AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Dominique Auclères (Traducteur)
EAN : 9782253058625
281 pages
Le Livre de Poche (06/03/2002)
4.14/5   35 notes
Résumé :

Le tramway s'ébranla. Casimir, immobile d'abord, agita la main en signe d'adieu. Thérèse ne répondit pas. Elle ne souriait plus. Grave, lointaine, elle suivait du regard la silhouette de cet homme qui s'éloignait lentement. La neige tombait doucement à gros flocons. Les rues paraissaient désertes. Celui qui, pendant vingt ans, avait été Casimir Tobisch, disparaissait à ses yeux, comme il disparaissait de s... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
vincentf
  22 juin 2010
Derrière la Vienne vue, y a-t-il la Vienne de Thérèse, la Vienne d'un malheur ordinaire, d'une descente douce aux enfers, la Vienne des amours éphémères et des mariages promis, non désirés, échoués ? Derrière le faste, Schönbrunn, Sissi, les marchés de Noël, il y avait sans doute Thérèse, l'institutrice qui s'attache trop à ses élèves d'une saison et à ses hommes de quelques nuits, l'amante devenue mère par accident, qui se retrouve face à deux inconnus odieux, ce faux Casimir Tobisch, sans nom, le père évadé, et son fils, qu'elle avait voulu tuer avant sa naissance, et qui la tue. Comme toujours, le touriste qui revient n'a pas vu la merde sous les tapis. Il a entrevu la souffrance dans les toiles d'Egon Schiele. Il lui donne un nom dans la lecture d'un roman.
Commenter  J’apprécie          80
Amandinegrana
  13 février 2021
Dans ce roman psychologique nous lisons la vie et les pensées de Thérèse, jeune institutrice Autrichienne au début des années trente.
La focalisation interne est très intéressante et plonge le lecteur dans le quotidien et les turpitudes de la protagoniste et ce n'est pas gai.
Thérèse rêve de l'amour parfait mais ne vit que des passions sans lendemain, surtout les sentiments tant attendus ne se manifestent jamais. Elle finit par tomber enceinte hors mariage et tout le restant de sa vie elle portera le poids de cet enfant qu'elle aurait préféré voir mort. La vie de Thérèse n'est faite que de désillusions et de souffrances très bien rendues par l'écriture de Schnitzler qui alterne des passages presque poétiques avec des phrases abruptes.
Le personnage de Thérèse est complexe et deroutant car d'un côté elle est très lucide et indépendante et d'un autre côté elle cède facilement aux fantasmes et la fatalité, je lui trouve du courage même si je l'aurai aimée moins détachée à certains moments. On sent la carapace qu'elle se forge au fil de ses échecs, de plus en plus lourde.
Ce livre illustre parfaitement la condition des femmes de l'époque. Si elles devaient porter toutes les responsabilités, les hommes quant à eux jouissaient d'une grande insouciance à l'image des personnages masculins du roman.
Le début de ma lecture était très prometteur d'autant que la plume est très belle puis l'aspect redondant des situations vécues et la noirceur, le manque d'espoir ont rogné mon enthousiasme. C'est une lecture très immersive, on vit, on ressent les événements avec Thérèse mais ce fut un peu trop sombre à mon goût pour que je l'apprécie totalement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Romain28
  18 février 2021
Apres Mademoiselle Else, Schnitzler s'attache aux pas de Thérèse, jeune femme viennoise des années 1920 et parviens en définitive par ces deux récits à tracer une manière d'esquisse celle des femmes aux prises avec leur époque, ses conventions , ses parcours biaisés et ses statuts asymétriques, celle d'un combat désespérément inégal à l'issue tragique.
Pour Thérèse s'ajoute le déclassement social qui précipite sa descente aux enfers.
Le petit écrin de littérature qu'était Mademoiselle Else laisse la place ici à un récit sans apprêt , presque clinique.
Une importante partie du livre égrène les différentes places de préceptrice occupées par la jeune femme, ce qui par l'effet d'accumulation à l'inconvénient de par trop diluer le typage des personnages, y compris celui de Thérèse elle-même et rappelle assez souvent le célèbre Journal d'une femme de chambre . Mais là ou Mirbeau se vautrait complaisamment dans le scabreux , Schnitzler pêcherait au contraire par une approche délibérément elliptique, voire un peu désincarnée.
La dernière partie du livre qui dépeint désormais Thérèse dans le cadre presque enfin confortable d'une plus grande stabilité , redonne de la densité au livre, par la beauté tragique du récit d'un fatum ,d'une malédiction qui rattrape et s'accomplit, cruel et inexorable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Schryve
  20 février 2021
Après Thérèse Raquin et Thérèse Desqueyroux, Thérèse tout court. le sort que Schnitzler réserve à son héroïne n'est pas moins accablant que celui de ses homonymes. Nous sommes dans les environs de Vienne au début du XXe siècle et Thérèse aspire à autre chose que ce que la société patriarcale a prévu pour elle. Elle cherche ses repères et elle sera ballotée par la vie ne pouvant compter que sur elle-même.
 
