AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782848051673
249 pages
Éditeur : Sabine Wespieser (02/10/2014)

Note moyenne : 3.78/5 (sur 170 notes)
Résumé :
En août 1937, le jeune Franz Huchel quitte ses montagnes de Haute-Autriche pour venir travailler à Vienne avec Otto Tresniek, buraliste unijambiste, bienveillant et caustique, qui ne plaisante pas avec l'éthique de la profession. Au Tabac Tresniek, se mêlent classes populaires et bourgeoisie juive de la Vienne des années trente.
Si les rumeurs de la montée du national-socialisme et la lecture assidue de la presse font rapidement l'éducation politique du monta... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (64) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  10 mars 2016
Août 1937. C'est ce fameux jour où un violent orage s'abattit sur le Salzkammergut, au pied des Alpes autrichiennes, que la vie de Franz Huchel bascula. Suite au décès d'un ami de sa maman, qui, substantiellement, alimentait le compte en banque de cette dernière tous les mois, le jeune homme de 17 ans se vit contraint de quitter sa Haute-Autriche pour la ville de Vienne. Là-bas, un vieil ami, Otto Tresniek, buraliste de son état, vétéran et mutilé de guerre, veut bien l'accueillir dans son commerce pour lui donner un coup de main. Très vite, même si ses montagnes et ses champs lui manquent, Franz tombe amoureux de la ville et trouve en Otto un mentor qui lui ouvre l'esprit. Mais, il ne connait pas encore l'amour. Et, sa rencontre avec une jeune bohémienne et artiste de cabaret va le bouleverser. Apprenant que le célèbre docteur Sigmund Freud fréquente la tabac d'Otto, il espère ainsi recevoir quelques conseils...
En plein coeur de Vienne, l'on fait la connaissance de Franz, venu tout droit de ses montagnes, et qui va entrer de plein pied dans la vie. Outre l'amour qui le submerge, il devra faire face à une société "nouvelle". Nous sommes en 1937, soit un an avant l'Anschulß, l'Allemagne nazie étend son pouvoir et ses convictions. Certaines personnes tentent encore de faire front, notamment Otto, en acceptant les Juifs dans son magasin. le jeune Franz, quant à lui, ne comprend pas vraiment ce que l'on peut leur reprocher. L'auteur nous plonge à la fois dans une ambiance calme, légère, drôle avec ces échanges entre Freud et Franz, et dramatique. Un beau roman d'apprentissage porté par une écriture poétique et délicate...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          520
Ellane92
  03 mars 2017
Je participe au prix CL entre autre pour découvrir des livres que je n'aurais jamais lu de moi-même. Je fais souvent, de cette manière, deux ou trois belles découvertes par an. le tabac Tresniek n'est pas un livre que j'avais envie de lire de prime abord. Et bien, il fait sans aucun doute partie de mes belles découvertes de cette année !
Ce livre de R. Seethaler tient à la fois du roman d'apprentissage et de la peinture sociale d'une Vienne d'avant-guerre, décrivant la montée nazie précédant le début de la seconde guerre mondiale au travers du regard d'un jeune garçon de la campagne qui monte à la capitale. Franz est un jeune garçon touchant, un candide, un pur, sans pour autant être niais. Sa simplicité et sa ténacité lui feront découvrir l'amour, pas toujours simple, l'amitié d'un vieux monsieur à la fois professeur et juif, un certain Sigmund Freud, le monde parfumé des cigares que vend son maitre d'apprentissage, l'unijambiste Otto Tresniek, tout en gardant en lui l'image du lac auprès duquel il a grandi et en chérissant sa mère, avec laquelle il correspond.
Le sujet est grave, le monde devient fou, les voisins se battent ou se dénoncent, la gestapo surveille les entrées et sorties des bâtiments, les courriers, et les intellectuels sont en dangers et s'enfuient tandis que l'Autriche change... Parfois même, des gens disparaissent quand ils sont emmenés à l'hôtel Metropol.
Les évènements ne glissent pas sur Franz, ils le sculptent, le dégrossissent, pour qu'il ne reste plus que l'essentiel : un jeune homme ouvert, juste, bienveillant et courageux. Mais bien sur, pas plus le monde d'avant-guerre que celui d'aujourd'hui ne peut se permettre de laisser marcher dans ses rues de tels jeunes gens.
Un livre que je vous conseille.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          420
Annette55
  25 février 2015
Oú nous côtoyons dans cet ouvrage, un certain août 1937, Sigmond Freud, un vieillard célébre certes mais désabusé et épuisé d'un cancer qui lui ronge la bouche et oú une autre tumeur gâte son quotidien :la montée du national-socialisme dans son pays et l'attraction de la croix gammée...C'est une plongée captivante dans la Vienne de ces années là. Ainsi, " le docteur des fous" dont le monde vieillissait de jour en jour ,va croiser le jeune Franz Huchel venu de son Salzkammergut natal, un petit montagnard naïf, un peu inculte, envoyé dans la capitale par sa mère, employé d'Otto Tresniek, un buraliste unijambiste qui vend du plaisir, du désir, parfois du vice, chez qui le docteur Freud achète la presse et ses havanes....Franz est un coeur tendre, un garçon en pleine éclosion, très vite mis au fait de la situation politique. Il va faire son éducation sentimentale dans cette Vienne animée et bourgeoise oú il découvre l'érotisme dans les cabarets secrets du Prater. Follement amoureux d'une insaisissable bohémienne nommée
Anezka, Franz mendiera auprés du vieux Freud des conseils sur les femmes et l'amour , " cet incendie de forêt que personne ne veut ni ne peut éteindre ".....
Son insouciance sera bientôt annulée par la dangerosité de l'époque, l'Anschluss et l'irruption de la Gestapo...L'écrivain se glisse avec bonheur dans une langue élégante, à la fois réaliste, chatoyante et imagée, un humour caustique, une intrigue oú la tension ne se relâche pas,dans la peau du jeune Franz, vif et curieux, candide mais de moins en moins : un monde en clair obscur, une société déboussolée,malgré les douceurs pâtissières de la cuisine Viennoise, les exquises odeurs de chocolat chaud et d'amandes fraîchement grillées, les parties de tir et les tours de grande roue...
L'horreur va bientôt triompher de l'innocence : "Dans ce monde qui est devenu fou, une tumeur, un cancer, un bubon de peste puant et purulent va bientôt éclater et déverser son contenu répugnant sur l'ensemble de la civilisation".....
Un beau roman sur les mystères du sentiment amoureux et l'éveil brutal d'une conscience politique...
Même si ces événements tragiques ont été de nombreuses fois évoqués, l'ouvrage vaut le détour par la beauté de l'écriture, la reconstitution du 19 Berggasse oú recevait Sigmond Freud....il vivait là depuis cinquante ans,avec son épouse Martha et sa fille Anna jusqu'à son départ pour Londres début 1938....et la peinture de cette Vienne encore aisée et frivole, plus pour longtemps.....
Un auteur autrichien à découvrir!

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          392
Shan_Ze
  02 mars 2017
1937. A la mort d'un homme riche dont sa mère était la très chère amie, Franz Huchel est envoyée par sa mère à Vienne pour subvenir à ses besoins. Il assiste Otto Tresniek, un vieil ami de sa mère qui tient un bureau de tabac dans la capitale autrichienne. le jeune Franz va grandir dans cette ville où commencent à monter les pensées antisémites. Son côté émotionnel va aussi naître en s'attachant à une Anezka, jeune fille insouciante. Bouleversé, il va demander quelques conseils un certain Sigmund Freud…
Le tabac Tresniek est un roman qui aborde plusieurs thèmes comme l'amour, la différence et quelques réflexions philosophiques avec le célèbre Freud. Robert Seethaler a une très belle plume qui décrit aussi bien les sentiments qu'une ville en ébullition avec la montée du nazisme. L'écriture permute entre sérieux et légèreté sans jamais être brusque. le tabac Tresniek, c'est la fougue de la jeunesse, une amitié improbable (sans doute fictive), une ville vivante malgré ce climat de haine qui couvre le tout d'un nuage noir… Un livre touchant rappelant les difficiles moments de notre Histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          261
Pirouette0001
  28 octobre 2014
Malgré les coups de coeur chez différents libraires pour ce livre ou à cause de ceux-ci, je ressors de cette lecture un peu déçue.
Certes, ce n'est pas mal comme livre. Mais sans plus.
La montée du nazisme à Vienne en 1937 et 1938, au moment de l'Anschluss, vue à travers les yeux d'un jeune autrichien qui débarque de sa montagne et travaille chez un buraliste, qui vend notamment à des juifs.
L'idée était intéressante, quoique galvaudée. Il faut faire vraiment fort pour être original et là, l'auteur ajoute une improbable amitié entre cet apprenti buraliste et Sigmund Freund. Pour moi, cela n'a aucune crédibilité et a enlevé une grande partie du charme que ce livre pouvait avoir, notamment à travers la correspondance échangée par cet apprenti avec sa mère, restée au pays. J'aurais préféré que l'auteur n'effleure pas ses personnages mais nous révèle plus de leur substance. Enfin, à nouveau, avis strictement personnel.
Commenter  J’apprécie          240

Citations et extraits (37) Voir plus Ajouter une citation
marina53marina53   10 mars 2016
Ça fait un bon moment que je suis à la ville maintenant, mais franchement, c'est comme si tout m'était de plus en plus étranger. Mais c'est peut-être toujours comme ça dans la vie: dès la naissance on s'éloigne tous les jours un peu plus de soi, et il arrive un moment où on ne sait plus du tout où on en est. Est-ce possible que ce soit vraiment comme ça ?
Commenter  J’apprécie          290
Shan_ZeShan_Ze   01 février 2017
Personne ne sait rien de l'amour. Et pourtant, la plupart des gens l'ont vécu à un moment ou un autre. L'amour va et vient, on n'est pas plus avancé sur l'amour après qu'avant, et encore moins quand il est là. Je vais te dire une chose : personne n'est vraiment fait pour l'amour, et pourtant, ou peut-être justement à cause de ça, il attrape presque tout le monde un jour ou l'autre !
Commenter  J’apprécie          240
OttoDidaktOttoDidakt   27 février 2021
Tu me demandes si je sais quoi que ce soit de l'amour. À vrai dire, je ne sais rien de l'amour. Même si je l'ai connu. Personne ne sait rien de l'amour. Et pourtant, la plupart des gens l'ont vécu à un moment ou à un autre. L'amour va et vient, on n'est pas plus avancé sur l'amour après qu'avant, et encore moins quand il est là. Je vais te dire une chose : personne n'est vraiment fait pour l'amour, et pourtant, ou peut-être justement à cause de ça, il attrape presque tout le monde un jour ou l'autre.

Cela me fend le cœur d'apprendre que tu es parfois triste. Que te dire ? Il y a autant de manières d'être triste que de moments dans la vie. Et même peut-être encore plus. Que tu saches d'où vient tel ou tel moment de tristesse ne change rien à l'affaire. Cela fait partie de la vie. Si tu veux mon avis, même les animaux ont leurs moments de tristesse. Et peut-être même aussi les arbres. Il n'y a que les pierres qui n'en n'ont pas. Elles restent simplement là par terre sans rien faire. Mais qui aurait envie d'être une pierre ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Annette55Annette55   25 février 2015
"Fondamentalement, la politique bousillait tout et tout un chacun, quel que fût le personnage au fessier hypertrophié qui constituât le gouvernement : feu l'empereur, ce nabot de Dollfus, son disciple Schuschnigg, ou là- bas, de l'autre côté , ce mégalomane de Hitler. La politique bousillait, gâchait, sabotait, âbetissait et détruisait définitivement tout et tout un chacun......"
Commenter  J’apprécie          160
la_chevre_grisela_chevre_grise   19 février 2016
Enfin, il avait exprimé ce qui lui chamboulait le coeur et la cervelle depuis si longtemps, en fin de compte depuis le jour où ses premiers poils pubiens avaient commencé à poindre.
"Jusqu'à preuve du contraire, la grande majorité des gens y est bien parvenue ! remarqua Freud, en chassant un caillou du trottoir d'un coup de canne bien ajusté.
- Ca ne veut pas dire que je vais y arriver, moi !
- Et pourquoi ferais-tu exception à la règle ?
- Parce que, là d'où je viens, on s'entend peut-être à exploiter la forêt ou à soutirer de l'argent aux touristes, mais l'amour, on n'y comprend rien de rien !
- Voilà qui n'a rien d'exceptionnel. Personne ne comprend quoi que ce soit à l'amour.
- Même pas vous ?
- Surtout pas moi !
- Alors, comment se fait-il que tout le monde tombe amoureux partout, à tout bout de champ ?
- Jeune homme, dit Freud en marquant un temps d'arrêt, on n'a pas besoin de comprendre l'eau pour y plonger la tête la première.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Robert Seethaler (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Robert Seethaler
Nous voici à Autun en Saône-et-Loire pour découvrir la librairie "La promesse de l'aube", un endroit où la littérature pour ados est mis à l'honneur comme vous le verrez. C'est l'occasion de profiter de bons conseils de lecture pour l'été et les vacances qui se profilent. Les livres conseillés par la librairie "La promesse de l'aube" sont à gagner sur le site Lecteurs.com, tentez vite votre chance !
"Le champ" de Robert Seethaler (Sabine Wespieser) "Super Potes" de Smriti Halls et Steve Small (Sarbacane) "L'effet maternel" de Virginie Linhart (Flammarion)
Visitez le site : http://www.lecteurs.com/ Suivez lecteurs.com sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/orange.lecteurs Twitter : https://twitter.com/OrangeLecteurs Instagram : https://www.instagram.com/lecteurs_com/ Youtube : https://www.youtube.com/c/Lecteurs Dailymotion : http://www.dailymotion.com/OrangeLecteurs
+ Lire la suite
autres livres classés : anschlussVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

C'est la guerre !

Complétez le titre de cette pièce de Jean Giraudoux : La Guerre ... n'aura pas lieu

de Corée
de Troie
des sexes
des mondes

8 questions
972 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , batailles , armeeCréer un quiz sur ce livre

.. ..