AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2330009933
Éditeur : Actes Sud (12/09/2012)

Note moyenne : 4.04/5 (sur 12 notes)
Résumé :
La carrière de Maurice Papon est retracée dans cet album. Préfet puis ministre de la République, il fut aussi impliqué dans la déportation des Juifs sous Vichy. Il sera jugé cinquante ans plus tard.
Source : Electre
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Crossroads
  21 août 2014
Papon et Alizée, même combat. En effet, tous deux adorent enquiller en boucle " C'est pas d'ma faute à moi...".
Crimes de papier ou l'itinéraire d'un petit fonctionnaire zélé.
1942.
La France est occupée.
Papon, alors secrétaire général de la préfecture de Gironde et petit doigt sur la couture, l'est tout autant à satisfaire les exigences toujours plus pressantes de l'envahisseur allemand.
Rouage plus qu'actif de la politique du chiffre, il contribuera largement à ce que les quotas de déportation soient les plus performants possible.
Voici son histoire...
Tous comme de nombreux dignitaires allemands jugés à Nuremberg, Papon, toute sa vie, n'aura eu qu'une ligne de conduite : responsable mais pas coupable.
Se retranchant systématiquement derrière une santé vacillante, lors de son procès, et un leitmotiv récurrent de petit fonctionnaire obéissant alors aux ordres sans jamais pouvoir les infléchir, Papon aura finalement traversé l'histoire sans véritablement faire repentance ni payer son dû pour l'ensemble de son oeuvre liberticide et mortifère.
Déportations, répressions sanglantes ( 1961 et 62 ), autant d'actes manuscrits visant à prouver que la violence physique n'a pas le monopole de l'horreur.
Le coup de crayon précis et l'encrage bicolore austère rendent parfaitement hommage à cette bien triste parenthèse historique, beaucoup moins à son zélé protagoniste...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          442
jovidalens
  13 juillet 2013
La lecture terminée, je suis restée sans voix : sujet difficile, complètement maitrisé et avec quel brio !
Le sujet : l'affaire Papon, depuis son poste à Bordeaux jusqu'à son procès et surtout les questions que cette affaire soulève, son impact sur notre imaginaire et sur notre réflexion.
Dans l'imaginaire populaire des siècles précédents, la guerre était l'affaire des professionnels et le citoyen commun pouvait être relativement épargné, si situé derrière la ligne de front. La seconde guerre mondiale a changé la donne : chacun peut être à la fois victime et acteur, même par le non-dit. Un long travail a été effectué pour disséquer, comprendre et affronter le fait que l'extermination en masse passe par une parcellisation des tâches, une responsabilité rejetée sur l'élément immédiatement supérieur : l'obéissance aux ordres, ce fameux rapport de dépendance à l'autorité, effrayant rouage de l'efficacité. Et c'est bien l'objet de cet ouvrage : Papon grand laquais d'Etat dont l'obéissance aux ordres équivaut à un cautionnement.
Née après la guerre, mon adolescence a été bercée par les chants des partisans, les récits de tous ces héros de la résistance, les films que programmait la seule chaîne de télévision entre « Nuit et Brouillard », « Les Canons de Navaronne », « La Bataille du Rail ». La France était grande et elle avait résisté à l'envahisseur ! C'était sécurisant ! Après Malraux et Kessel, il ya eu Astérix. Et puis, les années passant, il y a eu d'autres voix, il y a eu d'autres dictatures en Asie, en Amérique Latine et cette interrogation lancinante : comment des hommes peuvent-ils devenir les bourreaux sourds et aveugles de leurs concitoyens. Puis des débuts d'explication …le choc des procès comme ceux d'Eichmann et de Papon.
Notre « imaginaire nationale » a du en rabattre. le régime de Vichy a été, de fait, un gouvernement de la France et il fallu attendre un certain discours du Président Chirac pour reconnaitre la complicité de Vichy dans la déportation des juifs. Et oui notre police a été mise à contribution, pas seulement la milice.
C'est aussi ce dur cheminement qui est raconté derrière le propos de ce roman graphique.
Sans oublier que les auteurs de cet ouvrage sont nés l'un et l'autre au début des années 1980 : ce sont nos/mes enfants et ils peuvent poser un regard serein sur les cinquante années qui ont suivi l'occupation. C'est le temps de l'Histoire.
La mise en scène est rigoureuse, basée sur des faits réels, étayée par le choix des séquences et des documents maintenant historiques du procès. Même pour un néophyte, la progression du récit est claire. Sacré travail d'analyse pour effectuer ce choix. le prologue : la fin du procès Papon en 2002 et puis par flash-backs, suivi de la carrière de cet important laquais de l'Etat et des exactions qui émaillent son parcours. Papon reste un mystère, dissimulé derrière son masque et son arrogance. Eichmann apparaitrait presque moins distant, plus…humain !
Intelligence du scénario qui entrelace à ce récit oppressant de bassesse celui d'Arthur, dont la vie va être détruite : ses parents ont été « raflés », il sera séparé de la femme qu'il aime pour cause de judéité. Seul rescapé avec sa soeur de ce naufrage ; elle choisira de vivre en rayant d'un trait ce passé, lui consacrera sa vie à trouver, à nommer les coupables. Et, dans ce roman, c'est lui le symbole de tous ces gens qui ont cherché pendant des années, des décennies, retrouvé aux quatre coins du monde les dirigeants, les responsables de ces horreurs pour les amener devant une cour de justice.
Roman graphique superbement composé, servi par un dessin en noir et blanc, qui a l'exactitude d'un dessin d'architecte, la précision d'une photo. Jean-Baptiste B est , bien sûr un fin observateur :il capte avec tendresse les gestes, les regards et ce qu'ils traduisent de l'être, de la pensée qui le traverse. Rien qu'avec quelques gris nous sentons la chaleur qui règne sur ce sud-ouest, la lumière de la baie d'Ajaccio, la fraîcheur de l'ombre d'une tonnelle, le froid glacial du camp de concentration ou la froid humide et gluant des bords de Seine de l'année 1961.
Super bien titré ces « Crimes de Papier » sont illustrés, déclinés à la tête de chacun des trois chapitres qui constituent ce roman : une liasse d'ordre d'arrestation de juifs sous laquelle a giclé une tâche noire, de sang ? d'encre ?, quelques enveloppes datées de 1947 adressées à Isabelle, l'amour d'Arthur jetées en vrac sur un support éclaboussé d'une tâche noire…, un carnet fermé par un élastique sous lequel se répand…
Enthousiaste et touchée par ce roman, un extrait de la préface de Me Zaoui sera plus explicite : «C'était une gageure de présenter sous cette forme populaire et directe la terrible réalité de l'histoire française sous l'occupation, de faire admettre sans l'édulcorer le fait que notre pays, par l'intermédiaire de certains de ses agents comme Maurice Papon, s'était rendu complice de crimes contre l'humanité. le pari a été gagné…Car les auteurs ont su, avec émotion et talent, transcrire le sérieux du procès Papon et ce qu'il a révélé de cette catastrophe du XXe siècle.»
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
IreneAdler
  17 septembre 2012
Coupable, non coupable ? Maurice Papon, le cas Papon est une énigme. Coupable d'avoir signé les papiers, oui. D'avoir obéi aveuglement aux ordres venus de très haut. Oui et non. Certains ont eu le courage de désobéir, l'ont parfois payé de leur vie. La justice a tranché : coupable.
Pourtant : légion d'honneur, préfet de police de Paris (manifestations de 1961, Algériens dans la Seine), ministre. Il donne surtout l'impression d'être une anguille très chanceuse. Enterrée avec les honneurs.
Commenter  J’apprécie          90

critiques presse (1)
BoDoi   04 octobre 2012
Malgré la densité du sujet, le livre réussit le pari d’être riche et fluide à la fois. [...] Un scénario qui peut compter sur Jean-Baptiste Bertholom, dont le graphisme en noir et blanc, froid et presque photographique sied tout à fait au récit.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
CrossroadsCrossroads   17 août 2014
- Mr Eichmann, malgré la contrainte d'obéissance que vous affirmez depuis le début de ce procès, vous considérez-vous comme coupable de la mort de millions de juifs ?
- D'un point de vue juridique, non.
Commenter  J’apprécie          236
jovidalensjovidalens   13 juillet 2013
Le nazisme avait une philosophie de l'action criminelle et une bureaucratie de l'action criminelle. Vichy n'avait pas de philosophie criminelle, mais disposait bien d'une bureaucratie criminelle
Ce n'est pas la signature qui fait la démonstration de la responsabilité, mais la seule implication dans la chaîne de responsabilité de la mise en oeuvre du crime.
La défense veut trop coller au droit administratif. On donne la sensation d'une immunité, d'une totale irresponsabilité pénale.
Le crime contre l'humanité se découpe en une infinité d'actes criminels indissociables les uns des autres. Il s'agit d'un crime collectif.
M. Papon, qu'il le veuille ou non, a participé à cette chaîne de mort.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
IreneAdlerIreneAdler   18 septembre 2012
Garat : "Comme il n'y a pas assez de Juifs étrangers pour satisfaire les quotas de 1000 Juifs par convoi...on complètera par les Juifs français détenus dans les camps d'internement." Qu'attendez-vous de moi ?
Papon : Videz le fort et Mérignac.
Commenter  J’apprécie          60
autres livres classés : régime de vichyVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1350 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre