AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
>

Critique de Henri-l-oiseleur


Henri-l-oiseleur
  25 février 2017
Ceci est plutôt un roman graphique qu'une bande dessinée, car le dessin - fort beau - exprime à la fois l'action, l'histoire, les pensées, les passions et les doutes des personnages, parallèlement au texte, qui n'est jamais bavard ni lassant. Ce premier volume raconte l'histoire d'amour de deux hommes, sans éviter des scènes explicites. Histoire fort touchante, marquée par la différence de culture, de langue et de niveau entre les deux partenaires, infiniment désireux de se rejoindre et de s'unir à l'autre, tout en luttant contre leurs propres réticences. Il y un seul point où le bât blesse : on nous présente les héros comme des "freaks", exclus de la communauté gay et condamnés à la solitude par leur différence physique. Quelle différence ? Sont-ils trop vieux ? Trop laids ? Trop pauvres pour être à la mode ? Que leur manque-t-il, qui les rapprocherait des vrais exclus ? C'est là que la rêverie, ou la complaisance, interviennent : l'un est trop grand, trop velu, trop musclé, et l'autre est gratifié d'un sexe à la taille gigantesque, et les deux font peur à tout le monde. Autrement dit, ces deux héros incarnent les deux principaux fantasmes gays dans toute leur splendeur, et ce qui fait le malheur de leur vie, c'est leurs attributs mêmes, dont tout le monde rêve. Donc l'ouvrage est bien un roman, un beau roman sentimental et sexuel sans réalisme aucun. Ce manque de vraisemblance tient aussi à ce que chacun, avant la rencontre, désire précisément ce qui fait la "différence" et le "malheur" de l'autre : une taille et des muscles hors norme d'un côté, un membre gigantesque de l'autre. Voilà une belle coïncidence ! Ceci mis à part, ce roman est un beau rêve d'histoire d'amour.
Commenter  J’apprécie          40



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (4)voir plus