AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2365380336
Éditeur : Rebelle Editions (20/02/2013)

Note moyenne : 4.17/5 (sur 40 notes)
Résumé :
A l’aube de la Cinquième Ere, les Deux Empires sont une fois de plus au bord de la guerre.

Shelun la Cheveux-Noirs a perdu toute sa famille dans un raid ennemi. Née femme dans un monde dominé par les hommes, elle n’hésite pas à transgresser les interdits et à se travestir pour accomplir sa vengeance.

Or, la guerre est loin d’être la glorieuse aventure décrite dans les cantiques. Quant aux ennemis, ils ne sont peut-être pas tous les mo... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacMomoxLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (26) Voir plus Ajouter une critique
Melisende
  30 avril 2013
Une illustration très marquée par l'Extrême-Orient, une héroïne qui semble forte et déterminée selon la quatrième de couverture… il n'en fallait pas beaucoup plus pour m'intriguer et me tenter.
Il est vrai, comme pour beaucoup d'autres lecteurs apparemment, que le synopsis m'a fait penser à la légende de Mulan (oui, on a les références qu'on peut en matière de travestissement d'héroïne) ; ce qui n'est pas forcément pour ravir Andréa Schwartz (si j'ai bien compris). Alors, même si la référence n'est pas voulue, force est de constater qu'elle parle au plus grand nombre et qu'elle m'a rendue curieuse de découvrir ce qui se cachait dans cet univers asiatique et dans la tête de cette héroïne.
KEL, premier du nom, n'a pas été un coup de coeur mais s'est révélé être un bon moment. Presque deux semaines après ma lecture, je garde des souvenirs assez forts de celle-ci… la preuve que ce premier tome a marqué mon esprit pourtant facilement sélectif !
Le lecteur est plongé dans le contexte très martial de cette histoire dès le premier chapitre puisqu'il assiste à la découverte que fait la jeune Shelun, alors qu'elle n'a que douze ans. Rentrant chez elle après un tour au marché dans la ville voisine (ou quelque chose comme ça), elle retrouve son village en ruines et les corps de sa famille dans les décombres de sa maison. Recueillie par Ieran, elle passe les cinq années suivantes à entretenir sa haine des Cheveux-Blancs - peuple à l'origine du raid qui lui a enlevé les êtres qu'elle aimait - malgré l'origine clairement métissée de son protecteur (ses cheveux sont blancs, exceptées les deux mèches noires qui encadrent son visage). Cinq ans plus tard, alors que les combats entre les deux empires font à nouveau rage tout près, Shelun meurt d'envie d'aller assouvir sa soif de vengeance mais dans cette civilisation, la guerre est une affaire d'hommes !
Travestie, Shelun se fait sa place sur le camp et monte vite en grade grâce à quelques coups d'éclat réussis. Si ses succès successifs peuvent paraître un peu gros et un peu trop faciles (je veux bien qu'elle ait été entraînée par un ancien soldat et que sa détermination fasse oublier son petit gabarit… mais quand même !), j'ai tout de même apprécié la voir se démarquer si vite, prouvant que les femmes sont autant capables que les hommes.
J'ai aimé cette première partie du texte dans laquelle l'auteure prend le temps d'installer son héroïne dans son nouvel environnement et s'attarde sur les nouvelles relations qu'elle noue avec les autres soldats. Malgré tout, quelques passages m'ont parfois semblé un peu longuets et j'étais donc contente de voir Shelun sortir un peu de sa nouvelle routine. Tout d'abord lorsqu'elle reprend ses atours féminins pour donner une représentation de danse (scène vraiment très réussie et marquante) et ensuite lorsqu'elle se retrouve nez à nez avec un Kel'yon dans la fameuse grotte. Ce passage signe l'arrivée des « choses sérieuses » et lance véritablement l'aspect plus émotionnel de l'histoire.
Car il y a deux poids deux mesures dans ce premier tome. D'un côté la guerre, la haine et l'aspect très martial du récit avec les descriptions des scènes de combat et donc une Shelun travestie, les seins bandés et l'arme au poing ; et de l'autre côté l'amour, les scènes plus « douces », les sentiments davantage mis en avant… avec la Shelun plus féminine. L'héroïne voyage entre les deux, hésite entre la haine qu'elle attise depuis sa naissance et l'amour qu'elle ressent pour un « Cheveux-Blancs ». Trahit-elle son empire et la mémoire de sa défunte famille ?
Au fil des pages Shelun se rend compte que les Kel'yon, malgré leurs cheveux blancs, ne sont pas si différents qu'elle ; que son peuple de Cheveux-Noirs n'est pas le peuple des gentils qui combat les méchants. Que ce n'est pas si simple que ça (que ce n'est pas manichéen, tout blanc ou tout noir ; non, la nuance de gris est bien là !) et que derrière l'excuse de la vengeance, la guerre ne cessera jamais… c'est le serpent qui se mord la queue. La prise de conscience et donc l'évolution de l'héroïne m'a paru très vraisemblable, très naturelle, et j'ai eu beaucoup d'intérêt à suivre ses hésitations.
La demoiselle, bien que personnage principal, n'est pas la seule figure à retenir de cette histoire. Elle est entourée de toute une armée (c'est le cas de le dire) de soldats. Certains d'entre eux m'ont plu, d'autres m'ont moins marquée et se sont noyés dans le nombre ; mais dans l'ensemble, les personnages secondaires sont bien croqués.
J'ai beaucoup aimé Aydred, l'amant aux cheveux blancs qui a un caractère très ambigu. Tout au long de ma lecture, j'ai douté de lui et de ses sentiments ; ce qui rend sa relation avec Shelun beaucoup plus tendue et passionnante, à mon goût. En parlant de cette histoire d'amour, j'ai vraiment apprécié son aspect mature. Andréa Schwartz ne se contente pas de nous balancer une romance mignonette et niaise mais complexifie les choses puisque la couleur des cheveux n'est pas la seule chose qui sépare les deux amants, vous verrez.
Je retiens également la figure du protecteur Ieran, le « sang-mêlé » mystérieux et généralement très bougon. Sa présence, malgré son caractère désagréable, a un côté réconfortant et apaisant. Enfin, l'autre figure féminine du texte m'a fait très forte impression, même lorsque sa relation avec notre héroïne s'étiole dans la deuxième partie.
La deuxième partie, parlons-en d'ailleurs. La direction prise par l'intrigue est un point très positif à mon sens. Outre le fait de relancer le rythme en cassant la routine qui s'était installée précédemment, elle a eu l'avantage de me surprendre. Je ne m'attendais pas à un tel choix de l'auteure… bonne surprise, donc ! Bonne surprise également que le dénouement qui, bien loin d'apaiser le lecteur, le laisse avide de découvrir la suite !
KEL est classé dans la fantasy mais j'aurais presqu'envie de le déplacer du côté des récits historiques. Certes, le monde présenté est imaginaire, mais il est si maîtrisé qu'il semble palpable, réel. Ici, point de créatures merveilleuses, mais une civilisation humaine régie par des codes stricts. J'ai eu le sentiment qu'Andréa Schwartz savait où elle allait, connaissait son univers sur le bout des doigts ; c'est appréciable et cela se ressent dans les nombreux détails offerts dans les descriptions (sur la hiérarchie des armées ou sur la généalogie des personnages, par exemple). Les passages descriptifs ne souffrent donc pas de superficialité et sont habilement entrecoupés de dialogues. de ce fait, si j'ai parfois ressenti quelques longueurs, celles-ci étaient vite effacées par l'intervention des personnages et par des rebondissements dans l'intrigue.
Quelques coquilles sont à déplorer et il est vrai qu'un glossaire contenant les noms et descriptions des personnages rencontrés pendant l'aventure, aurait pu être utile (certains pseudonymes se rapprochent fort, on peut s'y perdre) ; mais dans l'ensemble, je félicite Andréa Schwartz pour sa maîtrise du texte. Pour un premier roman, c'est plus qu'encourageant et prometteur… je lirai la suite, c'est évident !

