AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de CDemassieux


CDemassieux
  10 juin 2019
Depuis la mort d'Edgar P. Jacobs, survenue en 1987, et contrairement à Tintin, les aventures de ses deux mythiques personnages (Blake et Mortimer) ont perduré, avec plus ou moins de bonheur.
On saluera la suite des Trois Formules du professeur Satō, orchestrée par Bob de Moor, qui a notamment travaillé aux côtés d'Hergé. Pour les albums suivants, on louera leur fidélité, laquelle les dessert en même temps, de mon point de vue. Car la fidélité excessive bride, en effet, l'imagination.
Mais avec le Dernier Pharaon, inspiré par la découverte « d'un synopsis de Jacobs qui mettait en scène Olrik, ennemi célèbre de Blake et Mortimer, et le Palais de justice de Bruxelles » (source : France Culture), c'est une tout autre affaire. Nous avons là une grande oeuvre de bande dessinée, sous la houlette de François Schuiten (aidé, pour le scénario, par Jaco van Dormael et Thomas Gunzig, et pour la couleur, remarquable dans cet album, Laurent Durieux), un maître du 9e Art, auquel on doit, en compagnie de Benoît Peeters, la fabuleuse série des Cités obscures.
Après quatre années de travail, le résultat est ahurissant, et l'on n'aurait osé l'espérer.
Ainsi, l'histoire reprend le canevas d'une vieille aventure en deux tomes de Blake et Mortimer : le Mystère de la Grande Pyramide, avec cette fois un autre décor que l'Égypte ; un décor où l'architecture à une place prépondérante. Ce décor c'est Bruxelles, capitale belge que Schuiten avait déjà hantée de son trait aussi précis que celui d'un graveur. Ainsi, en lisant cet album, quelques-uns se souviendront sûrement avec délectation de l'inoubliable Brüsel, de Peeters et Schuiten.
C'était donc presque une évidence d'y retrouver le monument le plus étrange autant que le plus emblématique (avec le Manneken-Pis, évidemment !) de Bruxelles : le palais de Justice, qui trône au-dessus de la ville comme une ombre surnaturelle. Débauche architecturale de Joseph Poelaert, l'édifice devient le coeur de l'intrigue, une intrigue qui multiplie les clins d'oeil aux premières aventures de Blake et Mortimer – lesquels ont bien vieilli –, du temps de leur créateur.
Surtout, le Dernier Pharaon est une ode à la vie dans ce qu'elle a de plus essentiel, loin du consumérisme ambiant, qui est, à bien y regarder, un suicide programmé de l'humanité. Dans l'air du temps, diront certains, mais si c'est pour refuser la destruction du monde – et, par voie de conséquence, la nôtre –, alors respirons cet air !
En introduction de l'histoire, Schuiten écrit ceci à propos des aventures de Blake et Mortimer : « Leurs images nous reviennent avec la même force qu'à la première lecture, et on ne peut s'empêcher d'y revenir, inlassablement, comme pour percer à jour le secret de leur envoûtement. » Eh bien, l'envoûtement est total dans ce que je n'hésite pas à appeler le plus bel hommage rendu à l'oeuvre de Jacobs.
Enfin, l'objet proprement dit est un vrai bonheur…bonheur qui me fait dire que la bande dessinée virtuelle n'est pas prête de détrôner le support papier !

Commenter  J’apprécie          60



Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Ont apprécié cette critique (5)voir plus