AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Jean-François Ménard (Traducteur)
EAN : 9782757806012
320 pages
Éditeur : Points (08/11/2007)
3.84/5   45 notes
Résumé :
John Lee est mort un jour de juillet, à New York. On a retrouvé son corps dans la 17è Rue, entre la 9è et la 10è Avenue.
Il avait dix-huit ans. C'était un petit dealer, toujours à l'affût d'un coup, qui "travaillait" après l'école. Alors, qui a tué John Lee ?
Quatre hommes possèdent un fragment de la vérité : Spade, Junio Jones, frère Tommy Hall et Q.I. Quatre destins qui incarnent la violence, la ruse, mais aussi l'espoir d'une rédemption, dans ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Thyuig
  05 juillet 2010
J'en aurais jamais fini de vous parler de Gil Scott-Heron et de tenter de vous prouver l'importance primordiale de son oeuvre, trèsor de la great black music si chère à LeRoi Jones. En 1969, Gil Scott-heron a tout juste 20 ans et va publier dans l'année un recueil de poésies, Small talk at 125th and Lenox ainsi qu'un disque éponyme, deux oeuvre jumelles qui marqueront définitivement les esprits. Dans une moindre mesure, le Vautour, paru la même année via les labels porno cheap, marquera lui aussi durablement les esprits.
En 2008, le Vautour n'a sans doute pas la même portée surtout dans sa version française que j'aie lue. Malgré cela, le talent de Gil Scott-Heron même s'il n'est pas véritablement un écrivain transpire tout de même dans certaines fulgurances. L'intrigue, complexe, mèle tel le Sweet Sweetback Badass Song de Melvin van Peebles paru deux ans plus tôt et diffusé via le réseau des salles pornos une histoire de meurtre, de dealer, de politique et se passe tout simplement dans la rue. C'est la Big Town de Will Eisner en version black. Gil Scott-Heron y imprime son quotidien, celui d'une conscience politique en alerte en cette fin de décennie, mais également celui du bouillonement violent que connaît New-York à cette époque avec l'emprise toute neuve des gangs d'adolescents noirs et portoricains sur les rues de Harlem et du South-Bronx. Gil Scott-Heron a 20 ans et son écriture est parfois maladroite mais on se rend bien compte que ce qui compte avant tout pour le jeune écrivain est de montrer le vrai visage de sa communauté, de signfier le double visage des êtres qui font la rue, un dealer peut aussi être un fils aimant, un camé un poète lettré, un jeune homme engagé peut tout bien aussi devenir assassin, même d'un frère noir.
Alors en 2008 on est déjà bardé de toutes ces références, la rue on la connaît tellement, Big L, Nas ou Mobb Deep nous l'ont déjà tellement contée, cette rue black, qu'on pourrait légitimement en être blasé. Ouais sauf que le garçon écrit son bouquin 20 ans avant la parution de Do the Right thing de Spike Lee, que tous les ingrédients mis en avant dans le rap futurs sont déjà là en 1969, décrits par une plume un peu maladroite mais terriblement visionnaire et sans états d'âme.
Lien : http://a-propos-de-rien.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          111
maltese
  18 octobre 2010
Tout commence avec la découverte du meurtre de John Lee, dealer sans réelle envergure dans le New-York du tout début des années 70.
Scott-Heron va alors développer son intrigue en remontant quelques mois auparavant et en suivant les destins de quatre hommes qui ont connu John Lee.
L'auteur se fait la voix de l'Amérique noire d'alors avec ce premier roman et transcrit avec beaucoup de réalisme l'ambiance de la rue, sur fonds de musique soul et des revendications des militants du Black power.
Un roman subtilement construit, qui à chaque changement de personnage, c'est-à-dire à chaque partie, adopte le point de vue de celui-ci; ainsi le lecteur est-il toujours au coeur de l'action.
A noter que Gil Scott-Heron est également une voix importante de la musique, à la confluence de divers genres, souvent reconnu comme l'un des inspirateurs du rap.
Commenter  J’apprécie          60
ImagoProduction
  29 mars 2020
New York en 1970, Gil Scott-Heron n'a pas vingt ans à l'époque, il est poète et se lance dans une fiction sur le quartier de Chelsea à Manhattan, non loin d'où il vit.
Tout commence au mois de juillet 1969 par l'assassinat d'un jeune dealer noir de dix-huit ans, John Lee. Une overdose constate les deux policiers blancs qui se satisfont de cette apparence trompeuse. Personne ne semble connaitre la vérité, peu de gens veulent la connaitre. Quatre hommes, jeunes eux aussi, vont faire, par la plume de l'auteur, le portrait du mort, chacun d'eux fera un croquis du quartier qui permettra au lecteur d'appréhender la vie du New York noir de la fin des années 60. Gil Scott-Heron raconte une société ghettoïsée où la lutte pour les droits civiques commence à prendre de l'ampleur. Les petites initiatives locales (écoles, boutique, centre culturel) sont bousculées par les activistes, les militants des Black Panther qui essaiment partout aux États-Unis. La drogue est aussi de la partie. Ceux qui la vendent, un petit boulot après la high school qui rapporte de quoi se saper et d'organiser des fêtes alcoolisées où les jeunes femmes sont les bienvenues. Ceux qui l'achètent pour oublier un moment, la rue, la misère ou le racisme ambiant. La musique est omni présente dans l'écriture de Gil Scott-Heron, celle que l'on entend dans les postes à transistors, celle des vinyles que l'on pose sur des électrophones. La soul urbaine de Curtis Mayfield fait bon ménage avec le jazz de Miles Davis, Zawinul et Cannonball Adderley font leur « Mercy, Mercy, Mercy ! » dans un bar enfumé où le Rap naissant –Gil Scott-Heron en est l'un des précurseurs- balbutie à peine. On les retrouve, en toute fin du récit, dans « As The World Turns », un poème de l'auteur, attribué à Yvan Quinn, l'un des narrateurs, son double romancé (?). Un livre de presque cinquante ans d'âge, bien plus politique que policier. On constatera que, même si la condition des Afro-Américains aux États-Unis a évolué vers le mieux, nombre des situations évoquées par Gil Scott-Heron reste des problèmes de nos jours. On écoutera pendant la lecture le « Live in New York » de Gil Scott-Heron, cette fois-ci musicien, pianiste, compositeur, un concert récemment paru chez Mega Dodo.
Lien : https://www.lejazzophone.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
GuillaumeTM
  28 mars 2013
Ce livre est incroyablement bien construit, étonnant pour un premier essai. Un meurtre vient d'être commis, on suit différentes personnes susceptibles d'être le meurtrier avant le tragique évènement.
Du grand art !
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
AderuAderu   08 octobre 2020
L'ivresse est la ruine de la raison. C'est une vieillesse prématurée, une mort temporaire. (190)
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Gil Scott-Heron (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gil Scott-Heron
Nouvel épisode de l'instant Fip à la Fnac ! Luc Frelon, programmateur musical à Fip nous presente la première pepite de l'année "The Shadow Of Their Suns », le nouvel album et le retour de Wax Tailor. Cinq ans apres son dernier album, l'artiste francais revient avec un album a l'ambiance road movie et sombre, teint d'une pincée d'espoir et de colère optimiste. Largement tourne vers les Etats-Unis et agremente d'un mix entre hip-hop et trip-hop, sa marque de fabrique, on y retrouve des invités aussi prestigieux que surprenant comme Gil Scott-Heron, d'Smoke, Boog Brown, del the Funky Homosapien, Mr Lif, Yugen Blakrok, Mark Lanegan et Rosemary Standley. Un régal.
Toutes les pépites de l'Instant et la minute Fip à la Fnac sur notre chaîne : https://www.youtube.com/playlist?list=PLiecdOYPtnue1cbBI-r764LKcvUjzjU8i
Retrouvez-nous sur Facebook @Fnac : https://facebook.com/Fnac Instagram @fnac_officiel : https://www.instagram.com/fnac_officiel Twitter @fnac : https://twitter.com/fnac
#InstantFipFnac #Wax Tailor #TheShadowOfTheirSuns
+ Lire la suite
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2213 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre