AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Aela


Aela
  15 juillet 2017
Congo 1964. le pays vient d'accéder à l'indépendance (ex-Congo belge, devenu RDC, Congo-Kinshasa). Une jeune femme, Anna, quitte l'Australie pour se rendre au chevet de son père mourant. Sa mère est réticente à ce voyage car ledit père les aurait abandonnées sans ressources bien des années plus tôt. Sur place, Anna va découvrir que son père n'était pas son père biologique. Dès lors, un seul but pour cette jeune femme au caractère bien trempé: retrouver son père biologique. Comment va-t-elle s'y prendre? Que faire de Leopard Hall, la somptueuse demeure où vivait son père officiel? Que faire de la collection d'art africain que détenait son père, notamment les statuettes nkisi, objets vénérés car, selon les croyances locales, ayant des pouvoirs magiques et abritant une force impersonnelle ambivalente, susceptible d'attaquer ou de contrer une action agressive?
Sur sa route, plusieurs personnes pourront l'aider: Eliza Lindbaum , photographe talentueuse et héritière d'une grande famille, le couple Carling qui sont missionnaires et viennent en aide aux lépreux.
De l'autre côté du lac Tanganyika, un homme, Dan, se met en route pour une mission difficile: chargé de diriger un groupe de paramilitaires, il va devoir se battre contre les rebelles Simbas.
C'est le moment de faire un petit rappel historique:
Patrice Lumumba, le premier Premier ministre congolais élu, chef aux aspirations socialistes, fut torturé et tué par ses opposants politiques en 1961 : la CIA, l'armée belge et d'autres, opérant en sous-main. La révolte simba (le mot "simba" signifie "lion" en langue swahili) constitua une tentative de renversement du gouvernement pro-occidental installé après la mort de Lumumba. Les rebelles, menés par des sorciers aux pouvoirs magiques, constituèrent une force terrible qui balaya le pays.
Au début, les Simbas poursuivaient un idéal mais les troupes sur le terrain devinrent vite incontrôlables et des massacres furent déclenchés. Rébellion contre le pouvoir colonial, haine accumulée en raison des atrocités commises par les forces coloniales au début du 20ème siècle à la suite de la colonisation sauvage qui avait eu lieu au siècle précédent. En effet le roi belge Léopold, au 19ème siècle, avait exploité le Congo et avait utilisé le territoire comme son portefeuille personnel, une tirelire royale en quelque sorte. Beaucoup d'excès furent commis liés à l'exploitation du caoutchouc.
En 1964, on fit appel à des mercenaires étrangers pour venir à bout des rebelles Simbas. La CIA finança l'opération. La Russie et la Chine soutinrent les Simbas. Ce fut un épisode par procuration de la guerre froide. de nombreuses personnes pensaient que l'avenir du monde libre était en jeu.
Un épisode historique qui paraît lointain maintenant mais qui n'en est pas moins d'une importance capitale pour l'avenir du pays.
Ce livre est magnifique et Katherine Scholes fait montre encore une fois de son talent. C'est la première fois qu'elle aborde ce sujet difficile de la colonisation et de la post-colonisation. La documentation historique est impressionnante. Nous vibrons avec les personnages.
L'auteure s'est servie de son expérience personnelle puisqu'elle a longtemps vécu dans un pays voisin du Congo, la Tanzanie, où son père était médecin.
Elle a puisé dans les souvenirs du travail de son père pour traiter la lèpre et dans l'intérêt de sa mère pour l'art africain et son influence sur des artistes européens tel Picasso.
Un grand livre qui laisse une impression forte, certainement un des meilleurs livres de l'été.
Commenter  J’apprécie          233



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (20)voir plus