AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782371022034
Éditeur : Lumen Editorial (07/02/2019)
4.04/5   164 notes
Résumé :
Le combat du mal contre le mal absolu.
Autrefois, Eli et Victor étaient les meilleurs amis du monde. Mais cette époque est bien finie. Elle est même... morte et enterrée.

À la fac, Eli le brun et Victor le blond partagent la même chambre. Ils sont inséparables et pourtant absolument aux antipodes l'un de l'autre. Victor, c'est l'ombre : complexe et torturé, il passe ses journées à noircir les ouvrages de développement personnel de ses parents ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (72) Voir plus Ajouter une critique
4,04

sur 164 notes
5
37 avis
4
20 avis
3
11 avis
2
4 avis
1
0 avis

florencem
  19 février 2019
Si je savais plus ou moins à quoi m'attendre avec l'ambiance du roman, j'avoue que j'ai été surprise de découvrir un univers se rapprochant plus de la science fiction que du fantastique. Je ne sais pas pourquoi mais je m'attendais à quelque chose de plus démoniaque dans le traitement des personnages avec un côté plus biblique. Pour ma défense, je ne suis restée qu'à cette description : "Le combat du mal contre le mal absolu", trouvant le résumé trop long ce qui indique souvent qu'on nous dévoile bien trop d'éléments de l'histoire. Bref, pas déception, je vous rassure, juste une surprise.
Le roman commence de façon directe en nous plongeant dans un semi-présent sans nous expliquer vraiment ce qu'il se passe. Et j'adore ce genre d'entrée en matière. La curiosité est forcément piquée, et ensuite ce côté immersif et mystérieux
donne envie de tourner les pages, indubitablement. La succession de chapitres parfois très courts et avec des points de vue différents ajoute d'autant plus au dynamisme de l'histoire. La construction est vraiment un point fort du roman. C'est toujours délicat, surtout quand on alterne entre le passé et le présent. Mais là, je ne me suis pas du tout sentie perdue. La seule que j'aurais à "critiquer" est que toute la partie se passant dix ans avant m'a paru très (trop) longue. Je sais que c'est le fondement de tout ce qui se passe ensuite, mais je n'ai pas accroché à ces moments-là.
Vicious est une histoire de vengeance et de revanche, et ce, pour tous les personnages. Je n'ai pas trouvé l'ensemble malsain en soi, même s'il y a clairement des points dérangeants, et je pense que c'est en partie dû au fait que Victor est le héros. J'ai vécu l'histoire avec son point de vue uniquement et pas du tout celui d'Eli. Et même si Victor agit très régulièrement de façon plus que borderline, il n'en reste pas moins qu'on arrive à le comprendre. Il agit aussi de temps à autre avec bonté et peut faire preuve de remords. Il est clair que lui et Eli étaient des psychopathes en devenir au début de leur rencontre et que cela ne s'est pas forcément arrangé, sauf que l'un en est conscient et pas l'autre. Et cela fait toute la différence. Victor est tout en nuances. C'est quelqu'un de mauvais, certes, mais Eli est pire que lui à tous les niveaux. Ce dernier est d'ailleurs tout ce que je déteste chez un personnage : mégalomane, fanatique religieux, arrogant, qui justifie ses actes par "Dieu ne m'a pas puni, donc je dois bien agir" (WTF !), sans remords... Bref, rien que de savoir parfois qu'un chapitre entier lui était consacré, j'avais de l'urticaire. Ce qui est une bonne chose, car cela prouve qu'il ne m'est pas non plus indifférent. Un méchant qui ne vous révulse pas ou que vous n'arrivez pas à cerner, n'est pas vraiment un bon méchant.
Autre point très positif : le côté famille. Victor, Mitch, Sydney et Dol forment pour moi une famille. Dysfonctionnelle, certes, mais qui a le mérite d'être rapidement attachante, et dont la dynamique est au top. Et pourtant, si les circonstances avaient été différentes, aucun de ces quatre là n'aurait interagi avec les autres. Et c'est un peu cela qui fait la magie de l'ensemble. Quand on voit Vic et Mitch se prendre d'affection pour Sydney, on ne peut que fondre. Et que l'adolescente considère ces deux-là comme son ancrage est tout aussi adorable. Un très bon choix qui j'espère sera encore développé dans le tome suivant.
Avec le recul, je dirais que ce tome est vraiment dans l'introduction. Il ne se passe au final pas grand chose, si ce n'est que Victoria Schwab nous explique qui sont ses personnages et pourquoi ils en sont arrivés là. Toute la notion avec les EO est aussi intéressante bien qu'à mon avis, elle manque un peu de réalisme dans le traitement, mais en même temps, ce n'est pas forcément ce que je recherchais. A contrario, le fait d'explorer l'évolution de l'espèce humaine, la peur de l'autre, jusqu'où la science est-elle prête à aller, le droit de vie ou de mort sur autrui, ce que l'on peut faire d'un don... tout cela étoffe vraiment l'ensemble du roman en lui donnant une dimension plus profonde. L'action, elle, se cantonne dans les derniers chapitres et m'annonce pas une fin, plutôt une remise à niveau qui va être le déclencheur d'autre chose. C'est la vengeance parfaite mais elle aura des conséquences sans aucun doute et j'ai hâte de les découvrir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
Annabelle19
  29 avril 2016
Bon. Je crois que je suis en train de devenir complètement fan de Victoria Schwab. Après être tombée par hasard sur A darker shade of magic, et l'avoir dévoré avidement, j'ai eu envie de tenter son roman précédent. Et encore une fois, même effet : original, marquant et complètement addictif. J'adore les ambiances très sombres et tordues que parvient à créer l'auteur, elle nous agrippe à notre livre, nous fait frissonner et nous fascine... Je ne sais pas si un éditeur français a déjà prévu de traduire ses livres, mais il faudrait vraiment que quelqu'un y pense.
Ma critique va être longue, je crois, je m'en excuse. Mais j'ai l'impression d'avoir tant à dire...
Donc, Vicious, c'est l'histoire de Victor et d'Eli. Alors qu'il étaient à l'université, ils se sont intéressés de près au phénomène des EO, ces personnes dotées de pouvoirs extraordinaires. A force de recherches, Eli finit par comprendre que les EO sont en fait des personnes qui sont mortes pendant quelques secondes, avant de revenir parmi les vivants. Les deux amis décident de tenter l'expérience : d'abord Eli, qui se laisse mourir dans un bain d'eau glacée. Lorsqu'il est ranimé par Victor, il découvre qu'il est devenu immortel : toute blessure qui lui est infligée guérit instantanément. Victor tente l'expérience peu après, et c'est là que les choses dérapent. Victor revient d'entre les morts avec l'habilité de contrôler la douleur, la sienne et celle des autres. Il tue accidentellement la petite amie d'Eli, puis s'ensuit une confrontation très violente entre les deux amis en passe de devenir ennemis. Victor finit en prison pour meurtre et Eli ressort de ce bras de fer persuadé que les EO sont des erreurs de la nature, et que Dieu lui a donné pour mission de tous les éliminer.
Dix ans plus tard, Victor s'évade de prison avec une seule idée en tête : se venger d'Eli. Chacun d'eux a désormais un allié de poids avec lui : Eli fait équipe avec Serena, une jeune femme qui a le pouvoir de faire faire n'importe quoi à n'importe qui. Victor, lui, a fait la rencontre de Sydney, une petite fille de onze ans qui n'est autre que la soeur de Serena, et qui a le pouvoir de ressusciter les morts. Une lutte va s'engager entre les deux camps, implacable et sans merci.
La relation entre Eli et Victor est vraiment très bien écrite : on voit dès le début la jalousie qu'éprouve Victor à l'encontre de son ami, sa peur d'être laissé en arrière par Eli, qui parvient toujours à lui être supérieur. C'est ce sentiment, entre amitié et rivalité, qui est à l'origine de tout, puisque c'est à cause de ça que Victor, le premier, à l'idée folle de créer un EO.
Ce roman est l'histoire de méchants qui se prennent pour de héros : Eli est persuadé d'accomplir l'oeuvre de Dieu en éliminant les EO. Victor, lui, s'est donné pour mission de stopper Eli, un but qui semble louable, sauf que Victor est loin d'être tout blanc : il n'hésite pas à torturer et à tuer, n'éprouve aucun remords à le faire. En fait, il se pose même moins de questions sur ses actes qu'Eli. Et puis, plus important encore, c'est Victor qui a fait d'Eli ce qu'il est, d'abord en ayant l'idée de créer un EO, et ensuite en s'attaquant à lui de manière très violente et cruelle, en exerçant son pouvoir sur lui pour le torturer sans réelle raison. C'est ce comportement qui a laissé à Eli la certitude que les EO ne sont plus les personnes qu'elles étaient avant de mourir, que des démons se sont insinués en eux. J'ai trouvé un côté tragique au personnage d'Eli, en fait. Il reste bien plus attachant que Victor parce qu'on comprend ses actions, un voit ce qui l'a rendu ainsi. Alors que Victor semble bien plus vicieux, il semble aimer faire du mal aux autres. C'est comme si le roman inversait les rôles, en somme : entre les héros et les vilains, les bons et les mauvais. Victor nous est présenté comme le héros de l'histoire mais il est loin d'en être un. Eli est le méchant, mais il a des circonstances atténuantes. Si Eli voit les EO comme des anomalies à éliminer, Victor, lui, les voit surtout comme des outils à utiliser pour parvenir à ses fins.
L'expérience qu'ils ont menée, au lieu de les transformer en héros, les a transformés en monstres ; c'est comme si une partie d'eux était restée morte. Un vide s'est formé en eux, ou plutôt un vide déjà existant s'est élargi, puisque même avant de posséder leurs pouvoirs, il y avait un côté sombre chez Eli et Victor. Ils manquent désormais de compassion, d'empathie, de sens moral. Ils manquent d'humanité, en somme.
J'ai aussi beaucoup aimé la relation entre Eli et Serena, très complexe et ambigüe, parce que le but premier d'Eli était de tuer Serena mais que, grâce à son pouvoir, la jeune femme parvient à altérer les pensées d'Eli, jusqu'à finir par devenir sa petite amie et sa partenaire.
Je crois que ce qui rend ce roman si passionnant, si addictif, c'est la psychologie très très travaillée des personnages. Cette manière de revenir sans cesse sur le passé de chacun, d'alterner les points de vue de manière à nous faire comprendre toutes les actions des personnages, même les pires, c'est vraiment très fort. L'auteur possède aussi une écriture intelligente, qui nous faire réfléchir sur ce qu'on lit, qui nous laisse relier les pointillés nous-mêmes et faire nos propres conclusions ou hypothèses à propos des actions des personnages.
En conclusion, un excellent roman et une auteure très talentueuse, qui mérite d'être connue internationalement. Mon seul regret et que je me pose encore des questions, après avoir lu la fin de Vicious. J'aimerais bien savoir ce que vont devenir les personnages après ce duel au sommet qui était, pour certains, leur seule raison de vivre. Je n'ai pas l'impression qu'une suite soit prévue, et pourtant il y aurait surement encore beaucoup à apporter à ces personnages. Un jour, peut-être...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Allisonline
  09 février 2019
Entre nous, je suis hyper bon public. Il suffit de faire le tour du blog pour le voir : les chroniques négatives ne sont vraiment pas nombreuses. Pourtant, je n'ai pas aimé le tant attendu Vicious, pas plus que je n'avais aimé Shades of Magic, de la même autrice. Deux romans qui ont su conquérir une grande majorité de lecteur∙ices mais qui m'ont, au mieux, laissée indifférente. Si je devais leur citer un point commun, ce serait leurs personnages extrêmement fades. Mais si j'avais réussi à trouver quelques bons points à Shades of Magic, ce n'est malheureusement pas le cas pour Vicious. La seule chose que je ne peux pas enlever au roman, c'est son côté prenant. Entre nous, c'est un bon point en demi-teinte : si je creuse un peu, ce côté addictif n'est dû qu'à sa construction. L'autrice présente son intrigue sous forme de flashbacks : il y a dix ans, deux heures plus tôt, une semaine avant… Avant quoi ? le point d'orgue du roman, les retrouvailles tant attendues, l'affrontement final. Mais pour en arriver là, nous devons en passer par des ellipses et des informations livrées au compte-goutte qui ne servent qu'à maintenir le suspens qui est l'unique ciment du récit.
Dix ans plus tôt, Eli et Victor partagent une chambre, à la fac. Ils sont meilleurs amis mais… je serais bien en peine de vous dire pourquoi. Victor est un garçon brillant mais très jaloux d'Eli. Il lui envie la première place du département (qu'il détenait avant son arrivée), sa petite amie (avec qui Victor passait tout son temps) et son sujet de thèse (auquel il aurait bien aimé penser). Quant à Eli, il est décrit comme solaire et charismatique alors qu'il ne l'est pas. C'est un garçon charmant et doué, mais franchement terne. le problème, c'est surtout qu'il n'y a aucune complicité entre eux, aucune affection. J'ai eu énormément de mal à m'impliquer dans les flashbacks de cette époque, déçue de ne pas accrocher à la construction du background des deux personnages principaux. Toute l'intrigue repose sur cette amitié qui se transforme en haine, alors qu'à mes yeux, il n'y a aucune amitié à la base. À trop vouloir créer des super villains, les anti-héros sont devenus des personnages sans saveur.
L'intrigue souffre aussi de quelques faiblesses que j'ai eu du mal à occulter. En effet, Eli choisit de consacrer son mémoire aux EO, ou ExtraOrdinaires, ces personnes dotées de pouvoirs hors du commun. Un étudiant découvre donc que les pouvoirs semblent se déclencher chez celles et ceux qui ont vécu une expérience de mort imminente. Personne, avant lui, n'avait fait le lien entre les personnes revenues d'entre les morts et leurs dons particuliers. Personne. ADMETTONS. Les deux « amis » décident donc de tenter l'expérience à leur tour. Comme le dit le résumé, c'est tout autant une réussite qu'une catastrophe. En effet, les deux jeunes hommes se retrouvent dotés de pouvoirs mais, dix ans plus tard, Victor croupit en prison alors qu'Eli est acclamé en héros. L'autrice nous révèlera avec parcimonie toutes les réponses aux questions que l'on se pose : quels sont leurs pouvoirs, comment les ont-ils obtenus, qu'est-ce qui a mal tourné, pourquoi Victor s'est-il échappé de prison pour se venger de son ancien meilleur ami… En parallèle, on découvre un Victor changé par dix ans de réclusion et déterminé à tuer Eli. Sydney, treize ans, rejoint Victor et possède un pouvoir qui lui sera bien utile. Serena, la grande soeur de Sydney, choisit quant à elle le camp d'Eli, qui trouvera une utilité au don de la jeune femme. Pratique, non ?
Je ne vais pas continuer à tirer sur l'ambulance : je n'ai tout simplement pas aimé Vicious. J'ai trouvé l'intrigue plate et les personnages fades, même si une construction intelligente du récit m'a quand même poussée à terminer le roman. le tout était un peu trop téléphoné, surtout la fin qu'on voit arriver dès la moitié du bouquin. Je suis tellement déçue de ne pas avoir accroché, moi qui aime tant les super héros et les méchants ! Tout porte à croire que cela ne sera pas votre cas, j'en veux pour preuve les centaines d'avis enthousiastes que Vicious semble susciter. Alors bonne lecture ! Et revenez vite me dire ce que vous en avez pensé.
Lien : https://allison-line.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Roman_eBVB
  05 mars 2019
On se retrouve aujourd'hui pour parler du nouveau roman de Victoria Schwab, paru début Février 2019 aux éditions Lumen : Vicious 😃

Bien que j'ai beaucoup entendu parler de cette auteure à succès et de sa saga Shades Of Magic qui a eu un joli retentissement, je n'avais jusque-là pas eu l'occasion de découvrir sa plume. Problème reglé avec ma désormais célèbre fournisseuse officielle de livres (célèbre peut-être juste pour moi, mais célèbre quand même 😜) : j'ai eu la chance de découvrir ce nouveau roman qui, soyons clairs, m'a totalement séduite.

Pour vous résumer le synopsis en quelques mots : Eli et Victor, autrefois meilleurs amis à l'époque de la fac, se livrent dix ans plus tard à une traque peu amène. La découverte selon laquelle un être humain ayant fait une expérience de mort imminente devient un ExtraOrdinaire, c'est-à-dire un être humain doté de pouvoirs surnaturels, a clairement chamboulé leur quotidien et leur vision du monde. Au point de les amener à un affrontement mortel...

Dès les premiers mots, l'ambiance est posée ; c'est comme faire un premier pas dans un univers parallèle, qui pourrait être le nôtre s'il n'y avait pas cette atmosphère toute particulière et propre au roman (on dirait presque une parole de Dalida 🤔: un roman comme tant d'autres qui pourrait être le nôtre... Bref, je m'égare 🤭).

Il est très intéressant de constater qu'au-delà du côté fantastique du récit, la science se met totalement au service de l'intrigue, notamment avec la pléthore d'informations médicales servies, qui tiennent la route et cimentent la cohérence de l'histoire. On se retrouve avec une forme d'écriture rare mais pourtant familière à mon coeur, de la science-fiction au sens littéral de la juxtaposition de ces deux termes : la science au service de la fiction, sans pour autant nécessairement tomber dans la dystopie, le space-opera ou encore la dimension steam-punk.

Il est très intéressant de constater qu'à la manière d'un peintre, l'auteure a su nous tracer la complexité de chacun de ses personnages, principaux comme secondaires, en quelques coups de pinceau adroits. Dans cet ouvrage, il est fait peu de place aux bons sentiments tels que remords, regrets et culpabilité. N'espérez pas retrouver en Eli et Victor ce genre de personnages dont les mauvaises actions sont teintées de ces repentances qui rendent nos bad-boys habituels si attachants. Non pas que l'on ne s'attache pas aux intéressés dans ce contexte, mais à leur manière, et non à grand renfort d'actions héroïques pour défaire ce qui a déjà été fait et assumé pleinement.

Bien qu'il serait tentant de leur appliquer l'étiquette d'anti-héros, j'aimerais ne pas me laisser aller à cette "facilité". Certes, rien n'est héroïque de leur part si ce n'est l'acharnement qu'ils placent dans leurs combats respectifs et il est bien difficile de trouver une quelconque noblesse sans arrière-pensée dans leurs actes. Leur créatrice ne mise cela dit pas nécessairement sur l'humour ou sur les changements d'opinions pour nous les rendre sympathiques, et ne cherche pas pour autant à les poser en tant que protagonistes dépourvus de nuances, tout juste bon à incarner une image de "monstre" détonante et sans fondement.

Au-delà d'une psychologie étonnamment bien ficelée et différenciée pour chaque personnage de papier qui peuple cet ouvrage, j'ai été plus qu'impressionnée par le jeu de mise en abyme permanent, qui transforme la temporalité en un jouet malléable entre les mains de l'auteure. Les effets de style s'en retrouvent puissamment grandis et même si les lecteurs les moins aguerris pourraient s'y perdre, c'est un jeu efficace et prenant que d'utiliser cette forme de narration.

