AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782812619458
144 pages
Éditeur : Editions du Rouergue (08/01/2020)

Note moyenne : 4.22/5 (sur 23 notes)
Résumé :
Lorsque les Langlois arrivent à Carmac, ce village perdu dans une vallée montagneuse où tout le monde se connaît et se ressemble, ils font l'effet d'une apparition. Des gens comme eux, aussi riches, aussi heureux, on n'en fréquente pas. Ils se font construire un chalet impressionnant, face à la maison modeste d'Anna et de Constant. Entre les deux couples se noue une relation ambiguë, faite de fascination, de gêne, bientôt de jalousie, peut-être de racisme.
Ca... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
Nat_85
  12 juillet 2020
Quatrième roman de Samira Sedira, » des gens comme eux « est publié en cette année 2020 aux éditions du Rouergue.
p. 12 : » La vie est paisible à Carmac, tranquille et ordonnée. Mais ce qu'il y a de plus impressionnant, ici, à l'arrivée de l'hiver, c'est le silence. «
L'arrivée de la famille Langlois dans le petit village de Carmac attise la curiosité des habitants. Il faut dire que Bakary Langlois est chef d'entreprise et noir. Alors, la manière dont ils exhibent leur réussite suscite la fascination autant que la gêne. Mais leur sympathie et leurs efforts pour s'intégrer vont vite faire l'unanimité. C'est tout naturellement qu'ils se rapprochent de leurs voisins, Constant et Anna Guillot et leurs deux filles, partageant de conviviaux moments.
p. 13 : » C'est peut-être à cause de ce vacarme que personne n'a rien entendu le soir où ils ont été tués. On dit qu'il y a eu des hurlements, des coups de feu, des supplications. Mais les murs du chalet ont tout absorbé. Un carnage à huit clos. Et personne pour les sauver. Dehors pourtant, pas la moindre respiration du vent. Rien qu'un interminable silence d'hiver. «
Qu'est-ce qui va pousser Constant à commettre l'irréparable ? Quel est l'élément déclencheur qui va faire bousculer un homme lambda à accomplir une telle atrocité ?
p. 22 : » C'est au cours de cette nuit affreuse que j'ai réalisé que tu étais devenu indissociable de moi, puisqu'un jour je t'avais aimé et que l'histoire de ta vie avait rejoint l'histoire de la mienne dans un irréparable malheur. «
Dans une narration très personnelle et bouleversante, Anna revient sur le parcours de vie de son compagnon, depuis leur rencontre, tentant non pas de justifier mais tout du moins de comprendre le processus de son passage à l'acte inéluctable. Un geste atroce dont sa femme deviendra le principal dommage collatéral.
p. 58 : » Moi qui partageais ta vie, et te connaissais mieux que quiconque, je voyais bien que quelque chose, en toi, s'était fissuré. Quelque chose que tu avais fini par consolider, mais dont l'équilibre fragile risquait à tout moment de céder. «
Au cours du procès, lorsque l'avocat général interrogera ses amis et son entourage, tous répondront l'homme honnête et de valeurs ils côtoyaient quotidiennement et bon père de famille de surcroît. Mais peut-être qu'à bien y réfléchir, il y avait quelque chose de sous jacent…
p. 123 : » – Comment expliquez-vous son geste ?
– On se l'explique pas, mais… parfois, parfois je me dis qu'il a peut-être… été blessé.
– Par qui ? Par quoi ?
– Par la vie, par monsieur Langlois, quelque chose comme ça. «
Inspiré d'un fait divers, » des gens comme eux » est le reflet d'un drame sociétal dont chacun porte sa part de responsabilité, et de l'ambiguïté entre la notion de bien et de mal.
p. 139 : » Je ne sais pas si nous sommes tous capables de tuer avec autant de sauvagerie que tu en as eue. Je ne comprends toujours pas d'où elle a pu jaillir, ce mystère me hantera probablement jusqu'à la fin. Ce que je sais, en revanche, c'est qu'autour de toi, il n'y a pas d'innocents. Nous avons tous collaborés. Et j'insiste sur le mot « collaborer ». Comme une contribution, en chaîne, à un résultat. A un drame atroce. Un désastre. Notre désastre. Je me dis aussi que peut-être il y avait des mots qu'il aurait suffi de dire pour t'empêcher de sombrer, mais nous ne savions même pas que nous étions en train de te perdre, nous ne l'avions pas encore compris. «
Mariage subtil de la sensibilité, de l'humilité et de la pudeur dans une écriture percutante. Coup de coeur !
Lien : https://missbook85.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
croquemiette
  07 juillet 2020
Avec Des gens comme eux, je découvre Samira Sedira, dont c'est le quatrième roman. Et je dois bien avouer que sa plume m'a plu !
Nous sommes à Carmac, un bled paumé en montagne, et l'arrivée des Langlois, couple mixte aisé, fait jaser. C'est que le mari est noir et ça étonne, au village, qu'il ait autant d'argent et les moyens de se faire construire un énorme chalet. Ils sont beaux riches, sensuels... ce qui déchaîne curiosité et jalousie auprès du voisinage.
Nous suivons également un autre couple, Anna et Constant, qui vivent à côté des Langlois. Ils sympathisent très vite, surtout les deux hommes. Constant est fasciné par son nouveau voisin, à qui tout semble sourire.
Jusque là, tout va bien... Sauf que très vite, on comprend que Constant a massacré la famille Langlois, les parents et leurs trois enfants. Anna, sa femme, nous raconte et revient sur le drame et comment elle n'a rien vu venir.
Ce roman est inspiré d'un fait divers. J'ai aimé l'alternance des scènes de procès, plutôt réussies, et des souvenirs d'Anna. le roman est écrit au "tu", elle s'adresse à son mari dont elle tente de comprendre les actes, ce qui m'a un peu dérangée. de plus en plus de romans sont écrits à la deuxième personne du singulier et ça ne fonctionne pas toujours. Dans ce cas, j'ai trouvé que ça a créé de la distance, assez paradoxalement, entre Anna et son époux.
Le décor est bien planté. J'ai été immergée dans ce petit village franchouillard, pétri de clichés et de racisme. La vie de village y est bien décrite : les fêtes, les piliers de comptoirs, les ragots...
De plus, ce roman pose une problématique forte et morale. Qu'est ce qui nous pousse au meurtre ? Un homme "normal" peut-il tuer ?
Au delà d'une réflexion sur le racisme, ce roman met en avant les différences de classes et la violence que peut engendrer le sentiment d'injustice sociale.
Une très bonne lecture ! Je recommande vivement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Alalettre
  08 janvier 2020
C'est avec la même « humanité tremblante » que la plume de Samira Sedira évoque, dans ce quatrième roman, quelques tranches de vie, partages de bonheurs simples, joies des fêtes communales, avant le surgissement d'incompréhensions, de faux-fuyants, de jalousies, de vexations, de non-dits et de souffrances intimes. Pour décortiquer finalement la mécanique intime de la vengeance, celle qui mènera au meurtre, à la fêlure majeure d'une communauté villageoise isolée, perchée quelque part dans les hauteurs des montagnes et de leurs paysages bucoliques.
Samira Sedira a le sens de la tragédie (un vase clos et un destin dévastateur) mais elle traite cette affaire (inspirée d'un fait divers réel) avec une telle douceur, elle décrit ces humanités avec une telle empathie et ses défauts avec une telle tendresse que lorsque ces petits travers conduisent au drame, – l'horreur absolue de l'assassinat d'une famille entière (parce qu'elle est plus riche, ou parce que Bakary Langlois est Noir, ou parce que cette famille est et restera étrangère, ou encore parce que leur maison est trop belle ?) – il est impossible de ne pas se retrouver confronté à cette interrogation perturbante : qui sont les véritables pousse-au-crime, quelle est cette société qui, de replis en replis, peut faire instantanément fondre l'humain et libérer l'animal ?
