AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782756428987
Éditeur : Pygmalion-Gérard Watelet (05/02/2020)

Note moyenne : 3.46/5 (sur 65 notes)
Résumé :
Le couple que forment Paul et Rebecca ne reposerait-il que sur des illusions ? Lorsque deux policiers sonnent à leur porte un matin, à la recherche d'une femme disparue, Rebecca est loin de se douter que ce sera l'événement le moins dramatique de sa journée. Car son mari cache quelque chose. Et plus elle creuse, pire semble être l'objectif de celui qui partage sa vie depuis vingt ans. Alors que les mensonges de Paul se multiplient, confiance et fidélité semblent ne ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (45) Voir plus Ajouter une critique
nameless
  24 janvier 2020
E. G. Scott est le pseudonyme sous lequel sont réunis deux amis, Elizabeth Keenan et Greg Wands, qui ont décidé de mettre en commun leurs deux cerveaux et quatre mains pour écrire leur premier roman : Pour le pire, à paraître le 05.02.20. Merci à Babelio et Pygmalion de m'avoir permis de le découvrir en avant-première.

Rebecca et Paul sont mariés, ils ont un chien, Duff, mais pas d'enfant et mènent une vie confortable jusqu'à ce que la crise de 2008 mette Paul, qui bosse dans l'immobilier, sur la paille et au chômage. Plus tard, Rebecca est elle aussi licenciée car, profitant de son travail de visiteuse médicale, elle ponctionne largement dans les stocks d'échantillons mis à sa disposition, toutes sortes de substances destinées à sa consommation personnelle, pudiquement appelée auto-médication.

Ces revers de fortune financiers et professionnels servent de détonateur et fragilisent les époux - déjà instables en raison de leur enfance - qui s'expriment tour à tour pour livrer leur interprétation de faits, conversations ou sms ; Paul et Rebecca se mentent mais pas de la même façon, ils se trompent mais pas de la même manière. Ils sont les deux personnages centraux du roman, mais il convient de leur adjoindre maîtresse ou amant, patron, ami, policiers aux interventions sporadiques. Les deux auteurs complices mettent en place avec finesse un jeu de chat et de souris qui évoluent sur un échiquier où les pions humains, en fonction de leurs intentions ou dérèglements psychiques, se déplacent à toute vitesse, tantôt raisonnablement, tantôt irrationnellement. Le style est alerte, le vocabulaire riche, sans doute grâce à l'excellence de la traduction. L'intrigue bien ficelée et les rebondissements élaborés se concentrent presque exclusivement sur les motivations et pensées intimes des protagonistes impliqués.

J'ai été fascinée par Rebecca, qui m'a permis de découvrir une addiction, que l'on devine sérieusement documentée par les auteurs, rarement évoquée dans les romans et que je connais peu et mal. Rebecca s'alimente en effet presque exclusivement d'analgésiques, anti-dépresseurs, hypnotiques, anxiolytiques, neuroleptiques, psychotropes, que sais-je ? En gélules, comprimés, patches, rien que des bonnes choses sans lien avec l'homéopathie, et dont les effets secondaires sont la paranoïa, les hallucinations, la désorientation, voire une transformation en Hulk survitaminé. En raison de sa défonce permanente, Rebecca devient une experte dans l'art de la surveillance et de la patience.

Sur fond de vérités cachées, de mensonges avoués, de manipulation, d'addiction, d'adultère mais aussi de crise économique, Pour le pire est un roman bien écrit-bien construit, qui embrouille habilement le lecteur jusqu'à son épilogue. Une agréable et intéressante découverte !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          540
iris29
  25 janvier 2020
Immoral et glaçant...
Paul et Rebecca forme un couple amoureux et assez fusionnel, depuis vingt ans. Pas d' enfant ( par choix ), mais un chien à la place....
Et si le début est assez nébuleux, les auteurs oscillant entre passé et présent , on comprend que tout n'est pas aussi lisse qu'ils se le racontent...
Un duo de flics sonnent à leur porte : une femme a disparu.
Et l'on apprend que Paul a été affaibli par une longue période de chômage et que Rebecca est complètement dépendante de toute une série de médicaments , auxquels , elle a libre accès ( vu qu'elle est commerciale pour un labo pharmaceutique, d'où son état nébuleux ). Tour à tour suspicieuse, vaseuse, énergique, en manque , on découvre peu à peu grâce à elle, la face cachée de son mari "parfait".
A moins que sa dépendance médicamenteuse lui fasse voir le monde plus noir qu'il ne l'est...
A moins qu'il ne soit vraiment parfait , et que ce soit elle qui délire ?
- Oui, mais il n'aurait pas...
A moins qu'il y ait autre chose...
Il n'aurait pas fallu grand chose pour que ce roman accède à la perfection, un couple un peu moins "hermétique " pour le lecteur, des portraits un peu plus fouillés. Difficile de s'attacher ou s'identifier aux personnages tant ils sont ( pour les besoins de l'histoire) complètement bordeline, seul, le duo de flics est "normal"....
Il est question d'un troisième personnage , très "fort" dans ce roman, très retors : j'aurai aimé qu'il ait plus de place.
J'ai adoré la fin, bien "noire", parfaitement logique...
Pour un premier roman , c'est un franc succès car il dégage une vraie ambiance, le genre d'ambiance qui mène tout droit à une adaptation cinématographique...
Je remercie chaleureusement les éditions Pygmalion et Babelio, de m'avoir proposé cette Masse critique privilégiée , elle était excellemment ciblée...
Challenge Mauvais genres 2020
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          534
cocomilady
  13 février 2020
Un thriller psychologique de haut niveau qui m'a étonnée du début à la fin.
Franchement, en débutant ma lecture je ne m'attendais pas à me passionner autant pour cette histoire. Et pourtant...
Paul et Rebecca ont tout du couple parfait pour qui tout réussit. Elle, a un travail très bien payé dans un laboratoire pharmaceutique et lui, est un vendeur et constructeur hors pair de maisons haut de gamme. Ils s'aiment comme au premier jour, mais un matin la police débarque chez eux pour en savoir plus sur la disparition d'une femme qu'ils connaissent.
C'est le début des ennuis et surtout la révélation, petit à petit, de secrets et mensonges qui vont peu à peu instiller le doute chez Rebecca...
L'intrigue dévoile les abus des lobbies pharmaceutiques et les addictions aux médicaments, entre autres choses. C'est ainsi que débute l'histoire, nous révélant une Rebecca totalement droguée et sous emprise, qui cache sa perte d'emploi à son mari et va se retrouver prise dans une spirale infernale et destructrice.
Quant à son mari, Paul, il semble être le mari parfait à première vue. Mais là aussi on découvre vite que les apparences sont trompeuses et qu'il a ses zones d'ombre. Il ment, cache beaucoup de choses à sa femme depuis des années, mais à quel point ?
La disparition d'une femme qu'ils connaissent tous les deux va être le déclencheur et le révélateur de toutes les failles de leur couple et de leurs êtres.
L'alternance entre passé et moment présent est un peu perturbante et gênante au début du roman, surtout qu'on alterne successivement entre les points de vue de Rebecca et Paul.
Mais une fois revenus à l'instant présent, la lecture devient beaucoup plus addictive et là, on devient accroc à cette histoire qui nous laisse un certain sentiment de malaise, tant elle pourrait être réelle.
De plus, j'ai été épatée par la richesse et la complexité superbement maîtrisée de ce roman mêlant habilement plusieurs intrigues qui vont se rejoindre à la fin. Ce n'est qu'alors qu'on comprend tout en revenant par flashbacks sur plusieurs événements passés.
Et là, j'avoue que j'ai été bluffée car je ne m'attendais pas à ça. La chute m'a laissée totalement pantoise. Et lorsqu'un auteur arrive ainsi à me surprendre, c'est carton plein et un grand bravo de ma part.
Quant à la morale qui ressort de cette terrible histoire, c'est qu'on se noie toujours dans ses secrets et mensonges, et qu'ils ne peuvent que tout détruire... à méditer !
Lien : http://cocomilady2.revolublo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          402
coquinnette1974
  30 janvier 2020
Je remercie énormément Les éditions Pygmalion et Babelio pour l'envoi, dans le cadre d'une masse critique privilégiée, du thriller : Pour le pire d'E.G.Scott.
Le couple que forment Paul et Rebecca ne reposerait-il que sur des illusions ?
Lorsque deux policiers sonnent à leur porte un matin, à la recherche d'une femme disparue, Rebecca est loin de se douter que ce sera l'événement le moins dramatique de sa journée. Car son mari cache quelque chose... Et plus elle creuse, pire semble être l'objectif de celui qui partage sa vie depuis vingt ans...
Alors que les mensonges de Paul se multiplient, confiance et fidélité semblent ne plus être que de lointains souvenirs et sa femme sombre dans la paranoïa.
Progressivement, le couple se retrouve piégé dans une spirale infernale... au risque de tout détruire.
Pour le pire est un roman dans lequel j'ai eu un peu de mal à rentrer. Au départ, les narrateurs sont Paul et Rebecca mais c'est un peu brouillon. Entre le passé, le présent, leurs deux voix, j'avoue m'être demandé où les auteurs allaient m'emmener. A un moment, j'ai accroché (heureusement, assez rapidement) et j'ai trouvé ça plutôt pas mal. Difficile de démêler le faux du vrai dans toute cette affaire, et impossible de savoir comment tout cela va se finir.
L'histoire est bien ficelée, il y a du suspense, des surprises et l'ensemble est assez bien ficelé.
D'autres narrateurs apparaissent au fur et à mesure, dont un personnage qui prend de plus en plus de place. Malheureusement, sa voix n'est pas assez entendue, j'ai trouvé ça dommage. Cette personne aurait mérité d'être un peu plus exploité.
La fin est tout à fait cohérente avec le reste du roman et Pour le pire est une bonne surprise.
Je suis ravie d'avoir été sélectionnée pour cette masse critique, je mets un joli quatre étoiles :)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
Valmyvoyou_lit
  19 février 2020
Alors qu'ils semblent former un couple parfait, Rebecca découvre que son mari, Paul, lui ment. Elle décide de ne rien lui dire de ses soupçons et de le prendre à son propre piège. Cependant, lorsque deux policiers les interrogent sur une femme disparue, ils font front ensemble. Pour Rebecca, la priorité est de découvrir ce que son mari lui cache et projette. Elle a, elle aussi, des secrets. Son addiction aux médicaments a des conséquences qu'elle dissimule. Elle ne sait plus où se situe la vérité. Piège ou paranoïa ? Elle ne fait plus la part des choses et nous, non plus.

Après un début qui m'a emportée, une partie du livre ne me comblait plus autant, j'avais la sensation de longueurs. Puis, des révélations, suscitant de nombreuses interrogations et inquiétudes ont réveillé mon intérêt, avec l'arrivée d'un nouveau personnage, qui redonne une dynamique à l'histoire. Quant à la fin, je l'ai trouvée grandiose. C'est un clin d'oeil à la littérature classique.

L'intrigue est complexe et travaillée, nous sommes dans le brouillard, comme le sont les protagonistes. Nous pensons être plus forts qu'eux, puisque nous avons la version de Rebecca, celle de Paul, celle des policiers et celle d'un personnage-clé. Pourtant, je n'ai jamais réussi à saisir les intentions de Paul, ni à deviner quel était le danger, ni s'il était réel. Les intuitions de son épouse, sont-elles fondées ou sont-elles pure imagination ? Est-elle digne de confiance ? Elle vit dans un monde d'apparences, son entourage également. Sait-elle discerner le vrai du faux ? Ne nous ment-elle pas ?

Ce qui est certain, c'est que nous sommes manipulés. Par qui ? Jusqu'à la fin, il m'a été impossible de le déterminer. Je me répète : le final est incroyable et troublant.

Malgré une partie qui m'a moins passionnée que le reste du livre, j'ai beaucoup aimé Pour le pire. La conclusion est tellement énorme qu'elle rattrape aisément les éléments qui m'ont dérangée, à certains moments. Je recommande ce suspense psychologique.

Je remercie sincèrement Babelio et les Éditions Pygmalion pour cette Masse Critique privilégiée.

Lien : https://valmyvoyoulit.com/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
iris29iris29   23 janvier 2020
Quand on a une maîtresse, il y a certaines choses à faire pour réduire les risques d'être pris la main dans le sac ; la première - sans doute la règle cardinale - , c'est de ne pas se mettre avec quelqu'un qui a moins à perdre que soi ; il s'en suit que pour ne pas se tromper, il faut choisir quelqu'un qui est déjà dans une relation.
Commenter  J’apprécie          194
namelessnameless   22 janvier 2020
Toute relation est un numéro d'ėquilibrisme : entretenir une liaison, c'est comme marcher sur une corde raide enduite de graisse avec un gorille accroché à la ceinture ; si ça tourne mal, les destructions peuvent avoir des répercussions catastrophiques.
Commenter  J’apprécie          180
iris29iris29   23 janvier 2020
Il y avait un océan de non-dits entre nous, mais ça ne faisait qu'ajouter du piment à notre relation ; j'aimais être son énigme, et il devenait la mienne aussi.
Je me rends compte à présent qu'il ne faisait que se protéger.
Commenter  J’apprécie          200
iris29iris29   25 janvier 2020
Coucher avec ma maîtresse était la soupape qui permettait de faire tomber la pression entre ma femme et moi.
Dans un sens, on pourrait dire que j'ai fait ça pour elle. Pour nous. Pour notre mariage.
Commenter  J’apprécie          162
namelessnameless   24 janvier 2020
- ... Mieux vaut passer par le pont-levis que par les douves, vous me suivez ?
- Aristote ? fait-il en rigolant.
- Quelqu'un dans ce goût là...
Commenter  J’apprécie          170

autres livres classés : paranoïaVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Ecrivain et malade

Marcel Proust écrivit les derniers volumes de La Recherche dans une chambre obscurcie, tapissée de liège, au milieu des fumigations. Il souffrait

d'agoraphobie
de calculs dans le cosinus
d'asthme
de rhumatismes

10 questions
193 lecteurs ont répondu
Thèmes : maladie , écriture , santéCréer un quiz sur ce livre