine.
Quel plaisir de retrouver une nouvelle fois la plus de Tiffany, si juste, si tendre, si émotionnelle ! Elle nous narre l'histoire de Mercedes avec une telle vérité, une telle justesse qu'il est impossible de ne pas se prendre d'affection pour cette jeune femme et son histoire ! C'est donc sans étonnement que j'ai une fois de plus fini en larmes à la fin de ce récit si prenant, mon inconscient avait peut-être dans l'idée que la fin se modifie avec cette réédition qu'elle soit moins triste et ma raison se moquait d'elle sachant pertinemment que la réalité des choses font que la fin est telle qu'elle est... C'est peut-être à cause de ma raison que les larmes ont commencées à couler 4 chapitres avant le dénouement... Ou de ma mémoire, je ne sais pas.
Tout ce que je sais c'est que ce roman vous prend et vous embarque dans un torrent d'émotions, qu'elles soient joyeuses, positives, négatives, tristes, révoltés, en colère, bouleversées, chamboulées... qu'importe, vous vous laissez guidé à travers ces pages, ces chapitres, cette histoire. Vous suivez les personnages et surtout Mercedes inconditionnellement, on s'attache véritablement à elle, on en vient presque à se dire qu'on est à côté d'elle, que l'on partage sa vie tel une petite conscience façon Jiminy Criquet de Pinocchio. Tout cela à travers une plume qui s'envole dans les astres de la tendresse et de la justesse (oui je me répète, je sais), le rythme est tellement bien menée qu'on en vient à espérer de toutes nos forces que l'asthme de Mercedes va disparaître d'un claquement de doigts ou que la fée bleue va se poser au bord de la fenêtre et réaliser son souhait le plus cher (Alors oui il est possible que j'ai une légère obsession pour Pinocchio dans cette chronique mais, les références me paraissent tellement évidentes!).
Je sais que je suis une grande sensible et que j'ai tendance à m'attacher plus que de raison à des personnages somme toute fictif (même si en partie inspirés de la réalité) mais lorsqu'on lit un roman tel que celui-ci, qui pourrait être un témoignage, une biographie à la première personne, on se prend à croire, à imaginer chaque passages décrits à travers ces mots du quotidien mais tournés d'une telle façon que la réalité nous saute au visage.
J'ai été véritablement bouleversée par cette lecture, j'ai reconnu des points communs entre ses personnages et certains membres de mon entourage, comme le père qui joue l'impassibilité alors que ça le touche sincèrement, je me suis prise une claque avec cette description qui m'a ramené à tellement de souvenirs bons comme mauvais, une rancune et une tristesse profonde se sont réveillées, tout comme la description d'autres moments ont su me faire rire aux éclats, les échanges entre les amis, la réaction de la gamine et bien d'autres choses.
Voilà pour l'histoire de Mercedes. Ce roman nous offre également un témoignage de l'auteure, elle aussi touché à l'asthme, j'ai trouvé celui-ci fort touchant, c'est une partie de sa vie que Tiffany partage avec nous, un côté très privé et pas toujours évident qu'elle nous offre et pour cela je la remercie !
La fin du roman nous propose également une petite nouvelle de la plume de la très talentueuse Oxanna Hope, un texte abordant un problème trop méconnu qu'est le syndrome d'asperger, un trouble du spectre de l'autisme qui rend particulièrement difficile les interactions sociales. Oxanna nous propose de suivre un petit passage de la vie d'un jeune garçon atteint et rejeté pour sa différence. Je ne peux vous en dire davantage car avec les textes courts j'ai toujours peur d'en dévoiler trop mais, j'ai trouvé ce texte magnifique, plein de tendresse (décidément) et de magie que la plume de Oxanna relève par sa sincérité et sa beauté !
En conclusion, un livre puissant qui vient chercher les émotions au plus profond de vous, ce livre vous remue, vous bouleverse, vous chamboule ! Il vous emporte dans une réalité peu connu et pourtant bien présente. Ce roman est magique par sa sincérité, sa vérité, sa justesse, sa délicatesse. Bref une petite perle à conserver précieusement dans un écrin d'émotions.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Colombedelesperance
  22 octobre 2014
Le Requiem d'un Soupir nous permet de faire la connaissance de Mercedes, une jeune femme atteinte d'asthme, mais pas l'asthme allergique ou asthme à l'effort… l'asthme chronique, j'ai envie de dire. Celui qui vous prend d'un seul coup et qui vous bloque toute respiration, et qui pourrait vous faire mourir. Mercedes est une jeune femme en dernière année de collège (donc lycée, en France), qui s'apprête à passer son bac, mais qui… vit selon son asthme. Elle s'adapte à lui, et se prive de beaucoup de choses à cause de lui. Ce court roman est son histoire, sa lutte contre ce fléau… mais pas seulement.
Vous trouvez que ce résumé est pourri ? Tapez m'en cinq, je pense la même chose. Je me suis retenue d'en dire plus, de dévoiler des éléments qui sont pourtant importants à l'histoire et que l'on découvre assez rapidement.
En même temps, vous me direz, rien d'étonnant, le roman fait en lui-même environ 200 pages (il y a une nouvelle d'Oxanna Hope à la fin), donc il se lit vite et sans souci. Oui, c'est une lecture très fluide, même si, à mes yeux, il possède quelques faiblesses que je vais vous décrire de suite.
Par quoi commencer ? Dès les premières pages, j'ai remarqué que même si ma lecture était aisée et assez fluide, la plume possédait quelques traits qui avaient tendance à me déranger. Quoi donc ? Encore quelques fautes, des formulations que je trouvais assez maladroites, la plupart du temps.
Néanmoins, ces formulations ont en parallèle contribué au fait que je me suis attachée à l'héroïne de l'histoire et que j'ai pu suivre son parcours avec assez de plaisir.
L'histoire en elle-même m'apparaissait au début assez… bah, c'était la vie de Mercedes, dans ses hauts et ses bas. du réaliste pur et dur, qui ne fait pas tellement rêver. Puis il y a un petit élément qui commence à nous poser des questions, qui nous intrigue et en parallèle, Mercedes semble commencer à évoluer. C'est loin d'être toujours aisé pour elle, et on observe son quotidien avec parfois le coeur serré. J'ai fini le livre en me rendant compte que j'avais finalement réussi à m'investir dans l'histoire et à ressentir plein de choses, à stresser, à sourire, et que j'en étais bien contente.
En revanche, j'ai trouvé, excusez-moi de la formulation, la fin trop facile. J'entends par trop facile non pas ce qui arrive, même si j'aurais aimé que cela se passe autrement, mais la manière dont c'était amené, dont c'était décrit… trop facile, oui, trop facile. D'un seul coup, paf, l'histoire s'arrête, et pour moi, cela aurait pu être amené dans les dernières phrases d'une autre façon. Et l'épilogue ne m'aura pas aidée, puisque j'ai trouvé que cela manquait un peu de concordance par rapport à tout ce qu'avait vécu et décrit Mercedes précédemment.
Sans compter que niveau suspense… j'avais déjà tout deviné depuis le début du livre ! Bon, j'ai quand même angoissé en me demandant quelle serait l'issue du livre !
Enfin, malgré tout ceci, cela ne m'a pas empêché d'apprécier les différents moments heureux ou moins agréables de notre héroïne, mais aussi les personnages secondaires comme ses deux meilleures amies, sa Maman, la petite ou Arnaud. J'ai au final été réellement immergée dans la vie de Mercedes et dans tout ce qu'elle a pu vivre et c'était chouette ! J'ai apprécié de retrouver de belles valeurs quand même, et j'ai été particulièrement touchée de ce qui arrivait à Amaury et Anna, ça, ça m'a réellement empoignée.
Et enfin, il faut dire que moi qui suis asthmatique allergique et à l'effort, donc de manière bien amoindrie que ce que Mercedes vit, je ne pensais pas que l'asthme pouvait se vivre ainsi. J'en ai pris non pas une grande claque, mais presque, et j'ai pu réaliser que c'est quelque chose de très dur à vivre, et je trouve qu'informer les gens avec un roman comme celui-ci est juste génial. Il faut beaucoup de courage, je pense, pour l'écrire, le partager et le soumettre à d'autres.
Alors même si c'est une lecture qui possède des faiblesses, je recommande sincèrement ce bouquin, pour qu'on sache, parce que vous passerez tout de même un super moment et parce que l'histoire mérite d'être contée. le Requiem d'un Soupir est une histoire qui sort du commun, qui vous touchera d'une manière ou d'une autre, parce que mine de rien, il est plein de douleur, de détermination, mais aussi de douceur et d'amour ! Ce sera donc un 17/20 pour moi !
Lien : http://leden-des-reves.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
gabrielleviszsgabrielleviszs   15 février 2014
« Réfléchissant à sa question, je m’arrêtai et m’assis sur le bord du trottoir. La gamine s’installa à coté de moi. Est-ce que j’avais envie qu’Arnaud soit mon amoureux ? Je ne me l’étais jamais vraiment demandé et je me rendis compte qu’il serait peut-être bien d’y réfléchir. Arnaud était un garçon très sympathique. Il n’était pas du genre à faire la foire tous les soirs, il était bon élève et surtout, il avait des yeux noisette en amande plus que craquants. Que des points positifs ? Mais moi ? Est-ce que je lui plaisais ? Et, plus important encore, est-ce qu’il pourrait m’aimer avec mon asthme ? »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          22
gabrielleviszsgabrielleviszs   15 février 2014
« La soirée se déroulait bien. Et, pour une fois, je parvins à en profiter en faisant abstraction de mon asthme. Je commençais même à me dire que les conseils de la gamine étaient bons à prendre et qu’il fallait sérieusement que j’arrête de me morfondre et de ramener à chaque fois ma maladie sur le premier plan. »
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Tiffany Schneuwly (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tiffany Schneuwly
Une table ronde en compagnie des jeunes écrivains Benjamin Mercerat, Tiffany Schneuwly, Romain Deblüe, pour débattre de la publication.
Modération : Marilyn Stellini
autres livres classés : romanVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr