AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Félix Jobbé-Duval (Illustrateur)
EAN : 9782203135604
190 pages
Casterman (08/10/2003)
3.65/5   445 notes
Résumé :
Le terrible général Dourakine est un homme dont les colères sont compensées par une réelle bonté et surtout un grand souci de la justice.
Revenu à Gromiline, en Russie, en compagnie de la famille française Derigny, il se voit contraint d'accueillir en son château sa nièce Papofski et ses huit garnements.
Plus d'une fois, la patience du général sera mise à rude épreuve, et il se débarrasserait volontiers de cette intruse s'il ne craignait qu'elle ne dén... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (22) Voir plus Ajouter une critique
3,65

sur 445 notes
5
2 avis
4
10 avis
3
5 avis
2
2 avis
1
0 avis

Biblioroz
  07 janvier 2021
Derrière sa bonne bedaine et ses joues qui virent parfois à l'écarlate lorsqu'une colère monte, le général Dourakine et son coeur gros comme son appétit est finalement une figure très attachante des petits romans de la Comtesse de Ségur.
C'est accompagné d'une gentille famille française, les Dérigny, que le général revient dans son pays, la Russie. Amateur de bonne chère arrosée de bons vins, il passe de la colère aux rires sans crier gare.
Ce petit monde arrive au château de Gromiline avec ses innombrables chambres qui feront rêver le lecteur. Mais une nièce, avec ses huit enfants ayant déjà hérités de la méchanceté de leur mère, vient convoiter les six cent mille roubles de revenu et les innombrables terres du généreux Dourakine.
Les bons sentiments ne sont donc pas les seuls à occuper ces petits chapitres. La nièce se délecte à souffleter ses domestiques ou à leur promettre cent coups de bâtons ! Les bagarres entre enfants sont inévitables et l'esprit d'initiative du bon Dérigny sauvera les protégés du général des mauvaises intentions de la détestable nièce.
Le petit fond historique sur la Russie est intéressant et devrait amener le lecteur en en savoir plus sur le fermage qui sévissait à l'époque dans ce pays, sur les dénonciations et les déportations en Sibérie.
L'adorable juron « sac à papier » que le général lance dès qu'il est outré nous fait délicieusement savourer le côté désuet de cette lecture. le parcours en berline, tirée par les chevaux, en est un autre.
Dès mes premiers pas de lectrice, j'ai dévoré quasi tous les livres de la Comtesse de Ségur et je me demande, avec une pointe de tristesse, si ses romans sont encore lus par la jeunesse d'aujourd'hui. Je ne pense pas, mais j'espère me tromper car finalement ils sont le reflet, certes un peu trop accentué, de la bonté et de la méchanceté de l'être humain. Il est vrai que les bons sont totalement gorgés de bons sentiments et que les mauvais font montre de très vilains penchants, mais ce côté manichéen n'est peut-être pas si loin de la vérité…
Et puis, à tout âge, ça fait du bien de savoir qu'il peut exister un oncle richissime qui utilise ses roubles transformés en francs (nostalgie !) pour faire le bonheur des gens honnêtes, non ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          358
DianaAuzou
  07 novembre 2021
La Comtesse de Ségur, née Sophie Rostopchine- le Général Dourakine
Curieuse seconde lecture, celle que je viens de faire du Général Dourakine. La première remonte à plusieurs dizaines d'années quand mon coeur était plus jeune et plus léger aussi. Aujourd'hui je retrouve la Comtesse de Ségur et son général avec quelque chose en moins et quelque chose en plus, une transformation dans l'espace-temps qui, loin de m'étonner, m'apporte le sourire et une charge émotionnelle qui vaut ces quelques dizaines d'années.
Sophie Rostopchine, d'origine russe, arrive en France et devient la Comtesse de Ségur de par son mariage. Huit enfants en sont le fruit, et son talent et ses observations donnent naissance à plusieurs romans pour enfants, dont le Général Dourakine.
De retour en Russie, après avoir vécu quelque temps en France, le général retrouve famille et amis dont il compte s'entourer jusqu'à la fin de ses jours. Mais les choses se compliquent car l'immense fortune de Dourakine est dangereusement enviée par une de ses nièces. Et là, la comtesse de Ségur découpe nettement et sépare les bons des vilains, le bien du mal, le juste de l'injuste, le blanc du noir. Je garde encore en mémoire le bonhomme rondouillard, un peu naïf, mais pas tant que ça, faisant même preuve de malice, et même de cruauté envers ceux qui travaillaient sur ses terres.
Deux miroirs me font face en même temps. Celui de la première lecture exaltant les qualités de fidélité, honnêteté et courage en combat avec la vilenie la cupidité l'hypocrisie, et celui de la seconde lecture où le noir et blanc acquière des teintes de gris et aussi un sourire devant le décalage entre les époques et leurs visions sur l'éducation.
L'histoire est animée de dialogues vifs et riches en couleurs, chacun avec son poids pédagogique et moralisateur et les personnages belligérants se trouvent dans deux camps : les anges et les démons, les bons et les méchants. Il y a aussi les malheureux, ceux qui souffrent et subissent, les serfs qui connaissent le knout (le fouet) et les polonais envoyés en Sibérie pour avoir défendu l'indépendance de leur pays.
Pour une prescription éducative, la forme directe, synthétique et caricaturale passe mieux et la leçon est retenue. Façon XIXe siècle, tellement lointaine quand on la regarde de nos yeux d'enfants deux siècles plus tard.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          251
Eroblin
  03 novembre 2018
Au risque de me répéter le général Dourakine est un des mes personnages préférés de la Comtesse de Ségur. Et le tome qui lui est consacré regorge de qualités. C'est d'abord une histoire de famille: le général retourne chez lui en Russie, emmenant avec lui Derigny et sa famille. C'est l'occasion pour lui de retrouver deux nièces, la méchante Mme Papofski et l'adorable Mme Dabrovine et de régler ses comptes avec l'une tout en favorisant l'autre. C'est aussi le moyen pour la Comtesse d'évoquer le pays de son enfance et ses moeurs rudes il faut bien le dire. Et enfin, j'avais oublié qu'elle évoquait aussi la justice -si on peut parler de justice- du tsar en la personne du Prince Pajarski, arrêté et envoyé dans un goulag en Sibérie. C'est un passage que j'ai trouvé particulièrement cruel et qui détonne presque dans un roman pour enfant. Le tout donne une lecture passionnante!
Commenter  J’apprécie          270
bdelhausse
  25 octobre 2021
Selon l'angle que l'on prend pour analyser le général Dourakine, on aura Fasltaff ou Barbe-Bleue. Truculence et plaisir de vivre d'un côté. Vindicte et mauvaise foi de l'autre. On passe de Rabelais à Raspoutine... de la bonne chère à la cruauté brute en 2 lignes...
Imposant, tonitruant, fort en gueule et en amitié, revanchard, jouisseur, le Général Dourakine est un sacré personnage. Il aime autant qu'il déteste. Et quand il aime, c'est inconditionnellement. Et quand il déteste, c'est tout pareil.
Un des multiples épisodes de ce court roman va propulser le Général Dourakine face à une nièce qui n'en veut qu'à sa fortune, à ses posessions russes, dont elle voudrait l'usage hic et nunc. le plan machiavélique dressé par l'aristocrate russe est sans faille et sans pitié. Mais par ailleurs, il recueillera un ami polonais, enfermé au goulag sur de fausses présomptions de sécession.
Osons dire tout de suite que c'est terriblement suranné, ampoulé et que cela manque d'équilibre. L'idée même de présenter cela comme si c'était une pièce de théâtre en mettant d'abord le nom de la personne qui parle, ce n'est pas idéal. Ensuite, ce n'est au final qu'une succession de saynètes, sans trop de rapport, avec le voyage vers la Russie, l'entrée en scène de la nièce avide, l'arrivée du Prince polonais, le départ vers la France.
Moment de grâce, en ce qui me concerne: le long monologue du Prince sur ses conditions d'arrestation et de détention. le propos est grave. La Comtesse de Ségur se fait politique. de quoi éduquer sa petite-fille à qui cet ouvrage est destiné. Par contre, la toute fin du récit où Dourakine fait preuve d'autoritarisme et marie Natasha, 18 ans, au Prince, 28 ans... cela m'a laissé assez sceptique, pour ne pas dire davantage. OK, la morale est sauve car ils s'aiment sans oser se l'avouer... mais c'est assez poussé. Un récit qui témoigne d'une époque, d'une façon de voir les choses dans une noblesse un peu déconnectée du réel, ou paternaliste (c'est selon, suivant l'angle de vue adopté)... Ce n'est clairement pas #MeToo... Chacun jugera.
Et un coup de griffe sur la religion au passage, lorsqu'elle se mêle de politique. Je terminerai avec la dédicace de la Comtesse en introduction de l'ouvrage que j'ai lu (sur le Projet Gutenberg):
"A ma petite-fille Jeanne de Pitray,
Ma chère petite Jeanne, je t'offre mon dixième ouvrage, parce que tu es ma dixième petite-fille, ce qui ne veut pas dire que tu n'aies que la dixième place dans mon coeur. Vous y êtes tous au premier rang, par la raison que vous êtes tous de bons et aimables enfants. Tes frères Jacques et Paul m'ont servi de modèles dans l'Auberge de l'Ange-gardien, pour Jacques et Paul Dérigny. Leur position est différente, mais leurs qualités sont les mêmes. Quand tu seras plus grande, tu me serviras peut-être de modèle à ton tour, pour un nouveau livre, où tu trouveras une bonne et aimable petite Jeanne."
Cette dédicace est très belle. Elle indique, d'une certaine manière, à quel niveau il faut considérer ce livre. Comme un passage de témoin, comme une envie de laisser à ses petits-enfants une trace, un chemin à suivre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
EvlyneLeraut
  21 mai 2014
LE Général Dourakine
La Comtesse de Ségur
Lire ce livre à priori à destinée enfantine est non pas un défi pour l'adulte le lisant mais une ouverture d'esprit.
Vers quoi ? Vers le 2ième degré de cette histoire. Voici le premier livre capitaliste de l'époque. « le Général Dourakine » oeuvre écrite par la Comtesse de Ségur est dédiée à Jeanne de Pitray sa petite fille. Ce récit relate l'histoire du Général Dourakine vivant en France et repartant en Russie accompagné des Dérigny (domestiques) et de leurs deux enfants, bons aimables et gentils. L'arrivée de la nièce du Général Dourakine Madame Papofski et de ses deux enfants, terribles, méchants, sont l'inverse de la bonté que l'on retrouve chez les Dérigny. Cette dernière n'aura de cesse sous ses faux airs d'être intéressée par la fortune du Général. Mais la venue de Maria Pétrovna autre nièce, avec ses enfants, seront la caricature de l'humilité. Maria Pétrovna veuve, pauvre, est l'emblème de la générosité gratuite. le Général qui la porte dans son coeur fera tout pour sa réussite morale et financière. L'arrivée du « Prince Forçat polonais »sera l'élément déclencheur de la narration Historique de ce livre. Ce dernier aux diverses facettes amplifie la morale courante dans l'Epoque de la Comtesse de Ségur.
Morale qui de nos jours serait celle-ci : Les différences sociales ne doivent pas devenir une raison comportementale acceptée d'un mépris pour le plus pauvre.
Que les riches ou capitalistes sont, après avoir brisé les aprioris des êtres justes qu'il n'y a de bon que les vertus magnanimes .L'amour pour l'autre et la tolérance sont des piliers indispensables dans la vie. le Prince polonais Négrinski est l'emblème de l'Histoire de la Pologne. Une Pologne pauvre, fidèle mais pour laquelle il a combattu.
Ce livre se lit dans le versant de l'Histoire. Il n'est pas démodé, plus si enfantin que cela. Au contraire, il replace les niveaux à l'échelle de l'humain. Evlyne Léraut
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
genougenou   09 août 2015
« Quoi ? qu’est-ce ? dit-il. Pourquoi empêche-t-on cet enfant de parler ? Pourquoi l’empêche-t-on de remuer ?

Madame Dérigny : — Vous dormiez, général ; j’avais peur qu’il ne vous éveillât.

Le Général : — Et quand je me serais éveillé, quel mal aurais-je ressenti ? On me prend donc pour un tigre, pour un ogre ? J’ai beau me faire doux comme un agneau, vous êtes tous frémissants et tremblants. Craindre quoi ? Suis-je un monstre, un diable ? »

Mme Dérigny regarda en souriant le général, dont les yeux brillaient d’une colère mal contenue :

Madame Dérigny : — Mon bon général, il est bien juste que nous vous tourmentions le moins possible, que nous respections votre sommeil.

Le Général : — Laissez donc ! je ne veux pas de tout cela, moi. Jacques, pourquoi empêchais-tu ton frère de parler ?

Jacques : — Général, parce que j’avais peur que vous ne vous missiez en colère. Paul est petit, il a peur quand vous vous fâchez ; il oublie alors que vous êtes bon ; et, comme en voiture il ne peut pas se sauver ou se cacher, il me fait trop pitié. »

Le général devenait fort rouge ; ses veines se gonflaient, ses yeux brillaient ; Mme Dérigny s’attendait à une explosion terrible, lorsque Paul, qui le regardait avec inquiétude, lui dit en joignant les mains :

« Monsieur le général, je vous en prie, ne soyez pas rouge, ne mettez pas de flammes dans vos yeux : ça fait si peur ! C’est que c’est très dangereux, un homme en colère : il crie, il bat, il jure. Vous vous rappelez quand vous avez tant battu Torchonnet ? Après, vous étiez bien honteux. Voulez-vous qu’on vous donne quelque chose pour vous amuser ? Une tranche de jambon, ou un pâté, ou du malaga ? Papa en a plein les poches du siège. »

À mesure que Paul parlait, le général redevenait calme ; il finit par sourire et même par rire de bon cœur. Il prit Paul, l’embrassa, lui passa amicalement la main sur la tête. « Pauvre petit ! c’est qu’il a raison. Oui, mon ami, tu dis vrai ; je ne veux plus me mettre en colère : c’est trop vilain.

— Que je suis content ! s’écria Paul. Est-ce pour tout de bon ce que vous dites ? Il ne faudra donc plus avoir peur de vous ! On pourra rire, causer, remuer les jambes ?

Le Général : — Oui, mon garçon ; mais quand tu m’ennuieras trop, tu iras sur le siège avec ton papa.

Paul : — Merci, général ; c’est très bon à vous de dire cela. Je n’ai plus peur du tout.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
genougenou   14 septembre 2013
Le général Dourakine s’était mis en route pour la Russie, accompagné, comme on l’a vu dans l’Auberge de l’Ange-gardien, par Dérigny, sa femme et ses enfants, Jacques et Paul.
Après les premiers instants de chagrin causé par la séparation d’avec Elfy et Moutier, les visages s’étaient déridés, la gaieté était revenue, et MmeDérigny, que le général avait placée dans sa berline avec les enfants, se laissait aller à son humeur gaie et rieuse. Le général, tout en regrettant ses jeunes amis, dont il avait été le généreux bienfaiteur, était enchanté de changer de place, d’habitudes et de pays. Il n’était plus prisonnier, il retournait en Russie, dans sa patrie; il emmenait une famille aimable et charmante qui tenait de lui tout son bonheur, et dans sa satisfaction il se prêtait à la gaieté des enfants et de leur mère adoptive. On s’arrêta peu de jours à Paris ; pas du tout en Allemagne ; une semaine seulement à Saint-Pétersbourg, dont l’aspect majestueux, régulier et sévère ne plut à aucun des compagnons de route du vieux général ; deux jours à Moscou, qui excita leur curiosité et leur admiration. Ils auraient bien voulu y rester, mais le général était impatient d’arriver avant les grands froids dans sa terre de Gromiline, près de Smolensk ; et, faute de chemin de fer, ils se mirent dans la berline commode et spacieuse que le général avait amenée depuis Loumigny, près de Domfront. Dérigny avait pris soin de garnir les nombreuses poches de la voiture et du siège de provisions et de vins de toute sorte, qui entretenaient la bonne humeur du général. Dès que Mme Dérigny ou Jacques voyaient son front se plisser, sa bouche se contracter, son teint se colorer, ils proposaient un petit repas pour faire attendre ceux plus complets de l’auberge. Ce moyen innocent ne manquait pas son effet ; mais les colères devenaient plus fréquentes ; l’ennui gagnait le général; …
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
ElGatoMaloElGatoMalo   11 août 2019
Le général avança jusqu’à la porte qui donnait dans l’appartement des enfants, et les fit tous entrer ; puis il alla vers la porte qui communiquait à la chambre de sa nièce, l’entr’ouvrit et lui dit à très haute voix :

« Ma nièce, j’ai amené les enfants dans leurs chambres ; je vais leur envoyer les bonnes, et je ferme cette porte pour que vous ne puissiez entrer chez eux qu’en passant par le corridor.

Madame Papofski

Non, mon oncle ; je vous en prie, laissez cette porte ouverte ; il faut que j’aille les voir, les corriger quand j’entends du bruit. Jugez donc, mon oncle, une pauvre femme sans appui, sans fortune !… je suis seule pour les élever.

Le général

Ma chère amie, ce sera comme je le dis, sans quoi je ne vous viens en aide d’aucune manière. Et, si pendant votre séjour ici j’apprends que vous avez fouetté, maltraité vos enfants ou vos femmes, je vous en témoignerai mon mécontentement… dans mon testament.

Madame Papofski

Mon bon oncle, faites comme vous voudrez ; soyez sûr que je ne… »

Tr, tr, tr, la clef a tourné dans la serrure, qui se trouve fermée. Mme Papofski, la rage dans le cœur, réfléchit pourtant aux six cent mille roubles de revenu de son oncle, à sa générosité bien connue, à son âge avancé, à sa corpulence, à ses nombreuses blessures. Ces souvenirs la calmèrent, lui rendirent sa bonne humeur, et elle commença sa toilette. On ne lui avait pas interdit de faire enrager ses femmes de chambre : les deux qui étaient présentes ne reçurent que sottises et menaces en récompense de leurs efforts pour bien faire ; mais, à leur grande surprise et satisfaction, elles ne reçurent ni soufflets ni égratignures.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
genougenou   09 août 2015
Les enfants, à moitié endormis à l’arrivée, s’étaient éveillés tout à fait par le bruit, la nouveauté des visages, des costumes.

« C’est drôle, dit Paul à Jacques, que tous les hommes ici soient des sapeurs !

Jacques

Ce ne sont pas des sapeurs : ce sont les paysans du général.

Paul

Mais pourquoi sont-ils tous en robe de chambre ?

Jacques

C’est leur manière de s’habiller ; tu en as vu tout le long de la route ; ils étaient tous en robe de chambre de drap bleu avec des ceintures rouges. C’est très joli, bien plus joli que les blouses de chez nous. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
LittleMary226LittleMary226   22 septembre 2012
Un âne à deux pieds peut devenir général et rester âne.
Commenter  J’apprécie          160

Videos de Comtesse de Ségur (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Comtesse de Ségur
Modération : Olivier PASCAL-MOUSSELLARD, grand reporter au journal Télérama Avec, Caroline ELIACHEFF, écrivaine, psychanalyste et pédopsychiatre
Leurs oeuvres ont marqué nos vies. Jusqu'à quelle profondeur ? C'est ce que nous découvrons, parfois très jeunes, parfois sur le tard, conscients que ces écrivains ont accompagné toute notre existence… En remontant le cours de la vie du poète Apollinaire, en explorant ce qui l'a hanté – la mort, la France, les femmes, le drapeau... – La psychanalyste et pédopsychiatre Caroline Eliacheff, nous confie sa Vie avec la Comtesse de Ségur, éclairant notamment l'extraordinaire prescience de la romancière sur la violence faite aux enfants, la négligence parentale ou les enfants tyrans…
+ Lire la suite
autres livres classés : russieVoir plus
Notre sélection Jeunesse Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Comtesse de Ségur

Quel était le nom véritable de la Comtesse de Ségur?

Sophie Alexeïevna
Sophie Rostopchine
Sophie Tolstoï
Sophie Evtouchenko

10 questions
274 lecteurs ont répondu
Thème : Comtesse de SégurCréer un quiz sur ce livre