Une héroïne à la fois forte et fragile, qui revoit ses convictions profondes après une certaine rencontre, dans un univers maîtrisé dans le moindre détail ! Quelques baisses de régime ont vite été oubliées grâce aux rebondissements qui rythment finalement le récit jusqu'aux dernières pages… qui appellent la suite au plus vite !
Lien : http://bazardelalitterature...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
BlackWolf
  29 avril 2013
En Résumé : J'ai passé un bon moment de lecture avec ce roman qui, certes, manque clairement d'originalité et offre une histoire qui ne renouvellera sûrement pas le genre, mais qui pourtant ne manque ni de charme ni d'attrait et se lit facilement et avec plaisir. La faute principalement à une plume clairement maîtrisée par l'auteur qui fait que le lecteur se retrouve happé par cette histoire pleine de rebondissement à défauts de surprises. L'univers mis en place par l'auteur se rapproche clairement du monde asiatique et se révèle plaisant entre tradition et modernisme et donc vraiment envie d'être découvert. Les personnages sont vraiment attachants et ne manquent pas de charismes même si parfois l'auteur chercher un peu trop à jouer le mystère sur un ou deux personnages ce qui frustre un peu le lecteur. Je reprocherai par contre une certaine facilitée de l'héroïne à tuer durant les combats et quelques longueurs vers le milieu du livre au moment ou l'héroïne rentre chez elle. Au final un premier tome sympathique, agréable et plutôt bien maîtrisé qui, certes, offre une histoire déjà vue, mais de façon efficace et solide et je lirai la suite avec plaisir.
Retrouvez ma chronique complète sur mon blog.
Lien : http://blog-o-livre.over-blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Libahunt
  18 novembre 2014
J'ai tout simplement été attirée par ce livre. Un livre qui promettait énormément juste avec son synopsis. Contrairement à ce que tout le monde m'a dit, non je n'ai pas pensé à Mulan en lisant le résumé ou encore durant la lecture de ce roman. Car tout simplement, je n'y ai pas pensé et loin de moi l'idée de faire référence à une autre oeuvre en me basant simplement sur la quatrième de couverture.
Ce roman nous plonge dès les premières pages dans son univers. En effet, on y découvre la jeune Shelun, qui en rentrant chez elle découvre les membres de sa famille ainsi que tout le village massacré. Dès cet instant on découvre la différence entre les deux peuples. Les kel'yon ont les cheveux blancs tandis que les Kel'bais ont les cheveux noirs. Elle sera recueillie par Ieron, un métisse qui s'occupera d'elle comme si c'était sa fille. Par la suite, Shelun intégrera l'armée sous un autre nom car après tout, la guerre est réservée aux hommes.
Un des points forts de ce roman reste les scènes de combat ! Et heureusement, car le livre en est parsemé et la plus part de l'action se passe à ce moment-là. Elles sont d'un réalisme incroyable, on est complétement plongé dans l'action. A tel point qu'on finit par se battre au côté de Shelun et ses amis. Andréa Schwartz réussi à nous transmettre une stratégie militaire extrêmement bien travaillée et réfléchi. le seul petit détail cependant manque à l'ouvrage, une carte sur laquelle apparaîtraient les villes présente dans le roman. En effet, elles s'enchainent tellement vite les unes après les autres que le lecteur peut s'y perdre facilement.
Mais l'aspect primordial de ce roman reste la vision qu'il donne au lecteur au travers des yeux de Shelun. le fait que la guerre oppose deux groupe bien distinct et qu'ils soient jugés par rapport à la couleur de leur cheveux nous montre un racisme important de chaque groupe les uns envers les autres. Un racisme qui est toujours omniprésent dans notre société actuelle. C'est aussi l'histoire du serpent qui se mord la queue. Les cheveux blancs tuent les cheveux noirs, leurs enfants veulent se venger et ainsi de suite. Ce roman nous montre que la haine et la vengeance engendreront toujours la haine et la vengeance en retour. Néanmoins, le fait que Shelun change de regard face à Aydred nous montre l'espoir de voir la société s'améliorer.
Le roman est aussi rempli de nombreux personnages. Ils sont d'ailleurs tellement nombreux, que dès le départ le lien entre chaque personnage est un flou qui ne dérange pas pour autant le lecteur. Les relations les plus difficiles à comprendre son celles qui unisse notre protagoniste aux officier, sous-officier… qui sont très nombreux et peuvent disparaitre avant de revenir dans le courant de l'histoire.
La relation entre Shelun et son amant est très intéressante. On sent qu'ils sont attiré sincèrement l'un par l'autre mais que leur différence les retient, les blocs en même temps. Les passages ou ils sont ensemble sont assez court mais rempli de passion et d'amour.
Arrivé à la fin de ce roman, j'ai été très frustré. le livre se termine sur assez mal et l'arrivé de Herdrer change la donne. J'hâte de voir la façon dont Andréa fera évoluer ses deux personnages dans la suite de KEL.
En résumé, un roman magique au coeur d'un univers fantaisiste extrêmement bien décris et travaillé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
mauriceandre
  26 janvier 2018
Salut les Babelionautes
Ma fille a fait l'acquisition des trois premier tomes de cette quadrilogie au cours des Imaginales 2015 en présence d'Andrea Schwartz qui les lui a gentiment dédicacés.
Elle m'avait bien dit que cela me plairait mais je n'avais jamais pris le temps de les ouvrir, c'est fait, et après avoir refermé ce premier tomes je ne peux que lui donnait raison.
Andrea Schwartz nous entraîne dans un monde imaginaire qui ressemble fort au XVIe siècle Japonais, avec la naissance d'une caste de guerriers, les Samouraïs.
Les deux Empires sont une fois de plus au bord de la guerre, pourtant la seule différences entre les deux peuples est leur couleur de cheveux, noir pour les uns blanc pour les autres.
La jeune Shelun, alors qu'elle n'a que douze ans trouve tous les habitants de son village ainsi que sa famille massacrés.
A partir de cet instant elle n'aura au coeur que la Vengeance, mais c'est une fille et les filles ne font pas la Guerre.
Qu'importe, recueillis par Ieran, un « sang-mêlé » mystérieux, elle n'aura de cesse qu'il lui apprenez l'art du combat a l'aide de deux sabres, technique pratiqué par les "Cheveux blancs" et honni par ses compatriotes.
A partir de la nous suivons son engagement dans l'armée travestie en homme et ayant usurpée le prénom de son frère défunt.
Andrea Schwartz a une belle plume et ses descriptions des affrontements auxquels son Héroïne est confrontée son du calibre de celles de David Gemmell.
Pour compliquer le tout, une belle histoire d'amour impossible vient enrichir le récit.
Je me suis régalé, et j'attaque de suite le tome deux, repoussant au calandres Grecque la lecture d'une intégrale que j'avais prévus de lire.
Mon seul regret c'est de ne pas avoir le dernier tome parus, que j'espère pouvoir m'offrir aux Imaginales 2018.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Demoiselle-Coquelicote
  23 juin 2014
La famille de Shelun et tout leur village kel'bai a été détruit par un raid kel'yon alors qu'elle n'avait que douze ans. Recueillie par un mystérieux hybride du nom de Ieran qui lui apprend à se battre, Shelun grandit et se nourrit de haine et de désir de vengeance. Alors qu'elle a dix-sept ans, la guerre entre les deux Empires est de nouveau déclarée. Shelun ne peut s'en empêcher : elle vole des vêtements et une dague à Ieran, bande sa poitrine et se présente pour s'enrôler. Si ses premiers temps dans l'armée la confortent dans ses idées, elle va finalement se rendre compte que les choses ne sont pas comme elle les avait toujours cru.

Le premier tiers du roman m'a paru assez lent, et tout en étant intéressée et en passant un bon moment, j'avais du mal à vraiment rentrer dans l'histoire (peut-être aussi la faute au boulot qui ne me laissait pas le loisir de me poser avec le livre pour avancer dedans !). On suit Shelun pas à pas dans sa découverte de l'armée, et au passage le lecteur découvre un petit peu du fonctionnement de son univers, de l'Empire Kel'bai avec ses codes sociétaux, de son histoire (la guerre contre l'Empire Kel'yon surtout). Shelun est une roturière, et l'armée lui donne l'occasion de rencontrer pour la première fois des nobles, dont le nom est précédé de la particule « Sai ». On intègre au fur et à mesure des éléments qui vont façonner ce monde aux accents asiatiques et vont le rendre plus tangible à nos yeux.

On constate rapidement que Shelun est assez tête brûlée. Déjà, elle prend le risque d'être découverte (et donc déshonorée et humiliée, mais apparemment la punition ne sera rien de plus que de la renvoyer avec les civils) et de se retrouver sans rien à l'issue de la guerre (vu comment elle a planté Ieran, il pourrait parfaitement la jeter si elle rentre chez lui). Ça va aussi lui apporter quelques bonnes choses, et des ennuis en masse. Mais Shelun n'est pas des personnes qui raisonnent tout le jour et la nuit. Elle écoute ce que lui dicte son coeur et sa conscience, et tant pis si ça heurte, elle ou les autres. Mes sentiments à son égard sont donc assez ambivalents. D'un côté on admire sa force, sa détermination et sa capacité à remettre les croyances qu'elle a toujours eues en question, et d'un autre on s'agace de la voir par moments si aveugle, si entêtée et insouciante des sentiments des autres. J'ai bien aimé la suivre et quelque part je me suis attachée à elle, mais ce ne sera pas l'un de mes personnages de fiction préférés.

Concernant les autres personnages, j'ai un peu de mal à en parler. Ils sont assez nombreux et j'ai parfois eu du mal à me souvenir de leurs liens avec l'héroïne et de leur place dans la hiérarchie militaire, assez complexe et détaillée. J'aime assez Keldan, j'aurais bien aimé en savoir plus sur lui. Aydred m'a beaucoup plu aussi, et le voir plus ne m'aurait pas dérangée. Ashina me plaisait au début, mais l'évolution de son personnage sur la fin est dérangeante (c'est voulu je pense, dans la façon dont c'est présenté). En tout cas, l'auteure ne nous présente pas des militaires tous fondus le même moule, on passe par toutes les couleurs de l'arc-en-ciel et ce dans les deux armées.

L'intrigue, quoiqu'assez convenue, est intéressante. J'ai vu qu'elle n'avait pas plu à tout le monde et je peux comprendre, mais je l'ai trouvée plutôt bien menée. L'évolution de l'histoire est cohérente dans l'ensemble (j'apprécie les efforts portés sur la temporalité), même si des petites choses par-ci par-là peuvent paraître un peu exagérées ou pas très bien exprimées. Andréa Schwartz a fait le choix d'aborder des sujets très divers et à mon sens c'est réussi. J'ai avalé le dernier quart du livre, impatiente de connaître la conclusion de cette histoire, or elle est assez frustrante puisqu'elle est très elliptique ! On a donc tout de suite envie de plonger dans la suite pour connaître les détails. Son écriture est agréable, généralement fluide, mais il y a quelques problèmes de forme entre les guillemets, les tirets et les italiques, mais rien qui m'a vraiment dérangée pendant ma lecture.

Le côté fantastique est très, très léger. Nous sommes dans un monde imaginaire, certes, mais le temps un peu médiéval qui nous est présenté n'est pas plein de magie ou de créatures merveilleuses. Il y a cependant des détails qui ont attiré mon attention : la couleur des yeux de certains protagonistes (violet ou bordeaux ce n'est pas banal quand même), l'apparente longévité des gens (ou alors l'année n'est pas de la même durée que celle qu'on connaît). Néanmoins, on se sent forcément ailleurs, dépaysé, dans un univers d'inspiration asiatique où l'auteure mélange des coutumes existantes et des us de sa propre imagination. J'ai particulièrement aimé les développements autour des Kael'run et du qage, empruntés aux geisha, au nô et au kabuki, mais aussi les codes vestimentaires des femmes (les peintures de visage ont l'air d'être absolument sublimes). En plus, il ne s'agit là que d'un premier tome, et je ne doute pas qu'on en apprendra encore bien plus dans les suivants (4 sont prévus m'a dit l'auteure), notamment sur les Barbares dans le tome 2 à ce que j'ai compris. Tout cet aspect m'a conquise.

Ce premier roman n'est toutefois pas exempt de défauts, j'en mentionnais quelques-uns plus haut. J'y ajoute des moments un peu lents, peut-être un manque de péripéties ou une difficulté à bien les insérer. Et surtout, il y a pas mal de fautes et de coquilles. Je blâme davantage l'éditeur que l'auteure, car sur un roman de presque 500 pages, l'auteure ne voit plus au bout d'un moment ses faiblesses. C'est là que l'éditeur est censé intervenir mais ce travail n'est pas fait, et ce n'est pas la première fois que je le remarque sur des romans de cette maison d'édition. C'est du détail mais je trouve ça important.

Pour conclure, ce roman est à la fois une bonne introduction et une belle aventure, pas exempt de défauts mais qui se pardonnent facilement puisqu'il s'agit d'un premier roman.
Lien : http://sans-grand-interet.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
Xian_MoriartyXian_Moriarty   12 août 2013
-Des Kel'yons ont fait de toi une orpheline. Tu as pris les armes pour venger ta famille - et ta lame a fait de trois petits Kel'yons des orphelins. Un jour, ils se vengeront sur ton peuple - sauvagement, sans pitié. Sans doute les excuseras-tu ? ajouta-t-il, narquois.
Commenter  J’apprécie          10
Xian_MoriartyXian_Moriarty   29 juillet 2013
-Si tu avais été avec eux, tu serais morte. Les enfants sont des futurs vengeurs et doivent être exécutés.
Commenter  J’apprécie          20
Xian_MoriartyXian_Moriarty   29 juillet 2013
[...] Et après... J'entrainerai une fillette de douze ans maigre comme un clou et qui me trouve répugnant à l'art de tuer son semblable.
Commenter  J’apprécie          10
Xian_MoriartyXian_Moriarty   31 juillet 2013
Shelun regretta de ne pas voir de pot de chambre à lui écraser sur la tête.
Commenter  J’apprécie          20
Xian_MoriartyXian_Moriarty   12 août 2013
-[...]Je ne suis pas un noble casse-couilles, commenta-t-il en lui adressant un clin d'oeil.
"Je n'ai pas de couilles." répliqua-t-elle silencieusement en s’inclinant.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacMomoxLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1055 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre
. .