Je ne vous cache pas que cela a fait mon bonheur et que cela a de plus participé au côté page-turner du roman. Seul le temps m'a fait défaut pour terminer ce livre en quelques heures, d'autant que l'on a cette étrange impression jusqu'au dernier point du roman de toujours n'être qu'au début de l'histoire. L'expectative de réponses et leur distillation sont telles que cela ne nous laisse presque pas entrevoir de schéma narratif, encore moins le classique situation initiale - élément perturbateur - péripéties - élément de résolution - situation finale. Bien qu'une fois le tout remis dans l'ordre, il existe néanmoins, mais uniquement à sa finalité.

Ce roman est certes plus porté sur la psychologie que sur les révélations sensationnelles, aussi n'espérez pas de formidables retournements d'intrigues : vous n'en aurez pas besoin. L'intrigue, et surtout sa construction basée sur une plume aussi fluide, se suffit à elle-même. Sans compter que j'ai appris après avoir refermé ce livre qu'il n'était en réalité que le premier tome de la saga "The Villains" - transformée en "Ever" en français, allez comprendre 🤷‍♀️ - ce qui m'a d'autant plus étonnée que ce livre aurait pu tout à fait n'être qu'un récit unique et sans suite. Je reste donc très curieuse de savoir ce que l'auteure réserve à ses personnages après ce final astucieux.

Un roman que je recommande donc vivement aux amateurs de science, de fantastique et de jeux de temporalité tout en finesse 😉


-----
🔪⏳
-----

Le petit mot de la fin 🖋

Ce retour sur le roman « The Villains, Tome I : Vicious » n'est que le fruit d'une appréciation générale de la lectrice perdue au milieu d'une foule de tant d'autres que je suis. Les remarques, positives comme négatives, qui y sont établies ne sont que le reflet de mon avis personnel sur la question et ne sauraient s'autoproclamer références en la matière ☝

N'hésitez donc jamais à ouvrir vous-mêmes ce livre pour vous en faire votre propre avis et si je ne pouvais vous donner qu'un conseil, terminez-le quoi qu'il en soit, afin d'avoir toutes les cartes en mains pour vous prononcer sur la qualité de celui-ci dans son intégralité 😉

N'oublions jamais qu'un roman dont la lecture ne nous prend que quelques heures représente en réalité des mois de travail acharné de la part de l'auteur, qui a mis une importante part de lui dedans et qui a pris le risque d'exposer son bébé au reste du monde 💚
Lien : https://everytrickinthebooks..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
lemiroirdeslivres
  25 février 2020
Si vous avez lu mes critiques sur Shades of Magic (l'autre saga de l'autrice) vous savez que ce sont des coup de coeur. Je partais donc confiante, au vu du talent de l'écrivaine. En plus, quoi de mieux qu'une histoire se centrant sur des vilains pour me plaire ? Je tenais là le combo parfait, et j'étais persuadée que si ce n'était pas un coup de coeur, ça le frôlerait. Sauf que non. C'est passé très loin du coup de coeur.
J'ai eu vraiment du mal avec les 300 premières pages. Je n'ai pas détesté ma lecture ni les personnages mais je n'arrivais pas à rentrer tout à fait dans le récit et je tournais les pages sans forcément avoir envie de connaître la suite.
Cette première partie tient sur le suspense de ce qui a bien pu se passer entre Victor et Eli pour qu'ils se détestent à ce point là. On évolue donc entre plusieurs time-lines notamment l'époque où ils étaient à la fac, et le présent où Victor vient tout juste de s'évader de prison et n'a qu'une seule hâte : se venger d'Eli. Alors on se demande : mais qu'est-ce qu'a bien pu faire Eli pour mettre autant en colère Victor ?
Le premier problème de ces premiers chapitres et que, à mon sens, c'est un peu trop long pour rien. Et que par conséquent, la suite file à toute vitesse alors que les péripéties commencent enfin. Ensuite, le deuxième et pas des moindre problème, c'est Victor. Je n'ai pas compris la psychologie de Victor Vale. Pour remettre les choses dans le contexte, on te présente Victor comme un personnage plutôt négatif mais pas non plus dépressif ni ayant tendance à jouer avec le feu. Et, en plus de ça, au début il semble croire que les EO sont de simples légendes urbaines. Alors pourquoi c'est lui qui a l'idée de tester la théorie d'Eli sur les EO ? À quel moment tu te dis : bon, vas-y, on se fait un petit suicide pour voir si on peut avoir des pouvoirs ? Rien dans la psychologie de Victor n'amène à ça. le raisonnement du personnage va trop vite et est mal expliqué, donc peu crédible.
Ensuite, sans spoiler, je m'attendais à ce que lorsqu'on apprend pourquoi Victor veut se venger, on se dise : "Ouais, c'est vrai qu'Eli a fait un coup vache." Je m'attendais à ce qu'instantanément, on soit du côté de Victor et qu'on soutienne sa vengeance. Mais en fait, non. Premièrement, son humeur change trop radicalement. Ensuite, il est de toute façon jaloux d'Eli, au départ. Enfin, le comportement d'Eli est presque compréhensible compte tenu de ce qu'a fait Victor.
J'ai donc été fortement déçue de Victor, qui normalement était censé incarner le mal contre le mal absolu (Eli), mais qui l'a quand même bien cherché et qui est celui qui ressent le moins de sentiments entre les deux amis. Eli, au contraire, même si ses crimes sont injustifiables, est totalement cohérent. C'est d'ailleurs celui qui semble le plus humain même si c'est celui qui, paradoxalement, fait les actes les plus horribles. Mais par moment, on le sentait douter et même s'inquiéter de sa véritable nature, tandis que Victor l'accepte sans broncher.
J'ai donc commencé à accrocher à l'histoire quand enfin, on a eu le point de vue d'Eli. Pas que je l'aime particulièrement mais au moins j'arrivais à comprendre ses choix même s'ils étaient abominables.
Quant aux personnages secondaires, ils sont très sympathiques que ce soit Sydney ou Mitch, les deux acolytes de Victor. J'ai, par contre, eu un peu de mal avec Serena car encore une fois, j'ai trouvé que son raisonnement vis-à-vis de sa soeur (Sydney) allait trop vite.
Cependant, même si certaines facilités psychologiques et lenteurs m'ont déplu, ce roman ne manque pas de qualités. On a beau faire des allers-retours incessant entre passé et présent, cela reste très clair et je n'ai eu aucun mal à me situer dans le temps grâce aux indications spatio-temporelles en début de chapitre. de plus, V.E. Schwab a dressé le portrait de véritables vilains et n'est pas tombé dans le cliché : mais au fond, il a un coeur tu sais. C'est un gros point fort du roman, les personnages n'hésitent pas à aller au bout de leurs actions, bien que celles-ci soient cruelles.
Alors même si la première partie ne m'a pas emballé plus que ça, j'ai trouvé la seconde bien plus passionnante et les personnages y sont davantage charismatiques. Je ne veux pas vous décourager de ce livre, beaucoup ont adoré Vicious (et Victor par la même occasion) et si vous aimez les histoires de super-vilains ça peut vous plaire.
Tentez votre chance, peut-être que vous n'allez pas être déçu. Pour ma part, je ne sais pas encore si je lirais la suite.
Lien vers mon blog : www.lemiroirdeslivres.wordpress.com
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (3)
Ricochet   01 octobre 2019
À mi-chemin entre L’Expérience interdite (Joel Schumacher, 1990) et la saga X-Men, avec une touche de Simetierre de Stephen King, ce roman est un véritable page turner, qui se dévore rapidement malgré son caractère volumineux.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Actualitte   05 mars 2019
Résolument plus sombre et décidément plus adulte, le premier tome, Vicious, nous présente un univers où le bien ne semble trouver sa place. L’adage combattre le mal par le mal n’a jamais sonné aussi juste [...] C’est addictif et ça se dévore.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Elbakin.net   17 janvier 2019
Première incursion de Victoria Schwab en littérature « adulte », Vicious, publié en 2014, est le roman qui a assis la notoriété de l’auteure – et avec raison. Les éléments qui font aujourd’hui sa réputation (un monde sombre, des personnages dont les nuances vont du gris très foncé au noir, un style incisif et pas vraiment de lueur au bout du tunnel) se mettent en place dès les premières pages pour créer une histoire addictive, dont les héros n’ont de super que les pouvoirs.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
florencemflorencem   18 février 2019
- Ecoute, Sydney, il y a quelque chose que tu dois savoir sur Victor..
- C’est quelqu’un de bien ! intervint-elle aussitôt.
Il laissa passer un instant avant de répondre :
- Les gentils, dans cette histoire, il n’y en a pas.
Mais, gentil ou méchant, la jeune fille s’en moquait, à vrai dire. Elle n’était même plus certaine de croire à ces notions-là.
- Je n’ai pas peur de Victor.
- Je sais, souffla Mitch en la regardant d’un air triste.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
florencemflorencem   17 février 2019
Perdez-vous. Renoncez. Rendez les armes. En fin de compte mieux vaut capituler avant d’avoir commencé. Perdez-vous. Perdez-vous. Et alors, peu importera qu’on ne vous retrouve jamais.
Commenter  J’apprécie          160
llGPCllllGPCll   01 octobre 2019
Se prétendre un héros n'empêche pas de tuer des dizaines de personnes, parfois. De même, pour s'être opposé à un tel massacre, un innocent peut se voir classé dans la catégorie des bourreaux. Nombreux sont les êtres humains qui ont tout d'un monstre, et nombreux les monstres qui savent se faire passer pour humains.
Commenter  J’apprécie          40
liannelianne   24 janvier 2016
Hate was too simple a word. He and Eli were bonded, by blood and death and science.They were alike, more so now than ever. And he had missed Eli. He wanted to see him. And he wanted to see him suffer. He wanted to see the look in Eli’s eyes when he lit them up with pain. He wanted his attention.

Eli was like a thorn beneath Victor’s skin, and it hurt. He could turn off every nerve in his body, but Victor couldn’t do a damned thing about the twinge he felt when he thought of Cardale. The worst part of going numb was that it took away everything but this, the smothering need to hurt, to break, to kill, pouring over him like a thick blanket of syrup until he panicked and brought the physical sensations back.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
phenixidalfphenixidalf   25 février 2019
-Il vaut mieux que tu restes ici.
-Pourquoi?
-Parce qu'à tes yeux, je suis quelqu'un de bien. Je n'ai pas envie de te prouver le contraire.
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Victoria Schwab (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Victoria Schwab
Dans ce roman qui revisite avec brio le mythe du pacte faustien, V. E. Schwab imagine une héroïne touchante et vibrante condamnée à une éternité d'oubli. Née dans la France de la fin du XVIIe siècle, Adeline sait que son destin est de devenir une épouse, de fonder un foyer et de s'étioler en quelques années, usée par une maternité non désirée et les rigueurs de la vie à la campagne au crépuscule du règne de Louis XIV. Désespérée, au soir de son mariage, elle formule le voeu d'obtenir davantage de temps et de liberté. Un souhait qu'elle n'aurait peut-être dû jamais formuler… Désormais immortelle mais maudite, libre mais condamnée à la solitude, Addie sera oubliée de tous ceux à qui elle s'adresse, dès lors qu'elle tourne les talons et disparaît de la vue de son interlocuteur…
L'autrice des séries à succès Shades of Magic, Evil ou encore Cassidy Blake est de retour avec un roman plus mature, plus personnel, sur lequel elle travaille depuis le début de sa carrière. Véritable tour de force oscillant entre une narration chronologique du parcours tricentenaire d'Addie, et sa vie à New York en 2014 où son destin va basculer, le récit est une réécriture audacieuse du motif éternel du pacte avec le diable. V. E. Schwab brode de très belles pages sur l'immortalité, la mémoire et la création. En filigrane se dessine une question douloureusement universelle : notre vie a-t-elle toujours un sens si nous ne laissons pas une trace sur le monde, et sur les autres ?
+ Lire la suite
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3664 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre

.. ..