AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2714412432
Éditeur : Belfond (30/11/-1)

Note moyenne : 3.55/5 (sur 10 notes)
Résumé :
Chronique désespérément vraie d’un combat solitaire : celui que livrèrent dans les Andes centrales, entre 1950 et 1962, les hommes de quelques villages visibles seulement sur les cartes d’état-major des troupes qui les rasèrent.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Lazlo23
  18 avril 2017
On a peine à croire, en lisant ce superbe roman péruvien, que les héros dont il y est question aient vraiment existé. Et pourtant, Manuel Scorza (1928-1983) n'a rien inventé. « Ce livre, déclare-t-il en introduction, est la chronique désespérément vraie d'un combat solitaire : celui que livrèrent dans les Andes centrales, entre 1950 et 1962, les habitants de quelques villages visibles seulement sur les cartes d'état-major des troupes qui les rasèrent. Les acteurs, les crimes, la trahison et la grandeur y ont presque toujours leur nom véritable. »
Lutte inégale bien sûr, que celle qui oppose cette poignée d'Indiens déguenillés à la « Cerro de Pasco Corporation », puissante compagnie minière américaine qui a décidé de les chasser de leurs terres : le symbole de cette expropriation est une immense clôture qui ne cesse de croître, coupant progressivement les voies de communication et privant les communautés indiennes de leurs pâturages. On s'en doute, tout cela ne saurait se faire sans le concours des autorités, sous-préfets, magistrats et officiers venus de Lima, pour lesquels le mépris envers les Indiens des hauts plateaux « est devenu une seconde-nature. »
Pour rendre le livre plus haletant encore, cette lutte collective se double du combat singulier entre deux hommes, un paysan misérable, nommé Hector Chacón, et le juge Montenegro, propriétaire d'une immense hacienda, qui se sert de sa position pour agrandir ses terres au détriment de ses voisins...
Un roman réaliste donc, mais qui n'hésite pas, comme « Cent ans de solitude », ou « Pedro Páramo», à faire appel au mythe, à la magie et au fantastique. C'est ainsi que certains personnages sont dotés de pouvoirs surnaturels, comme Hector Chacón le Nyctalope, « capable de suivre la course d'un lézard par une nuit sans lune » ou bien encore el Abigeo, qui communique avec les animaux. Quant à la funeste clôture, elle semble animée d'une vie propre : au fil des pages, on la voit prendre des proportions monstrueuses, sans l'aide d'aucun ouvrier.
Tout cela est traversé de grands éclats de rire et raconté de manière savoureuse et imagée, dans une langue qui n'est pas sans évoquer celle de « Don Quichotte. »
Un très grand moment de lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          165
Aela
  27 février 2011
Le titre "roulements de tambours pour Rancas" est une allusion à la manière dont, en pays quechua (ici le Pérou) les cérémonies funèbres sont accompagnées de chants et de danses pour que l'esprit du défunt, dont le corps retourne à la mère mythique, la terre, puisse rejoindre l'Esprit protecteur de la communauté. C'est l'histoire, racontée par les voix, venues d'outre-tombe, des victimes de la répression contre un mouvement d'opposition, dans un village indien, à l'annexion de la terre par une compagnie minière étrangère. On peut y voir l'ambiance du village, les activités journalières et les autorités: le juge de paix, le docteur Montenegro, complice de la compagnie et responsable de la répression et le maire. Les ouvriers de la compagnie minière arrivent, posent une clôture de barbelés, ce qui constitue un acte barbare contre la terre nourricière, la Pachamama, et les hommes du village résistent.
C'est la chronique d'une lutte. La répression ( el escarmiento) va être féroce et la résistance sera une question de survie dans la dignité.
Un sujet d'actualité remarquablement bien traité. Une vision très intéressante du monde indien vu de l'intérieur, l'auteur étant d'origine quechua.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Lazlo23Lazlo23   18 avril 2017
Ce fut au tour de Fortunato de parler :
- Pourquoi vous êtes là, mon lieutenant ?
- On a un ordre d'expulsion. Vous avez envahi la propriété d'autrui. On a ordre de vous expulser. Vous dégagez ! Vous dégagez tout de suite !
- On ne peut pas la quitter cette terre, mon lieutenant. On est d'ici. On n'a rien envahi du tout. C'est les autres qui nous envahissent…
- Vous avez dix minutes pour vous en aller.
L'uniforme se tourna vers la rangée de soldats grisâtres.
- Les envahisseurs, c'est la « Cerro de Pasco », mon lieutenant. Les Ricains mettent des clôtures autour de nos terres et nous chassent comme des rats. La terre n'est pas à eux. La terre est à Dieu. Je sais très bien ce que raconte la « Cerro ». Parce que c'est les Américains peut-être qui ont amené la terre dans leur besace ?
- Plus que neuf minutes.
L'escadron de Gardes républicains convergeait vers la Porte Saint André.
- Dans le coin, on n'avait jamais vu de clôtures, mon lieutenant. Nous autres, on n'avait aucune idée de ce que c'était qu'un mur. Depuis l'époque de nos grands-parents, et même avant eux, la terre était à tout le monde. On n'avais jamais vu de barbelés, ni de clôtures, ni de cadenas avant qu'arrivent ces Ricains de merde. C'est eux qui ont introduit les cadenas. Et pas que les cadenas. Ils…
- Plus que cinq minutes...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
AelaAela   27 février 2011
Tous les ans, le jour anniversaire de la République du Pérou, fondée par les armes dans cette pampa, les élèves du collège Daniel A. Carrion organisent des excursions. C'est une date attendue par les commerçants. Des hordes de lycéens souillent le village, et épuisent les stocks de biscuits et de bouteilles de Kola Ambina. L'après-midi, les professeurs leur récitent la proclamation gravée en lettres de bronze sur le mur verdâtre de la mairie: c'est la harangue que Bolivar, le Libertador, prononça ici quelques heures avant la bataille de Junin, le 2 août 1824. Les potaches, abrutis, écoutent la proclamation, puis tout le monde repart. Et Roncas se recroqueville pour un an dans sa solitude.
Roncas a toujours été un village sans histoire. Ou plutôt, Rancas avait toujours été un village sans histoire jusqu'au jour où un train s'y arrêta.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Video de Manuel Scorza (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Manuel Scorza
Solenne de l'Imagigraphe présente Roulements de tambour pour Rancas de Manuel Scorza - Source : Libraires TV
autres livres classés : pérouVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les classiques de la littérature sud-américaine

Quel est l'écrivain colombien associé au "réalisme magique"

Gabriel Garcia Marquez
Luis Sepulveda
Alvaro Mutis
Santiago Gamboa

10 questions
251 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature sud-américaine , latino-américain , amérique du sudCréer un quiz sur ce livre