AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Loup-Maëlle Besançon (Traducteur)
ISBN : 2709630133
Éditeur : J.-C. Lattès (12/03/2008)

Note moyenne : 4.12/5 (sur 8 notes)
Résumé :
4° de couverture

En Tchétchénie, vit une femme qui défie les horreurs de la guerre, une femme qui montre que le pire peut aussi faire ressortir le meilleur en nous. On l'appelle l'Ange de Grozny...

Dix ans après son premier voyage en Tchétchénie en tant que correspondante de guerre, Asne Seierstad décide d'y retourner. Elle se rend alors compte qu'en dépit du désintérêt de l'opinion publique, la tragédie continue. Une tragédie qui a lai... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
marionlyon
  08 février 2014
"L'Ange de Grozny" est un livre/témoignage sur les guerres de Tchétchénie racontées par la journaliste Asne Seierstad en suite de ses différents séjours dans ce pays.
C'est un livre marquant parce qu'il nous parle de cette histoire que nous ne connaissons finalement pas si bien que ça (l'histoire, à la fois passée et récente, du peuple tchétchène).
J'ai notamment appris grâce à ce livre que, en pleine seconde guerre mondiale, Staline a décidé de déporter un tiers de la population tchétchène, accusée de collaboration avec les allemands, vers le Kazakhstan et le Kirghizistan dans des conditions effroyables.
Mais c'est aussi un livre très fort car Asne Seierstad nous raconte cette histoire à travers les histoires personnelles des gens qu'elle rencontre.
Elle donne ainsi un visage et une voix aux souffrances de ces personnes leur permettant de ne pas tomber dans l'oubli et l'indifférence.
Commenter  J’apprécie          40
antigoneCH
  07 janvier 2009
Asne Seierstad est journaliste. Elle fut également correspondante de guerre, et a notamment entrepris, dans le plus grand secret, de nombreux voyages en Tchétchénie.
Au tout départ de son récit, partie en quête de "l'âme russe", alors apprentie reporter de vingt-quatre ans, elle séjourne le plus souvent à Moscou. Elle découvrira ensuite lors de ses enquêtes sur le terrain, dans l'intimité des tchétchènes, l'orgueil, la tragédie, les ambiguïtés des régimes en conflit, un peuple dévasté par une guerre dont les enfants sont les premières victimes. Heureusement, ils sont quelques uns à être accueillis par une femme généreuse et maternelle, aimante, que l'on surnomme "L'ange de Grozny".
Malgré le sujet du document, qui méritait toute mon attention, j'ai eu un mal fou à terminer ce livre. Non que la violence y tienne une trop grande place, non. Je m'attendais, dès la jaquette, aux horreurs que j'y ai évidemment trouvé. Nous parlons ici d'une guerre. Il m'a seulement été très difficile d'apprécier la manière d'Asne Seierstad de conduire son récit, peut-être trop journalistique. de nombreuses interviews, discours télévisés, propos, faits précis, sont reportés longuement, plombant indéniablement le fil de la lecture. Seul le destin des enfants recueillis par cette femme courageuse, Hadizat, a accroché mon intérêt. Je reconnais tout de même une force à cet ouvrage : parler de ce qui est resté sous silence, sous le couvert de la censure, et rendre un constat troublant sur les évènements, loin de tout manichéisme.

Lien : http://antigonehc.canalblog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
troumoulou
  04 mars 2017
Certains passages donnent la chair de poule tellement ils sont durs, il reste que c est un livre qui m'a beaucoup appris sur le conflit russo-tchetchene.
Un conflit que je connaissais mal, j'ai découvert cet aspect très rude de la guerre en Tchetchenie et j'ai appris que pendant la seconde guerre mondiale Staline a déporté vers le kazhastan et le kirghizistan, dans des conditions effroyables, un tiers de la population tchetchene qu'il accusait de collaboration avec les allemands.
L'auteure livre une exploration poignante de la vie quotidienne dans une des régions les plus dangereuses du monde. C'est à travers les récits des personnes rencontrées que l'auteure nous fait vivre le quotidien de ces populations. Les histoires, les descriptions des situations sont souvent très dures et violentes, comme l'etaient ces conflits.
Lien : http://troumoulou.over-blog...
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
SepoSepo   22 avril 2014
Notre prière est le fikr. Elle se danse en rond. Elle nous a aidés durant des siècles. C'est Hadji Kounta qui l' ramenée de ses voyages, il est allé à La Mecque et à Bagdad. Il est né vers 1830 et connaissait le Coran par coeur à dix ans. A cette époque nous étions en guerre contre les Russes. Les Tchétchènes ont combattus hardiment. Nous avons dû aller chercher notre force auprès de Dieu, et Hadji Kounta nous a initiés au fikr, avec le chant et la danse. Imam Chamil, qui nous dirigeait à ce moment-là, préférait la prière à voix basse. Le fikr nous permet de trouver Dieu. Le soufisme ne dépend pas de l’État et n'a pas besoin de mosquées. Tout est dans l'être humain, c'est pourquoi il a résisté à tout - à l'invasion du tsar, à l'oppression de Staline, à la déportation, aux guerres. C'est pour cette raison que la scène à la mémoire de mon frère dont nous avons été aujourd'hui était si importante. Le soufisme, c'est la proximité entre les êtres, l'amour et le respect de l'autre et l'absence de violence."p.227
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : Tchétchénie (Russie)Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1083 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre