AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782203041769
88 pages
Casterman (22/02/2012)
3.95/5   172 notes
Résumé :
Après avoir fui le nazisme, Stefan Zweig et son épouse Lotte croient fouler au Brésil une terre d'accueil, loin du chaos qui embrase l'Europe. Mais la menace rôde jusqu'au fin fond de l'exil. Comment l'écrivain humaniste, rescapé du "monde d'hier", échapperait-il à ses démons ?
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (45) Voir plus Ajouter une critique
3,95

sur 172 notes
5
21 avis
4
14 avis
3
7 avis
2
3 avis
1
0 avis

marina53
  27 novembre 2013
C'est pour fuir le nazisme et toutes ses horreurs que Stefan Zweig et son épouse Lotte, de 30 ans sa cadette, décident de quitter les Etats-Unis. Ils s'exilent vers le Brésil, à Pétroplis, non loin de Rio de Janeiro. le président Vargas a en effet annoncé qu'il accueillerait de bon coeur les Juifs qui veulent s'exiler. Lotte espère de tout coeur que ce nouveau départ permettra à son époux de reprendre goût à la vie mais surtout à l'écriture. En effet, il ne produit plus rien et souhaite se remettre à l'écriture, espérant que cette nouvelle vie l'y aidera. La tranquillité et la beauté des paysages mettent du baume au coeur à ce couple mais malheureusement, Stefan ne peut s'empêcher de s'informer sur les effets du nazisme dans son pays et les horreurs qui y sont encore perpétrées. Ses vieux démons sont encore là, sa femme souffre d'asthme... Jusqu'à quand ce couple tiendra-t-il encore loin des siens?
Guillaume Sorel nous offre ici les derniers jours de l'écrivain Stefan Zweig, tiré du roman éponyme de Laurent Seksik. On ne peut être insensible à cette fin tragique pour cet auteur qui aura connu la gloire mais qui sera hanté à jamais par la guerre. Avec une narration tout en douceur, laissant la place aux émotions et aux ressentis, on se laisse porter par cette histoire ô combien bouleversante. Malgré quelques notes d'espoir, on ressent intensément les moments de doute, de tristesse, d'amertume, de colère et de préoccupation qui envahissent Stefan Zweig. Avec une mise en image tantôt rayonnante tantôt beaucoup plus sombre, Guillaume Sorel nous offre de superbes aquarelles élégantes et raffinées au trait fin. Tout en justesse, romance et délicatesse, cet album permettra aux néophytes d'en apprendre un peu plus sur cet homme dont la plume est inoubliable.
Les derniers jours de Stefan Zweig... un bel hommage....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          547
cuisineetlectures
  24 janvier 2015
Il n'y a pas de suspens, ce sont Les derniers jours de Stefan Zweig et de son épouse, Lotte, dont s'emparent Laurent Seksik et Guillaume Sorel. Chaque page tournée les rapproche inexorablement de leur suicide, tel un macabre sablier. Pourtant, cette BD aux dessins somptueux, tente de percer les mystères de ce couple mythique.
Lorsqu'ils arrivent au Brésil, fuyant le nazisme, la beauté sensuelle des lieux contraste avec les images sombres du nazisme qui hantent sans relâche Stefan Zweig, humaniste incompris d'une grande lucidité. Lotte tente désespérément de le retenir en l'entrainant dans des fêtes où il ne se sent plus à sa place. C'est un homme au bord de l'abîme, rongé par la douleur d'exister à l'abri du nazisme et qui n'a plus la force de se battre. Dès lors, son sentiment de culpabilité agit comme une morsure et il entraine sa jeune épouse vers la mort comme une possible délivrance.
Les dialogues manquent parfois de naturel et ressemblent à un catalogue de citations mais cela n'altère en rien l'intense émotion ressentie à la lecture de cet album plein de sensibilité. Ce sont les mystères d'un couple amoureux, d'un immense écrivain juif ravagé par la barbarie nazie.
Les derniers jours de Stefan Zweig, un couple uni pour l'éternité dans la mort…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          420
diablotin0
  04 avril 2021
Bravo à Guillaume Sorel qui a su, à travers de magnifiques aquarelles, rendre dès les premières planches, la lourdeur du poids que Stefan Zweig emporte avec lui au Brésil. On le sent rongé, torturé par L Histoire et son pessimisme face à la montée du NAZISME, il ne voit pas d'issue heureuse et ne peut croire à la fin de l'horreur qui se déroule en Europe.
Le rythme assez lent, accentue son mal-être, son désespoir et sa souffrance qui imprègnent chaque page.
On ressent combien l'Amour que Lotte, sa jeune femme éprouve pour lui est fort mais cet Amour peut-il être heureux ? La sérénité, la plénitude n'est jamais au rendez-vous, les tourments, la nostalgie, le mal-être sont quotidiens. Nous sommes emportés dans leur souffrance et la façon dont est représentée la fin nous bouleverse. Bien que tragique, cette fin est magnifiquement rendue.
Commenter  J’apprécie          410
gill
  11 février 2014
Ce somptueux album est de la bande dessinée comme l'on en croise que très rarement. Adapté d'un roman talentueux, il est d'une teneur très littéraire.
Il fait le récit des derniers jours de Stefan Zweig.
De son départ regretté mais forcé des États-Unis jusqu'à son suicide tragique, il se glisse dans l'intimité de l'écrivain, de l'homme, mais aussi et surtout du couple qu'il forme avec Lotte sa secrétaire et compagne.
Car c'est bien de l'histoire d'un couple qu'il s'agit.
Le personnage de Lotte est primordial car il donne du relief à la souffrance de Zweig, brisé par son errance, par la guerre et par la folie des hommes.
Le dessin est superbe. D'un trait parfois torturé, Guillaume Sorel sert à merveille le récit de Laurent Seksik.
Le coloriage, fait d'ombre et de lumière prend, ici, une dimension narrative inattendue. Il se révèle comme une manière de raconter cette belle et tragique histoire.
Cet album fait honneur à la bande-dessinée et prouve, s'il en est encore besoin, la force du 9ème art..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          400
Eve-Yeshe
  03 décembre 2013

Cette BD s'ouvre sur une planche de New-York qui s'éloigne peu à peu dans le sillage d'un navire sur le pont du quel un homme, Stefan Zweig scrute mélancoliquement cette ville qu'il a dû quitter car il n'avait qu'un visa provisoire.
Il a fui l'Allemagne Nazie qui a brûlé tous ses livres. Nous sommes le 15 août 1941. Il est accompagné de sa deuxième épouse Lotte qui est sa secrétaire et tape ses manuscrits.
Le champagne coule à flots sur le paquebot mais il est triste. Un groupe de Juifs veut l'inviter pour la prière mais il refuse, il a perdu la foi.
L'ombre de Friderike, la première femme de Sweig est toujours là. Lotte a parlé durant des heures avec elle pour le dernier livre qu'il est en train d'écrire « le monde d'hier » où il évoque les souvenirs et Friderike a été son épouse très longtemps, son « aide-mémoire » comme il l'appelle.
Lotte est jalouse de son passé. Elle le stimule pour qu'il se remette à son livre sur Balzac. Mais le coeur n'y est pas. Il a soixante ans, sombre dans la mélancolie alors que Lotte souffre de plus en plus de son asthme.
Ils arrivent à Rio, où ils espèrent démarrer une nouvelle vie et il propose son manuscrit à un éditeur. En prenant le taxi au retour, le chauffeur a des paroles malheureuses « il débarque des navires entiers d'étrangers tous les jours, comme si notre pays devait accueillir tout la misère du monde… enfin, il ne faut pas se plaindre, cela fait marcher le commerce, les gens comme vous ».
Pendant qu'il discute avec l'éditeur, Lotte va faire du shopping… elle veut organiser l'anniversaire de Stefan entouré d'amis… et tout ne se passe pas comme elle l'espérait, et Zweig n'est pas le bienvenu pour tout le monde dans les hautes sphères…
Ce que j'en pense :
Cette BD est magnifique. Il y a en alternance des images gais (par exemple le carnaval de Rio) et des images mélancoliques. Les auteurs alternent ainsi les couleurs entre l'orangé et le bleu pâle.
Elle est vivante, les personnages se meuvent dans l'espace et chaque geste à son importance, une main qui se pose sur une autre, une page de manuscrit qui s'envole… les images sombres de l'Allemagne avec les livres qui brûlent et la légèreté des jeunes filles insouciantes qui se promènent au bord de la plage.
Une autre belle image, lumineuse, où apparaissent tous ses amis écrivains avant l'arrivée d'Hitler et plus loin le gris des barbelés. La belle robe rouge de Lotte qui danse, aérienne.
En conclusion, des dessins magnifiques et des dialogues très bien écrits. Les trois dernières pages sont sublimes. J'aime beaucoup Stefan Zweig, cela se ressent dans ce que j'écris, mais je persiste c'est une superbe BD.
http://eveyeshe.canalblog.com/archives/2013/12/03/28577438.html

Lien : http://eveyeshe.canalblog.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          365

Citations et extraits (29) Voir plus Ajouter une citation
Eve-YesheEve-Yeshe   05 décembre 2013

Vos livres sont comme des diamants éternels… vos livres nous parlent et vos livres nous racontent… vos livres ont la splendeur des âmes pures… vos livres sont comme la prière des hommes..
Commenter  J’apprécie          332
Eve-YesheEve-Yeshe   04 décembre 2013
Vous savez, j’ai l’impression de vous connaître depuis toujours, et, si je puis me permettre madame… vous faîtes battre mon cœur comme personne… je crois avoir lu tout de vous, les nouvelles et les biographies, mais je préfère les nouvelles, les femmes sont plus sentimentales vous savez… « Lettre d’une inconnue « !!!! comment parvenez-vous à pénétrer la psychologie féminine ?
Commenter  J’apprécie          80
Eve-YesheEve-Yeshe   06 décembre 2013

Toute ombre, après tout, est fille de la lumière et seul qui a éprouvé la clarté et les ténèbres, la guerre et la paix, la grandeur et la décadence a vraiment vécu.
Commenter  J’apprécie          170
ZilizZiliz   30 octobre 2013
[1941, Stefan Zweig exilé au Brésil]
A Londres nous étions vus comme des ennemis. "Enemy aliens". Des étrangers indésirables. Juif en Allemagne, Allemand en Angleterre. Etranger partout. J'en ai assez d'être l'ennemi du genre humain.
(p. 26)
Commenter  J’apprécie          110
Blandine54Blandine54   28 février 2017
Je n'ai jamais attaché à ma personne assez d'importance pour raconter aux autres l'histoire de ma vie. Mais en ma qualité d'Autrichien, de juif, d'écrivain, d'humaniste et de pacifiste, j'ai voulu témoigner... Pour une génération qui a connu plus de tragédies que nulle autre. Ressusciter mes disparus.
Commenter  J’apprécie          70

Lire un extrait
Videos de Laurent Seksik (24) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Laurent Seksik
Vous n'étiez pas à la rencontre avec Laurent Seksik à le Divan - Librairie pour parler avec lui de son premier roman jeunesse ?
Qu'à cela ne tienne, il nous présente ici en vidéo 'La Folle Epopée de Victor Samson', paru récemment chez Flammarion Jeunesse.
LIVRES DISPONIBLES ICI : https://bit.ly/3jehB5K
Tous nos conseils de lecture ICI : https://www.librairie-ledivan.com/
Suivez le Divan sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/divanlibrairie/ Twitter : https://twitter.com/divanlibrairie Instagram : https://www.instagram.com/librairieledivan/
autres livres classés : brésilVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1246 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre

.. ..