AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782203349209
63 pages
Éditeur : Casterman (03/11/2000)

Note moyenne : 3.99/5 (sur 77 notes)
Résumé :
À l’Institut Central des Archives, sous-section des Mythes et Légendes, l’archiviste Isidore Louis s’attelle à une mission inédite : élaborer un rapport qui rendra compte de l’état des connaissances sur cette curieuse affaire connue sous le nom de « Cités Obscures ». S’agit-il d’une fiction, d’une superstition, d’un culte ? Comment se fait-il qu’on en trouve tant de traces dans les documents des archives ? Qui sont les nombreux sectateurs de cette étrange croyance e... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Presence
  18 novembre 2014
En 1987, Benoît Peeters et François Schuiten réalisent 2 albums du cycle des Cités Obscures : La tour (le troisième tome permettant de découvrir une nouvelle cité sous forme de bande dessinée), et "L'archiviste", un volume hors série. La particularité de ce tome qui induit sa qualité d'hors série est qu'il ne s'agit pas d'une bande dessinée traditionnelle. Dans le cadre de la réédition du cycle entamée en 2007, ce tome a été réintégré à part entière dans la série comme étant le troisième volume "La Tour" devenant le quatrième).
L'ouvrage commence par un page de bande dessinée traditionnelle (sans phylactère, les textes sont en dessous des cases) montrant un fonctionnaire montant une importante quantité de dossier volumineux dans son bureau sous les combles. Il s'agit d'Isidore Louis, chargé de recherches à l'Institut Central des Archives, sous-section des mythes et légendes. Sa hiérarchie vient de l'assigner sur un cas déconcertant et il doit établir un rapport sur "Les Cités Obscures", un curieux cas de superstition.
Le lecteur découvre ensuite une mise en page particulière pour les 20 pièces de son rapport. Page de gauche, il y a une case en noir et blanc occupant un quart de la page qui montre Isidore Louis dans sa mansarde, en train de compulser les pièces du dossier. Sous cette case centrée, il y a un texte de 3 ou 4 paragraphes, un fac-similé de son rapport qui est descriptif (en rapport avec l'illustration de la planche de droite), et qui comporte également l'avis du rapporteur. La page de droite consiste en une illustration pleine page en couleur sur un site des cités obscures. La pièce numéro 1 concerne représente la faille de Chula Vista. En fonction de la narration, chaque pièce peut porter sur un site différent, ou il peut y avoir plusieurs pièces portant sur un même site, par exemple les pièces 5 à 8 sont relatives à Brüssel et les pièces 13 à 16 à Mylos. Isidore Louis rend son rapport page 48, séquence qui prend également la forme d'une bande dessinée traditionnelle de 4 pages. L'histoire se poursuit toujours sous la plume de Louis, avec 6 autres cas, s'achevant sur une résolution explicite.
Avec le recul, le lecteur comprend facilement que les auteurs aient choisi d'identifier ce tome comme étant hors série, puisqu'au premier abord il semble d'un simple prétexte servant d'écrin aux illustrations pleine page de Schuiten, visions singulières du monde des cités obscures. L'approche de Schuiten évoque irrésistiblement celle de l'illustrateur Wojtek Siudmak par la capacité de l'image à raconter une histoire, sa force d'évocation, ou la représentation d'un décor aussi plausible que fantastique.
La première illustration représente un mur monumental coupé en deux par une faille dont la cause n'est pas discernable. En arrière plan, le lecteur apprécie un ciel bleu limpide. Au premier plan, l'oeil finit par assimiler qu'il voit des oiseaux d'une taille démesurée sellés, portant sur leur dos un ou deux individus. L'observation du dessin permet également de repérer plusieurs aérostats de type dirigeable rigide, obligeant le lecteur à reconsidérer la taille titanesque du mur ouvragé. Il y a là une histoire singulière qui restera mystérieuse, le titre "Chula vista - La faille" (pièce n° 1) ne permettant pas de faire des conjectures.
La pièce n° 2 "Xhystos - Vue de la grande halle de Zarbec" permet au lecteur de saisir un moment unique et paisible, le vol de l'homme aux oiseaux, dans son étrange aéronef (évoquant les aérodynes de Clément Ader, mais en plus gracieux), au dessus des constructions à base de poutrelles métalliques et de verrières de Xhystos, accompagné par un vol d'oiseau. Il s'agit à la fois d'un monde proche du notre, d'une déclaration sur l'architecture de Xhystos, et sur le niveau technologique de ce monde.
La pièce numéro 5 est consacrée à Brüsel et intitulée "Vue du quartier des Marolles et du palais des trois pouvoirs" ; elle rentre dans la catégorie des paysages aussi plausibles que fantastiques, avec une dimension onirique enchanteresse. Schuiten représente un palais blanc immaculé dominant une ville sombre, une allégorie d'une forme de pouvoir intouchable s'appuyant sur le peuple grouillant.
Mais il serait injuste de réduire "L'archiviste" à un simple portfolio assemblé à la va-vite. Peeters a bel et bien conçu un dispositif narratif qui raconte une histoire assez ambitieuse. Les dessins en noir & blanc sur les pages de gauche, représentent Isidore Louis à sa table de travail, et pourtant il y a bel et bien une progression narrative de page en page, dans laquelle le lecteur peut apprécier l'évolution de l'implication de Louis dans sa mission, ainsi que la nature extensive de ses recherches. Cet élément constitue bien une narration séquentielle en bonne et due forme, une bande dessinée pour être plus clair.
Les extraits du rapport d'Isidore Louis, associés aux illustrations pleine page, fournissent également un trésor d'informations pour le lecteur désireux de découvrir l'environnement de ces Cités Obscures. Il y a bien sûr l'évocation des cités déjà parcourues dans les 2 premiers tomes (à savoir Xhystos et Urbicande), ainsi que des citations du Carnet de voyage d'Eugen Robick, l'urbatecte, le personnage principal de la "Fièvre d'urbicande". Il y a la découverte d'autres cités, certaines qui auront droit à un album par la suite (Brüsel), d'autres peut-être jamais (Mylos). Peeters prend bien soin de créer des liens solides avec la "Fièvre d'Urbicande") par les manifestations du réseau (manifestation de la troisième accalmie, ou émergence dans eaux du Lac Vert, cette dernière également évoquée dans l'additif de 1997 de la "Fièvre d'Urbicande", rédigé par Isidore Louis). le lecteur peut donc apprécier cette composante ludique de l'ouvrage, lui permettant de découvrir et d'assembler quelques pièces du puzzle.
Ces extraits constituent également une histoire à part entière d'un fonctionnaire sans gloire effectuant la mission qui lui a été confiée avec zèle et talent, et des changements que ce travail va générer. Pour cet axe de lecture, les influences de Peeters ressortent : de Jules Verne à HP Lovecraft ("J'attends leur arrivée. Je sais qu'ils ne tarderont plus.", ou encore le double niveau d'ouvrage fictif entre le Carnet de Voyage de Robick et "Le mystère d'Urbicande" de R. de Brok, évoquant le Nécronomicon d'Abdul al-Hazred). Peeters trouve également le moyen d'insérer une page dédiée à "La Tour" permettant de rendre explicite les sources d'inspiration de Schuiten : Jean-Baptiste Camille Corot (1796-1875), Gustave Courbet (1819-1877), Édouard Manet (1832-1883), Eugène Delacroix (1798-1863), et Gustave Doré (1832-1883).
Au fur et à mesure que le lecteur plonge dans ce mode des Cités Obscures, au travers de remarques et observations d'Isidore Louis, il prend conscience que Peeters a introduit un métacommentaire espiègle. Avec un peu de recul, la démarche d'Isidore Louis se confond très exactement avec celle du lecteur : découvrir les Cités Obscures par le biais d'extraits de textes d'origines variées et d'une collection hétéroclite de représentations. Aussi quand Louis reproduit un texte comme " l'acte de création, un univers imaginaire si foisonnant qu'il ne peut être l'oeuvre d'un seul individu" (pièce n° 19), le lecteur sourit à ce qui peut s'apparenter à des rodomontades de la part de Peeters. Cette forme de fanfaronnade atteint encore un autre niveau avec la pièce n° 17 : "Une légende peut-être, mais d'une telle ampleur, d'une telle qualité de présence, qu'elle se distingue de toutes les inventions similaires. [...] Mais un monde complet avec ses architectes et ses lois, ses techniques et ses scandales, ses religions et ses folies [...] qui semble s'être développé de façon plus systématique, et oserais-je le dire, plus harmonieuse." Peeters écrit clairement que Schuiten et lui-même ont créé un monde tellement complet qu'il ne peut être l'oeuvre de 2 simples créateurs.
Mais il est également possible de voir dans ces déclarations, autre chose qu'un sentiment de supériorité démesuré. Peeters continue de développer les réflexions d'Isidore Louis en introduisant le concept de Passage (entre notre monde et celui des Cités Obscures), des passerelles. Il semble prendre à son compte que le don de créer, correspond à une capacité de l'artiste d'accéder à une dimension de l'imaginaire, à se connecter à une source infinie d'inspiration qui effectivement ne peut être l'oeuvre d'un ou mêmes plusieurs individus.
Loin d'être un simple supplément destiné à faire fructifier la marque "Cités Obscures", "L'archiviste" se révèle une oeuvre complexe, savamment construite, développant le point de vue de Peeters et Schuiten sur l'acte de création, tout en servant également de déclaration d'intention quant aux ambitions de la série. Peeters n'hésite pas à faire remarquer que les différents documents relatifs aux cités obscures proviennent de sources hétérogènes, racontant des événements parfois incompatibles et contradictoires). Il s'agit d'un avertissement à destination des lecteurs, de ne pas prendre chaque déclaration comme argent comptant, et de ne pas vouloir à tout prix rechercher une cohérence entre les différents tomes, dans l'espoir fallacieux d'y découvrir une vérité ésotérique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
zazimuth
  25 janvier 2015
J'ai emprunté cet album à la médiathèque, me souvenant avoir découvert les cités obscures il y a 20 ans.
L'Archiviste ne se présente pas vraiment comme une bande dessinée à l'exception de deux ou trois planches qui encadrent le récit et les illustrations composant le livre.
Isidore Louis rédige un rapport dans le cadre de son travail de recherche aux Archives, section Mythes et légendes. Il se penche sur la légende du Réseau qui a traversé les cités obscures. Dénichant dans divers dossiers épars des documents témoins de cette présence mystérieuse, le narrateur est de plus en plus convaincu qu'il se peut s'agir d'une simple légende...
J'ai adoré replonger dans cet univers, surtout avec cet album qui rappelle les autres de la série : Brussel, Urbicante...
J'ai aussi vraiment aimé la forme de cet album avec les dessins en noir et blanc de l'archiviste au travail qu'on imagine presque pouvoir feuilleter rapidement pour faire naître ce personnage comme dans les "flip-books". Et puis l'ambiance fantastique et mystérieuse de ces cités est puissante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Chrisbookine
  15 mars 2017
Pénétrez dans un univers proche du steampunk, entre science-fiction et époque victorienne. Les immenses planches sont magnifiques et j'adore ouvrir cette bande dessinée pour plonger littéralement dans un univers onirique et fabuleux. L'atmosphère prédomine sur l'histoire et revient à l'esprit en réminiscences longtemps après la lecture.
Commenter  J’apprécie          10
morrigan
  24 avril 2012
L'Archiviste est un magnifique album de la série des Cités Obscures.
Dans ce volume, retrouvez le rapport de Isidore Louis, archiviste à la section Mythes et Légendes, concernant les Cités Obscures.
Découvrez-y ces mondes inconnus qui pourtant semblent si réels.
Un album bien construit où se déroulent deux histoires. Sur la page de droite, une illustration des cités obscures. Sur la page de gauche, située au dessus de la légende de l'image, une petite vignette montrant l'évolution du travail de Monsieur Louis.
Lien : https://sites.google.com/sit..
Commenter  J’apprécie          20
frosch
  23 septembre 2013
Ce n'est pas seulement une BD mais une oeuvre d'art.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
MusardiseMusardise   11 février 2015
Plus curieux, plus intrigant est le mystérieux "homme aux oiseaux" que l'on retrouve sur deux des documents. Les maigres indications qu'il m'a été possible de recueillir laissent entendre que ce pilote serait arrivé de l'autre bout du continent. Toujours entouré de ses volatiles, il aurait annoncé d'incroyables évènements : le "Réseau" approchait de la ville et allait la traverser ; il fallait se ternir prêt,se disposer à partir.

Pièce n°5. Xhystos. La gare extérieure et le nouveau locorail.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
MusardiseMusardise   11 février 2015
S'installa-t-il vraiment dans le somptueux hôtel Cauchie, unique enclave de luxe et d'harmonie au sein de la sombre Mylos ? N'y vient-il que pour régler les termes d'un contrat difficile ? Toujours est-il que c'est là, par un soir d'une inhabituelle douceur, qu'il aperçut celle qu'il n'aurait jamais dû voir.

Pièce n°14. Mylos. Maison de l'architecte Paul Cauchie.
Commenter  J’apprécie          40
MusardiseMusardise   11 février 2015
Quand je découvris cette nouvelle représentation du "Réseau", ma fureur ne connut pas de borne. Un instant, saisi d'une folle impulsion,, je fus même tenté de détruire l’insupportable document.

Pièce n°12. Roth. Passage du réseau entre les deux falaises.
Commenter  J’apprécie          40
PresencePresence   18 novembre 2014
Une légende peut-être, mais d'une telle ampleur, d'une telle qualité de présence, qu'elle se distingue de toutes les inventions similaires. [...] Mais un monde complet avec ses architectes et ses lois, ses techniques et ses scandales, ses religions et ses folies [...] qui semble s'être développé de façon plus systématique, et oserais-je le dire, plus harmonieuse.
Commenter  J’apprécie          20
PresencePresence   18 novembre 2014
L'acte de création, un univers imaginaire si foisonnant qu'il ne peut être l'œuvre d'un seul individu
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
Videos de François Schuiten (45) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de François Schuiten
François Schuiten à propos d'Edgar P. Jacobs (Musée des Arts et Métiers - Paris - 4 janvier 2020)
autres livres classés : bande dessinéeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3794 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre