AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782818048467
224 pages
Éditeur : P.O.L. (19/09/2019)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 23 notes)
Résumé :
Si le Japon est connu comme un pays de fine gastronomie, sa littérature porte elle aussi très haut l'acte de manger et de boire. Qu'est-ce qu'on mange dans les romans japonais ! Parfois merveilleusement, parfois terriblement, et ainsi font leurs auteurs, Tanizaki, Dazai, Kafû... Du XIIe siècle à nos jours, dix gourmets littéraires vous racontent leur histoire de cuisine.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
SarahBruxelles
  11 avril 2020

Avec ces morceaux choisis de la littérature japonaise, la traductrice et poétesse Ryoko Sekiguchi nous emporte dans un nouveau voyage aux confins de l'art culinaire. Quel art permet de repousser les limites de l'expérience du goût, des textures, des parfums, des formes et de l'esthétique de la cuisine si ce n'est la littérature? C'est ce que pourraient illustrer les dix récits présentés dans cette anthologie, le club des gourmets, en particulier le texte éponyme inédit de Jun'Ichiro Tanizaki qui referme avec brio le recueil.
Une fois plongé dans la littérature japonaise, quelle que soit l'époque explorée, on est frappé par l'importance de la place réservée à la thématique culinaire. Écrire à propos de nourriture, de cuisine et de boisson fait en effet partie intégrante de la matière à écrire des romanciers et poètes japonais, tandis que dans d'autres cultures, ces thématiques sont reléguées dans des catégories littéraires à part, à priori exclues du domaine des arts et couvertes d'un voile de pudeur qui les renvoient à l'intime.
Dans les dix nouvelles de ce recueil, la nourriture et les breuvages tiennent lieu de quasi personnages, offrant au lecteur une clé supplémentaire pour saisir le monde dans lequel se déroule l'intrigue ou l'instant choisi. Ce que les protagonistes consomment et la manière dont il consomment sont autant de marqueurs de leurs appartenances sociales, des temporalités et des conflits qui les traversent. L'univers culinaire joue ainsi le rôle d'un puissant vecteur de transmission culturelle.
Ce recueil de textes donne un aperçu de la manière dont les écrivains japonais issus d'époques et de genres variés usent des scènes de table comme supports narratifs et symboliques particulièrement efficaces pour exprimer les émotions qui les travaillent, le rapport à soi ou à l'autre, pour évoquer la disparition, les épreuves, un retour à la vie ou encore la recherche obsédante d'une perfection sensuelle.
Qu'ils soient drôles, fantastiques ou poétiques, ces dix textes sont l'occasion d'explorer un nouveau pan de la littérature japonaise tout en (re)découvrant les mets et les saveurs de l'incroyable grammaire de l'art culinaire japonais. Ils offrent en outre un regard neuf et multiple sur l'esthétique, l'imaginaire et l'histoire du japon. J'y ai aussi entrevu, avec le regard forcément tronqué de mes yeux d'occidentale, la vigueure du sentiment de fierté, un tropisme assidu pour le défi et la quête effrénée de l'ultime raffinement qui font le sel d'un peuple, que ce soit pour le meilleur ou pour le pire.
On apprend ainsi que dans les années quarante, la nostalgie a conduit un éminent gastronome japonais à l'effronterie dans le plus célèbre restaurant de Paris, que boire du saké froid avant la guerre relevait de la plus basse des vulgarités, que l'acte d'incorporation des aliments peut confiner à la menace ou s'associer à la plus voluptueuse des sensualités, mais aussi qu'il existait des best seller de cuisine au 17ème siècle et que la faim elle-même, tout comme la neige, peut se déguster...
J'ai été particulièrement touchée par le poème poignant de Kenji Miyazawa, Matin d'adieu, qui évoque avec une infinie délicatesse et beauté les moments qui précèdent la disparition de sa petite soeur. La création de son offrande ultime, représentée par deux bols ébréchés qui contiennent une crème glacée céleste, est d'une fraîcheur et inventivité incroyables.

“(...) la neige fondue tombe et mouille tout
pour te donner à goûter la neige-pluie
je suis sorti sous le noir grésil
comme un boulet gauchi
à la main nos deux bols ébréchés
aux motifs de brasenia bleus
depuis les sombres nuages couleur de bismuth (...)”

Et enfin, mention spéciale pour la dernière nouvelle - la plus longue du recueil - le Club des gourmet de Tanizaki, un texte extraordinaire qui nous plonge dans une sorte de science fiction sensorielle à l'imaginaire protéiforme, à la limite du délire éveillé. Ce texte emporte nos sens dans des associations aussi étranges, savoureuses - parfois répugnantes - qu'efficaces. Je suis entrée dans le texte comme on entre en sidération, captivée par son décours et ses sauts inattendus, comme on visiterait un paysage inédit qui serait constitué de textures, de plantes et de matières inconnues et au contact desquelles on perdrait tous nos repères. le texte ouvre ainsi un imaginaire foisonnant et foutraque qui nous plonge dans une délicieuse confusion des sens. L'auteur pousse l'exercice et l'imaginaire au plus loin qu'il semble possible de nous conduire, au risque de s'enfoncer sur le terrain de la folie.

“(...) Je vous ai dit tout à l'heure que le dîner de ce soir n'était pas un dîner de cuisine ordinaire mais un dîner de magie gastronomique. Mais je voudrais préciser que ce n'est pas pour le plaisir de me singulariser que j'ai fait appel à la magie. Ce n'est pas par incapacité à créer de véritables recettes que j'ai essayé de vous enfumer par la magie. Mais j'estime qu'il n'y a point de voie de la gastronomie véritable qui n'use de magie…”

Cette anthologie se déguste avec les yeux, la langue, la gorge, les papilles et le ventre. Tous nos sens sont sollicités, comme pris sous la coupe d'un chef d'orchestre endiablé, avec une vivacité telle qu'en tournant les pages, nous sommes près de véritablement percevoir des goûts et des saveurs.

En cette période de confinement qui nous prive de nombreux mets et saveurs, cette lecture a été un plaisir particulièrement intense. Ryoko Sekiguchi nous démontre à nouveau la puissance de la littérature et son incroyable pouvoir de transgression, la magie dont elle peut user pour nous donner à voir, sentir et vivre par le biais des mots et de l'imaginaire, avec humour, gravité et cette sorte de fatalisme esthétisé à l'extrême si caractéristique de la philosophie japonaise.
Esthètes et amateurs de culture japonaise, je vous conseille vivement de tester vos capacités d'évasions avec cette lecture. Plaisir et voyage garantis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
polarjazz
  08 mai 2016
Dix nouvelles consacrées à la gastronomie japonaises et écrites par des écrivains japonais.
Ma préférée : Matin d'adieu de Kenji Miyazawa dont j'ai cité un passage.
"Le club des Gourmets" est à déguster avec un thé quelques Yôkan pâtisseries traditionnelles.
Gastronomie, épicurisme, érotisme. C'est tout cela à la fois.
J'ai passé un agréable moment en lisant la nouvelle de Rosanjin Kitaôji qui relate avec un humour sarcastique la première fois qu'il a visité la Tour d'Argent. le plus vieux restaurant parisien cuisine avec dévotion le canard. J'y ai appris que chaque canard était gratifié d'un numéro.
Commenter  J’apprécie          71
jardin1001livres
  12 février 2020
Le Japon est connu comme un pays de gastronome, cependant, ce que l'on sait moins c'est que les Japonais adorent parler de gastronomie en littérature. Il est même pratique courante que des écrivains écrivent des livres de cuisine, en sus de leurs romans ou de leurs essais. La gastronomie est un art de vivre, tel le club des Gourmets de la nouvelle éponyme de Jun'ichirô Tanizaki. le plat en titre est à la fois le personnage principal de la nouvelle, mais aussi un prétexte pour aborder d'autres thèmes : retrouver sa personnalité profonde, le désir de vivre, la reconstruction après guerre, etc.
Ryoko Sekiguchi a réalisé cette compilation lors d'une résidence d'écrivain du Conseil régional d'Île-de-France en 2011-2012. Chaque texte est accompagné d'un commentaire de Ryoko Sekiguchi qui explique les thèmes essentiels de l'extrait. Les illustrations ont été réalisées par les créatrices de la Cocotte.
Une anthologie pour découvrir la cuisine japonaise, ainsi que tous les thèmes sous-jacents qu'elle inspire : rang social, etc. En creux, nous découvrons aussi les traditions japonaises et leurs évolutions.
Contenu :
-Osamu Dazai, «Souvenirs de saké»
-Kanoko Okamoto, «Sushis»
-Anonyme, «Cent curiosités au Tôfu»
-Rosanjin Kitaôji, «Sukiyaki et canard»
-Shiki Masaoka, «En attendant le repas et autres essais»
-Anonyme, ««Deux histoires de champignons»
-Kôzaburô Arashiyama, «Ventre vide et tête en l'air»
-Kenji Miyazawa, «Matin d'adieu»
-Kafû Nagai, «Les yôkan»
-Jun'ichirô Tanizaki, «Le Club des Gourmets»
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Labullederealita
  03 avril 2020
Cette anthologie littéraire sur le thème de la nourriture est passionnante et elle met l'eau à la bouche.
Au gré de plusieurs textes, nous découvrons l'importance de la nourriture dans la culture japonaise et dans certaines nouvelles, poèmes et essais.
Dernier repas avant la mort, absorption de la nourriture liée à la chute d'une famille, philosophie culinaire, recherche de nouvelles saveurs et du goût parfait. Tous ces sujets sont présents dans ce recueil. Il est très plaisant de découvrir des auteurs encore jamais traduits.
J'ai adoré la nouvelle éponyme de Tanizaki, le club des gourmets. Tous nos sens sont éveils, on se régale visuellement. le poème est aussi magnifique, l'adieu à la soeur et l'évocation du dernier repas.
A chaque fin de texte, Ryoko Sekiguchi donne quelques informations sur l'auteur et quelques clefs de compréhension concernant le texte.
Un vrai délice !
Lien : https://www.labullederealita..
Commenter  J’apprécie          80
nathalie_MarketMarcel
  18 mars 2020
Une anthologie de textes japonais sur la cuisine ? Pas exactement… des nouvelles de fiction ou de petits récits de réflexion d'auteurs sur la cuisine. Un peu comme si nos grands écrivains étaient sollicités par Elle à table pour écrire un petit quelque chose (ce serait tellement bien !).
Il y a un texte pour découvrir toutes les bonnes ou mauvaises manières de boire du saké et la façon dont le saké est utilisé dans les mélodrames. Les souvenirs liés à deux bols ébréchés. Une crème glacée pleine d'émotions. Deux histoires de champignons pour s'empoisonner (ou pas).
La nouvelle de Jun'ichirô Tanizaki, le Club des gourmets, met en scène un gourmet cherchant un plat extraordinaire… le début est un peu décevant, mais la fin est un hymne… à l'imagination ! Et puis il y a la description saisissante d'une palourde en train de cuire.
C'est plein d'humour et on apprend plein de choses à la fois sur les plats et sur certaines normes sociales japonaises concernant la nourriture.
Une lecture distrayante, qui détend et qui apaise. Cela fait du bien.
C'est aussi l'occasion de découvrir des écrivains japonais !
Lien : https://chezmarketmarcel.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
polarjazzpolarjazz   08 mai 2016
Quand tant de gens te veillent
faut-il que tu souffres encore ?
quand je marche dans ce monde crépusculaire
loin de la force que procure une grande foi
toute pureté est moindres vertus perdues
faut-il que tu empreintes seule
le chemin qui t'est destiné ?
quand moi, ton seul compagnon de foi
j'erre dans la plaine sombre aux plantes vénéneuses
et champignons phosphorescents
triste et las du chemin aveuglant et glacial de la purification
où vas-tu donc, seule ?