J'adore Schnitzler et Thérèse est le cinquième ouvrage que je lisais de lui. Ce roman est le dernier publié par l'auteur, quelques années avant sa mort, et il est aussi le plus sombre. On n'y retrouve pas (ou très très peu) l'ironie et la légèreté apparente présentes dans beaucoup de ses écrits. Un des principaux thèmes du roman est l'attachement, particulièrement l'attachement filial, ou les carences affectives qui empêchent les liens de se former ou qui brisent ces liens. L'écrivain pousse sa proposition en créant une protagoniste elle-même peu attachante, ses contradictions étant sans cesse mises de l'avant. Une oeuvre qui appuie là où ça fait mal et qui souligne pertinemment les violences (au sens large) faites aux femmes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Bel-Ami
  27 mars 2019
On parle souvent de Stefan Zweig lorsqu'il est question de dépeindre l'intériorité des femmes.. Et pourtant ! Arthur Schnitzler déploie une palette impressionnante de nuances qui nous permettent de suivre les turpides de Thérèse. J'ai adoré ce roman et ai traîné pour le finir...
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Romain28Romain28   20 février 2021
Elle revit la soirée lointaine ou, dans une chambre d'hôtel maussade elle avait conçu cet enfant d'un étranger. Ce souvenir avait pour elle quelque chose de spectral. Y avait il un rapport entre cet instant de folie et l'enfant qui venait de naitre - Une corrélation entre une nuit pareille et le matin d'un jour comme celui qu'elle vivait, entre son égarement d'alors et sa lucidité présente ? Elle serra l'enfant contre elle, sentant qu'il était à elle seule.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
AmandinegranaAmandinegrana   13 février 2021
L'existence problématique qu'elle menait était en-deçà de toute réalité, de toute activité. Elle n'avait de contact qu'avec le bleu lointain du ciel dans lequel se perdait son regard pendant des heures d'oisiveté. Tels étaient les rêves, tel était l'état d'âme de Thérèse. Elle n'avait garde de ramener ses pensées à la réalité , à cette réalité faite de soucis et de chagrins qui la guettait implacablement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
AmandinegranaAmandinegrana   13 février 2021
Une telle créature avait-elle droit au bonheur, pouvait-elle accomplir son destin de femme ? Jamais ! Elle était seule et condamnée à la solitude. Son fils ne lui était rien, car son cœur était usé comme son âme, comme son corps, comme ses vêtements.
Commenter  J’apprécie          00
AmandinegranaAmandinegrana   13 février 2021
Elle était convaincue que la figure de son fils eût été différente si ce fils elle ne l'avait pas assassiné. Inconsciemment, le mot s'était imposé à elle, venant du tréfonds de son être
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Arthur Schnitzler (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Arthur Schnitzler
Eyes Wide Shut (Best Scene)
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature des langues germaniques. Allemand>Romans, contes, nouvelles (879)
autres livres classés : littérature autrichienneVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

auteurs allemands ou autrichiens

D'abord un des phares de la littérature européenne : Johann Wolfgang von Goethe

allemand
autrichien

12 questions
48 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature allemande , littérature autrichienneCréer un quiz sur ce livre

.. ..