AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 978B001BQZNOK
Éditeur : Gordinne (30/11/-1)

Note moyenne : 4.33/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Ce livre a été mis en page pour une parfaite lecture sur votre liseuse Kindle, et sa table des matières est interactive.En voici un extrait :La scène se passe dans le château de Mme d'Ulsac.ACTE premierScène IMlle Octavie, Mathilde et Clémence.Mademoiselle Octavie.Voyons votre dictée, Mathilde. (Mathilde lui présente son cahier.) Très bien, mon enfant ; bien écrit, deux fautes seulement dans toute une page?Mathilde.Comment, deux fautes ? Je croyais ne pas en avoir d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Prudence
  02 novembre 2018
Pièce de théâtre très agréable à lire et très courte qui se positionne contre les violences éducatives ordinaires, contre les violences faites aux enfants. La comtesse de Ségur écrivant bien mieux que moi, voici une citation qui résume la pièce:
"Ce que c'est pourtant qu'une trop grande sévérité: ces deux petites filles étaient très gentilles jadis; depuis six semaines que Mme d'Embrun les a sous sa direction, elle les rend méchantes et indociles, à force de les reprendre, de les gronder inutilement, et de les punir injustement!"
et une qui résume sa position:
"- Mais, Madame, pourquoi mes petites que je ne punis jamais, que je ne gronde presque jamais, que j'aime et auxquelles je le témoigne, sont-elles si obéissantes, si consciencieuses, si aimables, si pieuses, si bonnes, tandis que Berthe et Alice, qui se trouvent sans cesse grondées, punies, deviennent de jour en jour plus indociles, plus révoltées, plus difficiles à mener? "
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
SZRAMOWOSZRAMOWO   20 juin 2017
LUCIEN. - Je le crois bien. Désiré avait deux sous et moi aussi. Nous avons dit : " Toi, tu vas acheter un brûle-gueule de deux sous. -Et toi, tu vas acheter pour deux sous de tabac. -Toi, tu me prêteras ta pipe. - Toi, tu me donneras des tabacs- C'est dit. " J'achète la pipe, il achète le tabac. Je dis : " Donne, que je bourre! " II dit : " Non, c'est moi qui commence. - Je veux bien, que je dis, mais après ce sera mon tour. - C'est entendu! Donne la pipe. " Je donne, il bourre, il allume, il fume, et c'est fini. " Et moi? que je lui dis. - Toi ? qu'il dit, tiens, voilà ton brûle-gueule. - Et rien dedans? que je dis. Donne-moi de quoi bourrer. - Bourre avec des copeaux de Valentin. " Et il part; je cours après et je chante : " J'ai du bon tabac dans ma tabatière " pour qu'il m'en donne. Et puis nous sommes entrés chez vous, Monsieur Valentin, et vous avez entendu comme il m'a répondu : " J'ai du bon tabac, tu n'en auras pas. " Et je veux qu'il m'en donne, car c'était convenu; c'est voler, ça!

DÉSIRÉ, riant. - Bêta, va! Voler, c'est prendre quelque chose! Qu'est-ce que je t'ai pris?

LUCIEN. - Et mon brûle-gueule donc?

DÉSIRÉ. - Pas vrai; tu l'as dans ta poche!

LUCIEN. - Mais c'est toi qui t'en es servi; et moi donc?

DÉSIRÉ, l'imitant. - Et moi, donc ? Tu t'en serviras quand tu auras du tabac.

LUCIEN. - Mais c'est toi qui as mon tabac!

DÉSIRÉ. - Pas vrai; le mien, c'est le mien; je l'ai payé de ma poche. Demande à M. Denis, le débitant, il te le dira bien.

VALENTIN, qui a écouté avec attention. - Désiré, mon garçon, je comprends l'affaire; tu fais une filouterie, ni plus ni moins. Tu as de l'esprit, je ne dis pas non; tu as voulu faire une drôlerie, je le veux bien. Mais assez comme ça. Une convention est une convention. Donne-lui du tabac et que ça finisse : sans cela, tu filoutes.

DÉSIRÉ, inquiet. - Vous croyez. Monsieur Valentin?

VALENTIN. - J'en suis sûr. Écoute ce que je te dis, mon ami.

DÉSIRÉ donne son tabac à Lucien. - Tiens! Je ne veux pas être un filou, moi.

LUCIEN. - Merci, Désiré. Merci, Monsieur Valentin.

VALENTIN. - Et à présent, enfants, que chacun de vous a fait son devoir, j' ai encore quelque chose à dire. Pourquoi fumez-vous ? Pourquoi perdez-vous votre argent à acheter du tabac? Vous ne savez donc pas le mal qu'il fait? les maladies qu'il donne? et l'argent qu'il coûte? et le temps qu'il fait perdre?

DÉSIRÉ. - Oh! quant à l'argent, il ne nous coûte guère, nous ne fumons déjà pas tant.

VALENTIN. - Parce que vous êtes encore des enfants.

LUCIEN, avec dédain.- Oh! des enfants! les enfants ne fument pas!

Extrait du Forçat ou à tout péché Miséricorde
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
PrudencePrudence   02 novembre 2018
- Mais, Madame, pourquoi mes petites que je ne punis jamais, que je ne gronde presque jamais, que j'aime et auxquelles je le témoigne, sont-elles si obéissantes, si consciencieuses, si aimables, si pieuses, si bonnes, tandis que Berthe et Alice, qui se trouvent sans cesse grondées, punies, deviennent de jour en jour plus indociles, plus révoltées, plus difficiles à mener?
Commenter  J’apprécie          10
PrudencePrudence   02 novembre 2018
Ce que c'est pourtant qu'une trop grande sévérité: ces deux petites filles étaient très gentilles jadis; depuis six semaines que Mme d'Embrun les a sous sa direction, elle les rend méchantes et indociles, à force de les reprendre, de les gronder inutilement, et de les punir injustement!
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Comtesse de Ségur (26) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Comtesse de Ségur
Vous l'attendiez, voici enfin le premier épisode du tout nouveau podcast des éditions du Masque : Conversation dans le noir. Chaque jeudi, nous vous proposerons une conversation téléphonique entre éditrice et auteure à écouter sur l'ensemble de nos réseaux sociaux. Dans ce premier épisode c'est Louise Mey qui ouvre le bal avec une conversation passionnante autour des femmes, de l'écriture et du militantisme en temps de confinement. Nous vous souhaitons une bonne écoute !
Extrait lu : https://fal.cn/extraitladeuxiemefemme
Oeuvres citées : Comtesse de Ségur Les quatre filles du docteur March - Louisa May Alcott Fred Vargas Série Kay Scarpetta - Patricia Cornwell Ecriture : Mémoires d'un métier - Stephen King
CRÉDITS : Conversation dans le noir est un podcast des éditions du Masque. Réalisation : Paul Sanfourche. Générique : Longing - Joachim Karud.
+ Lire la suite
autres livres classés : noirVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Comtesse de Ségur

Quel était le nom véritable de la Comtesse de Ségur?

Sophie Alexeïevna
Sophie Rostopchine
Sophie Tolstoï
Sophie Evtouchenko

10 questions
242 lecteurs ont répondu
Thème : Comtesse de SégurCréer un quiz sur ce livre