AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

François-René Daillie (Autre)
ISBN : 2070378489
Éditeur : Gallimard (24/06/1987)

Note moyenne : 3.84/5 (sur 28 notes)
Résumé :

Un bel endroit solitaire que l’ermitage de Zafer, ou une bâtisse monstrueuse ? Un hôtel. Créé, géré par don Gaetano, prêtre érudit, personnage vite inquiétant. Le narrateur arrive là par hasard,s’installe, Peintre renommé, c’est d’un oeil de peintre qu’il scrute la microsociété des notables quihabitent l’ermitage. Politiciens, hommes d’Eglise, financiers, i... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Nastasia-B
  27 novembre 2012
J'ai véritablement pris beaucoup de plaisir à ce Todo Modo de Leonardo Sciascia, un auteur que je découvrais, sur les conseils d'une très ancienne amie italienne, et vers lequel je retournerai très volontiers un de ces jours.
Un style, une légèreté, beaucoup de finesse et d'ironie en font un grand esthète, quant à la forme ; seulement quand j'utilise le terme esthète, il ne faut pas s'imaginer une quelconque tendance lyrique mais plutôt une élégance dans les dialogues et dans la façon de dévoiler les pensées et la psychologie de ses personnages, qui confine à de l'art sculptural, dans l'acception la plus haute et cristalline. Il faut dire que le personnage de Don Gaetano, qui est le pilier sur lequel repose l'édifice de la narration, se prête admirablement bien à cette élévation tant stylistique que mystique.
Peut-être, avant toute chose, est-il bon de soulever un peu le voile qui drape cet étrange titre, Todo Modo, que le traducteur n'a pas pris le risque de traduire, et pour cause, puisque ce n'est pas de l'italien, et que déjà en italien, il est intrigant.
D'après les recherches que j'ai pu effectuer, car le roman, dans la version dont je dispose ne donne pas les clefs de l'énigme, ces deux mots seraient en fait de l'espagnol et représenterait le début d'une maxime d'Ignace de Loyola, fondateur de l'ordre des Jésuites et formulée ainsi : « Todo modo para buscar la voluntad divina. », ce qui signifie à peu près mot à mot et dans mon espagnol approximatif : « Tous les moyens pour trouver la volonté divine. »
Je suis un peu plus en peine pour vous évoquer le fond de l'ouvrage, notamment par cette fin surprenante, qui m'empêche d'affirmer avec certitude le sens qu'a souhaité lui donner l'auteur. D'aucuns diront que c'est plutôt bon signe quand un livre n'a pas une signification univoque et qu'il s'avère résistant tout en étant intéressant — et d'une certaine façon c'est mon cas. Certes, mais c'est terriblement déroutant de demeurer dans cette incertitude, au risque même d'être passée à côté du morceau de choix, à côté du message qui a véritablement guidé l'auteur dans la composition de son roman. Je vais donc vous livrer, sous toutes réserves, ce que j'en ai compris ainsi qu'un petit synopsis.
Pour moi, Todo Modo traite de la causalité, du pourquoi les choses adviennent telles qu'elles sont et de la futilité de toute recherche de la compréhension de ces causes. Les choses adviennent, point. Il faut en prendre acte, ni plus ni moins. Car la vie, toute la vie est dénuée de signification, absurde, au sens qu'elle n'a pas de direction, elle est seulement douée d'un début et d'une fin. Espace limité au sein duquel elle est le théâtre d'un certain nombre d'événements sur lesquels elle a plus ou moins de prise, mais dans tous les cas, c'est sans importance car la vie en elle-même ne signifie rien, sauf à la définir par la négative, qu'elle est le contraire de la mort, laquelle mort ne signifie rien non plus, sauf à borner la vie. Bref, que la vie est une suite de causalités dont le sens nous échappe.
Je suis bien d'accord avec vous que mon explication semble très confuse, mais c'est la seule qui me soit venue pour exprimer ce que je ressens de l'oeuvre. Peut-être est-il grand temps que je ne vous parle plus que du synopsis.
Un peintre célèbre (dont il n'est jamais fait mention du nom) est notre narrateur et nous guide en un étrange endroit, dans l'Italie contemporaine (le roman fut publié en 1974).
Errant à l'aventure, ce peintre arrive dans un ermitage isolé (oui, c'est un peu pléonastique) qui est également, et c'est plus surprenant, un gros hôtel très moderne muni d'un parking d'une taille considérable qui atteste que le lieu et parfois pris d'assaut par d'importants groupes.
Que fait-on dans ce lieu ? Des stages de spiritualité. À qui sont-ils destinés ? À de très grosses légumes, du genre ministres, directeurs de banque, etc. Pourquoi cet isolement périodique ? Parce que justement, à l'abri des regards indiscrets, se trament des conspirations machiavéliques, des arnaques majeures, des complots inavouables, mais aussi et surtout, que ces messieurs haut perchés viennent trouver ici-bas quelques pulpeuses jouvencelles dont il ne serait pas trop bon de faire la publicité.
Le grand ordonnateur de l'établissement, celui par qui tous les réseaux d'informations passent mais duquel aucun de ressort car il est muet comme une tombe, le sombre et mystique Don Gaetano. Personnage d'une intelligence et d'une culture fulgurante, doublées d'une sagacité et d'une vivacité à percer à jour ses interlocuteurs qui en font un redoutable orateur, qui sait magnifiquement diriger son monde vers ses volontés.
L'homme en sait toujours beaucoup plus qu'il n'en dit et nimbe de mystère tant ses dires que ses attitudes.
Notre peintre s'amuse de cette mascarade où les gros ministres font mumuse à faire les bons samaritains tout en rejoignant, dans la foulée des exercices spirituels, leurs maîtresses dans les alcôves situés aux étages de l'hôtel.
Tout va pour le mieux jusqu'à ce que l'un de ses personnages soit froidement abattu lors d'une de ses cérémonies nocturnes. Stupeur dans l'établissement, tout le monde est potentiellement coupable et l'histoire prend un tour de huis clos à la Agatha Christie.
Quand tout à coup, BING ! un autre meurtre, puis BANG ! un autre encore. Mais je crois vous en avoir beaucoup dit, à vous maintenant de dénouer tout cela.
Somme toute, un très bon petit roman, bien écrit, avec une fin surprenante et indécise, cependant, comme de coutume, il me reste à vous rappeler que tout ceci n'est que mon avis, c'est-à-dire, pas grand-chose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          600
Aaliz
  02 juillet 2014
Alors qu'il roule tranquillement sur les routes de campagne, le narrateur, un peintre célèbre, voit sa curiosité éveillée par un panneau annonçant la proximité d'un ermitage.
La bâtisse n'est pas avenante mais la rencontre étonnante avec le supérieur du lieu, Don Gaetano, convainc notre narrateur de rester sur place. Mi-monastère, mi-hôtel, l'ermitage
Zafer est en réalité un lieu de réunion régulier des grands de la société italienne : politiciens, magistrats, financiers … L'élite italienne s'y retrouve donc pour des « exercices spirituels » qui se révèlent être en réalité autant d'occasions de nouer des liens, faire des affaires et décider des grandes lignes de la politique à venir.
Derrière cette apparente respectabilité, ce sont toutes les coulisses du pouvoir que Leonardo Sciascia dénonce. D'ailleurs, une série d'assassinats vient troubler le bon déroulement du séminaire.
A l'époque où Sciascia écrit ce texte, l'Italie voit sa scène politique partagée entre deux partis : la Démocratie Chrétienne ( DC) et le Parti Communiste. La DC conserve le pouvoir depuis le lendemain de la guerre jusque dans les années 1990 où l'opération « Mains propres » lui portera un coup fatal. En effet, cette opération consistera en une série d'enquêtes visant à mettre au jour tout un système de corruption des partis politiques.
Dans ce roman politico-policier Todo Modo, c'est ce système qui est pointé du doigt par l'auteur ( le roman est paru en 1974, il aura fallu plus de 20 ans pour que le « nettoyage » soit effectué). Ainsi, les exercices spirituels de l'ermitage consistent plus en une forme de tentative d'expiation des péchés commis bien qu'ils soient aussi le prétexte à la fomentation d'autres complots et magouilles en tout genre ainsi qu'en la possibilité pour ces messieurs de sortir des convenances du mariage et de la scène publique. Leurs maîtresses les attendent donc afin d'ajouter aux exercices de « libération de l'esprit » des exercices de « libération du corps ».
Et tout cela sous le regard de Don Gaetano, prêtre hors du commun, à la lucidité, l'intelligence et la culture impressionnantes. Il semble pourtant dénué de tout sens de la moralité telle qu'on serait en droit de l'attendre d'un membre du Clergé. Pourquoi Don Gaetano, homme si éclairé et pourtant pieux, tolère ce genre de dépravation sous son toit ?
A l'entendre ( ou à le lire), c'est un homme parfaitement conscient de la nature humaine et de ses vices au point que même les membres du Clergé n'y peuvent échapper malgré tous leurs efforts.
« Je crois que le laïcisme, celui par rapport auquel vous vous dites laïques, n'est que l'envers d'un excès de respect pour l'Eglise, pour nous autres prêtres. Vous appliquez à l'Eglise, à nous-mêmes, une espèce d'aspiration perfectionniste mais tout en restant commodément au-dehors. Nous ne pouvons vous répondre qu'en vous invitant à entrer et à essayer, avec nous, d'être imparfait… »
« Mais songez, si l'homme avait accordé à l'eau, à la soif, à la boisson ( par l'effet d'un ordre différent de la création et de l'évolution), tout le sentiment, la pensée, les rites, les légitimations et les interdits qu'il a accordé à l'amour : il n'y aurait rien de plus extraordinaire, de plus prodigieux que de boire quand on a soif … »
A travers la complaisance de Don Gaetano envers ses hôtes, Sciascia dénonce aussi les rapports étroits entre le monde politique et l'Eglise accusant ainsi celle-ci de complicité directe avec les milieux corrompus.
Surviennent alors les meurtres. La police intervient guidée par le narrateur dans une sorte de jeu de pistes qui n'est pas sans rappeler ceux des romans d'Agatha Christie. Mais l'enquête ne mène nulle part. La fin apporte un élément de réponse qui, pourtant, ne solutionne pas tout et laisse le lecteur totalement perplexe. Mais pour savoir qui est l'auteur de ses crimes, il faut connaître le mobile. Or, de mobile, on n'en trouve pas. Les indices et les témoignages se contredisent, s'entremêlent comme autant de fils formant un noeud inextricable. Tous sont suspects, tous peuvent avoir un mobile, inutile donc d'essayer de remonter une éventuelle chaîne de causalité. Bien loin des traditionnels romans policiers à la trame logiquement organisée et ficelée par l'auteur, Todo Modo reste, lui, à part et bien plus ancré dans la réalité puisqu'il en reflète complètement la complexité. Tous les crimes ne sont pas élucidables et finalement, peu importent les causes, les effets sont là. le titre est d'ailleurs tiré d'une citation d'Ignace de Loyola ( fondateur des jésuites) : « Tous les moyens sont bons pour atteindre la miséricorde divine ». Tous les moyens sont bons pour parvenir ou maintenir son pouvoir, il n'y a pas d'hésitation, encore moins de scrupules.
Roman engagé, Todo Modo ne se lit pas comme un simple roman noir, il est bien plus que cela. C'est un roman surprenant par son message, sa peinture du monde politique et clérical italien et par son personnage central exceptionnel Don Gaetano. Parsemé de références philosophiques et littéraires ( Pirandello principalement mais aussi Edgar Allan Poe …), de citations, c'est un roman exigeant et étonnant qui rappelle le nom de la rose d'Umberto Eco par l'ambiance et le lieu, Agatha Christie pour l'enquête ou encore Dostoïevski et son inspecteur Petrovitch pour les dialogues entre le narrateur et Don Gaetano.
En suivant donc les pas de ce narrateur, dont on ignore l'identité jusqu'à la fin, et grâce à sa position de témoin et à une narration à la première personne, le lecteur se retrouve au coeur d'un complot politique, d'une toile dans laquelle il finit par se retrouver lui-même piégé et étourdi. Leonardo Sciascia mène son texte de façon érudite et je ne suis pas certaine d'en avoir saisi toutes les subtilités. Les citations qui ouvrent et closent le roman me sont restées quelque peu hermétiques. Quel est donc le fin mot de l'histoire ? A chaque lecteur de se faire son idée …


Lien : http://0z.fr/IGLqa
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
miriam
  13 avril 2016
Lire Sciascia est un plaisir rare. A la veille de notre départ pour Palerme, encore plus précieux!
Je me délecte de l'ironie et de l'érudition de l'auteur. Surtout ne pas s'arrêter à la longue citation de DENYS L'AEROPAGITE qui laisserait penser qu'il s'agit d'un livre savant ou ennuyeux, au contraire, c'est un livre léger (159p) qui se lit avec le sourire.
Le narrateur, un peintre connu, arrive par hasard à l'ermitage de Zafer, ermitage ou hôtel? Un peu des deux : le gratin, ministres, ecclésiastiques, avocats ou hommes d'affaires s'y rencontrent chaque année pour des exercices spirituels sous la direction de Don Gaetano, un prêtre de caractère et de grande culture qui peut citer aussi bien Boccace que Mallarmé ou La Rochefoucault que les pères de l'Eglise.
guttuso
Guttuso : crucifixion
Ces citations ne sont jamais fortuites, elles lancent de pistes que je me suis fait un plaisir de suivre (merci Wikipedia sur le smartphone!). Lecture lente donc, que j'ai savourée avec des interruptions pour retrouver un auteur, ou un peintre. le narrateur étant peintre, il est question de peinture. J'ai eu la surprise de retrouver Guttuso (que j'avais rencontré à Ravenne) - j'ai bien l'intention de visiter son musée à Bagheria!

Rencontré un dessinateur Steinberg que je ne connaissais pas... Je pourrais aussi citer les Christ de Rouault ou de Redon.
Les rencontres littéraires sont encore plus nombreuses : Pirandello, bien sûr... mais aussi Pascal...Voltaire qui recommande aux artistes de peindre les "pieds chauds". Un ministre très imbus de sa personne confond un aphorisme de la Rochefoucault avec les écritures à l'envers des emballages des crottes de chocolat. Confusion qui me fait rire aux éclats....
Au mitan du livre, au cours de la récitation du Rosaire, une célébrité est tuée d'un coup de revolver. le livre prend une autre tournure et nous voici en pleine énigme policière. L'enquête occupe la seconde moitié du livre, toujours ironique mais très pessimiste. L'auteur dénonce la corruption au sein de la Démocratie Chrétienne qui aboutira vingt ans plus tard à l'opération Mani pulite.


Lien : http://miriampanigel.blog.le..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          171
Baluzo
  16 septembre 2017
livre étonnant: un espece de huis clos dans ce lieu improbable, mi monastere, mi hotel où l'intrigue n'est finalement pas l'élément primordial du livre. l'écriture est superbe, les dialogues extrêmement fouillés , de grande qualité et permettent de dessiner des personnages profonds et tous ambigus....
Commenter  J’apprécie          60
lilianelafond
  15 mars 2013
J'ai tout simplement vraiment beaucoup aimé.... Idem pour le film.....
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (29) Voir plus Ajouter une citation
Nastasia-BNastasia-B   15 décembre 2016
Voyez-vous, croire que le Christ ait voulu arrêter le mal est l'erreur la plus ancienne et la plus répandue du monde chrétien. « Dieu n'existe pas, donc rien ne nous est permis. » Cette parole énorme, nul n'a jamais tenté d'en renverser le sens : opération simple, banale, évidente. « Dieu existe, donc tout est permis. » Personne, dis-je, sauf le Christ. Et c'est cela le christianisme, dans son essence véritable : que tout nous est permis. Le crime, la douleur, la mort : vous croyez qu'ils seraient possibles, si Dieu n'existait pas ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          517
Nastasia-BNastasia-B   04 décembre 2012
C'est une chose tellement simple, de faire l'amour... Et puis c'est ça l'amour : il n'y en a pas d'autre, entre un homme et une femme... C'est comme d'avoir soif et de boire. Il n'y a rien de plus simple que d'avoir soif et de boire ; que la satisfaction de boire et d'avoir bu ; de n'avoir plus soif. Tout ce qu'il y a de simple. Mais songez, si l'homme avait accordé à l'eau, à la soif, à la boisson (par effet d'un ordre différent de la création et de l'évolution), tout le sentiment, la pensée, les rites, les légitimations et les interdits qu'il a accordés à l'amour : il n'y aurait rien de plus extraordinaire, de plus prodigieux que de boire quand on a soif...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
Nastasia-BNastasia-B   08 décembre 2012
- Par exemple, il y a peu, comme nous étions en train de parler de ces crimes, il m'a dit : " Nul ne mérite d'être loué de bonté s'il n'a pas la force d'être méchant. "
- " Nul ne mérite d'être loué de bonté s'il n'a pas la force d'être méchant " : c'est exactement ce que vous avez dit ?
- Exactement.
Et je complétai mentalement la citation : " Toute autre bonté n'est le plus souvent qu'une paresse ou une impuissance de la volonté. "
- On dirait une de ces maximes qu'on trouvait jadis dans le papier qui enveloppait les crottes en chocolat... " Nul ne mérite d'être loué de bonté s'il n'a pas la force d'être méchant... " Mais comme maxime, je dirai que c'est crétin : qui a la force d'être méchant est méchant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Nastasia-BNastasia-B   30 novembre 2012
Ce n'était plus, ou plus seulement, un ermitage, mais un hôtel : laid, à coup sûr, il le reconnaissait : mais que peut-on faire aujourd'hui, avec ces architectes ?... Présomptueux, fanatiques, inapprochables... Pas de comparaison, et de loin, avec les maîtres maçons d'autrefois... La laideur, en tout cas, ce n'était pas sa faute ; le confort, un peu grâce à lui... Les architectes ! Les deux grandes impostures de notre temps : l'architecture et la sociologie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Nastasia-BNastasia-B   07 décembre 2012
J'allai m'asseoir à côté du cuisinier, qui était déjà à son poste. (...)
- Vous ne savez pas quel enfer c'est dans les cuisines : et moi qui sors par ce petit vent sans prendre les précautions qui s'imposent, à cause de tout ce que j'ai à faire là-dedans et de ma hâte à ne pas rater ce spectacle, là-dehors... Mais ça fait plaisir, sacré nom de Dieu, ça fait bougrement plaisir de voir tous ces enfants de putain aller et venir en récitant le Rosaire...
- L’Église, dis-je, donne des satisfactions même à ceux qui ne croient pas.
- C'est possible. (...) Mais je l'ai dit à don Gaetano : un de ces quatre matins, je vais flanquer un kilo de strychnine dans les spaghetti et on verra ce qu'on verra.
- Et don Gaetano ?
Vous savez ce qu'il m'a répondu, ce fils de putain numéro un ? dit-il non sans admiration ni dévotion. Il m'a répondu : mon fils, ce jour-là préviens-moi que je saute les spaghetti... Vous voyez quel type ?...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Videos de Leonardo Sciascia (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Leonardo Sciascia

Akadem - La Disparition de Majorana - Leonardo Sciascia.m4v
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature italienne, roumaine et rhéto-romane>Romans, contes, nouvelles (653)
autres livres classés : littérature italienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Grandes oeuvres littéraires italiennes

Ce roman de Dino Buzzati traite de façon suggestive et poignante de la fuite vaine du temps, de l'attente et de l'échec, sur fond d'un vieux fort militaire isolé à la frontière du « Royaume » et de « l'État du Nord ».

Si c'est un homme
Le mépris
Le désert des Tartares
Six personnages en quête d'auteur
La peau
Le prince
Gomorra
La divine comédie
Décaméron
Le Nom de la rose

10 questions
544 lecteurs ont répondu
Thèmes : italie , littérature italienneCréer un quiz sur ce livre