Kenji Miyazawa est pour ainsi dire l'incarnation exemplaire du chaos que fut la modernisation au Japon. Rétrospectivement, il semble avoir voulu embrasser toute pensée, quelle qu'elle fût,qui fût porteuse d'une vision. Or cette étrange façon de cohabiter avec des pensées aussi diverses était sans doute une caractéristique générale de l'époque Taishô (1912-1926), période de modernisation foisonnante, encore loin du mécanisme sclérosé qu'elle allait engendrer plus tard et qui conduirait le pays tout droit vers la Seconde Guerre mondiale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
DamepluieDamepluie   14 août 2013
Le danseur de butô Tatsumi Hijakata disait que lorsqu'il avait soif, il descendait à l'intérieur de son corps et buvait l'eau du puits ancien qui s'y trouvait. C'est dans ce vieux puits que sa soeur aînée s'était jetée, paraît-il. La conscience de Hijikata n'était pas fictive, elle était tout à fait réelle au contraire. Il m'a aussi dit ceci (sauf erreur de mémoire): quand tu as mal quelque part, mange cette douleur. La douleur est insupportable tant que tu la considères comme une agression extérieure. Mais déguste-la comme un fromage parfaitement affiné et la douleur devient plaisir. Rien à voir avec le masochisme. Il s'agit d'un acte d'attaque radicale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
nathalie_MarketMarcelnathalie_MarketMarcel   18 mars 2020
Maintenant quand j’aurai faim, je fermerai les yeux, j’irai dans ma cuisine imaginaire et je me cuisinerai ma faim. D’accord, mais ça se cuisine comment, la faim ? L’assaisonnement doit-il être discret, ou corsé ? Se consomme-t-elle de préférence crue, mijotée, ou grillée ? Ou peut-être mi-cuite, avec juste un filet de sauce de soja ?
Commenter  J’apprécie          20
nathalie_MarketMarcelnathalie_MarketMarcel   18 mars 2020
Cent curiosités au tôfu
Tôfu danseur aux bourgeons
Tôfu danseur façon faison
Tôfi pilé en « minerai de fer »
Tôfu noué
Tôfu comme pâté de poisson
Tôfu baigneur
Tôfu quasi palourde
Tôfu cristallisé
Tôfu aux oursins pour végétatiens
Tôfu à la lie de saké
Tôfu déguisé en poisson
Pâte de tôfu en feuilles rouges des monts Ogura
Tôfu nouilles bouclées
Tôfu filhos, alias « tête de dragon carrée »
Tôfu aux motifs de biche
Tôfu décalqué
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
DamepluieDamepluie   14 août 2013
La cuisine, c'est à la fois conceptuel et existenciel. Mettre des aliments dans sa bouche,mâcher, avaler, cette cuisine-là appartient incontestablement aux plats de l'existence, mais l'essence du goût, c'est comme la chaleur résiduelle qui demeure après la lecture d'un livre.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Ryoko Sekiguchi (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ryoko Sekiguchi
L'émission "Le coup de coeur des libraires est diffusée sur les Ondes de Sud Radio, chaque vendredi matin à 10h45. Valérie Expert vous donne rendez-vous avec votre libraire Gérard Collard pour vous faire découvrir leurs passions du moment ! • Retrouvez leurs dernières sélections de livres ici ! • • Monstres anglais de James Scudamore et Carine Chichereau aux éditions La Croisée https://www.lagriffenoire.com/1072929-litterature-anglophone-english-monters---one-shot---monstres-anglais.html • Fermer les yeux de Antoine Renand aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/1075272-romans-fermer-les-yeux.html • L'Empathie de Antoine Renand aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/1033604-divers-polar-l-empathie.html • Anatole(s) de James aux éditions Fluide glacial https://www.lagriffenoire.com/1074161-bd-anatoles.html • 961 heures à Beyrouth: (et 321 plats qui les accompagnent) de Ryoko Sekiguchi aux éditions POL https://www.lagriffenoire.com/1077883-romans-961-heures-a-beyrouth---et-321-plats-qui-les-accompagnent.html • Bientôt minuit de Marie Pavlenko aux éditions Flammarion https://www.lagriffenoire.com/1073500-romans-bientot-minuit.html • "Je vous aiderai à vivre, vous m'aiderez à mourir" de Nathalie Saint-Cricq aux éditions de l'Observatoire https://www.lagriffenoire.com/1075003-encyclopedie--je-vous-aiderai-a-vivre--vous-m-aiderez-a-mourir-.html • Pandémies de Patrick Berche et Stanis Perez aux éditions Perrin https://www.lagriffenoire.com/1077792-medecine-pandemies-----des-origines-a-la-covid-19.html • • Chinez & découvrez nos livres coups d'coeur dans notre librairie en ligne lagriffenoire.com • Notre chaîne Youtube : Griffenoiretv • Notre Newsletter https://www.lagriffenoire.com/?fond=newsletter • Vos libraires passionnés, Gérard Collard & Jean-Edgar Casel • • • #lagriffenoire #bookish #bookgeek #bookhoarder #igbooks #bookstagram #instabook #booklover #novel #lire #livres #sudradio #conseillecture #editionslacroisée #editionspocket #editionsfluideglacial #editionspol #editionsflammarion #editionsdelobservatoire #editionsperrin
+ Lire la suite
autres livres classés : japonVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les nourritures livresques : la cuisine dans la littérature

Qui est l'auteur de la célèbre scène où le personnage principal est assailli de souvenirs après avoir mangé une madeleine ?

Emile Zola
Marcel Proust
Gustave Flaubert
Balzac

10 questions
373 lecteurs ont répondu
Thèmes : gastronomie , littérature , cuisineCréer un quiz sur ce livre