AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Docteur Glas (8)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  

Ajouter une critique
andman
  06 février 2016
La couverture d'un petit livre, un peu perdu dans la longue liste de la dernière opération Masse-Critique, a retenu mon attention l'autre jour.
Debout de trois-quarts et vêtu d'un long manteau noir, chapeau haut de forme et canne à la main, l'homme que représente la peinture a les yeux fermés et semble se recueillir. L'arrière plan de couleur jaune moutarde accentue la grande tristesse émanant du personnage.
L'envie de faire la connaissance du “Docteur Glas” fût immédiate !

Il n'est pas besoin d'aller bien loin dans la découverte du journal intime de ce médecin de famille exerçant à Stockholm en ce 19ème siècle finissant, pour se rendre compte de ses troubles psychiques.
Complexé par un physique quelconque et assez peu enclin à se laisser entraîner par de faux sentiments, les rapports du docteur Glas avec la gent féminine sont compliqués. Le voilà aujourd'hui trentenaire et, c'est à peine croyable, toujours puceau.
Allez savoir pourquoi, jamais il ne se déplace sans ses petites pilules de cyanure de potassium cachées dans sa montre de gousset.
Par ailleurs notre bonhomme est quelqu'un de cultivé. Ses écrits témoignent de son grand intérêt pour la philosophie avec de nombreuses réflexions approfondies desquelles il tire des maximes, du genre :

“Se tromper sur son propre compte est la plus méprisable des choses”,
“Du désir de l'amour est sortie toute la beauté du monde, toute la soif de l'art”,
“Rien ne dévalue un être autant que la conscience de n'être pas aimé".

Sa petite vie bien réglée entre son cabinet, ses promenades vespérales et ses pages d'écritures à la nuit tombée, pourrait longtemps continuer ainsi. Sauf qu'un jour, une de ses jolies patientes lui confie d'avoir en horreur le devoir conjugal : son mari, le pasteur Gregorius, est quelqu'un d'un peu brutal.
Le bon docteur Glas, sensible au charme de la belle insatisfaite, aurait-il à sa disposition le remède adéquat ?

Ce court roman d'Hjalmar Söderberg, à peine trois heures de lecture, a fait la renommée de cet auteur suédois très apprécié au début du siècle dernier.
Un grand merci aux éditions Libretto et à Babelio d'avoir remis au goût du jour cette étonnante histoire teintée d'amertume et de mélancolie !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          634
missmolko1
  17 janvier 2019
Un petit classique suédois, ça vous tente ? Dans ce cours roman, d'à peine plus de cent pages, on suit les aventures d'un jeune médecin à Stockholm au début du XXe siècle. Il se confie a nous, lecteur, par le biais de son journal intime et nous laisse entrevoir son quotidien troublé par un couple. le pasteur est sa femme sont ses patients mais quand la jeune femme vient lui demander de l'aide car son mari la répugne, c'est sans hésitation que le docteur accepte de l'aider. Mais d'un petit coup de pouce, tout ça prend vite une tournure bien plus macabre.

C'est très bien écrit, ça n'a pas pris une ride et malgré quelques passages un peu longuets, je me suis bien amusée lors de cette lecture. Notre jeune médecin est un personnage intéressant qui n'arrive pas vraiment à trouver sa place entre tradition et modernité. Notre héroïne arrive très bien à manipuler tout le monde et est finalement pas si effacé ou sous l'emprise de son mari que cela. Et puis le pasteur, c'est tout simplement l'homme que l'on adore détester !

Bref, j'étais curieuse de découvrir un classique venu d'un autre pays et je suis conquise par ce Docteur Glas. Je ne connaissais pas l'auteur mais je ne dis pas que je ne me laisserai pas tenter à l'avenir par un autre de ses romans.
Lien : https://missmolko1.blogspot...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
cecilit
  29 janvier 2016
Ce court roman m a fait beaucoup pensé à la plume de Guy de Maupassant.C'est le portrait d'une obsession malheureuse, d'un homme torturė, inapte au bonheur.
Commenter  J’apprécie          70
Rhodopsine
  14 février 2016
Une découverte grâce à Babelio et masse critique.
Comment trois personnages aussi antipathiques peuvent-ils exercer pareil attrait sur le lecteur?
Le docteur Glas, médecin sans éclat, pétri de certitudes, à l'abri derrière son sens du devoir, est bien installé dans ses habitudes. Il est seul, sans épouse, sans même un chat remarque t-il...
Helga Gregorius, la jeune et jolie épouse du pasteur, vient lui demander son aide: elle ne supporte plus son vieil époux. Son amant est plus cher à son coeur.
Le pasteur, Gregorius, bien plus âgé que sa jolie femme, est bien décidé à faire valoir ses "droits".
Et Glas, amoureux fou de la belle, s'exécute. La passion lui inspire alors un plan machiavélique.
Un bref roman cynique, et encore une fois merci aux traducteurs: Marcellita de Moltke-Huitfeld et Ghislaine Lavagne.
Commenter  J’apprécie          50
lecottageauxlivresFanny
  26 février 2016
Stockholm, fin du XIXe siècle. le Docteur Glas tient un journal intime dans lequel il retranscrit sa vie quotidienne, revient sur son passé ou s'interroge sur Dieu, la mort ou l'amour. Il a l'habitude de croiser le chemin de femmes désespérées qui implorent son aide, le plus souvent pour faire disparaître un enfant indésiré. Ses oreilles ne sont pas attentives à ces discours, il ne se laisse pas toucher et se cache toujours derrière son devoir de médecin pour ne pas aider ces jeunes femmes et ne pas risquer de perdre son métier. Lorsque Madame Gregorius lui demande son aide, le docteur change de position. Madame Gregorius est une jeune femme pieuse mariée à un vieil homme qu'elle n'aime pas et n'a jamais aimé. Il est pasteur et elle a cru, en l'épousant, calmer ses troubles. Son mariage n'a fait que les accroître: elle ne le supporte plus physiquement et elle est tombée dans les bras d'un autre. Elle demande alors au docteur de l'aider à éviter tout contact avec son époux. Pris de pitié et surtout charmé par ses atouts, le docteur accepte de faire une exception et l'aide à fuir les bras de son mari. le docteur finira par s'immiscer plus qu'il n'est convenable dans ce couple en étant le confident de l'épouse désespérée et du mari frustré. Il aime Helga Gregorius et ne ressent petit à petit pour le pasteur Gregorius que haine et dégoût.

Passé après la lecture de Tess d'Urberville n'est pas une mince affaire mais Hjalmar Söderberg a su relever ce défi. Ce court classique suédois m'a fait penser aux nouvelles de Stefan Zweig. La brièveté du récit n'enlève rien à la densité de l'intrigue ou à la profondeur du héros. Ce "triangle amoureux" sordide est parfois gênant mais il est très intéressant. Aucun des personnage n'est à proprement parler attachants, mais paradoxalement, les interrogations sur le monde, sur la morale, sur la littérature ou sur la vie notées par le docteur dans son journal intime nous touchent et nourrissent nos propres réflexions. Elles sont tour à tour amères ou mélancoliques mais elles sont toujours profondes et souvent modernes pour le XIXe siècle. Ainsi le héros a des opinions très arrêtées sur la religion ou l'euthanasie. Enfin, j'ai aimé déambuler avec le docteur Glas dans Stockholm, une ville que j'ai beaucoup aimée lorsque je l'ai visitée il y a quelques années.
J'ai passé un très bon moment avec ce classique suédois qui est atypique.

Je te remercie vivement Babelio et les Editions Libretto pour cette belle découverte !

Lien : http://lecottageauxlivres.ha..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
christinebeausson
  04 mars 2016
Quand les hasards d'une masse critique, nous amènent à découvrir un classique de la littérature suédoise, c'est passionnant.
Lecture croisée de "Docteur Glas", classique de la littérature suédoise et de "Gregorius", nouveau roman prenant appui sur la même trame.

J'ai donc fait la connaissance de Hjalmar Söderberg, écrivain du XX siècle, digne successeur de notre Maupassant, "peintre des tourments de l'âme" !
Son personnage, le Docteur Glas, fils prodige devenu un médecin brillant, a bien réussi dans la vie, de brillantes études, des revenus conséquents mais seul, toujours seul, son journal intime est son seul confident.
Il se rêve une autre vie, des passions torrides.
Il se croit responsable des malheurs des autres, il veut les libérer des chaînes dans lesquelles elles se sont laisser enchaîner.
Il tient ce qu'il croit être la solution, dans une petite boîte.
Deviendra t il justicier ?

J'ai éprouvé le besoin, ce petit classique refermé, de relire la fin de Gregorius, l'autre livre reprenant les mêmes personnages en changeant le "héros", la vision finale n'est plus du tout la même.
On découvre la signification du "petit pas, mais décisif." On sourit à l'idée d'"ouvrir la bouche, et poser toutes ces questions."
L'exploit littéraire de Bengt Ohlsson apparaît alors beaucoup plus impressionnant. Comment deux auteurs peuvent ils tisser la trame de deux romans qui s'imbrique si parfaitement l'un dans l'autre !
Bel hommage à Hjalmar et chapeau monsieur Bengt !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
5Arabella
  17 juillet 2016
Le docteur Glas, est un personnage plutôt solitaire, qui rêve plus sa vie, entre souvenirs et projections dans la vie des autres. le jour où Mme Gregorius, la jeune et jolie femme du pasteur, se confie à lui, il est poussé à passer à l'action, et changer le cours du destin.
Hjalmar Söderberg a une très jolie écriture, poétique et impressionniste. Et raconte par touches légères ce personnages, en marge, qui regarde les autres, mais qui agit peu, surtout pour lui-même. Même s'il ne semble pas juger la société, il en montre les hypocrisies et injusices, l'air de rien. Inapte au bonheur, le docteur pense pouvoir changer le cours de la vie des autres, et au final en voit l'inanité.
Je suis très curieuse maintenant de lire Gregorius de Bengt Ohlsson pour voir comment l'auteur a imaginé l'envers du décor et comment il fait parler le pasteur, pas très sympathique de Hjalmar Söderberg.
Commenter  J’apprécie          20
myloubook
  11 avril 2016
Le docteur Glas travaille à Stockholm à la fin du XIXe. Parmi ses patients, la femme du Révérend Gregorius, qui fait appel à lui pour le supplier de convaincre son mari de ne plus exiger d'elle de faire son devoir d'épouse. Madame Gregorius est belle et jeune, tandis que le révérend vieillissant a toujours inspiré un certain dégoût au docteur, qui accepte d'ingérer dans la vie du couple. Il met d'abord en avant la santé de madame, puis, quand cela ne suffit pas, suggère une faiblesse du coeur du révérend qui rend dès lors la chose impossible, l'enjoignant même à aller faire une cure sans être accompagné de son épouse. Madame Gregorius est bien évidemment très reconnaissante au docteur, qui ne retire aucun bénéfice de la situation puisque la belle a déjà un amant.

Il m'a été difficile de pleinement savourer ce livre, dont je reconnais les qualités littéraires mais dont les personnages n'ont pas su éveiller mon intérêt, ni ma sympathie. le docteur est un personnage difficile à saisir, tourmenté. Ainsi, après avoir appliqué de stricts principes moraux (refusant par exemple d'aider à avorter pour, des années plus tard, s'apercevoir qu'un enfant qu'il a "sauvé" est né difforme), il outrepasse son rôle de médecin pour des motifs assez douteux. le postulat de départ m'a séduite et j'ai apprécié de voir le docteur se dépétrer entre une morale rigide et des impulsions qu'il cherche à rationaliser et à justifier. Néanmoins, j'ai eu du mal à le trouver tout à fait crédible tandis que certaines de ses réflexions m'ont plutôt ennuyée. Je ressors ainsi perplexe de cette lecture, dont j'ai apprécié certains aspects sans me laisser vraiment emporter. Je regrette d'être passée un peu à côté de ce livre.
Lien : http://www.myloubook.com/arc..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Etes-vous incollable sur la littérature scandinave ?

Qui est l'auteur du roman "Bruits du cœur" ?

Herbjørg Wassmo
Jens Christian Grondhal
Sofi Oksanen
Jostein Gaarder

15 questions
103 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature scandinaveCréer un quiz sur ce livre