La construction du récit est simple et solide, exposé du point de vue de la compagne du meurtrier et faisant alterner scènes du procès et retours en arrière, dans l'espoir (vain ?) de comprendre comment et pourquoi survient le passage à l'acte, où se pose la virgule qui mène à la folie, où commence le chemin qui mène à l'enfer.
Comme toujours, l'écriture de Samira Sedira convainc par sa simplicité, sa fluidité, ses couleurs et sa capacité d'aller à l'essentiel dans un subtil agencement des mots. C'est court, c'est fort, c'est un bouquin à découvrir, puis à déguster, qui installe définitivement Samira Sedira dans la liste des auteurs à suivre et à aimer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Calimero29
  02 février 2020
Je découvre Samira Sedira avec ce roman coup de poing que j'ai lu d'une traite, happée par la mécanique implacable qui fait d'un homme sans histoire un quintuple assassin.
Ce roman s'inspire de l'affaire Xavier Flactif, en 2003, au Grand-Bornand qui avait défrayé la chronique. Dans un village de montagne, replié sur lui-même, où tout le monde se connaît, arrivent un couple et ses 3 enfants qui respirent l'aisance matérielle et la joie de vivre. Ils organisent des réceptions où sont conviés les gens du village et parmi eux Constant et Anna, leurs voisins. Une relation ambiguë s'établit entre les deux couples, créant un climat malsain : Anna est embauchée comme femme de ménage par le couple, Constant ne le supporte pas, se sentant rabaissé; Constant confie les économies de ses parents au couple qui lui fait miroiter une rentabilité élevée mais lorsque Constant, subodorant une affaire pas nette, lui réclame son argent, il n'arrive pas à le récupérer.
Un jour, obsédé par cet argent, symbole de ses échecs accumulés, lui qui aurait pu devenir un grand champion de saut à la perche si un accident n'avait réduit ses espoirs à néant, aveuglé par la haine qui n'a cessé de croître face à la condescendance et au mépris du couple, rongé par une jalousie d'autant plus viscérale qu'elle se double d'un racisme qui ne dit pas son nom (le voisin est noir), il massacre les cinq membres de la famille.
La narratrice, Anna, suit le procès de son mari et se rappelle comment tout a commencé. A travers sa voix, Samira Sedira dissèque les ressorts qui peuvent transformer un homme "normal" comme le qualifient ses amis en assassin. L'élément déclencheur, ici, une grimace mal interprétée de la fille aînée du couple, paraît sans aucune proportion face à l'acte mais il s'insère parfaitement dans le schéma mental de Constant, qui se sent méprisé.
Au coeur de ce roman, apparaissent des thèmes comme la peur de l'étranger dans un milieu fermé et homogène, le fossé entre des classes sociales différentes, thèmes qui semblent chers à l'auteur.
C'est glaçant mais magistral; l'écriture est ciselée, percutante, tendue; même si on connaît le dénouement d'entrée de jeu, on veut comprendre comment cet homme lambda a pu se transformer en quelques minutes en assassin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Komboloi
  04 juin 2020
Un livre glaçant inspiré d'un vrai fait divers dont je n'avais pas connaissance.
La construction du roman est implacable entre flash du procès et retour dans le passé pour comprendre comment le meurtrier en est arrivé là. L'ecriture est soigné et c'est intéressant d'avoir pris l'angle de l'épouse qui revit les faits en cherchant à comprendre ce qui a motivé son mari à passer à l'acte. Ce sont ses souvenirs, les retours en arrière qui vont faire ressurgir toutes les petites alertes qui sont passées inaperçues.
Le roman est court, il se lit vite, et pourtant il y a quelques défauts dans le rythme du recit à mon sens. le début prend son temps en posant patiemment les bases du recit mais la fin est précipitée. J'ai apprécié la dernière partie en rupture mais on passe du procès à cette dernière partie de manière très brusque.
Quelques pages supplémentaires pouvaient permettre d'aller un peu plus loin en se mettant par exemple dans la peau d'un membre du jury du procès.
Toutefois je comprends le souhait de l'auteur de rester bref, concis, implacable. Il ne faut pas tomber dans l'excès et faire du remplissage mais cela aurait pu être un peu plus creusé avec un rythme plus régulier.
Ceci dit, ce livre reste un bon roman que je recommande. Rapide à lire, bien écrit, c'est une vraie plongée dans ce fait divers glaçant qui ne manquera pas de bousculer un peu le lecteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
Nat_85Nat_85   12 juillet 2020
Nous ne pouvons désespérer des hommes, puisque nous sommes nous-mêmes des hommes.
Commenter  J’apprécie          20
Nat_85Nat_85   12 juillet 2020
"Voilà ce que j’ai fait » dit ma mémoire.
"Je n’ai pu faire cela « , dit mon orgueil.
Commenter  J’apprécie          00
AlalettreAlalettre   08 janvier 2020
Je ne sais pas si nous sommes tous capables de tuer avec autant de sauvagerie que tu en as eue. Je ne comprends toujours pas d’où elle a pu jaillir, ce mystère me hantera probablement jusqu’à la fin. Ce que je sais, en revanche, c’est qu’autour de toi, il n’y a pas d’innocents. Nous avons tous collaboré. Et j’insiste sur le mot « collaborer ». Comme une contribution, en chaîne, à un résultat. A un drame atroce. Un désastre. Notre désastre. Je me dis aussi que peut-être, il y avait des mots qu’il aurait suffi de dire pour t’empêcher de sombrer, mais nous ne savions même pas que nous étions en train de te perdre, nous ne l’avions pas encore compris.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
collectifpolarcollectifpolar   31 janvier 2020
La vie est paisible à Carmac, tranquille et ordonnée. Mais ce qu’il y a de plus impressionnant, ici, à l’arrivée de l’hiver, c’est le silence. Un silence qui s’étale partout. Un silence tendu d’où se détache le moindre bruit : le pas d’un chien errant qui crépite sur les feuilles mortes, une pomme de pin qui dégringole entre les aiguilles sèches, un sanglier affamé qui creuse fébrilement la terre, les branches nues d’un marronnier qui s’entrechoquent au passage de l’air, ou d’un envol de corneilles…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
nathavhnathavh   21 mai 2020
Il y a des musiques qui nous emportent sans qu'on sache par où elles nous attrapent. Dancing Queen étaient de celles-là. C'était la première fois qu'on dansait ensemble, tous les six, sur cette chanson, mais ce qu'elle éveillait en chacun de nous cueillait avec la même fulgurance qu'une photo de jeunesse. Elle symbolisait ce que nous avions perdu, et cette nostalgie que nous partagions nous rappelait que nous avions traversé le monde au même moment. Traverser le monde au même moment, c'est pas rien quand on y pense. Dans un élan de communion, et sans nous lâcher du regard, on s'est mis à danser sans retenue. A chaque fois qu'on hurlait le refrain, c'était en réalité notre amour et notre désir désespéré d'éternité qu'on gueulait. Nous n'avions jamais été si proches qu'en cet instant, et si Dancing Queen avait pu résonner jusqu'à la fin des jours et nous préserver de la dureté des événements, jamais nous aurions eu à en souffrir.
Hélas les chansons ne durent pas. Quand brusquement elles s'arrêtent, la brutalité du monde nous apparaît, et nous devons continuer sans elles. Aujourd'hui, quand je repense à ce moment, les larmes me viennent, et je ne peux m'empêcher de les voir comme un prélude au drame.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Samira Sedira (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Samira Sedira
Samira Sedira "Murmure" 13 avril 2020 "Murmure": instantanés de confinement sur desmotsdeminuit.fr
Vous pouvez vous abonner à notre chaîne et activer la petite cloche pour ne rater aucune vidéo !
A B O N N E Z V O U S : https://culturebox.francetvinfo.fr/des-mots-de-minuit/ F A C E B O O K : https://www.facebook.com/desmotsdeminuit.fr/ T W I T T E R : @desmotsdeminuit
autres livres classés : huis-closVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1900 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

.. ..