AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2818037956
Éditeur : P.O.L. (05/11/2015)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 4 notes)
Résumé :
ll faut entendre le titre La Voix sombre dans les deux sens possibles. La tristesse, mais aussi la disparition. Ce livre est en effet une suite de pensées sur ce qu'il reste d'une voix quand celle ou celui à qui elle appartenait n'est plus. Qu'est-ce qu'une voix enregistrée ? Qu'est ce que la trace que laisse une voix ? est-elle matérielle, corporelle ? Et de là, le livre s'étend à l'image, aux odeurs, et puis il devient une réflexion sur l'absence, la mort.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
kuroineko
  11 octobre 2017
La Voix sombre est un ouvrage atypique. Plus qu'un essai, il s'agit d'un recueil des réflexions de Sekiguchi Ryoko à propos des voix de nos morts.
Elle recommande d'entrée de jeu d'enregistrer les voix des êtres chers. Au cas où... Car, on le sait tous, la finitude nous guette. La plume de l'auteure est mâtinée à la fois de douleur, de mélancolie et de philosophie. le tout dans une prose épurée et sans émotions exacerbées.
Elle donne à réfléchir sur le deuil, bien sûr, et sur la résilience que peut offrir la voix. D'autant plus quand, comme elle, on a fait le choix de vivre éloigné de sa terre natale. Dans ces circonstances, l'annonce du décès d'un proche par autrui prend un caractère d'irréalité, faute d'être physiquement présent.
Elle s'interroge sur la temporalité de cette voix. Enregistrée, elle est en effet figée dans un présent cristallisé qui n'est plus le nôtre, vivant qui continuons à accumuler des présents qui se transforment en passé. Pourtant, l'écoute de cet enregistrement nous ramène à ce précédent présent tout en nous gardant dans notre propre temporalité. A savoir ensuite s'il est bon ou sain de vivre à l'écoute de ces voix défuntes, je crois sue c'est à chacun de se faire son opinion. Et, surtout, de faire comme il peut, le moment venu.
La puissance évocatrice de la voix est également considérée dans cet opuscule via les ondes radiophoniques, plus intimistes que le vecteur télévisuel.
Un petit livre intéressant à lire, qui gagne encore à n'être pas plus long sous peine de devenir lassant ou redondant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
MarianneL
  27 novembre 2015
Méditation sur les voix des disparus, fantômes intacts qui habitent notre paysage intérieur.
Dans ce livre au titre émouvant paru aux éditions P.O.L. en novembre 2015, Ryoko Sekiguchi s'adresse à son lecteur et sans doute à elle-même, avec des notes, prenant en compte toutes les sensations fugaces ou tenaces qui l'assaillent, pour constater l'importance de la voix des disparus. Elle appelle à conserver des enregistrements des êtres qui nous sont chers, pour échapper à l'anéantissement, qu'on sait inéluctable, de leurs traces physiques après leur décès.
Ryoko Sekiguchi interroge les traces que laissent les voix de ceux qui ne sont plus, et le trouble que la voix enregistrée d'un défunt peut engendrer, fantôme présent et intact d'un être évanoui.
«Nous écoutons alors cette voix qui vit dans une autre temporalité. Dans le même monde, deux temporalités se croisent et nous sommes nous-mêmes, à notre tour, troublés.»
La voix est singulière : tandis que les autres traces physiques s'usent, perdent leur force évocatrice et sensible, la voix enregistrée, immatérielle et pourtant aussi palpable que la chair, reste intacte.
«À part la peau, par quoi nous pouvons toucher celle d'un autre, seule la voix, émise en forme d'ondes, peut toucher directement nos tympans, échauffer nos oreilles.
Deux territoires où le toucher peut exister.»
L'exil et la distance peuvent rendre irréelle la disparition d'un proche, une disparition en général annoncée par téléphone, donc par une autre voix. La disparition n'existe pas tant que la voix n'a pas parlé, et peut être repoussée à l'infini tant qu'on n'en a pas eu l'annonce, pour éviter cette «simple phrase qui suffit à faire mourir une personne pour autrui.»
Une voix peut faire revivre un être, une autre le faire mourir. Cette constatation renvoie les échos de l'extraordinaire roman de David Grossman, «Une femme fuyant l'annonce».
L'auteur rend aussi hommage à la radio, media intime dont les voix se gravent en nous, même à notre insu, et prennent place dans notre paysage intérieur.
Après «Ce n'est pas un hasard», où elle se penchait sur la catastrophe de Fukushima vécue depuis l'exil, Ryoko Sekiguchi poursuit sa réflexion intime, dépouillée et essentielle, sur la perte et l'effacement, et sur les souvenirs qu'il faudrait archiver pour les garder intacts, résonant ainsi avec «L'annulaire» de Yôko Ogawa.
Retrouvez cette note de lecture sur mon blog ici :
https://charybde2.wordpress.com/2015/11/26/note-de-lecture-la-voix-sombre-ryoko-sekiguchi/
Pour acheter ce livre à la librairie Charybde, sur place ou par correspondance, c'est par là :
http://www.charybde.fr/ryoko-sekiguchi/la-voix-sombre
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Marti94
  23 décembre 2015
J'ai emprunté ce petit livre à la bibliothèque, intriguée par son sujet. Il s'agit de pensées poétiques autour de la voix des morts mais qui traite surtout de la disparition.
"La voix sombre" est celle qui permet de ne pas oublier ceux qui ne sont plus. Ryoko Sekiguchi a écrit durant 6 mois les idées qui lui venaient à l'esprit sur le sujet et je trouve son intention d'inciter à enregistrer nos proches avant qu'ils ne disparaissent très bonne.
Ceci-dit, elle fait des digressions pas toujours passionnantes autour de la radio, du répondeur téléphonique ou autres supports permettant de garder les voix au-delà de l'enveloppe matérielle. Car la voix peut rester intacte quand l'odeur est éphémère ou quand le regard reste logé dans le corps. Il y a quand même un joli passage sur le livre qui peut être « un appareil émetteur de voix ».
Et puis, il y a des prétextes : fantômes, temporalité... plein de mots clefs sur lesquels l'auteure brode. Heureusement le livre est très court car on se lasse quand même assez vite.
Lu en décembre 2015
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
kuroinekokuroineko   11 octobre 2017
À mesure que le deuil s'accomplit, les attaques de la disparition se font moins violentes. Mais l'absence demeure, et s'installe pour toujours. L'absence, elle, ne disparaît pas.
Commenter  J’apprécie          110
Marti94Marti94   23 décembre 2015
La voix est la seule partie du corps que l'on ne puisse enterrer. On peut enterrer les cordes vocales; pas la voix, les ondes enregistrées.
Commenter  J’apprécie          50
Marti94Marti94   23 décembre 2015
C’est après la fin que l’on se rend compte de la présence de la voix. Avec une personne vivante, le présent de la voix s’intègre dans la présence de la personne, qui brille dans la vie.
Commenter  J’apprécie          30
NotosNotos   06 mai 2018
D'ailleurs, nombre de livres qui nous entourent, que nous lisons, sont l’œuvre de morts.
Commenter  J’apprécie          60
kuroinekokuroineko   11 octobre 2017
Après la mort, chaque fois qu'on pense à la personne, et même lorsqu'on n'y pense pas, la disparition nous visite à son gré et nous fait revivre la perte: à chaque instant, le sabre ée l'action《disparaître》s'abat pour trancher.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Ryoko Sekiguchi (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ryoko Sekiguchi
Ryoko Sekiguchi Nagori éditions P.O.L : où Ryoko Sekiguchi tente de dire de quoi et comment est composé son nouveau livre "Nagori", et où il est question notamment du sens du mot "Nagori", et de la trace et de la nostalgie, du gout et des mots, de la mort et des saisons, de figues et de châtaignes, de Fukishima et de Hiroshima, de la triple catastrophe et des haïkus, d'olivier Roellinger et d'Anne-Sophie Pic, de l?éphémère et de l'éternité, à l?occasion de la parution de "Nagori", aux éditions P.O.L, à Paris, le 16 octobre 2018 "Nagori, littéralement « reste des vagues », qui signifie en japonais la nostalgie de la séparation, et surtout la saison qui vient de nous quitter. le goût de nagori annonce déjà le départ imminent du fruit, jusqu?aux retrouvailles l?année suivante, si on est encore en vie. On accompagne ce départ, on sent que le fruit, son goût, se sont dispersés dans notre propre corps. On reste un instant immobile, comme pour vérifier qu?en se quittant, on s?est aussi unis." ??????????Nagori???????????????Nagori?????????????????????????? ?????????????????????????????Roellinger?Anne-Sophie Pic??????? ???2018?10?16?????POL?????Nagori????????
+ Lire la suite
autres livres classés : absencesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
387 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre